RSS
RSS



 
N'oubliez pas qu'il y a le nouveau serveur du forum qui a été ouvert il y a peu, vous le trouverez alors en annonce sur l'ancien et aussi en cliquant sur le logo. Il y aussi le recensement, même si vous avez décidé de partir dite le nous quand même.

 :: Flood :: Corbeille :: Rps terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Come near, little girl~ (Cible : Nanako)






Invité
Invité
Mar 31 Oct - 12:17
(Vidéo à lire avec le rp plus plus de fun~)




First blood



Ce monde est pourri, vérolé par la folie humaine, rendu exsangue par l’avidité de tous et empoisonné la haine. L’innocence, la pureté… Autant de concepts qui ne sont que le pâle reflet de ce en quoi les gens croient. Le monde se meurt et personne ne s’en est jamais soucié, chaque forme de vie est née avec l’instinct primal de s’accaparer le plus de ressources possibles. Rien n’est immuable, les amis d’hier sont les némésis d’aujourd’hui, les pratiques de la veille sont les tabous de demain. Lorsque l’on vit depuis si longtemps, tout cela devient une seule et véritable vérité. Manger ou être mangé, prendre le plus possible pour en perdre le moins, tuer pour vivre.

Bon sang… Que j’aime ce monde!

L’humanité se prête à tant d’atrocités que je suis chaque jour époustouflé par leurs agissements. Tant de meurtres, de viols, de chaos derrière leur politique et leurs messages destinés à maintenir ce semblant de sécurité. S’il y a quelqu’un qui contrôle tout celà depuis les ombres, une entité supérieure que la pluparts assimilent aux dieux, alors je le remercie. Oui, merci à elle pour ce spectacle, merci de m’avoir conçu de sorte à pouvoir contempler toute cette mascarade jusqu’au bout, tous ces gens dont la capacité à faire porter aux autres le nom de monstre n’a d’égale que leur faculté à cacher leurs âmes noires sous leur masques.

Intemporel spectateur, chasseur à mes heures, j’ai beau vouloir à me cantonner à un rôle passif… Je n’y arrive tout simplement pas. Voir leur visage terrifié est une telle source de plaisir. Ah, que les âges sombres me manquent quelquefois, le temps où les parents chantaient mes méfaits à leurs enfants pour qu’ils soient sages était un âge d’or pour moi.


“ Il va, il vient
Ne laissant rien
Que maux et chagrins.
Grands chagrins ”



Les humains oublient beaucoup de choses, mais certaines chansons, dont le sens échappent à présent aux actuelles générations, demeurent. Ces enfants que je voient jouer à quelques pas n’ont pas conscience de ce qui passe à côté d’eux, ils ne voient pas les ombres qui pourraient mille fois les étrangler. Le bétail ne craint pas le loup lorsqu’il se trouve à l’abri de son enclos et c’est ce qui fait de lui ce qu’il est: une proie à peine bonne à être chassée. Quand retrouverais je une proie digne d’intérêt? Jamais je le crains, il me faut me rabaisser à faire évoluer mes attentes avec le temps. Fini les banquets sanglants, à présent il faut se contenter de dîners en solitaire…  

Mes pas me menèrent à travers la ville. Je ne craignais point la lumière du soleil mais l’ombre était bien plus mon domaine. Je dérivais dans les ruelles abandonnées de la ville, chantonnant une bien sombre berceuse venue de temps oubliés, alors que mon esprit se laissait porter par le plus primaire de mes instincts. Un bruit discret, une présence dont la seule tare était d’être au mauvais endroit au mauvais moment.

La créature bondit sur son impromptue proie, la faisant couiner sous la surprise. Que voyait elle? Une jeune humaine en haillons, peut être huit, non, dix ans. Les yeux agrandis par l'horreur, elle tenta de se débattre mais ses poignets étaient déjà bloqués et ses jambes étaient coincées sous son agresseur. Son cri mourut bien avant de passer ses lèvres dans un gargouillement sordide.



“ Ma chère poupée loupée fermes tes yeux.
Ne bouge pas, ne crie pas, soit silencieuse.
Le manteau pourpre, brave et fort,
Ne vient pas pour ton or.
Il te trouveras,
Te trancheras,
Et dévoreras
Tout de toi.”




* * * * *



L’après midi s’achevait alors que je venais à bout de ma promenade. Drapé dans mon long manteau pourpre, je m’étais éloigné de l’animation de la ville pour trouver une retraite plus calme. Une odeur, mes pas étaient guidés par une simple odeur, une agréable senteur qui m’avait maintes fois conduit à d’intéressantes situations. Un sourire étrange au visage, je passais près d’un temple assez calme. Je n’étais bien évidemment pas un fervent croyant, je ne craignait pas de pouvoirs supérieurs, comme les mortels se complaisaient à se trouver.

Mes pas me menèrent à un petit cimetière non loin. La plupart des tombes étaient à peine entretenues mais d’autres, bien plus singulières, étaient encore fleuries. Moi qu’i m’attendais à trouver une âme vivante, voici que je me trouvais en compagnie de mes plus proches compatriotes.


- Adrenalean 2016 pour Epicode





Invité
Invité
Mar 31 Oct - 15:06

 

 
Come near, little girl
FT Edward

 
  "L'amour peut commencer en un regard ... d'autre demande de la torture"

 
La vie n’avait pas été simple, enfin, pas toute le temps. A vrai dire tu n’avais pas vraiment a te plaindre… Même si Seiichi te manquais, tu pensais vraiment qu’il était partie … il était sans doute mieux là-haut.

Aujourd’hui est une journée comme une autre pour certain mais pour toi c’était l’anniversaire de la mort de tes anciens parents et frère adoptif. Ton maitre t’avais autorisé à faire une petite tombes au niveau du cimetière avec un objet qu’il leurs appartenait a chacun pour pouvoir les « voir » plus facilement. Le monde n’était pas sûr, surtout pour une hybride aussi gentille et naïve que toi. Il ne te laissait sortir que pour faire les courses et aujourd’hui c’est le jour des courses. Tu n’aimais pas bâcler ton travail alors tu te levas tôt comme d’habitude, tu attrapes ton Hamaka et fila au niveau des bains chaud.

Un bon bain dès le réveil ça secoue. Tu adorais ce petit moment rien que pour toi le matin, parfois ton maitre venait te voir et te lavais le dos, il n’était pas méchant et en plus religieux donc il ne t’avait jamais touché mais il est partie depuis 3 jours, il doit revenir aujourd’hui, alors tu avais prévue de lui faire un grand repas. Une fois le bain fini, tu te séchas assez vite, n’oubliant aucune partie de ta peau blanche. Tes cheveux sèches assez vite, tu passes simplement la serviette dessus doucement avant d’enfiler ton Hamaka et retourner à la cuisine, ouvrant tous les volets avant de commencer à te faire un bon petit déjeuner…

Le soleil brille mais les chaleurs d’été commencé à vous quitter, il fait de plus en plus frisquet. Tu aimais bien la transition entre l’été et de l’automne. Tu regardais dehors à travers la fenêtre en cuisinant. Une fois le petit déjeuner fini, il est temps de partir faire les courses, une journée charger t’attendais, autant ne pas rêvasser. Les courses se font rapidement, viandes, légumes, beurre, chocolat, ect ect tout est acheter. Tu rentais alors jusqu’au temple en chantonnant dans ta tête, qu’est-ce que c’est handicapant d’être muette… impossible de chanter à pleine voix.

Une fois de retour, tu entendis quelque chose au niveau du cimetière… quelqu’un qui vient prier ces proches ? Tes oreilles s’agitaient alors sur le haut de ton crâne, tu allas alors rapidement ranger les courses pour ne pas perdre les produits frais. Tu attrapas ton carnet et ton crayon, tu allais en profiter pour aller prier ta famille. Sortant du temps tu tombas sur un homme au mentaux pourpres, tu replaças une mèches de cheveux et t’approcha doucement de l’homme après avoir écrit sur une page du carnet :

« Bonjour monsieur et bienvenue au temple Obara.»

Tu t’inclinas une fois que l’homme te remarqua et lui montra le carnet et lui souris…. Il fait froid dans le dos mais tu n’as pas le droit de juger, c’est la règle. Alors que l’homme te regarda, tu passas à coter de lui et viens allumer un bâtonnet d’encens devant trois petit tombe peut visible et commença à prier. Apres quelque seconde de prière, tu t’approchas de nouveau de l’homme et écris sur ton carnet et lui montre à nouveau :

« Puis-je faire quelque chose pour vous aider ? »

 

 





Invité
Invité
Jeu 2 Nov - 12:27


First blood



Mes pas me firent errer à travers les tombes comme une âme errante hantant ces lieux. Je regardais chaque pierre tombale, m’amusant à ce jeux si particulier de chercher des noms de personnes que j’aurais pu rencontrer pour “prendre des nouvelles”. Cette fois ci, aucun nom ne me revint en tête du moins, pas de ceux dont je me souvienne. Je fis rapidement le tour lorsqu’une odeur vint me tirer de ma rêverie. Quelque chose approchait, quelque chose de délicieux je pouvais en mettre ma main à couper. Peut être était ce un membre du temple?

Ma première impression semblait se valider, l’odeur s’éloignait. Cet être semblait avoir un semblant d’instinct, ou alors un peu de bon sens? Bien, il venait de gagner sa tranquillité. Après tout, l’un de ces orphelins des bas quartiers m’avait assez rassasié sans que j’ai besoin de prendre un dessert. De plus il fallait que je garde un semblant de discrétion. Trop de cadavre voulait dire trop d’attention sur moi, donc moins de marge pour continuer mes affaires.

Plongé dans mes pensées, je ne me rendis pas compte du temps qui passait, après tout la mesure du temps est une notion des plus abstraites pour un immortel. Peut être avait elle fait vite? La présence que j’avais sentis se rapprochait à nouveau. Plus la distance diminuait et plus je parvenais à distinguer les subtilités de son odeur. Il devait s’agir d’une femme, impression confirmée lorsqu’elle arriva dans mon champ de vision. Je fis mine de pas la remarquer tout de suite afin de ne pas la mettre sur ses gardes.

Je me retournais au bout de quelques secondes d’un silence étrange mais compris assez rapidement pourquoi elle n’avait pas parlé. De ce que je pouvais en déduire du carnet qu’elle me montrait, la petite hybride était muette. Ah oui, c’était une hybride, un spécimen intéressant d’ailleurs. Vu son absence de méfiance, je ne pense pas que ce soit une hybride sans maître et son apparence bien portante me faisait dire qu’elle n’était pas maltraitée. Etait ce une petite esclave chouchoutée par son maître? Ca en avait tout l’air et cela m’amusait en un sens. Il serait si facile de la duper et d’en faire ce que je veux.

L’idée était tentante, c’était une hybride kitsune. Avais je déjà étudié des kitsunes? Rappelle toi, Edward… Hum, non, je ne crois pas, ce serait plus que tentant alors… Mon regard se plonge dans celui de la jeune femme qui était de plus en plus intéressante. Un léger sourire flotta sur mon visage alors que je répondais à son salut.

“ Bien le bonjour, jeune fille. Es tu une miko de ce temple? “

Ma voix était savamment dosée pour paraître calme et reposée, je ne voulais tout de même pas effrayer la jeune femme. Mon attention s’était portée sur elle et, malgré mon attitude, je ne pouvais m’empêcher de la détailler du regard. Je crois bien que je me moquais des convenances en cet instant. J'attendis qu'elle termine son office et tourne à nouveau son attention vers moi pour continuer.

“ Je pense qu’il est toujours toujours bon d’honorer les morts, peu importe l’on croit en quelque chose ou non. Après tout, ils sont plus nombreux que l’on pense. “


- Adrenalean 2016 pour Epicode





Invité
Invité
Ven 3 Nov - 15:58


 

 
Come near, little girl
FT Edward

 
  "L'amour peut commencer en un regard ... d'autre demande de la torture"

 
Apres avoir rangé tes courses, tu devais encore passer le balais dans tout le temple, mais ton ouïe t’avais fait comprendre que quelqu’un était venue jusqu’au cimetière, tu regardas de loin si tu pouvais voir qui était là mais malheureusement ta vue n’est pas assez développer pour savoir si tu reconnaissais se visage ou non. Tu te dépêchas d’aller ranger les course et de te laver les mains, tu attrapas les bâtons d’encens et fila au cimetière, tu devais de toute manière y aller, autant aller souhaiter la bienvenue à ton visiteur.  

Ton carnet en main, tu sorti de la petite partie qui vous servait d’habitat avec ton maitre. Tu marchas tranquillement, ta queue touffue balayant l’air derrière toi, un beau sourire au visage, tu souhaitas la bienvenue à l’homme au manteau pourpre et aux cheveux blanc, comme les tiens. Tu allas rapidement allumer les bâtons d’encens et commença à prier pour tes proche… tu étais tellement triste de ne pas avoir pu les revoir, surtout Seiichi… tu tenais tant à lui… ton grand frère … ton modèle … il était tellement de chose pour toi.

Une fois ta prière terminer, tu reviens vers l’homme qui t’avais demandé plus tôt si tu étais une des miko, tu lui avais fait signe d’attendre quelque minutes, le temps de ta prière, tu écris alors sur ton carnet :

« Oui, Je m’appelle Nanako et je suis la seule Miko du temple. »

Tu lui souriais doucement, tes oreilles s’agitant un peu au vent qui te chatouillais un peu et ta queue s’enroule autour de ta taille pour te réchauffer. Il te dit alors qu’il pense qu’il est important d’honorer les morts, quel que soit la « chose » en laquelle on croit… Il n’a pas tort, tu lui souris encore plus et hocha la tête pour acquiescer ces dire, tu ne pouvais pas regarder l’heure, pas de montre a ton poignet, seul ton tatouage trône sur ton poignet, tu écris alors sur ton carnet pour demander à l’homme :

« Auriez-vous l’heure ? Si il n’est pas trop tard je peux vous invitez à boire un thé vert si vous le souhaitez. Mon maitre est absent. »

Tu avais des corvées, mais en général tu les termines assez tôt dans la journée, le repas pourrais cuire en même temps que ton ménage, histoire d’économiser du temps. Tu gardais ton joli sourire au visage en attendant la réponse de ton visiteur.

 

 





Invité
Invité
Lun 13 Nov - 14:26


First blood



La jeune hybride ne sembla pas percevoir mon regard appuyé. Cela m'ennuyait un peu dans le sens où je m’ennuyais vite avec une proie trop facile et peu attentive, mais je supportais cela pour le moment.

* Cesse donc de jouer la comédie, que fais tu encore à parler avec cet être? La conversation n’avait pas été aussi longue avec la gamine que tu as égorgé tout à l’heure *

Reproche et sarcasme, un cocktail détonnant, surtout lorsque c’est la voix que je suppose être ma conscience qui l’utilise. Je la fis taire silencieusement avant de retourner mon attention vers l’hybride. Il y avait eu un petit moment de flottement mais je repris la parole comme si de rien était avec un air qui aurait put être affable sur d’autres personnes moins dérangeantes.

" Enchanté, jeune miko, je me nomme Edward "

Un léger signe de tête en guise de salut plus tard, je la regardait écrire à nouveau pour me demander l’heure. Vous rappelez vous de ce que j’avais indiqué avant au sujet de la notion de temps et de l’immortalité? Ma main disparut dans l’un des poches de mon veston pour en extraire une montre à gousset dorée dont la fine chaîne était reliée à mon haut. J’avais toujour une montre sur moi, et pas que pour garder un semblant de notion de temps. J'imagine que vous découvrirez bien assez tôt ce que je dont je veux parler.

" Il est quinze heure passé. Cette invitation est très appréciée, avec toute cette marche, je tuerai pour me réchauffer quelques instants avec un bon thé. "

Nul besoin de lui indiquer que je pouvais effectivement tuer pour une raison aussi triviale, de mémoire il est mal vu d’afficher ce genre de fait. Je replace donc la montre dans sa poche et refermais mon manteau. Cet acte, bien que futile si l’on pense une seconde que la température ambiante puisse me gêner, était surtout destiné à cacher un costume impeccable et taillé sur mesure. Très anglais sur le style, bien qu’un peu vieux à présent, si l’on se référait à la mode actuelle que l’on pouvait voir au pays de John Bull.

En gentleman, je proposais mon bras à la jeune hybride comme il était d’usage de faire dans ce pays qui m’avait insidieusement marqué. Le geste pouvait sembler étrange voir, dans le pire des cas, déplacé, dans ce pays mais je n’en avais cure. Cette petite touche de détail complémentaire me faisait passer pour un noble anglais vivant toujours à l’époque Victorienne, trop décalé pour son temps, et je m’y accomodais très bien. Après tout, il n’était pas rare de voir, de par le monde, des vieux nobles vivant dans leurs rêves fantasmés de gentilshommes et de raffinement.

Contre toute attente, la jeune hybride s’approcha et prit mon bras, les joues manifestement rouges d’embarras. Et bien, je ne m’y attendais pas. Mon visage ne trahis pas de surprise, l’habitude sans doute. Je pouvais sentir la chaleur de ses doigts se poser doucement sur mon avant-bras à travers mon manteau. Sans perdre de ma contenance, j’attendis quelques instants avant de hocher imperceptiblement la tête vers elle et dire:

"Et bien, je vous suis jeune fille "


- Adrenalean 2016 pour Epicode





Invité
Invité
Dim 19 Nov - 21:58

 

 
Come near, little girl
FT Edward

 
  "L'amour peut commencer en un regard ... d'autre demande de la torture"

 
L’homme face à toi étais si poli, tu en voyant rarement des comme ça, il te rappelait ces hommes anglais au haut de forme que tu voyais a la télévision quand tu étais encore chez les Kazato, tu les trouvais intéressant et si raffiné, Seiichi s’amusais a les imités de manière comique pour te faire sourire. Tu regardais l’homme qui se présenta sous le nom d’Edward, après avoir su son nom, tu te remis rapidement à écrire et lui demander l’heure, il sortit une jolie montre a gousset, encore une fois comme ces hommes anglais dont tu pensais plus tôt, peut être êtes-il un de ces gentleman comme les personnages de la télévision se faisait appeler.

Il te donna alors l’heure, tu étais dans les temps, tu lui souris alors qu’il accepta ton invitation à venir boire le thé avec toi pendant que tu préparais le repas de ce soir pour le retour de ton maitre. Il rangea alors sa jolie montre a gousset a la chaine dorée dans la poche intérieur de son mentaux pourpre, cela lui donne un certain style, tu le trouve fort élégant. Tu t’inclinas doucement en guise de remerciement avant de ranger ton carnet en le coinçant entre les deux tissus de ton Hamaka.  

Alors que tu relevas la tête, l’homme t’avais offert son bras pour que tu le saisisses pour le guider à travers le temple, tu rougis alors un peu … tu ne savais pas trop si tu devais accepter… est ce que to maitre ne serais pas en colère si il l’apprenait ? Tu regardas son bras quelques seconde avant de venir passer le tien au niveau de son coude pour le ferme doucement toujours un peu rouge et un mignon petit sourire timide aux lèvres, tu relevas les yeux quand il te dit qu’il te suit. Tu souris et le guide alors à travers le temple qui est un des temps principal de la ville.

Le temple est assez grand et bien entretenue, la seule miko qui s’en occupe, c’est-à-dire toi, prenais cette mission très au sérieux. Lever tous les jours au plus tôt, t’habillant, prenant un petit déjeuner équilibré et ensuite les tâches ménagères : le lundi, mercredi et vendredi tu commençais par nettoyer les feuilles ou déchet ayant pu atterrir devant le temple ensuite tu lavais le temps avec minutie et pour le reste des corvées tel que les course ou autre tu t’en occupais les autres jours. Tu aimes t’occuper de cet endroit, tu aimes cet endroit … Tu ne le quitterais pour rien au monde.

Tu guidais alors ton compagnons jusqu’à ‘intérieur d’une petite partie du temple, celle ou toi et ton maitre habitez. Tu le fis entrer en premier et viens fermer la porte derrière toi, posant ton trousseaux de clé sur le crochet prévue à cet effet. Tu le laisse alors avancer vers la cuisine ou tu lui fais comprendre qu’il peut s’asseoir. Tu file alors prêt de la gazinière et viens rapidement remplir la théière d’eau et la met à chauffer doucement avant de venir écrire sur ton carnet :

« Je dois cuisiner en même temps vous ne m’en voulez pas ? »

L’homme te fis comprendre que tu pouvais faire ce que tu voulais, tu en aurais pas longtemps, à vrai dire tu étais rapide en cuisine. Tu attrapas les légumes : carotte et pomme de terre avant de les éplucher a une rapidité impressionnante avant de les couper en morceaux et de les mettre à mijoter avec une sauce curry. Tu as à peine le temps de finir ça que l’eau est chaude. Tu sors alors deux jolies tasses de couleur verte jade, tu en posas une devant l’homme et une devant une chaise vide, celle sur laquelle tu allais t’asseoir. Tu mets alors à infuser un thé vert, simple mais très bon et te pencha sans faire attention dos à ton interlocuteur, laissant une jolie vu sur ton postérieur. Tu te relevas et mis à disposition une boite remplis de sucre en morceaux et viens servir les deux tasses du liquide translucide et te tourna de nouveau dos à l’homme, ne voyant rien à ce qu’il pouvait faire pour poser la théière sur le gaz à présent éteint et viens t’asseoir à ta place en souriant et prendre ton carnet et écrire :

« Comment trouvez-vous le temple alors ? »

 

 





Invité
Invité
Ven 24 Nov - 15:52


First blood




La jeune femme semblait quelques secondes réticente puis, les joues rougies par l'embarras, s’approcha avant d’accepter le bras que je lui tendais. Bien, tout allait pour le mieux. C’était assez déconcertant de voir une jeune miko à ce point naïve, mais de cette naïveté, je savais d’avance que je pouvais en tirer quelque chose d’exploitable. Je n’avais pas besoin de sentir directement ses doigts sur ma peau pour savoir qu’ils apportaient sûrement douceur et chaleur. Heureusement pour moi, la manche de mon manteau était assez épaisse pour qu’aucun de nous deux ne puisse sentir l’autre. Heureusement, oui, car elle aurait alors eu l’impression de serrer un glaçon.

Je me laissais ainsi porter par l’élan de la jeune hybride dans une promenade où le silence ne cédait que face aux bruits de la nature. Très vite, le temple se révéla dans toute la splendeur que l’on ne pouvait que dans les bâtiments d’antan. Ancien mais robuste et bien entretenu, j’avançais sans crainte vers l’entrée, toujours en aussi bonne compagnie. Cette dernière me guidait alors dans ce qui devait être la cuisine, m’invitant à m’asseoir autour de la petite table qui, à sa superficie, ne devait pas être utilisée par plus de deux ou trois personnes. Parfait, si cela valide l’hypothèse selon laquelle cette petite miko ne vivait qu’avec son maître.

Parfait, parfait...  

Mon attention fut rapidement revenue sur la jeune hybride qui me demandait si elle pouvait disposer pour préparer le repas du soir. Avec une expression affable, je la rassurais en ce sens.

" Ne vous inquiétez pas. Faites à votre aise, comme si je n’étais pas là. "

Je hochais la tête pour appuyer mes dires. Rassurée, elle se retournait alors pour faire chauffer l’eau et préparer le repas de son maître. Quelle gentille hybride, vraiment. C’était toujours particulier de voir une de ses esclaves aussi dévouées à leur maître. AG-Corporation avait vraiment fait fort sur ce coup, pour briser ainsi un instinct fondamental résidant dans la plupart des êtres vivants et conscients. Rien que cette avancée, plus que les diverses mutations qu’ils exposent ou non au public, m’avait plusieurs fois fait hésiter à infiltrer l’organisation pour en savoir plus, malgré le danger omniprésent que pouvait constituer un tel acte.

Le sifflement de la bouilloire me fit regarder vers la gazinière, l’hybride l’avait aussi entendu et s’en occupa rapidement sans se préoccuper de moi. J’aurais pu trouver mille et une raisons pour trouver le temps long, mais ma patience me permis d’appercevoir une vue plus qu’appréciable. Pour une pure petite miko, je pouvais discerner des poses bien suggestives…

Son inattention passagère allait lui coûter cher, j’avais été passif pour le premier coup, mais au second je versais discrètement un puissant somnifère inodore et sans goût particulier dans la tasse de l’hybride. Le petit flacon de verre avait bien sûr disparu lorsqu’elle se retournait enfin vers moi après avoir déposé la théière. Je répondit à son sourire avec une version assez adoucie mais au fond, j’exultais déjà de pouvoir disposer de son corps et de son âme…

Allons Edward, du calme, joue le jeu encore quelques temps.

Je refusais poliment le sucre et pris le temps de sortir un autre flacon au contenu rougeâtre que je versais en une quantité raisonnable dans mon thé. A son air interloqué, je rebouchais le flacon avant de lui donner quelques explications “arrangées”.

" C'est un complément que je dois prendre plusieurs fois par jour, ainsi votre invitation à boire le thé était la bienvenue. Pour répondre à votre question, je trouve que ce temps est magnifiquement bien entretenu pour ce que j’ai pu en voir. Je vous tire mon chapeau pour avoir pu le maintenir ainsi avec le peu d’effectif que vous semblez avoir, votre maître doit être fier. "

Je pris une gorgée brûlante de thé et en appréciais la saveur relevée par l'additif que j’avais ajouté, les yeux clos. Inspirant doucement, je rouvris à moitié les yeux et fixais la tasses en commentant.

" Vraiment exquis, la simplicité du thé n'entache en rien la maîtrise de la personne qui l’a préparé. Une personne avec d’aussi bons talents doit être très appréciée, je me trompe? "


- Adrenalean 2016 pour Epicode





Invité
Invité
Dim 26 Nov - 12:03

 

 
Come near, little girl
FT Edward

 
  "L'amour peut commencer en un regard ... d'autre demande de la torture"

 
Le sifflement de théière t’indiqua alors rapidement que l’eau été chaude, tu préparas le thé avec application et le servis à ton inviter en premier lieux et te serre par la suite. Tu te tournas alors quelque seconde, histoire de reposer la théière sur le gaz et remuer le repas que tu préparais. Alors que tu reviens t’asseoir, tu ne t’étais pas rendu compte qu’on avait versé quelques chose dans ton thé, cependant tu remarquas que ton inviter versa un flacon de liquide rouge carmin dans son thé, tu le regardas intriguée comme pour lui demander ce que c’étais et il t’expliqua alors que c’était un complément alimentaire, tu te souviens avoir dû prendre ce genre de médicament en arrivant au temple, mais tu n’avais pas eu quelque chose d’aussi… rouge.

Tu le regardas alors qu’il te complimentait sur ton travail, tu prenais ça très au sérieux, tu ne voulais décevoir personne, que ce soit ton maitre ou les visiteurs du temple. Tu avais alors se sourire satisfaits lorsqu’il te dit que tu fais un bon boulot, surtout vu le peu de personne présente dans le temple. Tu attrapes alors ton carnet après avoir éloigné un peu la tasse brulante et écrit sur le calepin ces quelques mots en t’appliquant pour écrire :

« Je vous remercie, je ne veux décevoir personne alors je fais de mon mieux pour aider mon maitre ! »

Tu reposas alors ton calepin plus loin et repris la tasse entre tes doigts qui se réchauffais doucement au contact de la tasse. Tu soufflas doucement sur le haut de la tasse alors qu’il te dit que ton thé est exquis, tu portes doucement le bord de la tasse à tes lèvres et faire gouter le bout de tes lèvres le liquide pour vérifier la température. Une fois la vérification faite, tu fis glisser le liquide à travers ta gorge doucement, laissant ton corps se réchauffer grâce à ce thé. Tu le regarde alors qu’il te dit que tu es très talentueuse, tu te mis alors à rougir fortement et détourner timidement le regard en souriant avant de boire une seconde gorgée. Tu attrapes alors ton carnet en rougissant et écrire :

« Merci encore une fois… mais je fais encore beaucoup d’erreur … mais parlons plutôt de vous, ma personne est loin d’être intéressante. »

Tu lui fis de nouveau un sourire et reviens prendre la tasse entre tes mains mais tu te sens bizarre… comme si ta tête pesais plus que son poids habituel. Tu portas alors la tasse de nouveau à tes lèvres et bu deux autres gorgée, vidant pratiquement la tasse entièrement. Tu te tiens doucement la tête avant de faire comprendre à l’homme à travers ton regard que ça n’allais pas … Tu te lèves alors en oubliant la tasse dans tes main qui vient glisser de celle-ci et s’éclater sur le sol… Tu regardes alors le sol comme si tu ne comprenais pas avant de commencer à tituber en te tenant à la chaise en regardant l’homme avant de tourner de l’œil… Tu ne comprenais plus rien … tu sentis rapidement quelques chose te toucher mais d’un coup… plus rien… le trou noir …

Il fait noir… tu ne sais pas où tu es … dans ton subconscient ? Tu ouvres alors les yeux, une pièce noir mais il y a quelque chose au fond…. Comme une lumière… nan ce n’est pas la mort…. C’est diffèrent. Tu avances alors doucement et remarque doucement que c’est toi… enfin tu n’es pas seul… tu vois Seiichi… Vous êtes enfants et tu te fais encore embêter par les enfants à l’école … Il te défendait alors comme toujours…. Une larme se mis à couler sur ta joue… cette époque te manque… D’un coup cette vision disparus mais une seconde arriva, tu es avec ton maitre, il te caresse la tête pour te féliciter d’avoir bien fais ton travail pour ta première journée… Tu souris alors face à cette vision mais une troisième vient prendre sa suite… Elle c’est passer aujourd’hui… tout le sourire un peu sadique de l’homme que tu n’avais pas vu son a présenté devant toi… Que t’a-t-il fais ?

 

 





Invité
Invité
Mer 29 Nov - 12:35


First blood




Le piège se refermait lentement mais inexorablement sur la petite hybride. J’aurais très bien pu l'assommer ou bien la soumettre à ma volonté par la force, mais je voyais une autre manière, une manière plus lente, certes, mais bien plus plaisante et intéressante. Pour marquer l’esprit d’un individu, il faut prendre le temps d’infiltrer ses bases, je les rendres plus instables avant d’y glisser ce que l’on veut qu’il croit. Oui, tout cela je le fais pour mes recherches. Moi qui avait passé du temps à étudier les corps, je souhaitais compléter cela par une étude du psyché. Mes rares expériences n’avaient pas été si fructueuses que cela, certains de mes descendants avaient certes bien fini, mais par rapport aux autres, c’était une bien faible victoire. Je cherchais le cent pourcent, la méthode infaillible…

Mes mains tripotèrent la tasse sans que je ne m’en rende compte, peut être était ce de l’impatience? Il était vrai que je n’avais pas eu tant de spécimens que cela à me mettre sous la dent ces derniers temps. Avec le renforcement des patrouilles et la démocratisation de l’esclavage, il était dur de se procurer des hybrides sans les acheter et les humains ne m’intéressaient plus vraiment.

Mon léger sourire ne me quitta pas en voyant la jeune hybride se troubler à mes paroles. Elle répondit humblement qu’elle ne faisait que son office et que c’était une chance pour elle de pouvoir ainsi être utile. Je ne pouvais la contredire, sa situation n’avait pas l’air si désagréable et j’avais entendu bien des rumeurs sur certains traitements imposés aux esclaves. Finalement, cet endroit devait être un petit paradis d'insouciance.

Ce monde pourrait bien plus ressembler à l’enfer, pour le bien de cette jeune fille, il fallait supprimer cette bulle comme l’on crève un abcès qui existe depuis bien trop longtemps. Quelques secondes de plus et le somnifère devrait avoir raison de la jeune fille. Tout en terminant ma tasse de thé, je me levais lentement alors que ma victime voulait en savoir plus sur moi. De ma voix tranquille, je me permis de répondre alors que je la voyais commencer à défaillir.

“ Nous aurons tout le temps de parler très bientôt, jeune miko. Pour l’heure, il est temps de se reposer et de préserver son énergie. “

Mon allure changea d’un coup, me permettant de contourner la table pour rattraper la jeune hybride droguée avant qu’elle ne touche terre. C’était un poid plume et mon récent repas me permettait de la soulever aisément. J’attrapais les tasses et la bouilloire pour les déposer dans l’évier, éteignais la cuisinière et refermais méticuleusement les portes avant de sortir du temple avec ma cargaison. Le chemin principal était bien trop voyant et, si cela ne m’embêtait pas de tuer les témoins, ne pas tuer certaines personnes qui pourraient logiquement croiser ma route me donneraient un avantage dans mes expériences mentales.

La route fut plus longue qu’à l’aller, il me fallait emprunter des passages non fréquentés où il n’était pas si étrange de voir des personnes en porter d’autres endormies. Le crime était monnaie courante ici et l’enlèvement ne dérogeait pas à cette règle. Qu’il était amusant de voir les regards étrangement se tourner dans une autre direction à mon passage, plus pour ne rien avoir à faire avec ça que par manque de curiosité. Jamais on ne m’arrêta, pas plus que l’on m’adressa la parole, je pus facilement atteindre l’entrée de service de ma clinique et descendit les marches de la caves. Qu’il était commode d’être le propriétaire du bâtiment entier, je pouvais l’aménager comme bon me semblait. Ainsi, point de cave humide et remplis de toiles d’araignée ici, le sous sol était propre et sec et l’une des pièces servait même à certaines opérations.

Porte porte fut ouverte, me permettant d’entrer dans une pièce que j’avais faite insonoriser, au cas où. Là il y avait une croix de Saint-André qui n’attendait que la jeune femme pour servir. Ses vêtements de Miko glissèrent à terre alors que je l’attachait à la croix, la laissant dans le plus simple appareil. Un bandeau vint occulter sa vision et, bien que cela soit plus pour la forme qu’autre chose, un bâillon obstrua sa bouche. Une fois ma chère prise attachée, je sortis de la salle en fermant la porte, le temps de remonter pour me changer. Heureusement pour la jeune femme, toute la cave était à une température qui ne la gênerait surement pas…


- Adrenalean 2016 pour Epicode





Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AG-Corporation :: Flood :: Corbeille :: Rps terminés-
Sauter vers: