RSS
RSS



 

 :: Flood :: Corbeille :: Rps terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un assassinat bordélique (PV Connor)

avatar
Messages : 119
Date d'inscription : 15/10/2017
Le chien pour qui mordre est une passion
Voir le profil de l'utilisateur




Morgan Hebimort
Le chien pour qui mordre est une passion
Mar 17 Oct - 19:27


Feat. Connor
Un assassinat bordélique



« Blood and fangs»
Encore une mission... et cette fois-ci assez déprimante pour ma part. Même si on me l'avait confiée car j'étais un ancien esclave et que je connaissais du coup mon rôle à la perfection, je n'étais plus cet homme. Mais bon, un travail est un travail et s'il rapport beaucoup d'argent c'est encore mieux. Ce qui me déplait également c'est que je ne serais pas seul... Allez Mo, sociabilise toi un peu, ça ne pourra pas te faire de mal. Je soupire alors que je me prépare tranquillement pour aller rejoindre mon complice d'un soir. Connor... Je réfléchissais à la manière dont je pourrais être utile, me prenant légèrement la tête. Ceci ne me servait pas à grand chose, je réagirais comme à mon habitude, en fonction de ce qui se passe, suivant mon instinct animal. Je mis les vêtements les plus classe que je portais, me disant que permettrait de me confondre dans la foule et avec mon "maitre". Enfin quand je dis classe... c'est sobre, je ne suis pas assez riche pour acheter quoi que ce soit de chic ou de luxueux. Mais je fis tout de même attention qu'il n'y ait ni trou, ni tâche et qu'ils soit quand même propre. Une fois habillé, je pris mon couteau fétiche que je planquais dans ma botte. Je devais être un minimum discret. Je ne savais pas trop quoi prendre d'autre, car ce serait mon partenaire qui allait tué... j'étais juste là en soutient... comme un con en quelque sorte.

Bon, il était temps d'y aller, si je ne voulais pas être en retard. Je sortis donc de mon appartement miteux, me dirigeant vers les quartiers chauds. Nous nous étions donné rendez-vous à quelques rues afin d'y arriver ensemble. Il n'y avait sinon aucun logique pour que nous soyons complice autrement. C'est donc les mains dans les poches que je m'enfonçais dans la fraicheur de la nuit en direction de ma destination. J'arrivais le premier, avec plusieurs minutes d'avance, ce n'était pas vraiment un soucis. Je sortis mon paquet de clope et je m'en allumais une, tirant distraitement dessus. Je me demandais comment allait se passer cette soirée, comment allait être mon acolyte. Je ne le connaissais que de loin... de très loin. Je ne lui avais jamais adressé la parole, je me demandais même si je l'avais déjà croisé. Notre seul point commun pour le moment était que nous faisions tous les deux parties des rapaces et que nous avions une affaires communes à régler. Ce n'était pas grand chose, mais c'était déjà ça. J'espérais de tout cœur qu'il soit compétent et qu'il saurait tenir son rôle. Je voulais par dessus tout satisfaire notre client, afin de pouvoir toucher de l'argent. J'en avais plus que besoin en ce moment si je souhaitais payer mon loyer ainsi qu'à bouffer. Je lâchais un autre soupire... prenant une autre bouffée de nicotine...

Code par xLittleRainbow pour Epicode

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 19/09/2017
Localisation : Devant son miroir, un verre de vin à la main
Tueur d'êtres inférieurs
Voir le profil de l'utilisateur




Connor Chase
Tueur d'êtres inférieurs
Jeu 19 Oct - 21:18
Un assassinat bordélique
Blood and Fangs

Ce soir j’avais une mission, je me devais d’être en pleine forme pour pouvoir assassiner discrètement sans me faire remarquer. Je serai accompagné d’un ancien esclave apparemment, nous jouerons le rôle d’un maître et d’un esclave dans une maison close, c’est là que se trouve notre cible. Les employeurs ont dit qu’il me servira de backup si je loupe mon coup mais, qu’il sera autant payer que moi.

Ça faisait maintenant 3 jours que je n’avais pas mangé, je me devais de trouver à manger. Si je ne mange pas, je ne pourrai arrêter le temps que 4-5 secondes, pas assez sûr pour pouvoir tuer ma cible discrètement.  Je pense qu’un enfant ou une femme seule sur la route devrait suffire, pas besoin de payer un esclave. Cela me permettra de pouvoir utiliser « The World » au moins 7 secondes.

J’avais rendez-vous avec mon associé quelques rues à côté du bordel dans 45 minutes. Je n’étais pas encore habillé correctement, j’étais en retard. Mais je me devais de bien m’habiller, de quoi aurai-je l’air si je devais me présenter en tant que maître dans une si piètre tenue. Au bout de 15 minutes pour choisir ce que j’allais mettre je m’habillai finalement d’une tenue moulante puisque nous allions dans un bordel. Elle était composée d’un débardeur noir en cuir moulant qui s’arrêtait au milieu de mon nombril, de gants rouges bordeaux avec un cœur vert sur dos de la main, d’un pantalon en cuir moulant jaune avec un short lui aussi moulant jaune par-dessus et des bottes principalement noires avec un cœur sur chaque côté s’arrêtant aux genoux.

Je passais après ça aux accessoires et au maquillage. Je mis des boucles d’oreilles en forme de cœurs rouges, un maquillage classique pour rendre ma peau pâle, du mascara pour ouvrir mes yeux, de l’eye-liner rouge et du rouge à lèvre vert foncé.

Il était temps de partir, il me restait 20 minutes pour pouvoir trouver ma nourriture, me servir, et arriver au point de rendez-vous, j’étais clairement en retard sachant que le trajet était d’environ 15-20 minutes. Il faudra que je trouve une cible facile rapidement sur le chemin.

Je partis sans me presser, ce n’est pas un esclave qui va se plaindre du retard de son maître après tout. Si ce chien a l’importance de me dire que je suis en retard je me ferai un plaisir de sucer son sang avant, pendant ou après la mission. Il faisait nuit, parfait pour trouver une cible facile dans une ruelle sombre, j’empruntai donc un chemin en comprenant 5.

Je ne trouvais rien de prometteur, toutes mes potentielles victimes étaient accompagnées. Mais à la dernière ruelle, au dernier espoir, elle était là, toute seule, assise au seul en train de pleurer. C’était une petite fille d’environ 6 ou 7 ans, elle était assise contre un mur, pleurait et appelait sa mère. Elle était seule surement après avoir perdue sa maman de vue, parfait, c’est exactement ce dont j’avais besoin, un sang jeune et bien nourri de ce que je pouvais voir à travers sa peau. Je m’agenouillai devant elle.

« Tu es seule ma petite ? Tu as perdu ta mère ? Si tu veux je peux t’aider à la retrouver
-Vous… vous feriez ça pour moi ?
-Bien sûr, un gentilhomme se doit d’aider une dame en détresse tel que toi. Relève toi, prend ma main. »


Je lui tendis ma main qu’elle attrapa quelques secondes après. Elle était maintenant debout tandis que je restais à genou admirant la peau si douce et délicate de son cou qui était au niveau de mon visage. Je bondis alors sur elle, ma main droite était posée sur sa bouche, empêchant le moindre son de sortir de sa bouche si fragile. Je fini rapidement de boire son sang comme elle était jeune elle en avait peu, mais le sang des enfants est le plus frais revigorant, le sien l’était tout particulièrement. Je laissai le corps inerte de la petite fille et repris mon chemin en direction du rendez-vous.

J’arrivai avec seulement 1 minute de retard, de toute façon j’aurai juste fait attendre un esclave inutile. Je voyais un homme attendre au bout de la rue dos au mur, cigarette à la bouche, ça devait être lui, cet être sans manière répugnant. Je marchai en sa direction, sans pour autant me diriger vers lui pour autant, je continuai de marcher comme si je n’avais pas vu qu’il était là. Plus je me rapprochais plus je sentais l’odeur puante de sa cigarette. Je commençais à distinguer quelque chose au-dessus de lui, oh non… c’était des oreilles d’hybride ! Je devais travailler avec un putain d’hybride, visiblement un hybride loup, bonne chose que ce soit un esclave.  J’étais maintenant devant lui, toujours en train de marcher avec ce pas qui me sied si bien. Sans crier gare je pris sa cigarette et la jeta sur le sol d’un mouvement de main, je m’arrêtai au même moment pour la piétiner. Je tournai ma tête en sa direction avec un regard à glacer le sang.

« Un esclave ça ne fume pas et ça obéit »


▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

Spoiler:
 
avatar
Messages : 119
Date d'inscription : 15/10/2017
Le chien pour qui mordre est une passion
Voir le profil de l'utilisateur




Morgan Hebimort
Le chien pour qui mordre est une passion
Mar 24 Oct - 1:51


Feat. Connor
Un assassinat bordélique



« Blood and fangs»
Mon partenaire arrivait enfin... Du moins c'est ce que je m'imaginais, ses manières me firent quelques peu douter. Je soupirais doucement et je le vis s'approcher, saisir ma cigarette et l'écraser au sol. Un grognement agressif s'échappa de ma gorge. Mon sang ne fit qu'un tour quand j'entendis ses paroles... Un esclave, je n'en étais plus un... Je n'avais qu'une envie, lui sauter à la gorge, mais je me retins, me posant plein de question. Est-ce qu'il me testait? Est-ce qu'il voulait savoir si j'étais capable d'être son complice pour cette mission. Je n'en sais rien... et même si ce n'était pas le cas, je me devais de me contenir. J'avais besoin d'argent, cette mission était plus qu'importante pour moi. Je me reculais, pour prendre mes distance, et d'une voie plutôt polie malgré moi je lui dis:

-"Excusez moi mon maitre... je ne voulais en aucun cas vous importuner."

Et oui, je connaissais les bonne manière, ceci pouvait surprendre, mais je n'étais pas qu'un vulgaire chien. Je me redressais, l'observant en souriant de manière quelque peu malsaine, voulant lui dire: "Tu vois... je peux jouer mon rôle... et toi le peux-tu?". Je le provoquais quelque peu, ne pouvant m'en empêcher au final. Je l'observais, essayant un peu de l'évaluer. Déjà physiquement, je ne pouvais nier sa beauté plutôt rare pour un homme... Et ce n'est pas souvent que je pense cela. Un beau blond aux yeux d'un brun plutôt exceptionnel. Il était plutôt soigné... j'avais l'impression d'avoir devant moi le bon petit riche parfait imbu de lui même. Mais bon ce n'était qu'une première impression. Je ne pense pas bien m'entendre avec lui, cela relèverait de l'impossible. Et j'imagine bien qu'il me voit comme un pauvre esclave abandonné, un hybride lamentable. Qu'il pense ce qu'il désirs, je m'en contrefiche. Je soupirais à nouveau, me passant une main dans les cheveux, essayant de me détendre. Je reposais sur lui mon regard rouge sang et dit d'une voix posée.

-"Tu es Connor n'est-ce pas? Je suis Morgan... j'espère que tu es prêt pour notre travail de ce soir."

Je n'abordais pas sa conduite qui m'avais plutôt déplu un peu plus tôt. Je faisais tout un travail sur moi même pour ne plus céder à la colère. Et puis, il faut l'avouer, me battre avec lui ne me mènerait à rien. Ceci ne me ferais que perdre du temps, de l'énergie et surtout de l'argent. Et il était hors de question que je passe à coté de ce contrat en or! Je me rapprochais un peu, mes yeux bordeaux ne le quittant pas. Je me demandais ce qu'il pouvait penser, j'usais donc de mon don pour lire dans ses pensées... peut-être pourrais-je y arriver.

Code par xLittleRainbow pour Epicode

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 19/09/2017
Localisation : Devant son miroir, un verre de vin à la main
Tueur d'êtres inférieurs
Voir le profil de l'utilisateur




Connor Chase
Tueur d'êtres inférieurs
Mar 24 Oct - 21:28
Un assassinat bordélique
Blood and Fangs

Je venais de lui jeter sa cigarette au sol et de le remettre à sa place d'esclave. Il fit quelques pas en arrières et il s'excusa. Bien... il avait enfin compris que c'était moi le maître et lui l'esclave, la mission allait enfin pouvoir commencer.

Il se redressa alors et esquissa un sourire narquois, il se foutait de moi. Il venait de s'excuser et maintenant il me souris à la gueule ? Il se prend pour qui cet esclave ? Il ne connait visiblement pas sa place, il croit pouvoir me tenir tête, mais si il le faut je le tue là maintenant et je fais la mission tout seul. Je ne dis rien, je continuais de l'observer avec un regard supérieur. Il avais l'air de m'observer, voir de m'analyser lui aussi. Il brisa alors ce jeu de regard en sortant des mots putrides de sa bouche.

"-"Tu es Connor n'est-ce pas? Je suis Morgan... j'espère que tu es prêt pour notre travail de ce soir." 

Il est sérieux ce chien ? Il me vouvoyais tout à l'heure pour se foutre de ma gueule et maintenant qu'il est sérieux il me tutoie ? Il croit vraiment que c'est comme ça que ça va marcher ? Il se met le doigt bien profond dans l’œil ce putain d'hybride. Il ose également me demander si je suis prêt ? Il me pose des question ? Ici c'est moi qui pose les questions et qui ordonne, lui il exécute.

"Ecoute espèce de déchet, ici c'est moi qui commande et qui pose les questions. Tu faisait bien de me vouvoyer, je vois pas pourquoi t'as changé de ton comme ça. Je suis sympa, je vais pas tuer, mais au moindre autre faux pas je t’exécute. Je te rappelle également, ancien esclave, que c'est moi qui pose les questions ici c'est bien moi, pas une expérience ratée qui a servie et qui va servir d'esclave."

Je fit un quart de tour sur moi même pour me mettre en direction du bordel, l’esclave sur mon coté droit, dos au mur.

"Si tout ça est compris on peut partir faire la mission. Tu es prêt esclave ?"

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

Spoiler:
 
avatar
Messages : 119
Date d'inscription : 15/10/2017
Le chien pour qui mordre est une passion
Voir le profil de l'utilisateur




Morgan Hebimort
Le chien pour qui mordre est une passion
Mar 24 Oct - 21:56


Feat. Connor
Un assassinat bordélique



«Un putain d'enfoiré!»
À quoi est-ce que je m'attendais sérieusement? J'aurais du me douter vu sa tête qu'il n'était qu'un enfoiré de riche de plus dans ce monde. Je plissais les yeux tout en l'écoutant, mon visage devenant neutre. Je n'étais pas spécialement impressionné par ses paroles, j'y étais plutôt habitué. Je levais les yeux au ciel, le laissant finir de parler sans l'interrompre, glissant mes mains dans mes poches. Il finit par se retourner et l'envie de le poignarder sur le champs me démangea. Je serrais le poing prêt à lui répliquer que le déchet n'était plus un esclave et qu'il n'avait pas à suivre les ordres d'un prétendu noble. J'avais envie de lui cracher ma haine au visage. J'entendis mes dents grincer et je sentis ma mâchoire se crisper sous la colère. Il ne méritait qu'une chose, que je le remette à sa place. Je fis un pas en avant, commençant ma phrase:

-"Si tu crois que..."

Je me stoppais net, accédant à ses pensées... je me figeais sur place, l'observant simplement tout en ravalant ce que j'allais dire. J'avais envie d'exploser face à son comportement. Mais ce que je perçu m'en dissuada largement. Nous n'étions clairement pas du même monde, ni du même niveau. Je me rendis compte qu'il n'était pas le genre d'adversaire que je pourrais vaincre si facilement, voir pas du tout. J'étais doué et compétent en combat face à des gars de la rue, mais là c'était tout une autre histoire. Je n'étais pas apte à battre un monstre. Ce que je lu dans sa tête était claire, tout comme ses paroles, le moindre faux pas et il m'exécuterait pour de bon. Je tenais à garder la tête sur mes épaules. Je respirais doucement, reculant d'un pas, revenant à mon point de départ. J'avais envie de rire, mais je me contins. Je ne voulais pas me moquer de lui, mais de moi même. Me moquer de mon ignorance face au monde qui m'entoure, face à mon assurance qui s'était écroulant en quelques secondes. Je penchais la tête sur le coté, m'approchant à nouveau, non pas pour le défier, mais pour lui emboiter le pas. Que pouvais-je donc répondre? Rien mise à part:

-"Comme vous voudrez, monsieur..."

Je gardais un ton le plus neutre possible. Cette soirée ne serait pas aussi plaisante que je le pensais, j'allais devoir me montrer bien plus prudent que ce que je pensais, car les plus gros risques ne venaient pas de la cible à abattre, mais de mon partenaire improvisé. Je ne savais pas ce qu'il était réellement, mais je savais que je devais m'en méfier. J'inspirais profondément, restant derrière lui comme le petit esclave que j'allais devoir être pour la soirée. Replonger dans ce genre d'ambiance ne me convenait pas du tout, mais c'était mieux ça que de mourir bêtement pour une histoire de fierté. J'étais un idiot fini, mais je n'étais pas assez con pour me jeter dans la gueule du loup. Je ne savais pas de quoi il était capable exactement et une seule pensée parcourait mon esprit: "Ferme ta putain de gueule Morgan".

Code par xLittleRainbow pour Epicode

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 19/09/2017
Localisation : Devant son miroir, un verre de vin à la main
Tueur d'êtres inférieurs
Voir le profil de l'utilisateur




Connor Chase
Tueur d'êtres inférieurs
Mer 25 Oct - 22:40
Un assassinat bordélique
Blood and Fangs

Cet animal était trop confiant, je le savais, je le sentais, il ne lâchera pas l'affaire tant que je ne me serai pas excusé. Il est sûr de pouvoir me battre et n'arrive pas à se contenir quand on parle mal de lui mais surtout de sa race, ça se voit et se ressent.

Il s'avança d'un pas et commença sa phrase "Si tu crois que..." Je m'apprêtait à bouger mon bras pour lui enfoncer dans la mâchoire et finir cette mission seul, mais il se ravisa, arrêtant son mouvement et sa phrase au même moment. Il pu finalement, à ma grand surprise, se contenir et se concentrer sur la mission tout en restant à sa place, celle d'un esclave soumis à son maître qui lui obéit au doigt et à l’œil.

Il ne dit rien pendant un moment, surement pour canaliser sa rage et sa haine envers moi, il était pauvre, ça se voyait, il était jaloux de moi à coup sûr. J'en ai connu plein des gens qui étaient jaloux de ma richesse, mais moi je me suis battu pour l'obtenir, eux ? Il ne font rien de leur vie à part fumer, boire et draguer. Moi j'ai été méticuleux et j'ai fait beaucoup de sacrifices pour en arriver là, eux n'essayent même pas.

"Comme vous voudrez, monsieur..."

Comme je le pensais, il avait enfin compris sa place inférieur dans cette mission et dans sa vie. Il a surement compris qu'il n'était pas de taille et que m’obéir était la meilleur des alternatives pour lui... à moins que le goût de la mort lui plaise.

Enfin bref, la mission pouvait commencer, j'avais tout ce dont j'avais besoin, arrêter le temps pendant 7 secondes, une force suffisante pour terrasser n'importe quel humain, un style parfait et des crocs bien acérées. Le chien qui allait me suivre n'était en soit d'aucune utilités, mais mieux vaut ne pas le tuer, ça éveillerai surement les soupçons chez les rapaces et ils commencerai à se méfier de moi.

Je commençai à partir en direction de la maison close, faisant signe à l'esclave, sans le regarde, de se positionner sur mon coté droit. Il s’exécuta se mettant à mon coté droit comme indiqué. Il commençait à comprendre ce qui l'attendait, parfait. Ces chiens ne méritent que ça, une peur intense de perdre tout en une seconde sans pouvoir faire quelque chose, un sentiment d'infériorité qui leur est destiné dès leur naissance et que certains refusent. Celui là va comprendre qu'avec moi, un hybride ne fait pas ce qu'il veut, il fait ce que moi, Connor veut.

La marche avait un silence pesant... enfin pour lui, pour moi ce silence était un silence de satisfaction. Une fois arrivés devant la maison close, il y avait devant un hybride chien qui gardait la porte d'entrée. Il était grand et assez musclé, il était là pour réguler l'entrée des gens et ne pas laisser des mineurs entrer. Je m'arrêta devant lui, le regardant avec un regard sûr de moi, un petit sourire au coin.

"Moi, Connor  souhaite avec mon esclave me rendre dans cet établissement charnel. Je suis évidemment majeur, et je sais me tenir, après tout je suis un gentleman."

En même temps que je prononçait ces paroles je lui tendis ma carte d’identité, prouvant alors ma majorité. Il me regardait d'un air dépité, surement dégoutté de mes manières, tandis que moi j'était dégoutté par sa race. Il ne dit rien, me prit ma carte et l'observa une dizaine de secondes, bordel qu'est-ce qui lui prenait autant de temps ? Je savait que les chiens étaient cons mais à ce point faut pas abuser. Il me la rendit alors, et ouvris la porte, nous laissant entrer dans une maison close assez élégante et luxueuse.


La maison était assez luxueuse et peu remplis, mais elle avait une ambiance de par sa décoration et par la musique assez chic. Ça semblait clairement être une maison close pour les riches, je pourrai potentiellement y revenir... Mais là n'est pas le sujet, il faut que je trouve la cible et que je trouve un moyen de l'assassiner. Merde ! Je viens de me souvenir que c'est mon putain d'esclave qui avait été fournis de la photo de la cible. Avec son putain de tempérament j'ai oublier de lui demander. On va pas la sortir ici, ça serait trop risqué. Il l'a surement déjà vu, alors je vais simplement lui demander de trouver la cible. Nous étions à l'entrée du bar, je m'approcha de son oreille d'animal pour lui y chuchoter.

"C'est toi qui avait la photo de la cible n'est-ce pas ? C'est trop risqué de la sortir ici, alors tu va gentiment trouver notre cible avec tes souvenirs  ? Si j'apprend qu'on a tué la mauvaise cible, je tu tuerai sur le champ. On va s'asseoir au bar, je te laisse le chercher pendant que je me rafraîchirai la gorge c'est compris ? Et n'oublis pas, un faux pas et ta tête se fracasse sur le sol."

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

Spoiler:
 
avatar
Messages : 119
Date d'inscription : 15/10/2017
Le chien pour qui mordre est une passion
Voir le profil de l'utilisateur




Morgan Hebimort
Le chien pour qui mordre est une passion
Sam 28 Oct - 21:48


Feat. Connor
Un assassinat bordélique



«Mais ferme ta gueule!»
Je vins me placer à ses côtés le suivant, prenant sur moi pour ne pas lui répondre. Mais je sentais à chaque instant la rage monter de plus en plus. Si seulement j'étais plus fort que lui, ou au moins du même niveau, il ne ferait pas le fière. Alors que je plongeais mes mains dans mes poches, je sentais le silence peser. Je ne supportais pas ça! Mais c'était mieux que de tenter de replonger dans ses pensées. Quand j'arrivais à entendre les voix des autres, ça pouvait être agréable, comme une conversation. Mais là c'était juste ignoble à mes yeux, et je préférais garder mes distances avec son esprit. Je fermais le mien tout en avançant, silencieux et un brin boudeur, tout en sachant que ceci n'allait pas l'affecter le moins du monde. Arrivé devant le bordel, je le laissais parler. Non mais il est sérieux? Pour qui il se prend? Je levais les yeux au ciel, lançant ensuite un regard compatissant à mon confrère hybride avant d'emboîter le pas à mon maitre provisoire. Je mis un peu de temps à m'habituer à la lumière légèrement tamisée de l'endroit, certainement pour apporter un peu plus d'intimité aux pervers qui viennent passer leurs soirée ici. Puis je sentis Connor s'approcher de moi, mon premier réflexe fut de reculer, puis je me rendis compte qu'il voulait tout simplement me parler. Je l'écoutais, restant neutre dans un premier temps et un léger soupir s'échappa de mes lèvres. Comment est-ce que j'avais pu oublier de lui partager cette information avant d'entrer dans l'établissement? Ah oui... il s'était comportement comme un sale enfoiré et je n'y avait plus pensé.

Mon regard se glissa dans le sien et j'hochais doucement la tête pour lui dire que j'avais compris. Je l'accompagnais au bar, comme demandé, le laissant se commander un rafraichissement. Je me posais à ses côtés, le plus naturellement du monde, restant debout et le laissant s'asseoir. N'étais-ce pas là la place d'un esclave? J'observais les visages de chaque personnes qui nous entouraient, tournant de temps en temps mon regard vers Connor, comme si j'attendais quelque chose de lui, mais il n'en était rien, je ne voulais simplement pas me faire repérer. Car oui, c'est assez suspect un mec qui fixe les gens avec insistance. Ceci me prit donc un peu de temps avant de repérer l'homme qu'il nous fallait abattre. Une fois aperçu, je me tournais vers Connor, m'approchant de lui, je le saisis comme pour lui quémander quelque chose, mais je le fis pivoter, de sorte qu'il soit face à la cible. Puis je murmurais à son oreille.

-"Ne vous en faites pas...pas de sous entendu sous mon geste, c'est juste pour paraitre plus naturel. Regardez par dessus mon épaule, l'homme en compagnie des trois femmes avec le verre de Wisky, c'est lui que vous devez abattre."

Je le relâchais après quelques secondes, juste le temps de le laisser observer la cible. Puis je me retourna et me replaça sur le côté, lui laissant la place. Je voulais le voir à l'œuvre, pas simple curiosité. J'espérais également qu'il n'allait pas prendre mon geste pour de la provocation. Il ne me semblait pas idiot, donc je ne pense pas. Je détournais le regard, pour ne laisser aucun soupçon.

Code par xLittleRainbow pour Epicode

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 19/09/2017
Localisation : Devant son miroir, un verre de vin à la main
Tueur d'êtres inférieurs
Voir le profil de l'utilisateur




Connor Chase
Tueur d'êtres inférieurs
Jeu 2 Nov - 20:35
Un assassinat bordélique
Quick assassination

Il avait reculé quand je m'étais approché... bien, il avait compris que sa place était celle d'un esclave qui craint son maître et l'écoute. C'est parfait, qu'il continue tout le long et la mission comme ça et tout se passera parfaitement bien.

Il m'écouta sans laisser paraître de sentiments au premiers abords, puis, à la fin de mon discours, il lâcha un petit soupir. Oh, l'envie de le tuer m'avait évidement traversé l'esprit sur le moment, mais gardons nos manières, nous sommes à l'intérieur de l'établissement, et j'aimerai bien y retourner, alors si je pouvais éviter d'attirer l'attention ça serai mieux. Il hocha finalement la tête pour me signaler qu'il avait compris.

Je partis au bar, me prendre un petit rafraîchissement avant de passer à l'action. Pendant ce temps l’esclave m'avait accompagné jusqu'au bar comme je lui avait ordonné et était resté debout. Il avait raison, les esclaves ne se reposent pas et ont toujours une utilité, quand ils en ont plus, je leurs en trouve une dans mon plaisir de leur souffrance, physique comme mental, jusqu'à arriver à la mort et à mon repas. Il semblait chercher la cible... il a l'air assez discret,c'est parfait, il sait se tenir un minimum et être discret, je pourrai peut-être le garder quelques jours après la mission, il me semble assez intéressant.

Bon, il me faut mon rafraîchissement, c'est bien beau de se nourrir de sang, mais j'ai aussi besoin de liquide plus "traditionnel" pour les humains. Même si je suis à présent un vampire, je garde tout de même des attributs humains qui peuvent me servir. Dans tous les cas, j'ai envie de ce rafraîchissement, et comme pour tout ce que j'ai envie, je l'aurai. Le barman est assez proche de moi, je lui parle assez calmement, lui demandant de me servir.

"Sert moi un cocktail de qualité, je veut me rafraîchir un peu la gorge. Et passez à mon esclave à coté de moi un petit verre de lait, les chiens aussi doivent boire après tout."

Le barman me fit signe de la tête et partis me chercher ma commande, j'avais mon temps, j'avais de quoi admirer un peu les filles et la beauté de l'endroit. Je ne connaissait pas cette maison close, mais elle était vraiment chic et luxueux. Je retenait l'endroit pour un prochaine envie de me nourrir. J'attendais les verres calmement, regardant le spectacle de danse devant moi et les services proposés par l'établissement. Le serveur revint finalement avec un cocktail assez joli et élégant, j'aimais bien. Evidemment il n'avait pas oublié le petit verre de lait pour mon petit chien chien à coté de moi.

J'allait tranquillement attraper mon verre pour pouvoir savourer la saveur que je venais de commander, quand je sentis grâce à mes sens surdéveloppés et supérieurs que le chien s'apprêtait à vouloir attirer mon attention en m'agrippant doucement le bras. Je ne réagis pas, espérant pour sa misérable vie qu'il avait une raison à cet agissement, me toucher sans mon autorisation était interdit, tout bon esclave se devait de le savoir.

Il me fit pivoter pour pouvoir me faire regarder dans un direction qui semblait aléatoire. Il s'approcha de moi et me dis à voix basse qu'il avait trouvé la cible et qu'il avait seulement fait ce geste pour qu'il semble normal aux yeux des autres. Soit, il avait une excuse, mais il sera dans tous les cas punit pour son geste inexcusable. Me toucher moi, le grand Connor, sans mon autorisation ? C'est un geste impardonnable et qui ne saurai être oublié par ma personne. Bon, dans tous les cas il m'avait désigné et la cible, il avait intérêt pour lui qu'il ne s'était pas trompé, sinon il resterai enfermé dans ma cave autant de temps qu'il arrivera à subsister avec les cadavres vides de sang de ses compagnons de cellule. Il m'avait également encore une fois donné un ordre, cette fois c'était sûr, j'allais finir cette mission avec classe et élégance, lui montrant comment on assassine quelqu'un, et je le ramènerai dans ma cave ou je le tuerai dans la rue. Je le violerai peut-être avant, je verrai bien sur le coup, pour l'instant je devait me concentrer sur la mission.

La cible était trouvée et marquée, il ne restait plus qu'a me nourrir de son sang dans le plus grand des calmes, mais avant trouvons un plan rapide pour l'atteindre sans me faire démasquer. Plusieurs plans étaient possibles, soit je passais tranquillement à coté de lui, me dirigeant vers une table, pour ensuite m'y asseoir, mais le problème c'est qu'il faudrait que j'y passe un certain temps et je n'ai pas envie de trop rester sur cette mission, je suis pressé de pouvoir m'amuser avec mon nouveau esclave. Je pouvait également Trouver une strip-teaseuse assez proche de la cible, demander une danse privée et à ce moment j'utiliserai "The World" pour me nourrir de son sang. Je vais opter pour la dernière option, et utiliser une jeune demoiselle de cet établissement charnel.

Je pris une gorgée de ma boisson, me rafraîchissant la gorge, juste ce qu'il me fallait. Puis je me leva, laissant mon verre ici mais prenant dans ma main le verre de lait, le passa à mon esclave et lui dit assez doucement mais fermement :

"Observe, observe bien, ne cligne pas des yeux un seul instant, et tu verra peut-être, ce qu'est un vrai assassinat et comment un pro s'y prend. Tu ne comprendra pas, mais tu n'a pas besoin, tu n'est que l'assistant ici, tu ne sers que de support en cas de problèmes."

Je me retourna, en direction de la fille de joie déjà toute désignée qui était à quelques mètres de la table de la cible et qui s'avançait tranquillement. Je l'atteindrai au moment où elle sera le plus proche de la table de l'homme et des compagnes.

"Mais évidement il n'y en aura pas vu que c'est moi qui gère la mission"

Une petite provocation à laquelle il ne va surement pas répondre vu sa place d'inférieur. Je m'approcha alors tranquillement et doucement de la jeune fille, avec un timing parfait pour la croiser à la table. Mon petit chien chien personnel me suivait. J'arrivais alors au niveau de la table et la jeune femme, je lui sollicita son attention.

"Bien le bonjour jeune femme, je suis Connor, votre charme m' a envoûté, je compte vous acheter pour une danse privée avec moi et mon esclave, lui aussi a le droit à un peu de plaisir après tout."

Tous ces dires n'étaient que mensonges qui n'allaient se réaliser, le chien n'aura rien du tout excepté une sensation d'infériorité et je ne souhaite pas du tout payer cette fille pour mes plaisirs personnels, tout du moins pas aujourd'hui.

Il était temps, je venait de finir ma phrase j'aurai juste besoin de reprendre ma position initiale à la fin de l'arrêt. Rien de bien compliqué, après tout, rien n'est compliqué pour moi, Connor ! J'utilisa alors ma capacité de pouvoir figer le temps, que aucune autre personne à part moi ne puisse bouger, je l'avait nommée, "The World". Le temps était figé, je m'approcha de la table de la cible, chevauchant une des deux femmes à coté de lui. Je me rappel à voix haute car personne n'est là pour m'entendre à par moi, le futur Dieu de ce bas monde.

"Une seconde est passée"

Je me rapprocha de lui, prêt à planter me dents dans son cou.

"Deux secondes sont passées"

Je planta alors mes dents dans sa gorge, me nourrissant alors de son sang rapidement, pas complètement, je ne dois pas perdre de temps. Le temps... cette chose si précieuse que tant de personnes oublient.

"Trois secondes sont passées"

Je me retire de son cou, il était exquis, il doit sûrement prendre soins de lui. Je bondis alors plus rapidement au dessus de la femme à ses cotés, toujours avec élégance évidement, toujours avec élégance.

"Quatres secondes sont passées"

Je suis alors à ma place, même tenue qu'avant même regard fougueux et même envie en tête, finir cette mission et posséder ce petit esclave qui pourra me servir d'amusement. Le temps venais de reprendre son cours, la femme ne semblait pas être surprise, bien, je devait surement avoir la même position qu'avant, tout avait l'air de bien fonctionner. Il ne manque plus que les gens remarquent que la cible est morte pour que je parte prétextant ne pas vouloir rester dans un établissement où un meurtrier rôde.

"Je... excusez moi monsieur, tout va bien ? Vous avez du sang qui coule de la bouche."

Un cris strident traverse le bâtiment, la femme à coté venait de remarquer que l'homme était mort. Le seul problème, cette pute venais de voir que j'avais du sang qui coulait de ma bouche, mais elle croit encore que c'est le miens. Tant mieux, je ne vais pas avoir besoin de me battre je vais  de m'expliquer. J'ai commis une erreur, mais après tout, je ne suis pas encore la perfection, mais ça ne saurait tarder. La femme à coté du cadavre cris alors.

"Il a deux trous dans le cou, comme des crocs de vampires !"

Elle est en sanglot et toute la salle l'a entendu, la fille de joie devant moi s'apprête alors à crier pour me dénoncer alors à tout le monde. Il va donc falloir que je me batte, quel dommage, moi qui voulait retourner dans cet établissement. Je pris alors rapidement le cou de la femme l'approcha de mes dents et bus son sang. Tout le monde me regardait, ils étaient horrifiés. Je vais devoir tous les faire taire, sinon ils connaîtront mon visage et me dénonceront à la police. Je vais également devoir me servir de l'esclave.

"Bien, bien, bien. Je ne souhaite tuer personne ici, je souhaite simplement sortir d'ici avant vous, ne sortez ni votre téléphone ni aucune arme et personne ne mourra ni aura de blessures."

Je me retourne alors vers mon esclave pour lui transmettre mes ordres, je prend un petit sourire malicieux à son égare.

"Bon, changement de plan, tu va finalement être utile. Charge toi des gardes qui essayeront de se battre, et quand tu aura fini tu m'aidera à tous les rassembler. Ta survie et ma discrétion sont en jeu"

Je me retourne vers la foule, faisant bien attention que personne n'est parti, ne pars ou essaye d'appeler quelqu'un.

"Vous allez tous vous rassembler au milieu de la salle. Les barmans strip-teaseuses, serveurs, gardes du corps, esclaves, maîtres, riches ou pauvres. Toute résistance est futile et sera punie. J’espère m'être fait comprendre, il en va de votre survie."


Pff, évidement j'allais tous les tuer, les rassembler était juste le moyen le plus rapide et sûr.

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

Spoiler:
 
avatar
Messages : 119
Date d'inscription : 15/10/2017
Le chien pour qui mordre est une passion
Voir le profil de l'utilisateur




Morgan Hebimort
Le chien pour qui mordre est une passion
Ven 3 Nov - 21:30


Feat. Connor
Un assassinat bordélique



«Un verre de lait? Un putain de verre de lait!?»
Je le laissais alors se concentrer sur ce qu'il avait à faire restant calme, ne lui prêtant aucune attention. Puis je le vis me tendre un verre... un verre de lait! Je grognais en voyant la boisson. Je l'avais bien sur entendu commander à boire, mais je n'avais pas pris garde à ce que c'était! Pour quoi est-ce qu'il me prenait? Un chaton? Je saisis tout de même le récipient tout en l'écoutant parler. Observer... Ne pas cligner des yeux... je veux bien mais pourquoi? Qu'est-ce qu'il allait faire de si extraordinaire? Je soupirais en l'entendant me rabaisser encore, oui je n'étais là qu'en cas de problème, je pense l'avoir compris oh votre "grandeur". J'hochais distraitement la tête quand il m'assura qu'il n'y en aurait pas de toute façon. J'espère pour lui, car je n'ai pas envie de rester encore très longtemps ici avec lui. Mais je lui faisais un minimum confiance.

Je gardais ma boisson entre mes doigts, n'allant tout de même pas la boire et le suivis. Il demanda les service à une femme et je grimaçais dans mon coin. Ce n'était mais alors vraiment pas mon style. Heureusement que nous n'étions pas là pour ça... Je ne voyais pas vraiment où il voulait en venir avec son numéros de charme, il était en manque ou quoi? Mais je me tus, je ne dis rien, persuadé qu'il avait quelque chose derrière la tête. La jeune femme semblait néanmoins sous le charme de mon acolyte, je ne peux que la comprendre car il est vraiment bel homme. Dommage qu'il ait un tel caractère. Je restais calme, attendant qu'il agisse, mais je ne vis rien. J'entendis par contre l'hôtesse demander à Connor si tout allait bien, lui signalant qu'il avait du sang au coin des lèvres. Quoi? Je ne comprenais absolument rien!

Puis un cris retentis, je me tournais rapidement vers sa provenance pour constater que la victime était morte. Impossible, mon partenaire n'avait pas bougé! Je tournais un regard terrifié vers lui, me demandant ce qu'il était au final, puis je compris en entendant une de femme parler. C'était un vampire.

Je déglutis, n'y croyant pas vraiment, puis j'avais envie de rire. Mon ancien maitre, qui était un loup-garou m'en avait parlé. J'aurais du y penser. C'était bien ma veine... faire équipe avec un tel monstre. Je me reculais de lui en le voyant attraper la jeune femme à ses côtés, il bu son sang sans le moindre soucis. J'attrapais ma lame, ayant peur d'être le prochain, puis je commençais à trembler, mais pas de peur, je sentais mon pouvoir s'activer malgré moi. Trop d'émotion... trop de pensées... Je reculais pour m'appuyer contre le bar, écoutant les gens parler dans ma tête.

"Monstre!"

"Il va tous nous tuer"

"Apportez de l'aïl! Un Crucifix!"

"Il faut l'abattre"

"Pitié seigneur, venez nous en aide!

-"L'hybride est avec lui... il faut aussi le tuer!"

Tout se mélangeais et me donnait une affreuse migraine. C'est comme si chaque personne parlait à l'intérieur de ma tête. Je en compris plus ce qu'il se disait, tout le monde paniquait. Je me tenais la tête quand j'entendis Connor me parler, il semblait avoir pris le dessus de la situation, je ne sais pas. Il me demanda de me charger des gardes, je posais sur lui un regard fragile, troublé avant de me ressaisir un minimum.

-"D'accord!"

Alors qu'il commençait à regrouper nos victimes, je me dirigeais vers la porte, serrant mon poignard entre mes doigts, ayant une bonne prise. Un des premier agent de sécurité entra et pensant que j'étais entrain de fuir, il me demanda ce qu'il se passait. Je m'accrochais à lui comme perdu, avant de le poignarder en plein cœur. Ceci me plaisait... tuer... tuer. J'étais d'un coté ravi de pouvoir laisser s'échapper la colère qui était en moi. La frustration accumulé à cause de Connor allait enfin pouvoir sortir. J'ouvris la porte par laquelle nous étions entré et égorgea l'hybride chien qui la gardait avant de tirer le corps à l'intérieur et verrouiller la porte.

Je me dirigeais ensuite vers Connor, essayant de capter de manière plus efficace les pensées des gens. J'étais encore perdu, comme drogué. Tout en avançant, je poussais quelques personnes vers le centre de la pièce, les menaçants avec mon couteau recouvert de sang si elle refusait. Puis un autre garde de la sécurité arriva rapidement, il sortit un revolver, il n'était pas prêt à se laisser faire celui là... Mais bon c'était à moi de les éliminer. Il pointa son canon vers le Vampire, prêt à tirer, je me précipitais vers lui pour le bousculer et le désarmer. Un coup de feu retentit, il avait raté sa cible? J'espère qu'il n'a pas touché Connor! Je me relève rapidement pour regarder.

-"Maitre ça va?"

Normalement j'avais assez dévier l'arme pour que ça ne le touche pas. Mais je n'aurais pas du m'inquiéter pour mon coéquipier, car le dernier gardien restant avec de la ressource. Il se releva et profita que je parle avec Connor pour me planter un couteau dans l'omoplate. Je lâchais un cris de douleur me retournant vers lui. Impossible de retirer le couteau. Dommage pour lui, la douleurs m'excite. Je m'approchais alors de lui et s'en suivi une lutte entre lui et moi que je gagnais de justesse. Je fini par lui planter ma lame dans la gorge. Je récupérais alors son flingue auquel il restait encore cinq coup. Je rejoignis pour de bon Connor, finissant de regrouper, comme demandé, les civiles au centre la pièce. Je serrais les dents sous la douleur que je ressentais au niveau de mon omoplate et également pour les nombreuses émotions qui faisaient écho dans ma tête.

-"Je vous en prie... abattons les vite..."

Je pointais alors ma nouvelle arme sur les gens, attendant son ordre.


Code par xLittleRainbow pour Epicode

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 19/09/2017
Localisation : Devant son miroir, un verre de vin à la main
Tueur d'êtres inférieurs
Voir le profil de l'utilisateur




Connor Chase
Tueur d'êtres inférieurs
Mer 8 Nov - 22:20
Un assassinat bordélique
Execution, your retribution

Je venais de donner les ordres aux clients et à l'esclave. Il me répondit qu'il allait s’exécuter, tant mieux, je n'avais pas envie de me charger de lui aussi, puis je ne suis pas là pour me battre, mais assassiner. La différence entre un assassinat et un combat c'est que dans un combat on peut prendre des coups alors que dans un assassinat non. Un assassinat une personne meurt et c'est tout, c'est fait en finesse et on ne perd rien.

Dans tous les cas, les gens semblaient bien vouloir se réunir, parfait, personne n'avait l'air de vouloir jouer les héros, ils avaient tous peur. J'en força physiquement quelques un qui ne voulaient pas bouger, soit à cause de leur peur ou  car ils refusaient, à se diriger vers le centre du bâtiment. L'esclave semblait bien faire le bouleau qui lui était assigné, parfait. Il restait deux ou trois personnes à faire venir au milieu. L'esclave semblait s'en charger, je lui faisait confiance, car une personne apeuré est un personne de confiance. Si quelqu'un vous craint, faites tout pour qu'il continue ainsi, si sa peur reste inchangé envers vous vous pouvez l'utiliser comme un pion. Mais si vous relâchez votre emprise sur lui ou qu'il n'éprouve plus de peur envers vous, vous pouvez vous faire poignarder dans le dos. Mais cet esclave me craint encore, je le sens, je le ressent.

J'allait en direction du bar, il devait surement y avoir un tiroir avec des couteaux à l'intérieur que je pourrai utiliser pour les exécuter. Mais quelque chose ne va pas, tous les otages sont aux centre mais quelque chose ne va pas... Quelqu'un, quelqu'un avec une arme n'est pas au centre et ce n'est pas l'esclave. J'entend un tir soudain. Je me retourna pour regarder ce qu'il s'était passé, les otages étaient tous au centre, mais l'esclave lui, était aux cotés d'un garde. Il semblait l'avoir bousculé pendant son tir, en tout cas, c'est ce que je pu en déduire et ce que j'ai pu ressentir avant qu'il ne tir. L'esclave me demanda si j'allait bien alors qu'il se prit un coup de couteau du garde. Bon... je n'ai pas que ça à faire moi, que cet esclave perdre le combat ou pas, ça m'est égale, dans tous les cas je peut assassiner le garde comme je veut.

Je me penche alors vers le bar, ouvre un tiroir et tombe avec chance sur le tiroir à couvert. Je prend le plus de couteau possible. Puis je reviens près du centre de la pièce. L'esclave semble avoir gagné le combat et me rejoint. Les otages semblaient avoir vu les couteaux, mais ils ne bougeaient plus, ils étaient pétrifiés. Parfait, j'allait pouvoir voir leur peur avant de les tuer. Finalement le plan ne s'est pas déroulé comme prévu, mais il m'aura permit de voir le peur dans le visage de plusieurs personnes en même temps avant de pouvoir les exécuter.

L'esclave semblait avoir récupérer un pistolet sur le garde qu'il venait d'abattre. Il me pria de les abattre rapidement, tout en pointant son nouveau jouet sur les otages. Bon, il est temps de faire les calculs, j'avais 7 secondes avant de le rejoindre, puis j'ai utilisé 4 secondes pour l'assassinat, ce qui me laisse 3 secondes. Mais j'ai également sucé le sang de cette humaine ce qui a dû me donner environ 2,5 secondes. Donc j'ai environ 5,5 secondes restantes pour tous les assassiner et montrer à ce petit insecte qui dirige ici.

Je prit d'un coup sec alors 8 couteaux dans mes deux mains. Les futures victimes étaient plus que 8, mais avec ma force, les couteaux allaient transpercer les cibles et s'arrêter sur un mur alors ce n'était pas un problème. Les gens semblaient alors encore plus effrayés. Il était temps... de commencer le spectacle.

"Le temps s'arrête alors"

Je lança les 4 couteaux de ma main droites, ils s'arrêtaient à mi-distance à cause du temps qui était figé.

"Une seconde est passé"


Je lance alors la deuxième volée de couteaux avec ma main gauche, s'arrêtant eux aussi, à mi-distance.

"Et le temps reprend son cours"

Les couteaux finissent leurs course rapidement, car projeté avec la force d'un vampire. Toutes les cibles semblaient mortes, mais il fallait m'en assurer, je ne faisait pas ça pour m'amuser, mais pour que personne ne révèle mon identité.

"Garde ton pistolet en main, mais ne tire pas, ils sont morts... enfin c'est ce que je veut que tu vérifie. Alors tu vas aller vérifier si chaque personne est bien morte, en écoutant leurs battements de cœur et leur respirations. Tu utilisera ton pistolet pour finir une cible pas encore morte. Je te regarde du bar, je vais terminer mon verre".


Et alors je partit, laissant le petit insecte faire ce que je lui avait demandé, il s'était plutôt bien débrouillé, je me demande si je doit le garder ou pas. Peut-être il pourrai faire un bon esclave, il a l'air de savoir se battre. Par contre il a l'air complètement fou, il ne ressent pas grand chose de la douleur visiblement, ou en tout cas le montrer très peu.

Je me rassois alors sur le tabouret au bar et continue là où j'avais arrêter de boire mon cocktail. Observant sa manière de faire. J'aurai pu aller écouter leurs soufflement ou battements de cœur avec mes sens surdéveloppement en moins de 5 secondes, mais je voulait le voir faire. C'était son test, pour savoir si j'allait simplement le violer et le tuer ou si j'allait le violer et le garder en esclave.

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

Spoiler:
 
avatar
Messages : 119
Date d'inscription : 15/10/2017
Le chien pour qui mordre est une passion
Voir le profil de l'utilisateur




Morgan Hebimort
Le chien pour qui mordre est une passion
Jeu 9 Nov - 17:52


Feat. Connor
Un assassinat bordélique



«Un monstre...»
Je n'aimais pas cette mission, moi qui aimait tuer, qui aimait le sang, là tout était différent. Je savais que ça venait de Connor. Je ne voulais pas rester plus longtemps avec lui, il m'effrayait et ceci à juste titre. Ce n'était qu'un monstre à mes yeux, mais, d'une manière malsaine, il m'intriguait. Pourquoi est-ce que le danger m'attire? Je ne saurais pas l'expliquer, mais il me faisait penser à mon ancien maître et j'avais besoin de ce genre de personne pour vivre. Pourquoi? Je voulais en finir vite, me sentant mal à l'aise, chose qui m'arrivait rarement. Je ne faisais pas vraiment attention à ce qu'il faisait, mais je vis qu'il avait des couteaux dans les mains, un pour chaque victimes. Qu'est-ce qu'il allait faire? Je l'observais alors quand je vis soudain toutes les personnes s'écrouler en une seconde à peine. Quel était son pouvoir? Comment pouvait-il faire ça? Je sentais mon estomac se nouer en même temps que les voix s'éteignaient dans ma tête. Je fermais alors les yeux. Pourquoi est-ce que j'avais du faire équipe avec lui? J'aurais préféré ne jamais croiser sa route. Je rouvris mes paupières en l'entendant me parler, j'avais envie de vomir tellement je me sentais mal. Mise à part mon maitre personne ne m'avait autant terrifié que lui. J'écoutais ses ordres, espérant d'un côté ne pas le décevoir.

C'était plutôt simple. Je le regardais alors s'éloigner, avalant difficilement ma salive. Un fois qu'il fut installé je commençais alors à contrôler que chaque personne soit morte, tout en espérant que oui et que non à la fois. Je m'exécutais alors, sentant son regard posé sur moi. J'écoutais chaque respiration, observant chaque corps, prenant mon temps. Je prenais le pouls de chacun pour être sur qu'aucun d'eux ne retenais sa respiration. Je posais mon oreille sur le torse de chaque victime pour en être encore plus sur. Je ne voulais pas qu'il me reproche quoi que ce soit. Une fois ma tâche accomplie, je me redressais, me tournant vers Connor. Je posais sur lui un regard clairement effrayé. Ils était tous mort. Ce n'était pas possible. Il n'étais pas humain, ça je le savais déjà, mais comment un vampire pouvait-il commettre un tel carnage? Je n'osais pas m'approcher de lui, rangeant simplement le pistolet à ma ceinture. Il pourrait m'être utile pour la suite. Je me pinçais alors les lèvres, ne pouvant détourner mon regard de lui. Une fascination morbide s'emparant de moi. Il me rappelait trop mon maître, ça n'allait pas. C'est le genre de personne à qui je pourrais obéir aveuglément et pas forcément à cause de la peur, mais pour mon côté déranger. "Fait moi mal". "Fait moi sentir en vie". C'est tout ce que j'arrivais à penser. Je me rendis soudain compte que mon maître me manquait. Mais j'aimais ma liberté, je ne voulais pas l'abandonner. J'étais à présent tiraillé entre deux monde. Mon addiction pour la soumission et mon envie irrépressible pour mon indépendance. Je mis du temps à lui rendre mon verdicts, puis sans mon rendre compte, des mots s'échappèrent de ma bouche.

-"Ils ont tous mort... nous n'avons plus rien à faire ici..."

Je me rendais alors compte que j'avais toujours le poignard enfoncé dans mon omoplate, je me contorsionnait pour essayer de l'enlever. Mais il était mal placer, mes doigts ne faisaient que l'effleurer. Je me tournais alors vers mon maître d'un soir, n'osant pas vraiment lui demander de l'aide oralement. Mais mon regard le suppliait de me le retirer.

Code par xLittleRainbow pour Epicode

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 19/09/2017
Localisation : Devant son miroir, un verre de vin à la main
Tueur d'êtres inférieurs
Voir le profil de l'utilisateur




Connor Chase
Tueur d'êtres inférieurs
Jeu 9 Nov - 20:07
Un assassinat bordélique
You get to choose your future

Je buvais mon verre, doucement, je le savourais du plus que je le pouvais. Mes sens de vampire me permettait d'encore plus ressentir le délicieux cocktail se déverser dans ma bouche. J'observais tranquillement l'esclave faire le travaille que je lui avait attribué, il semblait prendre son temps, il avait peur des conséquences si il faisait une erreur. La peur, c'est la peur qui me permet de lui faire confiance, je sais qu'il ne va pas prendre de risque en se dépéchant sachant que je le regarde, prêt à le sanctionner en cas de faute.

Après quelques temps, il semblait avoir fini de vérifier l'état des cadavres, il se leva et se tourna vers moi. Il ne dit rien, je le regardais, attendant une réponse de sa part, mais il ne répondait pas. Sûrement à cause de cette peur que je lui procurait. Pendant ce temps, je prit la dernière gorgé de mon verre pour le reposer sur le bar. Il me répondit alors de loin sans se rapprocher, surement par peur, qu'ils étaient tous mort et que nous avions plus rien à faire ici. Il avait raison, nous devions partir, mais je devais finir mon travail avant ça, je devais laisser une trace de ma présence. Il semblait me demander à l'aide, surement à cause du couteau qui était planté en lui. Je répliqua alors à son regard :

"Je vais t'aider à enlever ce couteau, de toute façon tu n'est bon qu'a souffrire esclave. Attend quelques secondes je dois finir quelque chose."


Je mraprocha alors du mur à coté de moi et laissa alors la signature que j'écris à chaque crime publique. Je posa alors mon index de la main gauche sur ma cannine gauche. J'appuya alors un peu mon doigt, laissant sortir ce sang noble de ma main. J'arrivais à controler un minimum mes petites coupures, je posa alors mon doigt recouvert de sang contre un mur et dessina un "G" souligné. C'était ma signature, ma signature en tant tueur et vampire. Mais personne ne devait savoir, pour l'instant, que l'auteur de ces crimes était moi, Connor.

Je me retourna alors vers l'insecte. Je lui fit comprendre que j'arrivais pour lui enlever le couteau, mais je ne me pressais pas, je marchais lentement car je devais avant tout le faire avec style. J'était maintenant devant lui, nous étions face à face, je le fixa dans les yeux.

"Je vais t'enlever ce couteau et soigner tes plaits, mais avant ça nous devons partir avant que quelqu'un d'autres n'entre dans l'établissement"


Je partis en direction de la porte arrière du batiment, attendant de l'esclave qu'il me suive. J'utilisais mes sens pour bien écouter si il me suivait, si il restait, ou si encore pire, il partait. Son choix sera déterminant de son état final d'après mission.

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

Spoiler:
 
avatar
Messages : 119
Date d'inscription : 15/10/2017
Le chien pour qui mordre est une passion
Voir le profil de l'utilisateur




Morgan Hebimort
Le chien pour qui mordre est une passion
Jeu 9 Nov - 21:00


Feat. Connor
Un assassinat bordélique



«Un monstre... un vrai...»
Il mit peu de temps à me répondre, me disant qu'il allait me retirer le couteau de mon omoplate, il ne semblait pas si pourri que je ne l'imaginais. Mais bon, la suite de sa réponse ne me surpris pas vraiment et puis je pensais d'une certaine façon comme lui. Oui les esclaves sont fait pour souffrir et pour répondre à la moindre demande de leur maitre. J'avais été élevé ainsi et je pensais ainsi. Mais je n'étais plus un esclave. Ce vampire commençait à me faire perdre toute confiance en moi et je n'aimais absolument pas ça. Je commençais à être de plus en plus perdu, ne sachant plus quoi penser ou ressentir. Mon regard se vidait peu à peu. Je voulais lui résister et lui prouver le contraire, mais je savais que les conséquences ne me plairaient pas. Je le vis apposer une marque sur le mur avec son sang, je me demandais bien à quoi cela lui servait. C'était certainement une sorte de signature ou un truc du genre. Je le vis se tourner vers moi et puis s'approcher. Dans un réflexe, je portais ma main sur le pistolet, comme si j'étais menacé. Sa manière de marcher, de se déplacer, tout me stressais. Puis je compris qu'il venait pour me retirer le couteau. Mais il reprit la parole.

Non mais sérieusement? Il se foutait de moi? Il n'avait qu'a tirer dessus et c'était fini! Il voulait vraiment me faire attendre. Un grognement s'échappa de ma gorge. Je n'avais pas encore perdu toute émotion et ma hargne était toujours présente. Je ravalais des paroles insolente tout en détournant le regard. Il n'avait pas tout à fait tord, nous devions quitter les lieux au plus vite. Je le vis me tourner le dos et commencer à partir. Lui tirer dessus me démangeait! Mais non, ce n'était pas la chose à faire. Je l'avais vu à l'oeuvre et ça ne servirait à rien de le combattre. Je retirais alors ma main de l'arme qui était à ma ceinture et je lui emboitais le pas.

-"Comme vous voulez..."

Je le suivis jusqu'à l'extérieur du bâtiment, marchant dans la rue bien derrière lui, préférant garder une certaine distance. Et puis j'avais bien compris que c'était ce qu'il préférait. Nous étions à présent dans la rue. Je me demandais bien où il voulait aller pour soigner mes blessures... Puis je le vis s'arrêter et je me stoppais à mon tour l'observant, un regard interrogateur.

Code par xLittleRainbow pour Epicode

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

avatar
Messages : 45
Date d'inscription : 19/09/2017
Localisation : Devant son miroir, un verre de vin à la main
Tueur d'êtres inférieurs
Voir le profil de l'utilisateur




Connor Chase
Tueur d'êtres inférieurs
Dim 12 Nov - 2:27
Connor Chase a écrit:
Un assassinat bordélique
Destiny

J'était en train d'avancer, près de la sortie, mais l'esclave ne se dessidait pas. Il prit un moment avant de me répondre qu'il ferait comme je lui demander et qu'il commença à me suivre. J'avais un plan pour lui, un plan grandiose digne d'un génie comme moi. Mais il fallait que le destin soit avec moi... mais il le sera, je le sais. Le destin est toujours de mon coté, car ma destiné est une des plus important, si ce n'est la plus importante, de l'histoire de l'humanité.

Il me suivait alors dans les rues, presque ruelles, de la ville. Il restait tout de même assez loin, par peur évidement, par peur de moi, Connor. Je me devait de trouver un coin sombre pour ne pas être vu. Il faisait nuit, alors ça aidait déjà, mais je préférait tout de même m'éloigner du bordel pour ne pas être repéré.

Je trouvai une ruelle assez sombre, isolé et éloigné de la maison close. Je m'arrêta, l'esclave fit de même, restant à une sorte de distance de sécurité. Je commença à me rapprocher pour pouvoir enlever le couteau de sa plaie.Alors que je me rapprocher de lui, je lui parla

"Tu sais, tu es peut-être un esclave, mais tu n'es pas sans valeur. Je sais que tu as du potentiel, et je sais que je peut le rendre meilleur. Mais je ne peut te traiter comme quelqu'un d'égal, alors je vais devoir t'aider à devenir meilleur..."

J'était alors proche de lui, le regardant de haut, puis je retira d'un coup sec le couteau de son dos, sans qu'il ai la moindre chance de réagir. J'avais le couteau remplis de sang dans ma main droite. L'hybride grognait de douleur, serrant les dents. Il montrait tout de même un visage soulagé malgré les douleurs de la plaie. Il saignait, du sang coulait sur son dos, ruisselant sur des habits. Je retourna le couteau, posant mes délicates mais froides mains sur l'acier de la lame. Du sang coulât de ma main, laissant le sang se répandre sur le sol.

"Prend le, sinon je t'égorge sur place..."

Il hésita mais prit finalement la lame par instinct, il semblait ne pas comprendre ce qui se passait. Je leva ma main, la faisant atteindre ma bouche, puis, je lécha doucement mais lentement à plusieurs reprises le fluide rouge. La plait s'était à présent refermé, ma main reprit alors sa forme si belle. Après un temps d'attente, je lui prononça un ordre.

"Ce couteau, utilise le pour m'attaquer, coupe moi la tête avec, plante le moi dans le ventre, égorge moi, fais ce que tu veux mais tue moi."

Il comprenait alors encore moins ce qui se passait, il semblait ne pas accepter ma demande. J'attendis alors quelques secondes, mais il ne semblait pas se décider... Bien je devais alors lui montrer directement sans mise en scène... dommage, l'acteur principal de la pièce ne veut même pas jouer. Je passai à la partie suivante de mon plan.

"Et le temps s'arrête alors."


Le temps se figea, me laissant libre action, mais pompant mon sang de plus en plus fort. Je lui pris sans difficulté le couteau des mains. Puis je me mit en position pour pouvoir lui donner un coup.

"Une seconde est passée."

Je lui planta la lame dans le ventre, ma main était sur le manche du couteau tandis que l'autre était sur son dos. J'était collé contre lui, ma bouche prêt de son oreille, prêt à lui dire le plan que j'ai préparé pour lui. Le plan qui allait changer toute sa vie.

"Deux secondes sont passées... et le temps reprend son cours"


Je lui susurra à l'oreille ce que j'attendais de lui pour mon plan

"Morgan, je fais ça pour toi, c'est une épreuve que tu vas passer, tu vas devoir surmonter ces blessures et devenir fort... Tu vas devoir devenir fort te battre et gagner tes combats, tu vas devoir terrasser tes adversaires en utilisant la douleur comme boost. On se reverra un jour, je le sais... et quand on se revera, tu sera plus fort et plus puissant. Je te donnerai alors de nouveaux pouvoirs, mais si tu échoue et ne devient pas plus fort, je ferai de toi mon esclave personnel."

Je lacha alors le couteau, le laissant dans le corps de mon cobaye qui tombait lourdement sur le sol. Je le reverrai un jour, et c'est ce jour que je lui donnerai le pouvoir qu'il méritera. A moins qu'il choississe de se rebéller, et dans ce cas je me devrai de le tuer sur le champs.

Je partis alors, rentrant chez moi et laissant le corps inerte sur le sol.

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

Spoiler:
 
avatar
Messages : 119
Date d'inscription : 15/10/2017
Le chien pour qui mordre est une passion
Voir le profil de l'utilisateur




Morgan Hebimort
Le chien pour qui mordre est une passion
Dim 12 Nov - 3:37


Feat. Connor
Un assassinat bordélique



«The end...»
Nous nous étions arrêté dans une ruelle sombre, je continuais de l'observer, restant loin de lui. Je le vis alors se rapprocher tout en me parlant. Je crois que c'est les premières paroles "gentilles" qu'il m'adresse ce soir. Mais je ne sais pas pourquoi, tout ceci est des plus inquiétant. Il arriva à ma hauteur et je relevais alors la tête pour le regarder droit dans les yeux. Il finit de parler et m'arracha d'un coup le couteau, je serrais les dents tout en grognant. Puis je me redressais, ceci soulageait de ne plus avoir cette arme. Puis il m'ordonna de le prendre... hésitant je finis par le prendre. Je ne le comprenais vraiment pas, j'attendais la suite tout en le regardant se lécher la main. Il m'ordonna alors autre chose. Comment pouvait-il me demander ça? Je posais alors sur lui un regard encore plus perdu, n'osant pas parler. Je ne pouvais pas le faire, je ne sais pas s'il me testait ou autre. Ceci ne sembla pas lui convenir puisqu'une seconde après je me retrouvais avec la lame plantée dans le ventre. Je sentais sa main dans mon dos. Mais comment pouvait-il donc bouger si rapidement? Je ne comprenais pas. Je gémis de douleurs sentant la douleur me saisir entièrement. Je m'accrochais alors à lui pour ne pas tomber et l'entendis me murmurer encore des paroles à l'oreille.

Je ne comprenais pas ce qu'il avait en tête, mais je savais qu'il était sérieux. Pourquoi faisait-il ça? Pourquoi est-ce qu'il prévoyait tout ça? Je ne voulais pas redevenir esclave, c'était hors de question. Il me rappelait vraiment mon ancien maitre. Puis il s'éloigna de moi et j'eux l'impression que le sol se dérobait sous mes pieds. Je m'écroulais à terre ne pouvant pas bouger. Pourquoi? Je n'aurais jamais du accepter cette mission. Ce soir nous aurions du simplement assassiner un homme et repartir. Mais tout avait mal fini, du moins pour moi. Je sentais mes forces me quitter alors que je perdais mon sang dans cette ruelle. Puis je perdis connaissance, pour me réveiller plus tard dans un lit d'hôpital. Des passants rentrant d'une maison close m'avaient trouvé et avaient appelé les secours. Est-ce que j'avais eux de la chance? Ou de la malchance? Je ne sais pas... Tout ce que je sais c'est que je vais survivre pour le moment... et le jour où je recroiserais Connor, je n'hésiterais pas à le planter.

Code par xLittleRainbow pour Epicode

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼






Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AG-Corporation :: Flood :: Corbeille :: Rps terminés-
Sauter vers: