RSS
RSS



 
N'oubliez pas qu'il y a le nouveau serveur du forum qui a été ouvert il y a peu, vous le trouverez alors en annonce sur l'ancien et aussi en cliquant sur le logo. Il y aussi le recensement, même si vous avez décidé de partir dite le nous quand même.

 :: Flood :: Corbeille :: Fiche Personnage Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une hérésie traversant les âges ~






Invité
Invité
Mar 27 Mar - 16:51
MA PRÉSENTATION
❝ To be mad in a deranged world is not madness. It's sanity ~ ❝

PRÉNOM • Senichi
NOM • Matsuda
SEXE • Homme
ÂGE • +3000 Ans (En parait environ 26-28)
ORIENTATION SEXUEL • Hétéro
NATIONALITÉ • Égyptienne

ESPECE • Loup Garou / True Blood
CLASSE • Civile
PROFESSION • Sans
AUTRE ? • Je viens manger ma Eli OwO

FEAT• Mikoto Suoh - K Project


PRÉNOM OU PSEUDO: Nyu  
ÂGE : 23 ans
COMMENT TROUVEZ VOUS LE FORUM ? : Claaasse **
CODE :
COMMENT AVEZ-VOUS TROUVÉ LE FORUM : Grace à la petite Carla ♥️
DON ET LIMITATION

DON:
    - Transmission par rituel de meute (Détails encore inconnus)
   - Sens et capacités physiques surhumaines (x7 constant homme / +1 transformé)
   - Immortalité
   - Régénération facilitée à l'ingestion de sang (x4)
   - Un corps moins sensible que le cœur (Mineur) : Jusqu'à un certain degré, le fait de subit une déchirure ou alors même un violent coup par exemple, il ne sentira quasi aucune douleur et restera debout. Cependant face à un os brisé, un membre déchiqueté ou autre sévisse tout aussi fort, il subira les mêmes douleurs qu'autrui.
   - La volonté d'une âme (Mineur) : Il a tellement côtoyer les portes d'un autre monde que ses yeux s'y sont habitué. Senichi peut voir l'esprit des personnes, sonder celle-ci, et comprendre au mieux cette personne. Cette atout est aussi utile sur le vivant que le mort, en effet il peut tout aussi bien voir les esprit !
   - L'Egide Alpha (Majeur) : L’origine même, il reste insensible à toute activité paranormal ou psychique qui s'en prendrait directement ou indirectement à lui. La seul façon de l'atteindre serait physiquement.

LIMITATION:
    - Transformation périodique (au moins une fois par mois) en monstre
   - Maîtrise de la transformation (9-9).
   - Soif de sang
   - Transmission par ingestion de sang coupé au venin puis mort et renaissance en true blood (demande une réelle volonté du true blood pour générer ce venin dans son sang, et une maîtrise pour ne pas le faire constamment)
   - L'eau érode la pierre (Mineur) : Même les plus imposants édifices perdent peu à peu leurs force face au temps. Pour Senichi, il s'avère qu'il possède une endurance plus faible malgré sa puissance spectaculaire. En gros, il se fatigue très vite !
   - Soif insatiable (Majeur) : Il lui faut 2 à 3 fois plus de sang qu'une ration journalière, sans cela, il risque de subir le même état qu'un manque de sang plus rapidement que prévue et plus accrue ...


DESCRIPTION PHYSIQUE

Il aurait pu passer pour monsieur tout le monde, avec ses qualités comme ses défauts, mais peu importe ce qu'il fera, le temps et surtout l'histoire à su graver sa marque au fil des années sur lui, physiquement comme mentalement.

Ce que l'on remarque chez lui, c'est avant tout sa chevelure flamboyante, aux couleurs rouge rubis pour certain, d'autre d'un roux attisant l'envie, il arbore cette petite touffe de manière très désordonné donnant cette impression rebelle et mystérieuse, cachant temps à autre son doux visage quand certaines mèches décide de faire leurs propres vie ~ En parlant de son visage, il fait signe d'un effort en prenant soin de sa chevelure quand il décide de le mettre en avantage ! Et niveau pilosité, il est rarement présenté avec une barbe, prenant souvent gaffe à toujours se raser, une sorte comble dans sa nature étant en quelques sortes glabre. D'une peau douce éclatante aux traits fins, pommettes bronzées et fossette plus que présentes, il ne possède pas de secret quant à celui-ci, disons que le temps n'a pas encore provoqué les ravages d'un aléa sur celui-ci même s'il eu facilement de quoi de défigurer. Ses pupilles se distinguent d'une couleur ambre quasi-inconnu, lui valant même quelques soucis sur différentes tranches d'âge. Quand on le regarde vraiment dans les yeux, celle-ci semble briller d'un éclat doré plus rare qu'à l'accoutumé quand il ressent différentes émotions, un véritable atout en somme quand il use de ses charmes dont il n'est pas peu fier. Il se sait attirant, et se sait encore plus charmeur de part sa physionomie atypique, mais surtout par sa façon d'être ou bien de son verbe chaud et séducteur ~

Bien qu'au visage de prédateur sûr de lui, le regard franc et l'expression froide, il n'en reste pas moins physiquement parlant dépourvu de la continuité de ceux-ci ! En premier lieu, en le regardant, le portrait général qu'il dresse chez tout le monde est sa taille colossale, ainsi que sa musculature. Au premier regard, on est en droit de dire que Seni est doté d'un physique hors du commun. Ses mensurations, pour commencer, sont affriolantes. Une taille d'environ un mètre quatre-vingt-quinze pour un poids total de 85 kilos environ, voilà qui a de quoi s'apparenter à une norme plus qu'extraordinaire dans les environs et surtout, souvent reprocher dans son entourage comme étant un "monstre" ... D'un élan très sportif durant toute son existence, il arbore et porte les fléaux d'un corps musclé, et surtout marqué par le temps. A nu, il reste humainement comme autrui, robuste et dessiné par toute sa force, il est un homme plus que beau, pourtant ... Bien que bâti de force colossale, il n'en reste pas moins propriétaire de divers sévices et blessures le fragilisant, commençant par les cicatrices physique : C'est simple, il en possède trop, beaucoup trop pour qu'un homme puisse supporter la douleur de porter autant de croix. Des pieds jusqu'au coup, beaucoup de marque résultant de son histoire passé arpente son corps, et chacune lui rappelle que lui aussi, bien qu'"immortel", il n'est pas à l'abri de la pire douleur en échange d'un trophée de chasse [...]

Une fois passé sur son corps, le style vestimentaire apporte chez lui un indice sur le caractère. Sa capacité à être désordonné et à vivre au jour le jour s'applique en effet sur les parcelles de son corps : maillot, jean, basket noir en mauvais état et le tout avec une veste, il est pour le moins très à l'aise avec sa vie de "vagabond". C'est ainsi que souvent, il sort ou se balade, ne trouvant pas l'utilité à s'affubler d'un costume pour paraître claquant, il préfère être à l'aise et prendre un peu comme il vient, malgré qu'il n'est pas impossible de le voir plus que bien habillé pour un événement, le rendant assez irrésistible auprès de la jante féminine.

DESCRIPTION PSYCHOLOGIQUE

N'importe qui aurait pu développer une folie en vivant que Seni à vécu, pourtant ... Il a su outrepasser les faiblesses de l'esprit, étayant et compensant par sa force d'esprit tout aussi puissante que celle physique, Senichi su tirer son épingle du jeu.

Senichi est avant tout quelqu'un de distant et froid, non pas qu'il est méchant, ou alors qu'il ne vous aime pas, mais il aura l'habitude de ne pas venir vers autrui ou de paraître dur. C'est une habitude forgée au fur et à mesure du temps, et apprendre à faire confiance ainsi, s'ouvrir, n'est pas une capacité naturelle chez lui, c'est un don qu'il vous fera quand vous apprendrais mieux à le connaître où là, il sera être votre ami, votre bouclier, et votre épée. Le problème de cette particularité à garder une distance est le vice que cela entraîne. Plutôt les vices, et ces deux premiers son déjà l'alcool, dans lequel il tombe souvent pour oublier un passé tumultueux, et par plaisir de sentir cette vague de chaleur envahir sa trachée, son estomac, puis son corps ... Et aussi surtout un gros fumeur. Un combo gagnant en somme, et il eu l'occasion d'en goûter de ces plaisirs durant toute sa vie, passant du raffiné aux contrebandes, cela ne l'a pas vraiment aidé à se débarrasser de ses défauts. Aujourd'hui ses vices vive en lui, et demain cela sera peut-être lui qui ne vivra plus avec ..

On a vu le coté sombre de son esprit, mais il n'est pas dépourvu pourtant de toute part de bonté ! C'est un homme censé, raisonnable, et fort. Son caractère entraînant font de lui un leader charismatique, pouvant mener une troupe à la bataille ou alors simplement jouer de son alphabet pour convaincre autrui, peut être un peu trop facilement même. Ayant toujours recherché cette force d'esprit et l'appréciant, il ne fit que l'affûter en ne cessant de se battre pour ses choix, ses rêves, ses envies, s'affranchissant de la douleur au fil du temps comme il put le faire de sa sœur, par l'expérience. S'il avait un objectif, il s'y tiendrait, et cet état d'esprit était tout autant partager entre ses convictions, que le bien-être d'une personne. Malgré qu'il semble désintéressé et froid, il n'hésitera pas une minute à sauter sous une pluie de feu pour sauver un enfant, ou bien de soutenir et aider son prochain quand celui-ci a vraiment besoin d'aide, même s'il mime le fait d'être agacé, il est fort de promesse et loyal ! Senichi est une valeur sûr, on peut compter sur lui sans qu'il demande quelques choses en retour.

Pourtant, même s'il possède un coté ombrageux, mystérieux, ou alors fort, comme celui d'une personne tendre, affectueuse, et empathique, il n'en reste pas moins quelqu'un de vexable facilement. Il suffit d'appuyer sur les bons boutons pour lui titiller facilement la corde sensible ! Puis, même sans cela d'ailleurs ... S'il n'est pas dans son bon jour, il peu décider de vous faire passer une journée de merde littéralement comme lui il la passera. Son orgueil lui aura valu bon nombre de soucis au cours de sa vie, que se soit pour remettre quelqu'un à sa place ou bien à une époque où il n'était qu'un assoiffé sanguinaire.

À l'heure d'aujourd’hui, Senichi est une valeur sur, franc, direct et loyal. Son intelligence et son expérience font de lui quelqu'un de dangereux, tant sur le plan physique qu'intellectuel, il vaut mieux l'avoir de son coté, car lui, n'hésitera pas à faire en sorte de régler les choses à sa façon ...


RACONTE TON HISTOIRE

« Plus ou moins 3 000 ans ... Je les ai vécues et pourtant, beaucoup de partie reste trouble, ne sachant réellement qui j'étais, j'ai l'impression d'avoir peu à peu éparpillé les fragments de ma vie sur tout les ages que j'ai connue. »



ᴥ Le Fragment Initial. (Environ -1110 Avant JC)

Le plus trouble et pourtant, le plus important. Qui est-il ? Pourquoi ? Comment ? Trois questions qui pourraient résoudre tout, mais qui resterons sûrement à tout jamais qu'un simple trou noir. Ces premières années sur terre furent des plus tumultueuses, se voyant différent, se sachant différent, avec un don, unique, et pourtant un secret qu'il cacha. Son plus lointain souvenir est la fin de son adolescence, dans la ville de Thèbes. Il ne sait plus vraiment s'il est né là-bas, mais au moins il sait où il aurait pu commencer sa vie, sous la dynastie égyptienne comme ont la définit aujourd'hui avec comme véritable nom : Ânkhren Déptahânkh, simple paysan sous le règne de Ramses X. Mais un problème survint alors que sa vie semblait être un long cours d'eau tranquille tel que le Nil...


ᴥ Le Fragment de la Honte. (Environ -1060 Avant JC)

Les années passèrent, il survivait à tout son entourage, et pourtant, lui semblait encore plus frais et vivant que son ceux-ci. Mais ce n'était pas tout, des rumeurs couraient à son sujet, il était différent, c'était une abomination, une erreur de la nature .. Avant tout, il était très, voir trop fort. Au point de le voir effectuer sa corvée comme une promenade de santé, de soulever des charges bien trop lourdes, et j'en passe ... Ensuite, cela faisait déjà presque une cinquantaine d'années qu'il vivait dans Thèbes et il n'avait pas pris une seule ride, restant un jeune homme ambitieux, travailleur, avec une sorte de vie encore devant lui comme s'il venait d'apparaître et de poser les pieds sur le sol pour la première fois. Tout ceci ne pouvait que rendre perplexe son univers, qui était donc Ânkhren ? C'était un vide qu'il essaya de combler, quand il trouvait quelques minutes de répit sans avoir d'innombrables paires d'yeux braqués sur lui, le jugeant qu'il ferait mieux d'être mort

Son secret qu'il cachait depuis bien longtemps venait à manquer le temps, et allait un jour devenir un danger pour lui, déjà qu'il ne contrôlait absolument pas ses pulsions. Qu'elle étaient-elle ? Presque une fois toutes les nouvelles lunes un sentiment de rage, d'explosion naquit en lui, ne voyant qu'une sorte de fureur incontrôlable, et sa plus lointaine transformation dont il se souvient, c'était un funeste jour. Il ne voyait que rage, sang, et terreur, ne sachant plus qui il était, sous cette forme ce n'était qu'un monstre ... Il était encore plus grand, encore plus fort, un museau aux dents acéré, les yeux d'un jaune brillant, une fourrure sur tout son corps d'un poil rêche et sombre, se tenant sur ses deux pattes finissant par des griffes aux allures de lame reluisante, une respiration puissante et des filet de base s'écoulant de sa gueule, le monstre et la malédiction en lui était ressortie, celle d'un Loup Garou ...

Ce jour la, Thèbes avait vu la véritable bête de la légende, celle qu'était Ânkhren, celle qu'il a toujours était plutôt. D'innombrable victimes étaient à déplorer, des animaux jonchés les sols, déchiqueté de part en part, des cadavres humains, que se soit enfants comme adultes, tous n'avaient pas eu la chance d'éviter les lames de la bête ne cherchant qu'à se nourrir d'une soif inexorable de puissance, et enfin des dégâts monstrueux remettant en doute la croyance humaine ... Comment les divinités pouvaient elle permettre de telles horreurs ?
Une nuit. Il fallut qu'une simple nuit pour que son histoire change, comme celle de Thèbes.

Après cela, il prit le large, il disparut, plus aucune trace ne fut retrouvé de Ânkhren que se soit dans l'histoire ou bien réellement. Le monstre avait quitté Thébes, s'enfuyant vers le nord, où les dernières traces recensant l'attaque d'un monstre unique longé le Nil, qui peu à peu s'atténua passant ceci au stade de légende et d'horreur.


ᴥ Le Fragment de la Violence (Environ -960 Avant JC)

Des années se sont écoulé, presque une centaine pour tout dire, et la légende du monstre aux yeux de sang, c'était éteint. Qu'en était-il pour Ânkhren ? Ce nom n'existait plus, il était devenu un autre, une bête puissante, sauvage, mais avant tout aussi un homme fort. Il se fit connaître sous un simple nom, mystérieux dans de nombreuses contrées Babylonienne : Nergal.
Il avait su dompter la puissance en lui, et avait passé un temps seul avant de refaire surface, plongeant cette solitude au plus profond de son être rongé par cette malédiction dont il était frappé, mais c'était aussi un avantage aussi. En à peine une centaine d'années, si jeune et pourtant, il ne le savait pas, mais était un des premier Loup Garou sur terre, domptant cet être surnaturel qu'il était pour devenir un jour le véritable rôle qu'il jouerait dans ce monde, celui d'un Alpha, un leader.

Il ne fallut n'attendre pas bien longtemps avant de le retrouver, et c'était à Babylone. Il avait grimpé les échelons afin d'atteindre un haut grade au sein de l'armée Babylonienne. Le jeune adolescent perdu avait une forme plus imposante dorénavant. Une musculature saillante, une taille imposante, et surtout, un regard unique. Sa violence, et sa force firent de Nergal un être connu pour le goût du sang et de l'avarice. Il avait même l'élite de la société proche du Roi dans sa poche, menant à un véritable règne de Terreur dans les rues où il ne se gênait pas pour y imposer cette loi qu'il avait. Il avait beau contrôler de plus en plus cette bête en lui, il semblait plus s'accommoder de celle-ci plutôt que de la tenir en chaîne ...

Cette époque fut marquée surtout par la violence d'une autre espèce telle que les épidémies, les famines, les guerres ... La cité de Babylone ne put se reposer un jour sans savoir la pression des attaques de divers peuples, se battant pour leurs croyances ou les terres, et pour une personne, c'était un don de voir l'engouement humain pour la violence. Nergal participa à de nombreuses guerres, durant toutes lesquelles il fut victorieux, même s'il ne manqua pas de frôler la mort à plusieurs reprise, cette joie et l'excitation de partir en déchaînant cette rage en lui, il se sentait utile, et surtout, cela refrénait cette pulsion meurtrière qui le hantait depuis Thèbes.


ᴥ Le Fragment d'une rencontre (Environ -930 / -900 Avant JC)

Ce fragment du passé est assez spécial, c'est là que Nergal changea du tout au tout. Lui, prêtre de la guerre, bras armé d'une justice personnel monstrueuse, n'avait de pitié quand cela lui était favorable, et aujourd'hui, après plus ou moins cinquante ans de terreur, il allait devoir faire un choix crucial.
Le roi actuel de Babylone lui ayant confié une garde d'élite, il avait pour mission de se rendre dans un village non loin de la Mésopotamie afin de récolter une dette, ou alors de récupérer tout ce qui avait une valeur pour lui, à commencer par les esclaves. Une mission banale en somme, il avait pour habitude d'être connue aux alentours pour récupérer les biens du roi Shamash-mudammiq qui était en proie aux crises Babylonienne et perdait peu à peu son pouvoir, ne tenant que sur son trône par la loyauté de ses gardes, comme celle de Nergal par exemple.

Le chemin fut long, voir éprouvant, mais au loin, on pouvait apercevoir le fameux village ... Enfin, ce qu'il en restait, il semblait dévaster, voir détruit ! Rongé par des flammes, comme si l'enfer venait de s'abattre à l'instant sur les lieus. Il ne fallut pas plus pour la garde afin de lancer une charges, avec en tête Nergal qui, de sa taille Herculéenne, ne pouvait qu'impressionner les opposants pillant cet endroit. Que ce ne fut pas là une erreur ...
Parmi les décombres, les cadavres vidés de leurs entrailles, de leurs sangs, des traces de lutte avec encore quelques âmes se traînant au sol, un seul être était encore debout parmi les morts. Un monstre ? Comment une personne pouvait faire ceci ? Ou une illusion ? Il n'eu le temps de donner un ordre en regardant cette personne que les soldats se lancèrent dessus, en vain bien entendu, pendant que Nergal assistait comme impuissant au massacre des derniers survivants, mêlant cris de terreur au fracas des os s'éclatant ...

Descendant doucement de sa monture, il aperçut de mieux en mieux cet être mystérieux à chaque pas qu'il fit vers elle. Une femme, du moins elle semblait en être une d'apparence, mais cela n'était qu'un masque avant qu'elle ne se nourisse du sang de ses victimes quand il la vit boire sans pudeur l'un de ses compagnon encore gisant au sol. Qu'elle était-elle ? Elle avait peut-être des réponses sur sa nature ? Devait-il prendre le risque ... Il ne savait pas pourquoi, mais il voulait tendre la main vers elle, comme subjuguer par sa force, sa beauté, et le voile de mystère qui l'entoura. Sans réfléchir, Nergal lui sauta dessus avant de la plaquer au sol, lui assenant plusieurs coups violents au visage afin de l'assommer. Un long chemin était à prévoir avec elle ~


ᴥ Le Fragment nommé "Aanor" (Environ -900 Avant JC)

Un déserteur, un lâche, voilà ce qu'il représentait pour la cité qu'il avait abandonnée, se dirigeant vers le nord avec une personne sur sa monture ...

Cela faisait des semaines déjà qu'ils avaient élu domicile, non loin de Nineveh, à l'abri des regards dans une maison de pierre entouré de colline. Il ne pouvait retourner à Thèbes, et encore moins à Babylone, mais il avait sacrifié tout cela pour quelques choses de plus grand. Ramenant avec lui une femme nommée Aanor, les débuts de leur rencontre était un peu mouvementé, elle possédait un caractère monstrueux, digne d'un titan assoiffé de pouvoir et de puissance, dans l'unique but s'assouvir son envie perpétuelle de sang. Il ne savait pas pourquoi, mais elle avait besoin de lui tout autant que lui aurait besoin d'elle.

Elle se prénommait Aanor, et elle possédait elle-même un don, une capacité, qui la rendait différente tout autant que Nergal. Ce don ? Un mystère pour lui, mais ce qui était sur, c'est que celui-ci lui bouffait littéralement sa vie, la rendant inapte à se contrôler elle-même ! Et ce ne fut pas des moindres quant à diverses reprises elle tenta de s'en prendre à lui. Si vous vous demandez pourquoi, c'est que vous n'avez pas compris le fragment d'avant non ? Bingo. Elle voulait boire son sang. Une sorte de ... Vampire. Enfin, le terme n'était pas vraiment exacte et inconnu de tous a cette époque, mais elle en avait toutes les caractéristiques avant que les écrits vinrent les mettre en lumière.

Il aura fallu presque une année, durant laquelle leurs relations changèrent du tout au tout. Nergal avait réussis à dompter le monstre avide en elle, mais ce ne fut pas de tout repos. Commençant abruptement à la sevrer, c'était comme prisonnière, dans une cave, qu'elle ne fut qu'obliger d'accepter son sort que lui imposait l'homme, lui apportant que le strict minimum pour elle voir la lumière du lendemain. Au fur et à mesure des jours, il put lui faire peu à peu confiance en lâchant la corde, lui permettant de la laisser sortir après quelques mois, ils pouvaient presque vivre ensemble tels un couple, et avaient appris à se faire confiance malgré les divers rappels à l'ordre qu'il pouvait lui faire en ne lésinant pas sur le rapport de force. C'est à ce moment-là que leurs relations devinrent différentes, comme des amis d'enfance ou des frères et sœur, venant à se protéger mutuellement. Cela à commencé par des confidences, des secrets, pour finir sur des câlins et des promesses ...

Il était temps, temps de se séparer, de partir chacun dans son coin, mais elle était devenue une jeune femme différente. Elle avait appris à se contrôler, se canaliser et pourtant, il restait une dernière étape.

«Aanor. Promets-moi le jour où je devrais partir, le jour où je t'aurais aidé à te contrôler, promet moi de m'offrir en échange ce don, cette chose en toi.. Et je serais toujours là pour toi, ma petite sœur ..»

C'étaient ces mots qui scellèrent leurs liens, et malgré ses refus, ne voulant le transformer en ce qu'elle était, elle ne put se résigner à revenir elle-même sur sa promesse. Chaque départ se fait dans une poignée de main, ou une embrassade, mais pour la leurs, ce ne fut que le gout âcre de liquide rougeâtre empoisonné, et la douleur du mal arpentant les veines de Nergal que la dernière image qu'il eu d'elle ce jour-là, c'était son visage pleurant au-dessus de lui, perdant peu à peu connaissance avant de lui souffler un merci, s'endormant devant cette chaumière au mur emplie d'un souvenir macabre ... Elle était partie, et lui, ne reprit connaissance que quelques heures après.


ᴥ Le fragment de l'apprentissage des erreurs (Environ -700 / -500 avant JC)

Bien des années se sont écoulées depuis. Un vide de souvenir qui ne fut qu'une tristesse et désolation, affublé d'un pouvoir qu'il dut apprendre à contrôler. C'était ce don, celui d'un véritable TrueBlood. Bien qu'objectivement, cela lui offrait une puissance incomparable, la soif inextinguible d'une envie de sang ne faisait que grandir en lui donnant cette impression de retourner temps à autre dans l'esclavage que subissait celle qui était sa sœur de cœur.

C'est dans cette période qu'il s'installa se posa à Rome, où il put apercevoir les premières fondations de la cité vers -750. Le choix de s'être intégré à l'antiquité grecque était avant tout une question de culture. La légende qui entoura la société grecque attisa l'envie d'en savoir plus, notamment pour ce qu'il représentait à l'épopée de l'Illiade par exemple.

Mais encore une fois, il fit l'erreur d'intégrer les forces de l'armée grec où il disputa de nombreuses guerres comme par exemple sa première, celle Lélantine. C'est ainsi qu'il pu pour la première fois, laisser parler sa rage, exprimer celle-ci sur un champ de bataille dans les plaines de l'Eubée sous un nouveau nom : Fenrir. Sa force était sans précédent, sa puissance à main nue pouvait arracher plusieurs têtes, et sa jeunesse ne semblait qu'éternelle. Pourtant, même si la vie lui accorder un supplément, il apprit aussi qu'il n'était pas des plus invincibles. Lors de cette bataille, il subit la pointe d'une sarisse qui le transperça d'une traite, lui déchirant la hanche en laissant la lance en lui. Il fut laissé pour mort et s'étonna lui-même d'être resté en vie après des heures à errer dans ce champs de malheurs.

Revenu à Rome en héros après avoir combattu aux cotés d'Erétria, il quitta l'armée après avoir côtoyé de près la mort, se faisant doucement oublier au sein de l'Époque Archaïque que représentait la grece antique.



ᴥ Le Fragment d'un changement (Environ -300 / -70 avant JC)

/// Fragment Important Oublié ///


Le Fragment d'une implication (Environ -60 / -1 avant JC)

Alésia, -52 avant JC, cela faisait presque 1000 ans qu'il avait déjà foulé les terres et pourtant, il n'avait parcourut qu'une piètre partie du monde qu'il l'entoure. Cette année-là ne fut pas décisive dans sa vie, mais il comprit qu'il n'était qu'une abomination servant à la guerre, que sa soif de sang, comme de combat n'avait de limite, et pourtant son cœur avait eu un jour l'audace de vouloir aider une femme ...

C'était derrière les fortifications du siège de cette position, long de plus de 15Km, que la contrevallation tint le peuple gaulois cloîtré, empêchant toute entrée ou sortie à Alésia. Fenrir, ayant gardé ce nom sur presque 500 ans, était un fier général romain occupant une position stratégique à la défense du siège. Son génie militaire fut une victoire décisive bien que méconnue, il fut envoyé par ordre de César en renfort aux camps supérieur où il établit un plan d'attaque accompagné de quatre cohortes. Quel était celui-ci ? Simple, s'aventurer au sein du territoire ennemi et couper leur retraite. Il attendit une attaque gauloise afin de s'aventurer avec les quatre cohortes, ordonnant au cavalier de charger sur le peuple gaulois. Lors de leurs retraites, il fut intercepté par Fenrir ainsi que sa "Légion" où ce fut un véritable massacre. Tout les Gaulois présents furent déchiqueté par la rage sanguinaire de Fenrir, là ou les cohortes captura le cousin de chef des gaulois in extrémis : Vercassivellaunos.

Le lendemain de leur victoire, elle ne fut que plus total quand Vercingétorix rendit les armes, signant une reddition et approuvant la puissance de César. Ce ne fut que bref, mais l'espace d'un instant, Fenrir savait qu'il avait était décisif, et impliqué dans la victoire romaine.


ᴥ Le Fragment d'un départ spectaculaire (Environ l'an 90)

Plus de 500 ans que notre hérésie vivait à Rome. Il emprunta bien des pseudonymes et se cacha du mieux qu'il pouvait, mais il était temps. Temps de partir et de recommencer une nouvelle vie. Pourtant, il était bien attaché à cette ville, et son aspect bondé était un festin pour ses crocs avide du précieux liquide rougeâtre, dont il avait tant besoin afin d'éviter de rentrer dans cette folie. Pourquoi s'enfuir quand on peu partir en Héros ? Cela ne fait pas si longtemps que ca que le Colisée était bâti, au centre de Rome, cette arène où il avait pu quelques fois participer en tant que spectateur, était aujourd'hui celle où il participerait en tant que combattant.

Au sein de cette grande bâtisse, imposant son bon cinquante mètres de haut, tout les gradins était remplie pour amuser les foules, alors Fenrir, au centre de cette arène de sable, se battait entouré d'innombrable combattant, dans la rage et la fougue d'antan, là ou aujourd'hui, il n'était qu'un spectacle. Un par un, il imposa un règne de terreur au sein du Colisée là ou plus personne ne voulait s'approcher de lui, ne laissant giser que des hommes inconscient au sol. Pourtant, l'empereur Neron voulait du sang, il voulait prouver que l'homme n'était qu'une bête assoiffé du plaisir de la puissance, et envoya au milieu de la cage du Loup, une femme et son enfant. Celle-ci avait était arrêté pour un vol, et devait payer de son crime en donnant sa vie, pour amuser autrui.

Un déclic remonta au coeur de Fenrir, il ne pouvait pas ... Si ? Des images d'horreur, d'un passé macabre, de 1000 ans de combat qui le firent tomber à genoux ... Pourquoi la simple vu d'une créature innocente se devant être exécuté par lui, pouvait le rendre aussi vulnérable ? Cet accident en 300 avant JC revint en lui, de ses yeux rouge sang, de sa soif interminable, il voyait et revoyait en boucle les terreurs qu'il avait pu faire subir sous sa forme dominante.

L'empereur voyant le refus, il ordonna aux manubalistes de tirer sur les deux condamnés alors que la foule huée en cœur, voulant voir pour ce qu'il avait payé, du sang. Ce fut un court instant que le temps s'arrêta, dans l'éclat des tirs à l'unisson, tous visant la mère et son enfant, il avait troqué l'espace d'un instant, encore une fois, sa rage pour la mettre au service d'une cause beaucoup plus noble. C'est en se jetant sur les deux pris pour cible qu'il subit une salve de plusieurs tirs dans le dos, se plantant tout une à une avant qu'il ne daigne garder la position d'un bouclier, les bras tendus, ne laissant régner que peu à peu un calme avant de laisser part à des murmures au sein du Colisée. En laissant tomber ses bras, il releva la tête vers cette mère en pleure, lui acquiesçant un sourire et un regard ambré emplie de confiance alors que lui même était criblé de carreau, avant de s'enfuir de l'arène en cabriolant, effectuant un unique saut vers le balcon protégé de l'empereur Neron pour lui assener un coup fatal en lui brisant la nuque [...]



ᴥ Le Fragment de sa faiblesse et d'une chute (Environ l'an 450)

/// Fragment Important Oublié ///


ᴥ Le Fragment d'une légende (Environ l'an 1000)

Elle avait la réputation d'être incassable, et de protéger son porteur, pourtant cela faisait presque 500 ans qu'elle était perdu. Sa première apparition était un grand roi Francs qui avait fait parlé de lui en Bretagne, se prônant invincible, mais il n'avait pas ce que Fenrir avait ... Le temps l'avait rattrapé ce fameux roi, emportant son secret dans sa tombe, pourtant ...

Un roi gouvernait la Bretagne en cette époque, vers l'an 1000, il était nommé Lancelin Wigeric. Personne ne savait d'où il venait, il n'avait ni de famille, ni d'attache à la région, et pourtant, il avait réussi à retirer une épée de légende d'un socle éternel. Quiconque pouvait ôter celle-ci deviendrait roi de Bretagne, et cette épée, c'était Caledfwlch, la fameuse Excalibur. Vous l'aurais compris, c'était notre fameux Loup-garou, il avait beau traverser les âges, il était toujours debout et ne s'en portait que mieux, devenant de plus en plus fort au film du temps.

Son domaine était la maison de Rennes, de là où il gouvernait, c'était une vie de Luxe pour lui qui avait toujours vécu dans la violence et une vie de vagabond. Pourtant, même s'il avait la force, le pouvoir et avait tout pour imposer son règne comme à l'époque, le temps avais imposé sa marque sur lui aussi bien physiquement que mentalement, faisant de lui un autre homme. Ce fameux roi qu'il était, était déjà marqué de sévices que seul ses plus proches avait connaissance. Un corps empli d'innombrable cicatrices, chacune lui rappelant une part de son passé et de ses faiblesses, le rendant encore plus impressionnant à regarder. Ensuite, mentalement, il était devenu différent, même si cela lui avait pris du temps, il était passé d'une terreur incontrôlable à une personne plus empathique, avec une tendance à protéger la veuve et l'orphelin après des siècles d'entraînement ~

L'hérésie qu'il représentait, traversant les portes du temps et portant le costume d'un être humain, était un secret de tous encore, là où l'époque n'était pas encore prête à accepter ce qu'il était, il avait su garder durant toutes ces années le livre de son histoire fermé, même si de nombreuse fois, il ne put se retenir de laisser exprimer sa rage et exposer aux yeux de tous sa réel nature.

Sa légende débuta ici, celle d'un homme qui avait su protéger tout un peuple face aux révoltes, il avait su avoir la poigne suffisante pour repousser les envahisseurs et la main douce pour la tendre vers la population affamée. Il lui arrivait souvent d'arpenter les rues pavées de son comté, d'être un "roi" bon, toujours là pour comprendre la douleur et la difficulté des plus faible. Mais, est-ce que la bonne volonté d'un seul homme peut-il faire face à la jalousie de ses relations quant à sa puissance ? Il avait beau être une personne imposante, puissante, Lancelin était en proie à de nombreux conflits territoriaux qui ne faisait que baisser le moral de ses armées, et des habitants, et il n'avait pas de solution.

En 1030, il entra dans un énorme conflit avec une relation de Normandie, qui lança une expédition en Bretagne afin d'imposer sa force, et le combat fut inévitable dans l'Avranchin. Des milliers d'homme en armure, portant leurs épée, hurlant les devises de leurs armoiries, se lança à l'assaut sous le joug de Lancelin, au centre du combat et Caledfwlch levé vers le ciel, hurlant d'un cris retentissant sur le champ de bataille et terrifiant les ennemies ~

"AUDENTI SUCCEDIT OPUS !!"

Avant de lancer l'assaut avec ses hommes vers l'envahisseur normand. Pendant un instant, les hurlements de tous les Bretons s'allia à l'unisson, avec comme chef celui de leur roi, avant de couper court face aux fracas des lames s'entrechoquant. Lors de cette bataille, Lancelin fit tomber un nombre impressionnant d'homme, malgré de lourdes pertes de son coté, il put repousser l'envahisseur petit à petit à force de persévérer, protégeant au maximum ses hommes à ses côtés, même si toute la volonté d'un homme ne pouvait arrêter la folie de celui-ci, il se rendit compte que ce jour-là, il avait sacrifié bien plus qu'il n'avait sauvé ...

Dans un excès de panique, et de rage, voyant peu à peu le sol jonché des couleurs de son royaume, son armure devint de plus en plus étroite face à ses formes de monstre, laissant apparaître peu à peu la bête qu'il était. On ne reconnaissait de lui que les débris d'armures encore accrochées, et la fameuse Caledfwlch encore à sa ceinture, qu'il s'élança d'un bond au sein des troupes ennemie pour en tuer un maximum. Bien que des siècles d'entraînement, d'apprentissage, se trouvaient derrière lui et qu'il savait comment exploiter toute sa puissance, il n'était pas rare qu'il se laisse submerger de ses émotions laissant apparaître sa véritable marque ! Et là, c'était le cas, n'hésitant pas à exploiter toute sa force pour déchiqueter membre par membre ceux qui était contre lui pour protéger son peuple ...

Lors de cette bataille, la Bretagne avait perdu des pères de famille, des hommes se battant pour leurs libertés, et leur roi, qui était dorénavant connu au-delà des contrées comme un monstre sanguinaire s'abreuvant de l'âme des soldats.
Pour Lancelin ? Personne ne le retrouva, il avait laissé derrière lui des corps sans vie, tous déchiqueté de ses crocs, avant de prendre la fuite après avoir repoussé les derniers survivant aussi bien du coté ennemi que du coté allié en abandonnant ses effets.

Après plus ou moins un règne de 30 ans, le roi Lancelin Wigeric ne fut retrouvé, et considéré comme mort.


ᴥ Le Fragment d'une épidémie (Environ l'an 1340)

Un souvenir tragique, bien trop court qu'il préfère oublier ... Il avait revu entre temps celle qui était pour lui sa sœur, Carla. Pourtant ce ne fut que très court comparé à ce qu'il aller vivre en retournant en France.

L'Europe fut frappé d'une maladie qui, au fur et à mesure des années, s'imposa comme étant une des principale cause de mortalité, pourtant, ce fragment ne concerne pas vraiment cette maladie, mais ce qu'elle avait engendré, la violence et le pillage.
Alors que celle-ci commençait à faire paniquer les populations, diverses hautes instance religieuse commençait à se poser des question en plus des problèmes de l'occupation anglaise. Qui était le responsable ? Il ne fallut pas attendre bien longtemps pour qu'une population en colère pointe du doigt au hasard les plus faible : Les juifs. Alors que le roi des francs Philippe VI traduisa de nombreux Juifs en justice, accusés d'avoir empoisonné les puits, beaucoup se sont fait exécuter, sous la justice ou non d'ailleurs ...

Pourtant Lancelin se souvient d'un soir ... Assez spécial ! Sur une place publique, alors que l'aurore d'un ciel orangé arpentait la voûte céleste, c'est au sol que les hommes pratiquaient un méfait qui ne pouvait que faire pleurer ce magnifique ciel.
Un bûcher se prépara, comme au temps de la chasse aux sorcières, là où il ne put protéger sa bien-aimée .. Cette vision d'horreur l'ayant marqué, il ne put s'empêcher de déglutir de manière très effrayée en repensant à tout cela, voyant que sur le bûcher, ce n'était pas moins de 10 personnes qui devait y succomber. Pourquoi ? Car la population l'avait décidé ainsi, les accusant des ravages de l'épidémie ... Ils étaient tous aussi débile à croire de telle conneries. Alors qu'il se préparait tous à envoyer et attacher aux mats les personnes, Lancelin s'interposa, empêchant cette pratique d'avoir lieu. À votre avis, comment cela allait-il finir ? Cela avait commencé par des injures, des profanations, des menaces, puis enfin, ils en arrivèrent à la violence.

Il resta droit comme un piquet, se faisant bousculer, frapper, et pourtant, c'était un roc. Il ne voulait pas se battre et préférait la survie de personnes, mais un moment, il reçut une baïonnette, ou du moins un morceau qui s'y prêtait, en plein dans la cuisse, le plantant de long en large ... C'est alors qu'en se retournant, devant le groupe, les poings serrés de douleur et de colère qu'il attrapa celui qui semblait être le meneur de cette "révolte". D'une main, il le souleva, lui serrant un peu plus la gorge avant de lui écraser complétement, faisant gicler le sang au creux de ses doigts, pour relâcher le corps sans vie à ses pieds ...
Ce ne fut que bref, mais il ne fallut que cela pour calmer la foule, qui prit peur en s'enfuyant devant l'atrocité de la scène. Lui, profita pour se lécher les doigts en se délectant du sang de sa victime, avant de demander aux personnes de le suivre, il avait une idée. Le mieux pour eux était de ne pas rester là, déjà que lui, risquait d'avoir de gros soucis avec ce que tous avaient vue [...]



ᴥ Le Fragment d'une chasse absurde et d'une perte d'un amour (Environ l'an 1600)

/// Fragment Important Oublié ///




ᴥ Le Fragment des Premiers Droits (Environ l'an 1789)

/// Fragment Important Oublié ///




ᴥ Le Fragment de l'Ouest (Environ l'an 1830)

Après avoir aidé à la révolution française et éviter à certain la lame d'une guillotine, il avait enfin décidé de quitter l'Europe peut être pour toujours. Une histoire trop importante qu'il avait pu le marquer sur ces terres ne faisait que remémorer ses erreurs et ses faiblesses. Pourtant, le Loup-garou n'hésita pas à se porter volontaire lors d'une campagne de recrutement pour partir sur les terres inconnues de l'Ouest d'un pays lointain, en amarrant en Floride. À vrai dire il n'avait pas d'objectif final, lui qui n'était qu'un globetrotter à vagabonder de pays en pays, traversant les siècles à la recherche d'une place dans ce monde, mais la seule attache pour laquelle il avait un sentiment de bien être était bien entendu sa petite sœur.

Ce fut un trajet bien long avant d'atteindre les cotes de l'Est de la Floride, où une vie bien différente de l'Europe l'attendait. Le départ était donné, ils étaient qu'un petit groupe avec quelques-uns à pied, d'autre en charrue, et les plus vaillants en cheval. Trêve d'un instant, scellant son cheval et harnachant son baluchon, c'est avec un sourire aux lèvres et admirant l'horizon qu'il se disait que cette vie était pour lui, pensant enfin avoir trouver son havre de paix. Le départ était donné, ils étaient qu'un petit groupe avec quelques-uns à pied, d'autre en charrue, et les plus vaillants en cheval. D'ailleurs, c'est à ce moment-là qu'il du entreprendre les premières explorations dans les pampas, attendant les pauses habituelles, il profita souvent de ceux-ci pour s'éloigner au loin, explorant les prairies aux broussailles jaunie par le soleil, quelques arbres dansant au vent d'une nouvelle vie et un ciel bleu azur, signe d'une promesse.

Sur son destrier, il était vêtu d'un simple haut noir, enfin, plutôt une chemise au manche retroussé, avec un grand chapeau de feutre aux mêmes couleurs sombres, un "stetson" comme ils l'appelaient dans le milieu. Ce n'était là que des habits bien simple, s'adaptant aux coutumes locales, avec un bas en denim aux couleurs marines pour finir sur des kip boot en cuir, dont il avait dû donner pas mal de lui-même pour les avoirs, il en était pas peu fier le bougre quand même ! À sa ceinture, se trouvait un outil qu'on lui avait offert, un 1873 S.A.A. C'était un revolver que beaucoup possédait dans le coin, et dont on lui avait conseillé de ne pas s'en séparer, étant donné l'activité assez sombre qui se tramait dans le pays, il fallait bien protéger ses biens comme sa vie ! Voilà à quoi il ressemblait généralement, c'était comme ca qu'il commençait sa conquête !

Un jour, lors d'une promenade afin d'explorer les alentours, il se trouvait dans les grandes plaines du nord, dans un climat assez chaud. Le soleil pointait son nez à midi environ, et il devait plus ou moins une trentaine de dégrée, qu'il préféra faire une pause avec son cheval sous un grand Orme le temps que la chaleur redescende et qu'un repos bien mérité se fasse. Pourtant, quelques choses le titilla, les yeux fermés, adossés au tronc de cette Orme avec le chapeau abaissé, il arqua un sourcil afin de relever ce dernier avant de découvrir trois hommes bien différents de ceux qu'il avait pu voir jusque-là ! Il pointait vers lui des arc et des hache, lui faisant signe de les suivre tout en prenant son arme à feu. Il s'exécuta alors qu'il aurait pu s'enfuir aisément, ou bien se jeter sur eux, pourquoi en arriver là si précipitamment ? Il avait une impression que cette rencontre était le début de quelques choses, et il ne voulait absolument pas revenir sur ses anciennes traces à encore une fois, gâcher sa vie.

Un long trajet, avant d'atteindre à la sortie d'un canyon sur des prairies fertile et vierge de toutes constructions, qu'un petit camp avait élu domicile. Ce camp était leurs maisons, celle de ses hommes qui n'était que des Nord-Amérindiens, plus connues dans le milieu comme des Indiens. Ceux-ci vivaient en tribu ici même, et ce fut la surprise quand il foula leur terre, beaucoup de personne semblait le dévisager ou même pire, avant d'être conduit à une grande tente de force au centre de leur camp ...

La personne qui possédait cette tente était bien différent, portant des habit plus traditionnelle à leurs cultures, semblant voir au-delà de la vie, il ne fut qu'encore plus surpris quand il aperçu celui qu'ils avaient capturé, le faisant entrer dans cette tente avant de fermer celle-ci. Ils s'assirent tous les deux, avant que l'homme se mette à le palper, l'admirer, le craindre, puis, après un instant de silence, après que le vieil homme avait fini de le toucher, il se remis droit devant Seni pour enfin lui dire quelques mots d'un ton très solennel ..

"Tu n'es pas de ce monde, esprit. Tu as vu, vécu des choses qu'un simple homme ne pourrait contenir en lui ... Ton cœur est différent, et ton regard en dit beaucoup, homme loup."

Ce ne fut que les yeux encore plus écarquillés qu'il se figea, comment était-ce possible ? Comment ce vieux "fou" savait ça ? Il ne lui fallut que quelques minutes à le toucher, sans dire un seul mot pour connaître la vérité ... Le reste dans cette tente, ce qui s'est passé, est un secret qui garde, mais il en ressorti bien plus en forme que jamais, et beaucoup plus fort. Après avoir vécu l'espace d'une demi-journée au sein du village, admirant la vie qu'ils avaient, il put quitter librement et le cœur plus léger. Ce ne fut pas un hasard, il s'était passé quelques choses, il avait découvert qu'il avait plus de don, de pouvoir, de force qu'il ne croyait, qui était-il ? Après presque trois millénaires de vie, il pouvait encore découvrir des choses sur lui.

Son retour ne fut pas de tout repos ce jour-là pourtant, car il apprit le soir même qu'avec l'aide de l'armée américaine, le peu d'homme dont lui devait attaquer le camp amérindien où il était précédemment. Il avait un choix à faire, celui de participer à ce massacre comme il aurait pu faire il y a des milliers d'années, ou alors de sauver ceux-ci, de les aider, et d'en savoir plus sur lui-même. Cette question tourna en gambergea dans sa tête, et devint de plus en plus pesante lorsqu'il prit la route avec quelques hommes de l'armée en direction du camp, d'un pas lourd et d'un silence de mort, le soleil venait à peine de se coucher qu'un clairon sonna la charge ...

Ces cris, ces hurlements, ces hommes tombant un par un, défendant leur terre sans avoir demandé et vivant pieusement, lui donna la réponse a cette question. Peu importe les répercussions que cela entraînera ici, il ne pouvait pas laisser ses amérindien se faire massacrer un par un, avec comme seule raison à ceci cette belligérance à l'avidité. Chargeant juste après dans le camp en feu, il leva son arme contre les siens, profitant de leurs confiances pour abattre plusieurs soldats, il n'était pas mieux qu'eux, mais c'était la seule façon qu'il avait pour arrêter ceci. Dans la cohue, il reçut plusieurs balles, plusieurs blessures, un dos ensanglanté des membres déchiqueté, il gisait au sol et malgré sa force, sa puissance, il était bien trop mal en point pour réagir, abandonné et laissé pour mort, piétiné par les montures, se laissant aller dans un dernier souffle le bras tendu ...

Pourtant, il put se réveiller le lendemain, dans un lieu qu'il connaissait bien. Il était totalement groggy, des douleurs moins intense qu'à la veille, mais toujours présente, ce ne fut que torse nu, la main sur ses cotes comme les en empêchant de tomber en morceau, qu'il se leva difficilement pour sortir et admirer un spectacle d'horreur. De nombreux amérindiens pleurants les êtres qui leur étaient chers, des pleur, et le peu d'homme qu'il restait à se préparer pour une contre-offensive. Ce ne fut que bref, mais le vieil Indien qui s'était occupé de lui revint à ses côtés pour l'attirer de nouveau dans la tente, afin de lui expliquer ce qui s'était passé.
Il avait beau se retenir, au fond de lui, une rage d'un millier d'hommes ne voulait qu'hurler la douleur qu'il avait, mais il devait se contenir par peur de laisser sortir sa véritable forme .. Un souffle puissant et répété, des yeux n'acquiescent qu'une colère éternelle, il voulait venger ces hommes, pourtant le vieil Indien l'en empêcha, lui disant que cette heure arriverait, mais pas maintenant, il devait se reposer.

"Homme-loup, tu as ce pouvoir en toi te reliant à nos ancêtres, tu aideras le peuple que l'on est, mais repose toi, demain, tu auras toutes les réponses. L'homme blanc est fou, mais toi, tu n'es pas un homme, tu es un dieu."



ᴥ Le Fragment d'une vengeance, et d'une constitution (Environ l'an 1850)


/// Fragment Important Oublié ///



ᴥ Le Fragment d'une Promesse éternelle (Actuellement)

Ce dernier voyage était pour elle .. Il savait où la retrouver, il savait où elle était, et ce monde était bien différent de ce qu'il avait connu. L'avancé technologique ne fit que rendre cette planète différente de jour en jour, mais aujourd'hui, il n'était plus seul.

Cette promesse faite il y a plus ou moins 3000 ans, il l'avait tenu de nombreuse fois, et pourtant, encore aujourd'hui elle avait besoin de lui. Ce jour-là, il décida ne plus l'abandonner, qu'il serait pour toujours à ses côtés, pour le meilleur comme pour le pire.

Ce fragment est le dernier de sa vie, bien que court, celui-ci s'écrira au fur et à mesure de son existence à Nishiko, et qui sait, vous en ferait peut-être partie ? ~ ...


CODAGE PAR PUPPY SUR LG
avatar
Messages : 29
Date d'inscription : 08/02/2018
Localisation : Au lit avec mon Seni' ♡
True blood
Jeu 29 Mar - 20:11
Bienvenu ma banane d'amour ♡ courage pour ta fiche





Invité
Invité
Jeu 29 Mar - 20:24
Merci ma patate d'amour ♡ :3





Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AG-Corporation :: Flood :: Corbeille :: Fiche Personnage-
Sauter vers: