RSS
RSS



 

 :: Premier pas~ :: Présentation :: Présentations abandonnées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un tatoueur, sachant tatouer... ben c'est normal. [fiche terminée]






Invité
Invité
Ven 8 Sep - 12:52
▬ MA PRESENTATION
La folie. C'est amusant quand on y est après tout.
PRÉNOM • Marek
    NOM • Orias
    SEXE • Homme
    ÂGE • 27 ans
    ESPECE • Gargouille. (Mythomanie)
    CLASSE • Maître neutre
    PROFESSION • Tatoueur, perceur, artiste du corps
    DON • It's the truth: Peut faire en sorte qu'une chose soit la vérité pour une personnes.
    LIMITATION •
the truth hurts Doit être dans un rayon de moins de deux mètres de la personnes. La « vérité »  doit être en rapport avec la discutions et ne peut pas être trop importante. Il ne peut pas modifier les souvenir profonds ni le comportement en général d'une personnes.
Plus il utilise se don de manière répété plu son esprit s'embourbe en lui même et sa folie refait plus rapidement surface.
    

   
DESCRIPTION PHYSIQUE ET CARACTÈRE


PHYSIQUE

Ho, tu veux savoir à quoi je ressemble… Tu es bien curieux. Mais je vais être sympa, tu vas pouvoir me découvrir. Je suis un charmant jeune homme assez grand, j'arrive presque aux deux mètres, il me manque cinq centimètres. Mais je suis très fin, pas squelettique, plus athlétiques quatre-vingt-trois kilogrammes, enfin cela dépend si j'ai beaucoup mangé ou non. Enfin, je n'ai pas beaucoup de gras, même pas un seul petit gramme visible. Maintenant, on va passer de haut en bas... J'aurais bien fait de bas en haut, mais j'ai changé d'avis. J'ai les cheveux noirs, non pas brun foncé, mais noirs. Rasé sur le côté gauche et long sur le reste de la tête, je me fais même une petite queue-de-cheval par moments.

Ensuite pour mes yeux. Ils sont étranges avoués. Ce noir, c'est perturbant, d'habitude, c'est du blanc que l'on voit. Je suis tatoueur, j'ai voulu voir ce que cela donnait sur mes yeux. Et tandam. Bon, mon iris est constamment injecté de sang d'où le rouge vif. Tu as peur. J'avoue que je me suis un peu raté sur le coup, mais grave moi, j'adore ! Pour les oreilles, elles sont toutes les deux percées, de toute sorte en travers des petits, des gros, des aiguilles des épingles à nourrice, etc. J'aime bien changer et j'ai plein de places disponibles sur mes deux oreilles.


Ensuite pour les bras et le reste du corps, c'est une peau gris pâle qui est recouverte de tatouage, tout le bras, un peu le ventre et le dos même au niveau de mon cou, tous les décrire serai bien trop long. Car je ne parlerai pas que de leur forme, mais surtout de leur origine, comment, je m'habille ? Ho, ça dépend de mes humeurs très souvent un simple débardeur, j'ai très chaud dans mon cabinet de tatouage. Quand je sors. J'aime bien porter un monocle ainsi qu'une sorte de bustier en cuir, cela me donne un peu de prestance. Mais cela c'est quand je veux être classé


CARACTERE

Dans ma tête. Ho, c'est un grand bordel, moi, je m'y perds souvent. C'est que c'est complexe et complet, comme le riz ! Tu as compris le jeu de mots ?!Je suis comme cela, un petit rigolo, enfin moi, je me trouve drôle, je ne suis pas le plus grand des comiques, mais je suis le moins coincé des culs serrés. Comment ça je suis cru et vulgaire ? Ben, pourquoi appeler un con par un autre nom. J'aime que les choses soient claires, pas besoins de grandes tournures de phrase et de figure de style. Sinon, c'est ma main dans ta figure !

Non, je ne suis pas violent, il ne faut juste pas me pousser à bout, j'aime ma routine de tous les jours et quand je l'applique précisément et ben, je suis d'un calme presque olympien. Et pour me calmer ce qui me faut ? Ho, c'est simple, beaucoup d'alcool, de la musique à décorner un taureau et de CALME ! Non, je plaisante. Ce que j'ai vraiment besoin, c'est de me concentrer sur du dessin, le mieux, c'est le tatouage. Ça prend toute ma concentration et je ne pense plus à rien et c'est plus qu'agréable.


Je peux passer du plus grand des calmes à l'hystérique le plus incontrôlable et dangereux juste parce que quelqu'un a renversé du jus de viande sur un papier.... Comment ça cela sent le vécut ? Exactement ! Mais comme je l'ai dit, je suis aussi très drôle à côté de ça.


Sur cette terre y a une personne que j'admire, je protège, j'aime, je hais et surtout que je respecte. C'est Clara. Elle est pour moi tout ce que je veux et ce que je ne peux pas avoir.... Mais je ne suis pas son amoureux et moi cela me convient parfaitement. Je connais un peu de son passé et elle ben, elle me connaît tout simplement. Même, c'est simple et mon esprit ben, ça fait quatorze. Pourquoi quatorze ? Car j'aime bien le son de ce mot, donc, je l'utilise.


Je n'utilise que peu mon don maintenant. Je sais que je pourrai en abuser, mais je ne sais pas, je n'ai pas envie que les gens en deviennent marteaux comme moi, je veux rester unique. Je n'aime pas que l'on voie cette partie de moi.





   
HISTOIRE


C'était un mardi, il pleuvait des trompes d'eau. Je m'en souviens parfaitement, j'étais là ! Voilà ce que disait mon père quand l'alcool lui montait trop à la tête, soit tous les jours. Ensuite, il enchaînait sur le reste de l'histoire, version courte. Ma mère n'a pas supporté ma naissance et lui s'est retrouvé seul avec moi et ce n'était pas simple. Chaque jour, j'entendais ce refrain avec plus ou moins d'explication et aussi des coups. Enfants battus, c'est exact, mais que voulez vous, c'était l'époque qui voulait cela aussi. Enfin surtout, la boisson et mon père.
J'ai grandis dans la peur constante des représailles de mon père, dès que je le pouvais, je partais de chez moi pour voir le monde, enfin les champs qui entourer notre maison, les étoiles la nuit.

À l'école, je mentais sur mes bleus , je disais que j'étais un casse-cou, etc., J'ai toujours su bien modifier la réalité pour qu'elle soit crédible aux yeux des gens. Même à mes camarades, je leur racontais des mensonges plus gros que la lune, en ce qui concerne ma mère et mon père. Je pouvais le faire, personne ne les avait vues. Durant toute mon enfance, la vie de mes parents n'était que mensonge sur mensonge ou autres vérités troublaient. Ainsi, j'ai grandi, cependant tout le monde n'est pas crédule. Je me suis donc frotté à de vrais détecteurs de mensonges ou de meilleur menteur. Ce qui m'a valu des ennuis plus ou moins. Important. Je n'avais pas peur de me prendre des coups, vu ceux de mon paternel, je ne craignais pas grand-chose.


Cependant, des rumeurs se sont répandues sur moi à cause de ça et mon paternel en a eu vent. Pour préserver le peu d'honneur qu'il avait, il m'a envoyé dans un endroit bien pour moi. Un asile. Du personnel en blanc est venu me chercher.Des médecins m'ont alors ausculté de part en part ont discuté avec moi pendant des jours et des jours. J'ai essayé de trouver toutes les solutions pour leur dire que je n'avais pas ma place avec les fous.

Cependant, à chaque dialogue avec eux, j'ai menti de diverses manières, sur mes motivations, le pourquoi de mes actions ou encore le contexte. Les docteurs de l'époque m'ont dit que je mentais, car mon cerveau n'avait pas compris que la vérité était juste. Un traitement de fond et puissant m'aiderait. J'avais un doute sur le moment. Il s'est confirmé par la suite.

Ils m'ont sanglé et mis des électrodes dans la tête. Une méthode révolutionnaire d'après les médecins. Les chocs électriques m'ont grillé petit à petit le cerveau, n'aidant pas du tout ma panoplie, de la mythomanie poussée couplée à un refus de l'autorité, ainsi qu'un goût prononcé pour le risque sur sa propre personne.


Tout cela pour dire que je mentais à tour de bras sans accepter les décisions et en me mettant en danger. Vraiment, il n'y avait pas de quoi en faire tout un plat. J'étais presque un légume après chaque séance d'électrochocs, les médecins me mettaient devant une feuille avec des feutres stylo et autres. C'est dans ces moments où j'avais l'impression d'oublier, la douleur et tout le reste, j'étais heureux. Seulement, ce ne fut que de courte durée. À mesure que je restais dans cet établissement, je me suis mis presque à l'automutilation ou juste à m'en prendre au gardien ainsi qu'au personnel soignant. J'avais envie de me battre pour ne plus être emprisonné dans cet endroit.


Je ne sais pas si c'est réputation de menteur et d'homme violent qui m'a permis de sortir de cet endroit. Non pas parce que j'étais sain, mais pour aller ailleurs dans une entreprise privée. Le vrai cauchemar a vraiment commencé. Des scientifiques ont parlé d'une machine particulière qui ferait de moi quelqu'un de bon pour la société. Une procédure PRP je n'ai pas tout compris et je ne voulais pas comprendre. Je voulais simplement sortir de là.


Ils m'ont relié une sorte de machine. Puis j'ai vu des écrans autour de moi, je ne comprenais rien de tout cela, je ne voulais simplement pas rester face à eux. Mais quand je m'en suis éloigné, j'ai vécu tout ce que je craignais dans ce monde. Je ne sais pas combien de temps cela à durer, mais toutes mes peurs me tourmenter à chaque instant, sans jamais s'arrêter se reléguant entre elles. Une fois de plus, je voulais m'enfuir loin d'ici.


Et j'ai réussi à partir de ce maelström de cauchemar, mais je désirai encore fuir, je ne voulais pas rester celui que j'étais. De ce que je me souviens, j'ai réussi à briser le PRP, non pas sans des effets secondaires, une peau grise. Les scientifiques m'ont alors mis dans la catégorie gargouillée et jetée dans la rue tel un chien. Je ne comprenais pas ce qui m'était arrivé, mais, j'avais changé, bien ou mal, je n'en sais rien. J'ai vagabondé des jours, semaines, je ne sais même plus.


Ce dont je me souviens, c'est que je voulais un havre de paix de tranquillité. Puis un jour où je fouille une fois de plus une poubelle, un homme assez âgé m'a vu et m'a fait rentrer dans sa boutique pour me donner à manger. Une fois à l'intérieur, je suis resté planter devant une photo. C'était un tatouage tribal. Je n'arrêtais pas de la contempler. Je ne savais pas ce que c'était, je voulais juste en voir d'autres. Nous avons parlé avec cet homme, pendant des heures. Il a cru au départ que ma peau était entièrement tatouée, à cause de sa couleur grise. Mais il n'avait pas peur, car pour lui, une personne qui aime son art ne peut être mauvaise.


Il m'a alors pris sous son aile et j'ai commencé à tatouer avec lui. J'ai adoré apprendre de lui et j'étais doué et pas qu'un peu. Durant des années, nous avons collaboré. C'est aussi à cette époque, que j'ai découvert mon don si particulier. Je pouvais faire croire à une personne que ce que je disais été la vérité et donc la personne me croyait sans aucun souci. Ainsi, j'ai pu ramener de l'argent dans le commerce du vieil homme. Puis un jour, il m'a dit de prendre mon indépendance, d'après, mais je me doutais qu'il n'apprécie pas la manière dont j'utilisais mon don par moments.



Je suis alors parti alors pour Nishiko, pourquoi là-bas ? Je ne sais pas, j'avais envie ! Plein de client possible, personne qui ne me connaisse. En plus, dans ce pays, on mange des sushis et j'aime bien cela. Une fois sur place, j'ai usé de mon pouvoir pour des raisons très pratiques. Trouver un travail dans un salon de tatouage moyen afin d'avoir de l'argent de coter puis ensuite. Une fois les connaissances sur la population ainsi que de l'argent en poche, j'ai acheté mon propre commerce. En usant de mes dons bien évidemment. J'ai pu devenir mon propre patron avec mes règles bien à moi, les outils que je voulais ma décoration. C'est aussi à cette époque, que j'ai rencontré Carla. Une demoiselle presque aussi étrange que moi.


Nous nous sommes rapprochées, devenues amie puis collègue de travail et pour finir colocataire avec des relations ambiguës. Une évolution des plus que surprenante. Maintenant, je vis ma vie au jour le jour, je ne veux pas me prendre la tête ni causer du mal autour de moi, car je sais que j'en suis capable.





   
PHRASE PERSONNALISÉE
Ho les curieux ! Aller vous avez le droit à marek bande de fous.
    ÂGE • 25

    DOUBLE-COMPTE • pas encore
    VOTRE PRÉSENCE SUR LE FORUM • très très souvent
    COMMENT AVEZ-VOUS TROUVÉ LE FORUM • Elles sont sympa les fondas, non mais vraiment.
    AUTRE • Autre
    CODE DU RÈGLEMENT •
  

    

° CODAGE PAR DITA | EPICODE °
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AG-Corporation :: Premier pas~ :: Présentation :: Présentations abandonnées-
Sauter vers: