RSS
RSS



 
N'oubliez pas qu'il y a le nouveau serveur du forum qui a été ouvert il y a peu, vous le trouverez alors en annonce sur l'ancien et aussi en cliquant sur le logo. Il y aussi le recensement, même si vous avez décidé de partir dite le nous quand même.

 :: Premier pas~ :: Présentation :: Présentations abandonnées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Heartsmith [Terminée]






Invité
Invité
Dim 1 Avr - 1:14
Once upon a time
❝ Tout ce répare avec le temps, même les coeurs ❝

PRÉNOM • Logan
NOM • Parker
SURNOM • Heartsmith
NOM ANGÉLIQUE • Raphaël
SEXE • Masculin
ÂGE • 42 ans (Vieillissement arrêté à 27 ans)
ORIENTATION SEXUEL • Hétérosexuel par défaut
NATIONALITÉ • Américaine

ESPECE • Ange / Cyborg
CLASSE • Civil
PROFESSION • Horloger
AUTRE ? • ici

FEAT• Lancer of red (Karna) [Fate Apocrypha]

PRÉNOM OU PSEUDO: Kiritsuko  
ÂGE : 26 ans
COMMENT TROUVEZ VOUS LE FORUM ? : Uhuh :3
CODE :
COMMENT AVEZ-VOUS TROUVÉ LE FORUM : (Uhuh :3)²
DON ET LIMITATION

DON: -Immortalité
-Régénération augmentée
-Empathie naturelle (Don mineur) : Si Logan a toujours été à l’écoute des autres, son pacte avec Raphaël a renforcé cette forme de perception naturelle, le rendant apte à comprendre les états d’âme et la douleur ressentie par les gens qu’il croise. C’est un don que notre cher Logan ne maîtrise pas encore vraiment, aussi n’a t il aucune possibilité de fermer son esprit aux malheurs des autres.
-Celui qui répare les coeurs (Don mineur) : Selon les textes sacrés, Raphaël est l’archange qui symbolise la guérison des maux. Si ces dernières écritures lui accordent le don de guérir des infirmités telles que la cécité, c'est bien loin des capacités attribuées à Logan. Allant de paire avec son empathie, Logan saura toujours trouver quoi dire ou quoi faire pour apaiser la douleur d’un être malheureux, sa présence même permets aux autres de mieux supporter leurs maux, comme s’il étendait une aura apaisante sur les autres. SI ce don semble impressionnant, la malédiction lié à cette capacité n’en est que plus horrible…
-Aura de Paix : Comme canalisée par sa capacité à soulager les maux des autres, la présence de Logan peut dissuader certaines personnes belliqueuses d’entamer un conflit en sa présence.
-Résistance aux capacités mentales : En raison de sa nature, Logan et Raphaël sont très résistants face aux capacités mentales et notamment aux capacités de lecture.
-Celui qui absout : De par ses capacités, Logan et Raphaël peuvent ancrer un Nephilim de lumière dans son élément, voir faire passer un néphilim de ténèbres à la lumière, de par sa présence prolongée. S’il décide de l’aider à affronter ses démons intérieurs, l’effet est bien plus rapide.
-L’homme au bras de fer : La dernière mission d’Heather dans son groupe d’intervention clandestin coûta non seulement les bras de la jeune fille, mais aussi le bras gauche de Logan. Il dut se résigner à porter une prothèse, un bras mécanique qu’il améliore avec le temps grâce à ses connaissances dans le domaine de la mécanique et aux leçons de biologique de son frère, plus jeune. En terme d’efficacité, son bras mécanique est plus rapide et lui permet de soulever des charges plus lourdes qu’avec son bras d’origine, en outre il n’a rien perdu de sa dextérité et de sa précision.

LIMITATION: -Possession amoindrie : L’archange Raphaël ne peut prendre possession de son hôte que sur de très courtes périodes et pour des fins de survie de l’hôte uniquement, tel est le code de conduite qu’il s’impose et qui agit aussi bien qu’une véritable limitation. Cette limitation influe sur la maîtrise de ses capacités par l’hôte ainsi que sa capacité à reconnaître ou se faire reconnaître de ses pairs.
-Celui qui répare les coeurs : Don comme malédiction, cette même capacité qui permet aux autres de supporter les coups durs de la vie ne le rend que plus seul chaque jour. En effet, un mal certain fait que, s’il agit activement pour aider quelqu’un avec sa capacité, la personne aidée perdra immanquablement le souvenir de l’identité de celui qui l’a aidé. En termes pratiques, jamais personne ne le suivra après que Logan l’ai aidé à surmonter ses démons intérieurs. S’il n’y avait pas eu Heather qui, étrangement, ne semble pas affectée par cela, Logan resterait irrémédiablement seul.
-L’Ange solitaire : Bien que de nature guerrière, Raphaël est lié à une malédiction qui l’empêche d’être suivi par d’autres. S’il prend entièrement possession de Logan, il peut, de manière limitée dans le temps, s’incarner en tant que leader, mais il ne pourra jamais trouver de suivant lui prêtant main forte de manière définitive, bien que la jeune Heather soit l’exception qui confirme la règle. De la même manière et, s’il ne prend pas entière possession de son hôte, il ne peut ni reconnaître, ni être reconnu par ses confrères.
-Celui qui protège : la dualité née de la fusion entre Raphaël et Logan fait qu’il sera naturellement poussé à aider les gens, il tentera d’agir dès qu’il aura vent d’une injustice, mais le côté pratique de l’humain l’empêchera de perdre la vie pour défendre une cause perdue. “ Tant que nous vivons, nous pouvons aider plus de personnes à notre manière ” dirait Logan.
-Nature lumineuse : Comme tout ange, Raphaël est vulnérable aux armes obscures.
-Entretien mécanique : Logan est en charge d’effectuer l’entretien et la maintenance de son bras et de ceux de sa protégée.

DESCRIPTION PHYSIQUE

Au premier regard, Logan est le genre de type que l’on penserait pouvoir croiser dans une caserne militaire. Fort de son mètre quatre vingt dix huit, l’homme entretient un maintien et une démarche militaire par habitude bien qu’il tente de se corriger pour éviter d’être un tel exemple pour sa protégée. En cela, il se tient à toujours paraître impeccable et dans des vêtements de qualité qui sont, pour la plupart, de couleur sombres.

Cet attrait pour les couleurs foncées met en valeur la pâleur maladive du personnage. L’homme semble en effet atteint d’une forme très légère d’anémie Ferriprive arégénérative qui peut le faire passer pour un véritable vampire. Ces yeux bleu glacés et ses cheveux blancs accentuent particulièrement cette impression, le faisant passer pour un être au coeur et au regard froid, dénué de tout sentiment. Des émotions, il en montre pourtant en quelques endroits, tout d’abord en présence de la jeune Heather, lors de son travail, ou bien lorsque l’on reste assez longtemps à ses côtés.

Une fois acclimaté au tempérament bourru de l’horloger, vous pourriez surprendre la douceur de ses geste. Bien qu’au premier abord ces derniers semblent trancher dans le vif et assurés, il se révèlent en réalité doux adroits. Logan manie les gens comme il manie les rouages qu’il apprécie tant, avec une juste finesse et une affectation certaine.

DESCRIPTION PSYCHOLOGIQUE

Logan est un être complexe, c’est un euphémisme pour quelqu’un qui a eu une vie comme la sienne. Bien qu’un peu intimidant de par sa carrure, cet homme bien mystérieux possède une gentillesse infinie que les épreuves n’ont pas su ternir. C’est peut être quelque chose qui se démarque grandement chez lui malgré toutes ses tentatives pour masquer sa véritable nature.

En effet, notre homme a abandonné l’idée de s’intégrer à une société qui paraît si étrangère à sa manière de penser, mais il sait qu’il doit vivre avec et ainsi se créa-t-il des masques pour interagir sans trop de problèmes avec les autres.

Dans son atelier il reste l’horloger bourru et lunatique, dont l’unique préoccupation est son travail. Son air direct et tout juste poli fait de lui un être antipathique pour celui qui ne sait pas voir sous le verni de son caractère mais il faut bien avouer que son attachement à son travail fait de lui un véritable passionné et un artisan renommé. Ne vous y fiez pas, sous ses airs d’horloger associable se cache un homme entier qui n’hésite pas à ouvrir sa porte à ceux qui demandent de l’aide.

Notre homme est donc souvent vu comme un protecteur, même s’il semble si distant avec les autres. Un peu comme s’il était détaché de la réalité, il ne se mouillera jamais dans une relation sérieuse et jouera avec son masque d’ancien militaire fatigué pour éconduire en douceur les potentielles prétendantes. Oui, il peut être doux et c'est peut être ce qui choque le plus lorsqu’on l’a tout d’abord rencontré dans son atelier. Lorsqu’il doit tirer sur lui son costume d’ancien militaire, l’homme laisse entrevoir une certaine mélancolie que seul ceux qui ont de profonds regrets peuvent montrer. Simple et calme, il tentera toujours de cacher ses véritables sentiments derrière un très doux sourire.

Non, Logan n’est pas toujours ce que l’on perçoit de lui, mais d’après lui, on ne se souvient jamais assez longtemps de son visage pour déceler la tristesse qui l’habite. En effet, l’homme aux doigts si agiles est maudit. Une malédiction qu’il a choisit de porter pour tenter d’alléger un peu son âme. Quoi qu’il fasse, il sait que son réel travail se perdra dans les méandres de la mémoire humaine. Il est très difficile de savoir si son invité influe ou non sur ses pensées, mais le fait est que, lorsque Raphaël, l’ange qui sommeille en lui, transparaît par ses actes, Logan est en mesure de comprendre et d’apaiser les tourments des autres. Celui qui se plaît tant à jouer avec vis et rouages se retrouve alors à vouloir réparer une machinerie bien plus compliquée que tout ce qui puisse exister : la mécanique du coeur humain.

RACONTE TON HISTOIRE



“Dans l’histoire que je vais vous conter aujourd’hui le personnage principal est nommé Heartsmith, le forgeur de coeur. Plus qu’un surnom, c'est un métier unique et à sa charge depuis bien des années. Il forge les coeurs blessés, brisés, déchirés… Lorsque les blessures sont trop graves pour se refermer avec le temps il est toujours là, peu importe qui vous êtes et qui vous étiez alors…

Calme et sensible, il sait donc réparer les coeurs car c’est le don qu’on lui offert à la naissance. Vous trouverez toujours réconfort dans sa forge, cet étrange établissement situé au fond de la rue des rêves. Peut être y croiserez vous Alice, la petite marchande de coeurs, qui saura vous aiguiller vers son échoppe si d’aventures vous vous perdez.

C’est une présentation sommaire je l’avoue, mais l’homme n’aime pas à s’étaler sur lui-même. Certains ont bien essayé d’en apprendre plus sur la personne qui les aida à  aimer à nouveau, mais une sombre magie semble à l’oeuvre et, aussitôt son travail terminé, les personnes qu’il aide oublient jusqu’à sa propre existence. La petite marchande de coeur ne semble pas affectée par ce sort bien malheureux et, ni elle, ni Heartsmith, ne sauraient expliquer cette entorse à la malédiction.”
 

Ce conte, je ne l’ai entendu qu’une fois et lors d’un moment bien peu propice aux histoires. Elle m’a été conté par une voix douce, dénuée de mauvais sentiment ou de duperie, une voix qui ne venait pas de ce monde…

Revenons toutefois à ce monde que l’on peut toucher et sentir, ce monde que j’avais hâte d’explorer en étant enfant. Je le regardais à travers les yeux d’un enfant choyé et plein de vie, puis ma vision changea bien vite, c’était devenu un monde bien ennuyeux et dont la seule échappatoire était ce petit atelier que mon père avait fait construire pour nous. S’il y avait bien une passion commune qui nous liait, mon frère et moi, c’était bien cette manie de vouloir à tout prix savoir comment fonctionnait ce qui nous passait sous la main. Que ce soit en terme de mécanique pour ma part et organique du côté de mon jumeau, nous cherchions toujours de nouvelles trouvailles sur lesquelles nous aimions disserter après le diner. Nous communiquions si bien entre nous qu’il arrivait que nous servions de professeur à l’autre et inversement dans nos domaines de prédilection.

Des simples expériences que nous menions sur notre temps libre, nous décidâmes, d’un commun accord, d’en faire nos métiers. C’était alors un temps de paix et nous étions loin d’imaginer que les événements qui allaient se dérouler lors de notre vingt-et-unième année nous plongeraient dans un monde sanglant et sans pitié. Une grande Guerre avait éclaté de l’autre côté du monde, un tout autre univers pour des petits citadins comme nous, si éloigné que même notre entourage n’en parlait que comme un fait divers totalement anodin. Malgré tout, nous savions que certains amis s’étaient engagés de manière volontaire pour combattre au nom de la liberté en dépit du gouvernement qui ne faisait rien.

Fils de militaire, nous n’avions pas eu besoin de nous consulter sur la décision à prendre. Nous avions la chance de vivre en paix et de réaliser nos rêves, il était normal de pouvoir aider ceux dans le besoin à atteindre une situation comparable à la nôtre, non? Nous embarquions donc tous deux pour l’Europe, lui parmis les rares médecins et moi dans le groupe de soldats volontaires. Nous perdîmes beaucoup d’amis dans cette guerre et fîmes face à bien des atrocités, si bien que, dès la fin des conflits, je quittais la légion étrangère Française pour retourner au pays, espérant ainsi abandonner derrière moi les atrocités et les voix des morts qui hantaient mes nuits?

Comment retrouver une vie stable après plus de trois ans de combats, de bombardements et de cris? Je ne pouvais décemment plus agir comme avant, mon sommeil était hanté par les visions des carnages et marches funèbres et mon humeur s’assombrissait au fil du temps. Quelque chose était arrivé pendant les combats et, même si ma mémoire me faisait défaut sur ce point, je savais que cela avait changé ma perception du monde. Je devins froid et distant avec ma famille, coupant quasiment les ponts avec mon frère jumeau qui était resté en France après la guerre. Ce dernier avait été embrigadé dans un section spéciale des forces armées, une sorte de cellule de soutien pour des combattants d'élite qui avaient de quoi faire froid dans le dos. Un groupe de soldats, si l’on pouvait les qualifier ainsi, qui ne reculaient devant rien pour annihiler les forces adverses. J’appris, bien plus tard, que ces êtres avaient un nom : les Psycho.

Ma vie peinait à reprendre donc, l’horlogerie que j’avais ouvert avec un ami avait fermé, ce dernier s’était reconverti et tenta tant bien que mal de cacher sa surprise face aux changements opérés depuis notre dernière rencontre. Je ne retournais donc pas dans la vie active de la manière que j’escomptais… Les années passèrent, achevant de faire de moi un être aigri ayant remonté une affaire seul, simplement parce que c’était la seule chose qu’il savait faire si l’on excluait la guerre.

Il fallut un message de mon frère pour que les choses avancent. Six ans depuis mon retour et ma famille avait contacté mon frère pour lui expliquer ma situation. Dans un message bref, il m’invitait à le rencontrer en France au plus tôt. N’ayant rien à perdre dans l’histoire, j’embarquais donc, sans me douter que je ne reviendrais jamais dans mon pays natal. Quelque chose… Quelque chose me poussait à y retourner, comme une voix dans ma tête…

Nous étions après la grande Guerre et le sentiment de ras-le-bol générale était présent un peu partout. Je ne pouvais pas leur donner tort, un deuxième conflit comme celui ci était la dernière choses que je pouvais souhaiter, mais c’est lorsque je vis mon frère que je compris à quel point ce sentiment de “Plus jamais ça” était fort.

Mon frère était encore dans l’armée, à la tête d’un groupe secret aux intentions louables mais aux méthodes peu avouables. Le but de ce groupe était simple, éliminer les potentiels facteurs pouvant déclencher une nouvelle fois les hostilités. A l’époque, j’étais encore marqué par les massacres perpétrés lors des conflits, aussi, comment pouvais je le juger sur ses intentions? Il me demanda de le rejoindre dans son projet, de superviser un de ces super-soldats qu’il avait reconverti en “garant de la paix”, mon frère avait toujours eu un don pour nommer les choses… Je les avait vu à l’oeuvre et ce surnom était loin de leur correspondre, mais lorsqu’il ouvrit la porte de la cellule du psycho qu’il souhaitait me confier, mes protestations ne purent dépasser la barrière de mes lèvres.

Elle était assise au milieu de la pièce, à même le sol, ses grands yeux azurés tournés vers nous avec une curiosité certaine. La jeune fille devait à peine avoir une dizaine d’années, elle nageait dans des vêtements simples et bien trop grands pour elle. Le temps semblait suspendu alors que je ne pouvais détacher mon regard du sien. Jeune, bien trop jeune… Il était impossible que cette gamine soit comme les machines à tuer que j’avais vu sur le champ de bataille. Comment une jeune fille avec un air si innocent pouvait mettre fin à une vie humaine?

Absorbé par des sentiments bien contradictoires, j’écoutais à peine mon frère qui, dans sa rigueur scientifique, m’expliquait sans aucune émotion le travail qu’il me proposait. Ce dernier était simple, la jeune fille devant moi était une arme, tout bonnement, elle n’avait ni nom, ni passé, et avait été entraînée pour tuer de diverses manières différentes. Son âge en faisait un assassin parfait et insoupçonnable, mais il fallait quelqu’un pour la monitorer et c’est tout naturellement qu’il avait pensé à moi. Je n’étais pas le seul dans cette position car l’unité était composé de sept autres enfants comme celle qui se trouvait devant moi, tous orphelins trouvés aux abords des champs de bataille. Ainsi, sept personnes avaient accepté le rôle qu’il me proposait? Comment diable ces gens pouvaient ils apporter leur collaboration à un projet pareil?

Je sortais du complexe quelques jours plus tard, la jeune fille muette sur mes talons. Oh, je ne le faisais pas pour mon frère, loin de là, ni pour moi. Après avoir tourné le problème dans tous les sens, j’en était arrivé à la conclusion que je ne pouvais pas laisser la jeune fille dans cette situation, pas après avoir appris ce qui l’attendait… Et mon frère savait comment j’allais réagir. Il s’assurait ainsi d’avoir un ancien militaire pour encadrer son “arme”. Bien qu’il en soit à me piéger ainsi pour son compte, je ne pouvais vraiment lui en vouloir, il tentait de me réintégrer la société, à sa manière.

Le premier repas à deux fut des plus étranges : la jeune fille resta debout, à côté de la table, regardant dans ma direction d’un air étrange. La table avait été dressée et le contenu de son assiette fumait doucement alors qu’un silence irréel se profilait. Je finis par me rapprocher d’elle, un bouteille d’eau à la main avant de demander s’il y avait quoi que ce soit qui lui déplaisait. Aucune réponse, je soupirais en comprenant de quoi il pouvait en retourner et lui donna formellement l’autorisation de prendre place et de manger. C’était comme un déclic pour elle, qui s’installa et commença à dévorer son repas comme si c’était le premier depuis plusieurs jours.

Je devais très vite me faire à l’idée que la jeune fille agissait tel que mon frère me l’avait indiqué, comme si elle n’avait aucun libre arbitre. Une véritable poupée de combat en soit. Sachant que nous avions le temps de nous familiariser à la présence de l’autre, je l’invitais le lendemain à me suivre en ville. De l’enfant nageant dans des vêtements usés de militaire, le personnel assigné à ma résidence en avait fait une jeune fille aux allures presque coquette malgré une robe bleu nuit très simple. Avec de très courtes phrases, je lui fis comprendre de me suivre pour ce qui fut la plus silencieuse des balades possibles en ville. La situation était trop nouvelle pour que je me sente à l’aise, mais le fait d’être à l’extérieur me faisait du bien. J’avançais à pas modérés en prenant garde à toujours entendre le bruit de ses talons qui me suivaient comme une ombre. Je m’arrêtais bien vite devant la vitrine d’une horlogerie, mon regard connaisseur scrutant les mécanismes exposés. De bien belles pièces qui avaient fait briller mon regard, bien des décennies plus tôt. Elle aussi, regardait à travers la vitrine, je la sentais interloquée par ces objets qu’elle ne semblait pas connaître bien que son attention revint bien vite à mon encontre. Le reste de la promenade se passa de la même manière sans aucun échange de mot. A vrai dire, jamais aucune parole n’était sortit de ses lèvres et il m’arrivait quelquefois de douter qu’elle comprenne entièrement ce que je lui disais.

* * * * *

“ Hea… ther ”

Avec une voix hésitante, la jeune fille articula maladroitement le nom que je venais de lui donner. Abasourdi, je fixais la jeune femme, loin d’être préparé à l’entendre. Son regard se baissa quelques instants, comme s’il lui fallait se concentrer pour s’approprier le mot. Sortant de mon étonnement, je m’approchais doucement et posais un genou à terre devant elle pour me mettre à sa hauteur.

“ Heather, oui, est ce que cela te plait? ”

Ses pupilles couleur saphir semblaient s’éclaircir, comme ci tenter une approche de communication avait éveillé quelque chose en elle. Les poings de la jeune fille se serrèrent, sa poitrine se gonfla imperceptiblement.

“ Heather ”

C’était comme si prononcer ce nom était une manière de lutter contre son passé, contre les chaînes qui faisait d’elle ce qu’elle était forcée d’être. Elle inspira une nouvelle fois, répétant son nom avec plus de fougue comme si elle forçait le destin à l’accepter.

“ Heather! ”

Je la désignais de l’index avec un léger sourire, chamboulé par cette réaction qui était à des lieux du comportement qu’avait eu la jeune fille ces cinq derniers jours qui résumaient notre vie commune.

“ Heather, oui, c’est ton nom à présent ”

Je la voyais grelotter alors que la température de la pièce était plus que suffisante pour y avoir chaud. Ma main s’ouvrit, paume tournée vers le ciel et dans sa direction. Inconsciemment, je retenais mon souffle à sa réaction. Qu’allait faire la jeune fille qui était jusque là restée muette et presque inexistante. C’était la première fois que je la voyais exprimer un sentiment aussi fort en cinq jours, malgré les tentatives de conversations, les promenades… Heather, ce nom lui allait bien finalement. Sous ses airs impassibles et inexpressifs pouvaient fleurir bien des sentiments inattendus. Ses doigts se posèrent timidement sur ma paume sans oser s’avancer plus.

“ Enchanté de te rencontrer, Heather. Je suis Logan, ton instructeur. ”

“ Lo… gan ”

* * * * *

“ Logan ! ”

Quelqu’un m’appelle, je n’arrive pas à bien distinguer sa voix avec cet horrible bourdonnement dans mon esprit. Je me sens lourd… Très lourd.

* * * * *

“ Logan Parker ”

Le bourdonnement semble passer au second plan, mes oreilles se remettent lentement de l’expérience, un peu comme ce qu’il s’était passé suite à l’explosion d’une bombe proche pendant la guerre. Non, je me souviens de ce moment précis. Une attaque ennemie, un bombardement, nous subissions de nombreuse pertes lorsque j’entendis cette voix claire prononcer mon nom.

“ Tu souhaites vivre, n’est-ce pas? Tu as des proches à protéger? Je le sais… Ouvre toi à moi et tu vivras pour les défendre ”

Quelque chose était dans l’air, une sorte de présence, je ne pouvais le définir. Nous étions sur le point de nous faire prendre en tenaille, il nous fallait réagir très vite. L’adrénaline monta, je pris une grande inspiration. Perdu pour perdu, autant accepter toute l’aide proposée. Ma vue se brouilla et je ne repris conscience que quelques temps plus tards, nous étions hors de danger et les soldats, exténués racontèrent dans leurs rapports que j’avais sû reprendre le lead pour les mener en sécurité dans une autre garnison proche. Je n’avais plus aucune souvenir de tout celà sur le moment, et il fallut bien des années pour que je me souvienne de ce qu’il s’était passé…


* * * * *



“ Logan ! ”

Les brumes du passé se dissipent doucement alors que je prends conscience de mon état. Mon bras me fait mal, j’ai chaud… comme si on m’avait collé contre l'âtre d’une cheminée et ma tête… Bon sang, j’ai l’impression que quelqu’un s’est amusé à m’enfoncer une bonne centaine d’aiguille dans le crâne pendant mon sommeil. Je lève lentement le bras gauche, les articulations craquent comme un vieux mécanisme qui redémarre.

“ Logan ! ”

Une exclamation féminine me fait tourner la tête. Je connais cette voix, bien entendu. Heather se tenait à mon chevet, la petite gamine au regard inexpressif avait laissé place à une adorable jeune fille aux yeux humides. Sourire me fait mal, mais j’y arrive tout de même. Je ne pouvais pas distinguer clairement son visage mais je comprenais d’instinct qu’elle était affolé par rapport à quelque chose me concernant. Qu’est ce que cela pouvait bien être? Une voix masculine détourne mon attention, il ressemble à un médecin avec sa blouse, mais son regard pourpre me pousse d’instinct à me méfier de lui.

“ Vous voilà réveillé. Comment vous sentez vous? ”

“ Que c’est il passé? ”

“ Vous avez été pris dans une explosion, heureusement pour vous la jeune fille ici présente a eu le bon réflexe de vous mettre à l’abris à temps pour que vous n’y passiez pas. Vous avez de la chance de pouvoir parler maintenant, quelques centimètres de plus et le visage aurait été frappé de plein fouet par les flammes. ”

“ Logan… ”

Une voix basse me fait tourner une nouvelle fois la tête vers Heather, cette dernière était couverte de bandages et quelque chose semblait différent chez elle. Elle était à demi voûtée en avant, une couverture placée sur ses épaules. De ce que je pouvais distinguer, elle ne devait pas avoir dormi depuis plusieurs jours. Une infinie tristesse, mêlée de crainte, se posa sur moi, obscurcissant le ciel bleu que je pouvais distinguer à travers ses pupilles.

“ Je ne suis plus apte à être une arme, Logan. Vais je être jetée? ”

Je ne compris pas tout de suite ce qu’elle voulait dire, j’étais encore groggy de mon hospitalisation. C'est lorsque je tendis ma main droite vers la jeune fille, pour la réconforter, je je compris ce qui n’allait pas. Je ne sentais plus mes doigts, ni ma main, mon regard remonta le long de mon bras invisible pour s’arrêter sur mon épaule, celle ci bien réelle. Je restais ainsi bloqué quelques secondes à regarder le moignon couvert de bandages, encore muet face à la terrible réalité qui s’imposait à mes yeux.

“ Vous avez été pris dans une explosion, si cette jeune fille ne vous avait pas tiré à l’abris, vous auriez été bien plus gravement touché. ”

Heather me regardait avec appréhension, en repensant à ce qu’elle m’avait dit, je pensais tout d’abord qu’elle s’en voulait simplement de ne pas m’avoir entièrement protégé comme on le lui avait ordonné, puis je détaillais un peu plus sa silhouette, cachée sous la couverture. Ce qui m’avait échappé plus tôt était flagrant à présent…

“ Heather, tes bras- ”

* * * * *

Paris, une après midi ensoleillée de printemps. Je ferme les yeux alors que les rayons diurnes réchauffent ma peau. J’attends. J’attends que la mort fasse son oeuvre, que la mission soit terminée. Un membre influent d’une faction en faveure pour une révolte de l’autre côté du Rhin rassemblait des fond ici et Heather avait été envoyée pour l'exécuter. SI je ne protestais plus contre ses missions dangereuses et sordides, je ne pouvais m’empêcher de penser à l’état émotionnel de la jeune fille. Toute sa vie, elle avait été entraînée pour devenir une arme infaillible et mortelle, elle n’avait jamais rien connu d’autre… Je commençais même à me dire que les efforts que je faisais à la maison pour lui offrir une vie normale étaient bien dérisoires face à l’ampleur des tâches auxquelles je prenait part, malgré mes états d’âme.

“ Logan, je suis de retour ”

La voix, un peu lunatique, de la jeune femme me sort de mes tiraillements intérieurs. Un sourire vient l’accueillir malgré la forte odeur de poudre qui la suit à la trace. Combien étaient morts devant elle? En était elle sortit indemne? Je ne voyais pas de sang ou de gestes anormaux et en concluais, avec soulagement, qu’elle n’avait rien. Je me levais et lui fit signe de me suivre à travers la galerie marchande, m’arrêtant devant un étal de peluches.

“ Y en a t il une qui te ferait plaisir? ”

La jeune fille détourna le regard vers les marchandises, sans comprendre.

“ Il n'est pas dans vos attributions de me fournir quoi que ce soit, Logan. Quel est le motif de votre action? ”

“ Allons, insistais je en souriant doucement, si tu devais en choisir une, laquelle prendrais tu? ”

La poupée vidée d’émotions qui se tenait devant moi se tourna alors face à l’étal, détaillant avec minutie chacune des peluches. Je m’approchais et posais une main sur le sommet de sa tête.

“ Prends ton temps, j’aimerais que tu choisisses de toi-même. ”

“ Celle ci ”

Elle me pointa une petite peluche représentant un renard des neiges assis, peluches que j’achetais avant de la lui tendre. Cet élan impérieux de lui offrir un objet de son âge était comme un cri désespéré dans ma lutte pour lui offrir une vie meilleure.

Depuis lors, la peluche trônait sur son lit, comme un phare rappelant la réalité de son innocence.

* * * * *

“ Cela vous a t il fait mal? ”  

La jeune fille était à mon chevet alors que je pliait et dépliait mes nouveaux doigts, écoutant la sérénade de rouages produit par le mécanisme. Ma dextérité était encore loin d’être revenue et je me demandais si je pourrais un jour effectuer des travaux de précision comme dans mon ancien job. Mon frère avait au moins le mérite de se préoccuper de notre sort malgré le fait que nous ne puissions plus participer à l’opération.

“ Non, je me sens un peu gauche mais cela doit résulter de l'anesthésie. Ne t’inquiète pas pour demain, je serais là pendant l’opération et tout se passera bien. ”

C’était décidé, une fois les nouveaux bras d’Heather placés, on quittera cet endroit. Je l’emmènerai loin, loin de ses fantômes et mon frère. Elle ne lui était plus d’aucune utilité, aussi consentit il à ce que je l’adopte tout en devenant son garant auprès du reste de l’armée. Un seul faux pas et elle disparaîtrait…

* * * * *

Nous voyageâmes plusieurs années sans que jamais je n’eu l’envie de revenir dans mon pays natal. La jeune fille devint une jeune femme qui s’ouvrit doucement à moi puis, avec quelques difficultés, à d’autres. De tous les endroits que nous traversions, jamais nous ne trouvions de trace des origines de la jeune fille. A chaque instant, je sentais le poids de la surveillance obligatoire vis à vis d’Heather, après tout elle était avant tout considérée comme une arme…

Nos investigations nous poussèrent à aller au japon, à l’endroit même où se tenait la multinationale qui avait rendu la jeune femme ainsi. J’avais la désagréable impression de sauter à pied joint dans la tanière du loup… Peut être était ce à cause de ce danger planant dans l’air que l’étrange sensation revint. Quelques jours après notre arrivée, je sentis comme une présence dans mon dos, comme si quelqu’un me suivait en permanence. devenais je fou? Je fis comme si de rien n'était afin d’analyser la situation, pour le moment, celui qui m’observait n’avait rien entreprit. Je me vis à voir des choses, à ressentir de plus en plus les émotions m'environnant, à savoir d’instinct comment gérer la détresse des personnes qui pouvaient m’entourer. Imaginez le problème que cela peut poser pour un homme tenant une boutique. Les horloges, j'étais revenu bien loin dans le passé en un sens… À une époque où la vie était bien plus simple.

“ Le sort t’a amené en ces lieux troublés, tu n’es pas le genre d’homme à laisser des gens souffrir autour de toi n’est ce pas? Je vais t’aider en ce sens puisque nos vies sont liées. ”

“ Qui es tu à la fin?! ”

“ Je vais te raconter une histoire celle d’une personne que l’on nomme le forgeur de coeur. Plus qu’un surnom, c'est un métier unique et à sa charge depuis bien des années… ”

CODAGE PAR PUPPY SUR LG





Invité
Invité
Ven 6 Avr - 12:08
Petit Up pour indiquer que ma fiche est terminée o/
avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Bar The Winchester
Loup-Garou
Voir le profil de l'utilisateur




Kyle Harper
Loup-Garou
Jeu 19 Avr - 20:37

Une validation vite !
Hey viens jouer avec moiiii~


Tu es validé ! Félicitation :3
Tu as quelques petite chose à faire avant de rp :

Tout d’abord je te laisse aller recenser ton avatar, ton métier (si tu en as un) et ta race.

Tu peux ensuite faire ta demande de RP.

Nous t’encourageons à te faire une jolie fiche de lien.

Tu peux t’amuser avec nous dans le flood aussi :3

Et voilà tu peux rp :3
.
code by Kanra sur epicode





Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AG-Corporation :: Premier pas~ :: Présentation :: Présentations abandonnées-
Sauter vers: