RSS
RSS



 
N'oubliez pas qu'il y a le nouveau serveur du forum qui a été ouvert il y a peu, vous le trouverez alors en annonce sur l'ancien et aussi en cliquant sur le logo. Il y aussi le recensement, même si vous avez décidé de partir dite le nous quand même.

 :: Flood :: Corbeille :: Event terminer Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Confrontation [rp event]






Invité
Invité
Lun 12 Mar - 15:46



Confrontation



Le voici enfin ! Vous trouverez ci joint un rappel des règles de l'event, et ensuite les rp ^^ .

Ordre de passage :
-Dès que celui avant vous a répondu, vous avez 7 jours pour poster votre réponse, passée ce délais, votre tour sera compté comme passé.
-Pas de panique, le staff vous préviendra directement lorsqu'il vous restera deux à trois jours si vous tardez.
-Si vous ne pouvez/voulez pas répondre à votre tour, vous pouvez choisir de passer plus tard dans l'ordre de passage pour ce tour, ou attendre le tour suivant. Cela reste à votre convenance. Alors n'hésitez pas à vous y reporter.
-Un topic ordre de passage sera ouvert dans le zone event afin de prévenir de ces délais là, et de mettre à jour l'ordre de passage en fonction de vos souhaits. Tout ceci sera reporté sur le canal "event" du discord du forum afin que chacun puisse s'y retrouver.

Règles autres :
-L'event commencer le 12 mars et finira lorsqu'il finira !
-L'event compte pour la time line du forum, et donc de chacun de vos persos.
-Les règles du forum lié au rp (comme le reste) son toujours effectives pour cet event.
-Si vous avez le moindre question/proposition.ce que vous voulez, à soumettre vis à vis de l'event, n'hésitez pas à contacter un membre du staff ! Smile

Il ne me manque plus qu'à vous donner l'ordre de passage avant de vous lâcher au rp Smile
Le voici :
-Audric (pnj)
-Edward (pnj)
-Nanako
-Carla
-Kyle
-Gabriel
-Sekhmet
-Tsubaki (avec intervention d'Alyssia si nécessaire)
-Koyichi
-Amelya
-Edaen
-Connor
-Morgan
-Erik

Par ailleurs, si l'ordre de passage ne vous convient pas, il est toujours temps de vous manifester ! Smile

Sur ce, bon event à tous !



codage par whatsername. sur Libre Graph'





Invité
Invité
Lun 12 Mar - 15:49
Event
Confrontation
"Où?! Où ! Par tous les sangs, les ciels et les seigneurs de ce temps ou du passé, montres toi… Arhiman !!!"

Un nom, celui de trop. Cette abomination que j’avais osé appeler frère. Mon cœur pulsait d’un sang saturé de ses atrocités. Il avait soif du sien, de sang. Transformer Aanor ? TRANSFORMER AANOR ?! Sans même me le dire, puis même me le dire n‘aurait rien changer à l’aspect abjecte de l’action ! Il l’avait abandonné, comme ça, à son triste sort que notre condition à présent commune lui réservait ! Il savait jouer, se jouer de tout, de trop de choses même. Mais là, c’était trop. Il devait payer. Mon corps tout entier réclamait sa mort, et allait lui arracher sa vie : j’en étais certain.
Je ne me contrôlais plus, plus du tout. La simple idée de l’imaginer faire ça, quand bien même le méfait remontait à plusieurs poignets de siècles, m’avait fait tomber dans une colère sombre, rouge sombre. La Lune, haute dans le ciel, couvrait un soleil qui faisait pâle figure derrière. Elle captait ses rayons sur tout son pourtour pour les teinter d’un reflet carmin vif. Elle même pulsait d’une lueur vermeil sombre, forte, presque écœurante. Au beau milieu de la journée, le quartier entier était plongé dans une lumière d’apocalypse. Rouge, rouge. Tout les bâtiments étaient nappés d’une teinte carmine sombre, profonde, comme si cette lueur filtrait depuis l’horizon dans des profondeurs marines. L’air semblait lourd, pesant, comme chargé d’un lourde sensation de poids, de pesanteur. C’était comme si tout être vivant suffoquait à l’intérieur, inspirant du plomb à pleins poumons. L’endroit était noyé dans une désolation, une mélancolie, une colère, une rage, une soif de sang, une fureur, un désespoir sans retour. Finalement, tout autour s’orchestrait ce qu’il se déroulait au creux de mon cœur, en temps réel. Moi qui répugnait la moindre mort habituellement, dans la moindre parcelle de mon être se déroulait une guerre sans précédant actuellement. Et c’était sa faute, entièrement de sa faute.
Tout autour, le silence. Il était seulement brisé par certains animaux en train de crier, hurler à la mort, et autre. Les rares qui n’avaient pas pus fuir sûrement. Ils semblaient comme conscients du danger. Voilà une différence entre ces bêtes et moi. Je ne les entendaient même pas. Chacun de mes pas faisait résonner un bruit sourd dans la place, juste devant la gare. Arhiman. Il était là.

"Voyons, mon très cher Yali, où sont donc passé tes bonnes manières? A te voir ainsi errer, on peu douter que la patience soit l'une de tes vertus... Mais comme je suis accommodant, me voici, qu'y a t il pour que tu veuilles ainsi me revoir? Ne dit rien, je t'ai manqué?
-Tu te fou de moi !!!"


Un hurlement, net, clair, qui en fit comme trembler les murs. Mais je m’en moquais. Je l’avais en visu, droit devant moi. Je n’avais ni envie d’attendre, ni de parlementer. Pas aujourd’hui. Sans hésiter, je déroulais un pendule d’un simple mouvement de poignet pour l’accrocher à une rambarde un peu plus haut. La propulsion qui s’en suivit me suffit pour coller violemment Arhiman contre le pilier sur lequel il s’adossait. Je le tenais finalement par le col, contre le marbre à présent un peu renfoncé sous le choc, tandis que mon autre main était encore accrochée en arrière par la chaine lâche du pendule. Je n’avais besoin que d’une main pour lui faire mal. Alors autant ne pas perdre de temps

"T’as fait la connerie de trop en t’en prenant à elle : Aanor te préféreras mort."

J’étais là, contre lui de tout mon poids et de toutes mes forces. Le moindre de mes muscles était tendu à en craquer, le moindre me mes nerfs étaient à deux doigt d’imploser. Je savais. Finalement, après 5 millénaires d’ignorance et de peines infondées, je savais. Et il savait que je savais. Il ne pouvait plus se défiler. Il devait subir ma colère… En cet instant rien d’autre ne comptait pour moi. Rien. Je n’étais rien d’autre que haine. Une haine viscérale, destructrice. Mais il n’était pas temps d’en avoir peur. Je ne connaissait même plus le goût de la terreur. J’avais oublié tout le reste.





Invité
Invité
Mar 13 Mar - 15:09


Confrontation






“ Un jour, tu hériteras de tout cela. Du poids de ces années sur tes épaules, de ces expériences que tu auras vécu et qui te colleront à la peau. Un jour tu auras tout cela, cet empire de poussière… ”

Adossé à un pilier de marbre, ton regard ce porte loin. Le soleil était en train de disparaître, émettant d’étranges rayons rougeâtres comme pour tenter de plagier la magnifique couleur vermeille de tes yeux tournés vers l’horizon. Une bien difficile tâche, à n’en point douter… Un sourire se glisse doucement sur ton visage, obligeant à la goute couleur carmin à faire bien des détours pour tracer son chemin jusqu’à ton menton. Tu savais n’est-ce pas ? Que l’histoire allait se répéter…

“ Un jour, vous m’abandonnerez, n’est-ce pas ? Comme vous l’avez fait avec cette femme. ”

* * * * *

C’était un jour semblable à celui-ci, un jour où le soleil avait laissé place à une scène teintée de pourpre et de tragédies… Mon corps faisait peser sur moi le poids de cette longue existence, d’aucun diraient que c’était le poids de mes pêchés mais ils pouvaient bien aller se faire foutre. Après tout, ils disparaîtront bien un jour ou l’autre et de nouveaux moralisateurs hypocrites se chargeront de les remplacer. Tous ? Non, pas tous, il y avait bien deux personnes qui ne cesseront jamais de m’en vouloir, jusqu’à ce que la mort nous sépare. Ces deux âmes dont j’avais moi même condamné l’une à l’immortalité. Toutes deux allant de pair avec cette teinte sanguine qui occultait le ciel.

A vrai dire, je savais déjà en mon fort intérieur que cet événement céleste n’était pas naturel et cela ne voulait dire qu’une chose : Il était là et il savait. Pas besoin de lever les yeux aux ciel pour savoir cela à vrai dire, il y avait comme une sorte de lien qui nous unissait, lui et moi. Un fil rouge du destin qui ne faisait que faire se croiser nos routes, des routes qui avaient fait leur temps selon moi… Mes os craquèrent alors que la pression de mon corps passait du fauteuil à mes jambes, aujourd’hui plus que tout autre jour, je me sentais vieux, décalé de ce monde malgré mes efforts pour mener mes recherches et avoir une certaine avance. Qu'étais je donc devenu? Un être plusieurs fois millénaire, une incarnation de la peur, du passé.

* * * * *

J’avais quitté ma demeure quelques temps après cette remise en question qui n’en était pas une. Les murs de la demeure m’étouffaient et cet aspect pourpre me poussait à sortir “au grand jour”, à aller à sa rencontre. Je le trouvais facilement, ses vociférations le rendaient assez peu discret.

“ Voyons, mon très cher Yali, où sont donc passé tes bonnes manières? A te voir ainsi errer, on peut douter que la patience soit l'une de tes vertus... Mais comme je suis accommodant, me voici, qu'y a t il pour que tu veuilles ainsi me revoir? Ne dit rien, je t'ai manqué? ”

Un léger sourire au visage en guise de masque, je regarde mon très cher frère. Je ne l’avais jamais vu dans un état similaire à celui de cet instant, tremblant de rage, d’une violence qu’il n’arrivait vraiment pas à contrôler. Bien. S’il ne parvenait pas à la contrôler alors il était faible, les colères froides et maîtrisées sont celles dont je me méfie le plus. Je le laisse crier de tout son saoul, bougeant à peine lorsqu’il fonce sur moi pour pouvoir le retenir en partie avec une main plaquée contre son plexus solaire. Ses lèvres, que je connaissais pleines de politesses et de piques préparées à l’avance, déchargèrent un flot de menaces contre ma personne, des mots que je pris à peine le temps d’écouter tout en gardant mon regard rivé dans le sien.

“ Ainsi tu sais, je commençais à vraiment désespérer tu sais? Quant à savoir s’il s’agit là d’une connerie ou non, je ne pense pas que tu sois aptes à juger, mon cher. Et puis, arrête donc ces grands airs avec moi, on sait tout deux que ça ne fonctionne pas avec moi. Tu ne sera jamais en mesure de me tuer. ”

Cette dernière phrase était tombée comme un couperet, emportant dans son élan l’air affable de surface que j’avais pris soin de garder. Mes pupilles sanguines se rétractèrent lentement, mes muscles se bandèrent et j’initiai une violente poussée sur le plexus de mon agresseur pour le faire valser au loin. Il voulait se battre? Bien, il était grand temps de lui remettre les idées en place. Lui laisser un peu de bride ainsi avait été une erreur, erreur que j’allais arranger tout de suite… Une douce odeur flottait dans l’air, enivrante, excitante… Le fait qu’elle l’ai suivit était une possibilité non négligeable et j’avouais être curieux de la revoir à nouveau en personne, non pas sur des photo ou depuis des verres grossissant. Un frisson remonta le long de mon échine, brisant quelques verrous mentaux que je m’étais placé au fil de mon existence, de ma dépendance.

“ Bien, ainsi tu l’as mené à moi, mon très, très cher frère. Tu as un goût pour la mise en scène qui force le respect, dommage que tu viennes ainsi à moi avec un air si belliqueux. ”

Implacable, je bondis sur mon compatriote, armant un coup de poing à destination de sa mâchoire. Si je me retenais d’ordinaire contre mes adversaires, je savais que je n’avais pas à le faire contre lui. Pour son plus grand malheur…




(Hrp : Si Audric saigne, déclenchement de “Chasseur de crocs”)


- Adrenalean 2016 pour Epicode





Invité
Invité
Mar 13 Mar - 15:48
Confrontation [event]

Pourquoi était-il sorti si rapidement de la maison sans même te dire où il allait ? Surtout qu’il n’avait pas pris le chemin de la clinique… nan mais bel et bien de dehors. Tu attrapas alors des vêtements propre que tu avais l’avez la veille, t’habillant rapidement, attrapant ton carnet ainsi qu’un crayon et décida rapidement de suivre ton maitre même si tu savais que tu allais sans doute en payer les frais par la suite. Enfilant tes chaussures avant de sortir et suivre ton maitre de loin, direction la gare…

Le temps et l’atmosphère étais vraiment étrange… La lumière était aussi rouge que le sang et l’atmosphère était pesante. Tu marchais à pas de loup, même si tu te doutais que ton maitre avait sentis ta présence et savait que tu le suivais. Il s’arrêta finalement la… a la gare, contre un grand pilier de marbre… tu t’arrêtas par la même occasion, regardant ton maitre de loin avant qu’il ne se mette a parler …. Parlant a un homme face à lui qui rapidement lui crias dessus avant de lui foncer dessus et de l’attaquer… Ton sang ne fit qu’un tour. Tu sortie de ta cachette, courant en direction de ton maitre qui étais en danger, un regard sombre et qui montrais que tu allais détester l’homme qui l’avais attaqué.

Mais dans ta course, quelque chose t’attrapa, bloquant ta marche ainsi que tes bras, te reculant un maximum de la scène, tu te débattais et essayais de crier le nom de ton maitre sans succès. La jeune femme qui t’avais attrapé avait vraiment beaucoup de force. Tu te mis à pleurer sans même t’en rendre compte.

« Chut… calme toi… tu ne peux rien faire… crois-moi… j’ai déjà essayé assez de fois… »

Ce sont les seuls mots que la rouquine qui t’avais choppé pu prononcer, te tirant plus loin… Tu l’a mordais… pas par colère mais pas peur qu’il arrive quelque chose à ton maitre… Tu l’aimais trop pour le laisser mourir… Mais tu fini par obéir a la rouquine… restant prêt d’elle, t’agrippant même à elle par peur. Rapidement, ton maitre se dégagea seule de ce merdier… Envoyant valser au loin l’homme qui l’avais attaqué. Tu voulu courir dans les bras de ton maitre mais la jeune femme t’en empêcha de nouveau. Te laissant la… t’ordonnant de ne pas bouger et de rester sage, que ton maitre serais triste si tu te faisais tuer … Tu te mis dans un coin à regarder la jeune femme avancer.

° CODAGE PAR DITA | [a href="http://epicode.bbactif.com">EPICODE °





Invité
Invité
Mar 13 Mar - 15:49
Confrontation [event]


Yali… Il t’avait laissé en haut de cet immeuble seul dans tes réflexions, tes cheveux flottant dans l’air. Tu étais resté plusieurs minutes à attendre… regardant la lune retrouver une couleur « normal » avant de disparaitre, laissant la place au soleil. Tu étais alors rentrer chez Kyle, lui demandant de ne pas te poser de question et de te servir un bon verre de bourbon. Quelque jour plus tard… La lune avait repris sa teinte rouge sang… Tu ne compris pas ce qui se passait avant de te rappeler quelques secondes plus tard ce qu’étais la cause de la couleur carmin de la lune.

Sans te poser de question, tu avais pris tes chaussures, les enfilant rapidement, laissant Kyle dans l’incompréhension la plus totale et sortir… Tu avais une sorte de pressentiment, la gare ! Tu sentais quelque chose d’étrange à la gare… Quoi ? Tu ne pourrais pas dire ! Surement ta condition de true blood qui te le dit. Tu n’hésites pas une seconde à prendre une vitesse affreuse et courir jusqu’à là-bas. Une fois sur place … tu restas figé quelque seconde… tu avais envie d’avancer … Ahriman… il était là… le frapper ? Peut-être …. Le serrer dans tes bras ? Sans doute… Pourquoi la vie te fait ça…

Rapidement, tu fus sortie de tes pensées quand Ahriman se mis à parler, provoquant la personne en face de lui… YALI ?! Tu avais donc raison… il allait encore se battre … pour toi… à cause de toi… Comme avant … comme toujours. Après les paroles d’Ahriman, Yali lui sauta dessus mais du coin de l’œil tu vis autre chose, une petite crinière blanche n’hésitant pas une seconde à courir en direction d’Ahriman et Yali, ni une ni deux, tu te mis à courir, l’attrapant contre toi, bloquant ces bras et la reculant un maximum en regardant Ahriman et Yali… Tu tremblas un peu avant de dire à la petite hybride :

« Chut… calme toi… tu ne peux rien faire… crois-moi… j’ai déjà essayé assez de fois… »

Rapidement, tu emmenas la petite hybride qui elle te mordait a pleine dent… de la colère… elle doit appartenir à Ahriman… Pas étonnant qu’elle soit en colère qu’on touche à son maitre. L’hybride fini alors par se calmer et s’agrippa à toi en regardant la scène. Rapidement, tu regardas Ahriman envoyer Yali au loin dans un seul coup de main… Il savait que tu étais la … il t’avait sentis… Tu avanças alors après avoir ordonné à l’hybride de rester sage… Elle avait d’ailleurs obéis, un miracle… Tu avançais alors dans le but de séparer les deux hommes… un regard déterminé mais … L’aura d’Ahriman te fit reculer… comme si… tu en avais peur… as-tu peur de celui que tu n’as jamais cessé d’aimer en plus de quatre mille ans d’existence ? Tu restas alors planté la… sans savoir quoi faire… te retrouvant a seulement quelque mètre de l’homme que tu rêvais de revoir depuis la naissance de ta dernière fille.

Pourquoi… cette scène se répète-elle encore ? Et pourquoi étais plus violente qu’autre fois ? je vous en prie… stop… sont les mots qui voulait sortir de ta bouche mais la seule chose que tu pus faire… c’est observer… le yeux river sur lui… et seulement lui…

° CODAGE PAR DITA | [a href="http://epicode.bbactif.com">EPICODE °
avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Bar The Winchester
Loup-Garou
Voir le profil de l'utilisateur




Kyle Harper
Loup-Garou
Mar 13 Mar - 23:57




Confrontation [Event]

   


Les événements avaient l'aire de s’enchaîner sans qu'il ne puisse agir comme si tout était fait pour plomber dans un certain sens le moral. Voilà depuis quelque jour maintenant que Carla et lui, c'était un peu le silence du son. Elle était présente physiquement, mais totalement ailleurs d'esprit. Ou assez distante. Il était vraiment amoureux d'elle, elle le savait et elle le côtoyait bien qu'il ne dise rien, ils partageaient le même lit, et ce, assez souvent suffisamment pour que Kyle lui fasse une place dans son armoire pour qu'elle y entrepose tout ce qui lui est nécessaire, qu'elle s'installe.

Néanmoins l'histoire avec Seiichi... Disons que le loup avait appréhendé les faits, les comment et les pourquoi. Pour la première fois, les pensées de Carla n'étaient pas claires et vraiment un sacrée brouillard pour savoir ce qu'elle pense. Il lui servit néanmoins le verre de bourbon à sa dulcinée. Conscient que ça... n'allait pas fort. Néanmoins, il savait que s'il parlait... elle risquerait de l'envoyer chier. Il y avait néanmoins un côté de contenance d’émotions et de problème à régler à ne plus contenir. Kyle aussi patient et calme et ce même avec tout l'amour qu'il portait à Carla en avait peu à peu une colère à faire sortir. L’ambiguïté de leur relation commençait à sérieusement peser sur lui. Trahir son clan en s'étant éprise d'une True Blood il n'en avait plus rien à carrer, mais savoir à quel point Carla l'aimait et si elle l'aimait vraiment était de plus en plus vital pour lui.

Les jours passèrent et une discussion ou un acte démontrant ce qu'elle pensait de lui n'était pas encore arriver. Il était occupé à servir les clients et faire tourner son commerce. La lune apparut en pleine journée et prit néanmoins une teinte vraiment anormale. Ni blanche ni rouge.... Pourpre qu'elle était la signification de ceci ? Ses clients étaient tous dans l'incompréhension tout comme lui-même. D'ailleurs, la majorité des clients avaient fini leur verre en vitesse et étaient sortis pour regarder ce phénomène.

Par Gaïa, qu'elle est cette couleur de lune ?

Carla passa en coup de vent et avait filé en vitesse en direction de la lune. Elle savait quelque chose, une chose peut-être importante qu'elle ne lui à pas avoué. Mince, encore une fois ! Surement encore un secret qui va retomber sur la gueule dont-il ignorait l’existence et que Carla ne l'ai pas mis au parfum. Intérieurement, Kyle grogna, hors de question, pas cette fois, il est hors de question qu'il reste comme le dernier bouffon de service ignorant autant aller dans la mêlé. Il fallait la suivre. Tant pis si perte ou non d'argent pour ce soir. Kyle se dépêcha de fermer son commerce d'urgence. Les clients pouvaient râler. Kyle les calmait de suite d'un simple regard. Il prit la poudre d'escampette et suivait l'odeur de Carla à grande vitesse.

Il avait pris du retard, heureusement qu'il avait un fin odorat. Finalement, il y avait des bonnes choses à être loup. L'odeur donnait en direction de la gare. Mais, pourquoi là-bas ? Il aimerait arriver plus vite, mais sur forme humaine elle était plus rapide que lui. Il espérait arriver à temps. Il ne savait pas trop pourquoi, cette fois, il sentait que Carla serait potentiellement en danger. Son instinct protecteur avait le dessus. Il était inquiet avant tout pour elle. Le chemin semblait être une éternité et pourtant, il coupait par les toits des maisons et immeubles qu'il pouvait sans s'arrêter.

Après bien quelques minutes Kyle arriva dans la zone où Carla est censé être son odeur bien plus forte, elle était dans le coin, il avança alors prudemment sans un bruit. Restant au maximum dans l'ombre jusqu'à entendre un certain... Grabuge ou règlement de compte voyant depuis une cachette cachée de la lumière Carla de dos avec une petite hybride qui se tenait contre elle et deux autres... True Blood sur le point de se battre. Carla ne se serait pas déplacée pour rien, elle devait connaître ces individus. Kyle lui resta dans l'ombre près à bondir, mais il est vrai... Que Carla capterai sûrement son odeur ou alors cette hybride si ce ne sont pas les deux True Blood. Sa curiosité l'amena devant deux True Blood dont il ne savait point leur façon de pensées surtout concernant la race qui s'oppose à la leur. Il se méfiait cependant de l'hybride, elle devait appartenir à l'un des deux True Blood se prenant la tête et qui sait comment elle réagit.

Kyle se mit alors à lire les pensées de tout le monde présent dans le lieu pour comprendre ce qui se trame et les liens entre eux. Il ne sortirait de sa cachette que s'il considère Carla en danger ou une pensée inattendu. Il trouvait néanmoins cette scène malheureuse. Pourquoi Carla ne lui parle pas de son passé qu'importe si oui ou non, ce serait néfaste à l'image qu'il pouvait avoir d'elle ? Pourquoi il se retrouver à devoir espionner disons le, un regroupement de True Blood? Il était sûr que Carla lui en voudrait de l'avoir suivi, mais ce n'était pas le plus important. Il était temps pour lui d'apprendre différentes vérités ou histoire pour mieux connaître son amour et son entourage probable. Quels secrets sont cachés ?
(c) B-NET
avatar
Messages : 9
Date d'inscription : 05/01/2018
True blood
Voir le profil de l'utilisateur




Gabriel Tepes
True blood
Mer 14 Mar - 0:13
« Sekhmet, viens voir… Vois comme ce spectacle n’est pas naturel... »

Un léger sourire aux lèvres, je regarde cette magnifique lune briller encore rouge, alors qu’elle cache le soleil depuis plusieurs heures maintenant. Je reste le nez dans le ciel, et viens caresser doucement la tête de la jeune neko quand elle arrive. Cette éclipse était tout sauf normale… Je le savais bien, un tel événement aurait été prévu par la corporation, il ne s’éterniserait pas comme ça, et surtout plonger ainsi tout ce qui nous entoure dans cette couleur rouge. Et outre tout ça, ce n’était pas naturel. La pression semblait avoir augmenté et l’air était totalement désagréable.
J’entends des pas rapides approcher de nous, tandis qu’un de mes employés arrive dans le couloir extérieur d’un air paniqué. Je me tourne vers lui avec un sourire amusé.


« Monsieur Tepes !
- Hum ?
- Nous avons reçu divers appels de différents membres, un homme étrange erre en ville !
- Et ?
- Il dégage quelque chose d’inquiétant, les animaux fuient et hurle à la mort. »

Je soupire, et me fais de suite plus sérieux en retirant ma main de sur la tête de mon hybride, et retourne dans ma chambre. J’ouvre les portes coulissantes de la pièce aux origines nippones et rentre alors que les deux restent à la porte.

« Faites passer le message à l’ensemble des clans : surveillez et sécurisez la zone ! La défense de la population est une priorité. N’hésitez pas à vous armez. Et si la menace est réelle pour vous ou ceux que vous protégez, faites feu. »

J’ouvre une armoire, et attrape le katana qui m’a été offert par les yakuzas lorsque j’ai pris le contrôle de l’ensemble du quartier souterrain, calmant les tensions entre les différentes organisations illicites en place, et assurant ainsi une meilleure protection et une organisation optimisée aux commerçants du marché noir, et le dégaine légèrement pour regarder la lame.

« Je sors. Si vous avez le moindre problème, référez-vous à Yamada-san. »

L’homme s’incline, avant d’aller faire partager les informations. Je me tourne vers Sekhmet, et la regarde avec sérieux. Je ne parle pas, je n’en ai pas besoin. Elle sait où est sa place. A mes côtés. Aucun ordre n’est nécessaire.

« Je t’attends à l’entrée, prépare-toi. »

Je la laisse dans ma chambre alors que je sors en attachant l’arme blanche à ma taille, et vais préparer le matériel nécessaire pour l’opération. Il était hors de question de foncer bêtement dans le tas, mais clairement un humain qui fait réagir les animaux avec tant de crainte et qui dégage une pression qui nécessite qu’on m’alarme ? Et ce, en même temps que cette éclipse surnaturelle ? C’était suffisant pour que j’aille voir ça de moi-même.

Le temps qu’elle se prépare, je vais dans la réserve, et attrape plusieurs armes, alors que divers hommes de mains sont en train de s’équiper. Les différentes mafias sous mon contrôle sont déjà sur le terrain, et le travail de surveillance avait commencé avant même qu’on ne vienne me prévenir. Après tout, ils étaient libres d’agir comme ils le voulaient tant qu’ils suivaient mes règles, et la protection des civils restait primordiale. On me fait remonter que la cible se dirige vers le quartier est, en errant comme s’il cherchait quelqu’un.

Je me tourne vers Sekhmet quand elle arrive, et lui tends un pistolet automatique avec un holster et des munitions, et lui donne également un fusil de précision, alors que je mets plusieurs chargeurs dans une autre poche à sa ceinture. En soit, elle avait peu de balles, mais la force de cette création n’était pas uniquement dans le maniement des armes.


« Bastet. On y va. »

Je n’attends même pas de voir si elle suit, je sais bien que ce n’est pas nécessaire. Rapidement, je la guide en direction des quartiers de la gare. Cette fois, pas de discrétion, j’utilise totalement mes capacités de true blood, et escalade agilement le mur, avant de courir sur les toits en direction de l’est, évoluant dans ce monde carmin, totalement surnaturel, et étrangement appétissant. Je gronde légèrement, ce n’était pas le moment d’avoir faim…

Je m’arrête sur un toit, alors que j’observe les mouvements de foule au sol, reconnaissant des hommes sous mes ordres qui guident des gens quelque peu paniqué. « La gare » est un des mots que je réussis à capter, avant de me mettre en route dans cette direction en donnant mes ordres à Bastet.


« Interdiction d’éliminer des civils. On regarde ce qu’il en est avant d’agir. Et surtout sois prudente. Si on s’en prend à toi, n’hésite pas une seule seconde et neutralise. »

J’escalade encore un toit, et arrive à un point suffisamment en hauteur pour dominer le parvis de la gare. Elle était déserte. Enfin non, j’aurais préféré qu’elle soit vide… Je fronce les sourcils en ressentant l’ambiance encore plus pesante du lieu, comme si l’air était empli de multiples sentiments plus désolants les uns que les autres… Je m’approche du bord en faisant signe à la femme chat de rester discrète, et regarde plus bas, alors qu’un hurlement clair résonne à nos oreilles.

« Tu te fous de moi !!! »

Je m’appuie à la cheminée pour regarder en détail la scène. Un homme fin, vêtu de noir. Une tenue étrangement raffinée pour un homme au comportement aussi bestial. Un mouvement rapide, et je n’ai que le temps de voir quelque chose de fin briller, alors qu’il gagne en vitesse pour venir s’écraser contre son interlocuteur.

Bathory ?!

Je fronce les sourcils alors que je ne distingue pas ce qu’ils se disent, mais clairement, ces deux-là se connaissaient. Et il osait aller de front à mon compatriote ? Soit c’était un enfant bien suicidaire, soit c’était un être qui s’estimait facilement comme son égal. Il y en aurait un autre ?

Mon regard dévie légèrement de la scène en remarquant que ces deux là n'étaient pas les seuls présents... Carla était là, ce qui me fait grogner légèrement, ainsi qu'une hybride aux cheveux blancs qui semblait agitée. Elle appartenait à Bathory ou à l'autre ? Dans tous les cas, de simples civiles n'avaient rien à faire aussi près du danger... Surtout Carla qui savait clairement que s'opposer à son créateur ne serait pas chose aisée...

Je reporte mon attention sur les deux belligérants, mais ne vois pas le coup partir. D'un simple geste, l'homme de science propulse le grand brun quelques mètres en arrière, le faisant finir à terre. Bathory bouge rapidement, lui bondissant dessus, le bras armé, prêt à frapper.


« Je te prends ça ! »

J’attrape le fusil sniper des mains de Bastet, retire la sécurité, et vise entre les deux protagonistes. J’avais dit à Edward que je tolérais sa présence s’il n’y avait pas de recrudescence de true blood, et surtout s’il ne foutait pas le bordel en ville. Je gronde, et m’accroupis pour me stabiliser, en visant et tire.  

Une claquement violent, une déflagration qui fait partir rapidement la balle qui siffle et qui passe entre le poing du vieux Bathory et la tête de son opposant pour venir se ficher dans le sol. Le but n’était pas de les toucher. Et vu comment s’était emballé le pingouin, qui semblait reprocher des choses au médecin, j’aurais plus tendance à abattre mon vieux confrère des Carpates… Et puis, ce n’est pas comme si une balle dans la tête lui faire grand-chose, un peu de sang un peu de repos, et il serait comme neuf… Je me relève et tends le fusil à Bastet, avant de détacher le katana de ma taille en le dégainant.


« Contrordre Bastet… Tu ne t’approches pas d’eux. Tu pratiques des tirs de sommation si on fait mine d’approcher de ces deux. Et surtout tu fais attention à toi. Supprime si tu es menacée. »

Sans laisser le temps à Sekhmet de répondre, je saute du toit, et attrape des appuis pour me laisser descendre au sol, lame en main et attendant de voir si la balle avait eu pour effet de calmer les deux fauteurs de trouble.
avatar
Messages : 6
Date d'inscription : 20/01/2018
Hybride
Sam 17 Mar - 23:11
Cela faisait quelques mois que Sekhmet avait été récupérée par Gabriel, et force était de constater que la jeune hybride s’était habituée à sa nouvelle vie et à celui qui la partageait. Actuellement, elle était allongé, sur le ventre,  sur le canapé du bureau de Gabriel, ses longues jambes battant lentement l’air alors qu’elle dévorait l’un des livres trouvé dans la bibliothèque : L’Art de la guerre. De temps en temps, sa queue ou l’une de ses oreilles, s’agitait, mais à aucun moment elle ne lâchait les pages du regard. Elle ne le fit, en se redressant d’un bond, que lorsqu’elle entendit Gabriel l’appeler. Elle se précipita alors à ses côtés, fermant à moitié les yeux lorsqu’il commença à lui gratouiller la tête. Néanmoins, cet état de plaisir ne dura pas, puisqu’elle reporta rapidement son attention sur ce qu’il lui indiquait. Ses oreilles s’agitèrent rapidement d’avant en arrière tandis qu’elle penchait légèrement la tête sur le côté.

Gabriel disait que ce n’était pas naturel… Il n’avait pas besoin de l’avis de Sekhmet sur la question, mais elle rejoignait son point de vue. Même l’air semblait s’alourdir et si, à sa grande honte, elle n’avait rien ressenti en étant affalée dans le canapé, absorbée par sa lecture, maintenant elle en prenait pleinement conscience. L’hybride commença à tourner la tête vers Gabriel pour lui demandait ce qu’il comptait faire lorsqu’un bruit de pas précipité lui fit regarder dans une autre direction. L’un des hommes travaillant pour Tepes arrivait, la panique visible sur ses traits et suintant des pores de sa peau.

Sekhmet ne bougea pas et ne prononça pas un mot pendant l’échange entre Gabriel et son subordonné. Elle écoutait et attendait qu’il lui dise ce qu’il voulait d’elle. Lorsque Gabriel s’éloigna, elle le suivit, fidèle. Elle l’observa se préparer et avait commencé à se dévêtir lorsqu’il lui ordonna de se préparer. D’un léger signe de tête, elle lui confirma la bonne réception de l’ordre et s’empressa d’enfiler sa « tenue d’opération ». Cette dernière lui rappelait celle qu’elle avait pour ses entrainements, avant, mais elle était un peu moins … couvrante, et de meilleure qualité. L’hybride rejoignit rapidement Tepes à l’armurerie, terminant de se natter les cheveux pendant le trajet. Hors de question d’être gênée par sa tignasse si elle devait agir.
Rapidement, l’hybride prend les armes que le True Blood lui tend et les fixes sur son corps. Pas d’hésitation, pas de gestes superflus. Elle savait parfaitement comment et où attacher chaque arme pour s’en emparer rapidement et ne pas être gênée lors de ses mouvements.
Lorsqu’il lui tend le sniper, elle sait ce qui va suivre et quand « Bastet » se fait entendre, elle ferme simplement les yeux quelques secondes avant de les rouvrir. Son regard vairon se fixe sur Gabriel qui s’éloigne déjà et elle lui emboite le pas rapidement.

A aucun moment elle ne se laisse distancer par Gabriel. Il pourrait le faire bien sûr s’il le voulait… Mais si tel avait été son désir, il lui aurait simplement dis de rester à la maison. Ainsi, lorsqu’il grimpe sur les murs, elle le suit, sa queue l’équilibrant au besoin et ses griffes s’accrochant aux aspérités pour lui permettre de se hisser sur les hauteurs de la ville. Pendant tout ce temps, le visage de Sekhmet est resté neutre, elle ne fronce que légèrement les sourcils en tournant la tête vers Gabriel lorsqu’elle l’entend grogner. Ce n’est pas le son qui sortirait s’il avait repéré une menace. Non, s’était autre chose… Une chose dont elle n’avait pas à se soucier pour le moment, elle n’était pas là pour ça. L’hybride pose un genou au sol et observe les rues de la ville lorsque Gabriel s’arrête. Ses oreilles sont dressées, captant tout ce qu’elles peuvent depuis cette position. Elle perçoit surtout les cris et gémissements d’angoisses des gens, avec de temps en temps les voix vaguement familières des hommes de Tepes. Elle entend « la gare » et redresse immédiatement la tête pour observer son compagnon qui se remet en route en lui parlant. L’hybride à l’étrange regard l’écoute attentivement alors qu’il donne ses instructions.

«- J’ai compris, ne t’en fais pas.»

Quelques mots prononcés sur un ton d’une neutralité parfaite. C’est ce qui s’échappe de la bouche de Bastet alors qu’elle poursuit son avancée avec Tepes. Encore un mur d’escalader, et ils arrivent en vue de la garde. Bastet pose un genou à terre et ses doigts commencent à courir sur le fusil sniper, le préparant pour un éventuel premier tir. Elle ne regarde pas vraiment ce qu’elle fait, ses mains ont l’habitude. Son regard vairon balaye la scène devant elle. Deux hommes sont sur le parvis de la gare. Elle n’arrive pas bien à suivre leurs mouvements… Ils ne sont pas « normaux »… Il faut juste savoir ce qu’ils sont à présent. Elle regarde le reste de la scène et note la présence de deux femmes, une rousse, Carla, et une autre à la chevelure blanche. Elle, elle ne la connait pas. Bastet fronce légèrement les sourcils, mais elle n’esquisse pas un mouvement. Il ne lui a pas demandé de protéger qui que ce soit, ces deux-là ne sont pas son affaire. Son regard vairon se pose une nouvelle fois sur les deux hommes. Elle n’arrive pas à tout comprendre, mais l’un d’eux fini à terre et l’autre se jette dessus. L’hybride commence à lever le fusil mais ses doigts desserrent  leur prise au moment où Gabriel prend la parole, le laissant s’emparer de l’arme. Bastet garde le regard fixé sur la scène tandis qu’à ces côtés elle sent Tepes se positionner pour tirer. Ses oreilles s’agitent violement lorsque l’arme retentit et une grimace s’affiche sur son visage. Ses yeux ont suivi la balle autant que possible et elle fronce les sourcils en remarquant le point visé. Entre les deux… L’hybride tourne la tête vers son compagnon et récupère le fusil tendu, grondant très légèrement lorsqu’elle comprend qu’il la laisse en arrière. Elle aurait presque envie de lui dire qu’elle le suit, mais… Elle est là pour lui obéir, et visiblement être un soutient si les choses tournent vraiment mal. Pas pour lui dire sa façon de penser.

«- Compris mais… tu sais qu’une balle dans la tête aurait été plus efficace ?»

Elle s’exprime toujours d’un ton neutre, presque indifférent et regarde son compagnon s’élancer dans le vide. Les oreilles et la queue de l’hybride s’agitent rapidement tandis qu’elle le suit du regard. Puis ses yeux or et argent observent une nouvelle fois la scène. Mentalement, elle note l’emplacement des deux filles, de Gabriel et des deux opposants. Replaçant le fusil sur l’épaule, l’hybride se déplace aussi discrètement que possible, toujours sur les toits, à la recherche d’une nouvelle position. Il lui faut un endroit qui lui offre une vue dégagée sur tout le monde. Elle doit pouvoir surveiller les mouvements des filles et pouvoir couvrir Gabriel rapidement. Lorsqu’elle trouve une position qui lui convient, Sekhmet s’allonge sur le toit en réarmant le fusil. Elle le cale contre elle, tandis que son doigt effleure doucement la gâchette. A travers la lunette, elle observe l’avancée de son True Blood vers les autres protagonistes de la scène. De temps en temps, elle jette un coup aux deux femmes et aux alentours de la gare. L’ordre de Gabriel résonne dans sa tête, et elle est prête à y répondre à tout moment…

[HRP : Pour vous donner une idée de la tenue ^^]:
 
avatar
Messages : 3
Date d'inscription : 20/01/2018
Cyborg
Mer 21 Mar - 23:22
Vous savez quelle est la chose la plus difficile quant on ne se souvient pas de son propre passé ? A mon sens, la réponse est on ne peut plus simple : Telle une coquille vide, nous errons. Je ne pourrais dire ni quand je suis né, ni ce que j’ai accomplis avant le début de mon errance. Il y à cependant une chose dont je suis sûre : Ce jour est celui qui définira si oui ou non, je ne suis pas un produit défectueux. Si comme ma « sœur » me l’indique depuis que j’ai ouvert les yeux,  je peux me montrer utile autrement qu’en la protégeant. Ce jour est celui que j’attends non seulement pour pouvoir entamer réellement cette vie, vide de questions sans sens… mais aussi pour pouvoir prouver ma valeur et au passage celle de ma créatrice. Je n’ai ni le droit à l’erreur ni à la précipitation. Comme elle l’attendait, nous avons reçu des informations concernant le projet auquel elle à participé. Ayant suffisamment d’informations pour pouvoir prévoir la suite des évènements, il à fallu peu de temps après des préparatifs simples pour m’envoyer sur place. Elle et Amelya viennent aussi, bien qu’elles restent en retrait. Je suis seule lâchée de le débâcle à venir avec comme seule directive d’éviter que les choses ne partent un peu trop en biberine. Si aux dernières nouvelles la « cible » est considérée comme dangereuse, le plus inquiétant demeure sans doutes dans la possibilité de ne pas en croiser qu’un. Par chance, je suis préparée à tous les scénarios possibles et je ne pourrais que les affiner au fil du temps et des analyses.

Une fois sur place, la gare, j’analyse rapidement grâce à mon radar la présence de possibles « invités ». Les risques de dommages collatéraux sont relativement grands. Un fin soupir traverse mes lèvres. Il faudrait vraiment être très con pour décider de faire couler le sang à un tel moment. Les informations que je possède ne m’amènent pas vers un enfant de cœur, cela dit. C’est d’un pas relativement calme et lent que je continue de m’approcher, prenant un soin maladif à calculer la présence de tout être dans la zone et surtout, de tout danger potentiel. Sans déployer mes capacités à leur maximum, je me contente pour l’instant de tout situer et d’analyser tous les risques. De là, il ne me faut pas longtemps pour me retrouver à proximité de l’être au centre de tout, de l’espèce de cible bidouillée rapidement sur un petit tableau et des maigres informations le concernant. L’homme en face de lui, j’ai aussi eu des infos sur lui. Et ce n’est sans doutes pas le seul que je croiserai dans ce cas, ce soir. Sans me montrer particulièrement offensive, je continue d’avancer d’un pas lent, vêtue d’une simple et assez légère robe blanche et noire (cf Avatar). Mes « lames », invisibles actuellement, demeurent placées sous celle-ci ce qui au vu de la pénombre apparente reste suffit à n’en point trahir la présence.

Ainsi, glaciale comme le froid mordant d’un pays plus glacé encore, je me contente pour l’instant de me positionner non loin derrière, observant les lieux. Au coup de feu, peut être même avant, comme le tir en demeure plus rapide, mon visage se détourne un instant pour pouvoir calculer parfaitement la trajectoire de la balle. Il ne me faut pas très longtemps pour comprendre que quelqu’un d’autre semble au moins un minimum informé. Peut être une autre de ces « cibles ? » Quoi qu’il en soit, je m’arrête à bonne distance pour pouvoir être réactive à toutes les directions, me contentant pour l’instant de garder le silence, écoutant ce qui m’entoure. Une querelle ? Celle-ci ne m’as pas l’air particulièrement brillante. Me direz vous, quelle querelle l’est, finalement ?  Bref, une fine analyse des lieux me suffit à deviner la présence d’au moins une poignée de personnes à portée de mon radar. Les deux querelleurs, un type planqué dans l’ombre et peut être d’autres, qui ne tarderont en rien à se faire sentir. Trois autres au moins à ma connaissance. Alyssia et Amelya, déjà. Et ce sniper. Pour le reste, je sais qu’Alyssia couvre plus ou moins mes arrières. Je suis d’ailleurs reliée à elle au fil d’une oreillette. Je sais que si il se passe quelque chose que je ne pourrais pas voir venir, elle me préviendra. Bien. Je laisse un peu de temps passer, histoire de voir si les gens parviendront à évacuer seuls. Je reste aussi en attente de mesurer pleinement la situation. En vue de tous, qui sait ce qui peut m’attendre. Mes « lames », cachées sous ma tenue, protègent actuellement tous les points vitaux de ce corps, aucun doute que je saurais aviser. Le produit ? Oui, en place. Tout est en place. Nous verrons bien. Je reste en attente et prête à l'action, concentrée.
avatar
Messages : 57
Date d'inscription : 11/12/2017
Psyco
Voir le profil de l'utilisateur




Amelya
Psyco
Mar 3 Avr - 15:15
Aujourd'hui semblait être un jour particulier. Pourquoi nous n'en savions rien pour être honnête. Nous avions simplement été appelée par Alyssia. Nous nous dépêchions de nous vêtir de façon à pouvoir partir en mission. Un bon pantalon, les chaussures de sécurités et un top. Pas besoin d'en faire trop pour le moment, après tout nous ne savions pas ce qui se passait. Shizuka restait sereinement près de moi observant à droite et à gauche. Une fois que nous avions rejoint son bureau, elle nous donna premièrement un sniper. Je prenais l'arme avec une certaine surprise. C'était si catastrophique que ça ?... Rien de rassurant pour le moment en tout cas.

Bien évidemment je lui répondis que nous savions nous servir d'un sniper. D'ailleurs celui là semblait très performant. Elle nous expliqua en deux mots les fonctions du sniper. Un beau matériel. Les ordres étaient simples. Rester près de la scientifique pour la protéger en cas de problème, servir de couverture à Tsubaki et faire du repérage. Bien, nous hochions la tête pour confirmer que l'ordre était bien assimilé. Nous avions moins de dix minutes pour finir de nous préparer. Nous ne perdions pas de temps et retournions à notre petite chambre pour nous équiper d'un pull et d'un gilet par balle. On n'est jamais trop prudent. Shizuka me rappela de prendre nos dagues avant de partir juste au cas où. Dernier check up avant d'y aller. Il serait bête d'être en manque de munition ou d'oublier sa paire de jumelle pour le repérage. Une fois bien équipée, nous rejoignons Alyssia que nous suivions de prêt. Incroyable. Je n'avais jamais vu une lune avec de telle couleur... Mais que se passait-il exactement ?...

« Tu as déjà vu ça dans ta vie ?... »

« ...Non jamais... Reste sur tes gardes Ame... Ça pue la merde cette histoire de lune. Je veux pas mourir aujourd'hui. »

Je me contentais d'approuver d'un hochement de tête tout en continuant de suivre Alyssia. Nous avions aussi une oreillette pour communiquer au besoin avec Tsubaki qui était déjà devant nous et surement déjà en place. Nous nous rapprochions de la gare. Les oreilles dressées, nous étions attentives à tous bruits environnants. Une détonation était partie. Mon regard se posait alors dans la direction du son. Cela venait d'un toit, mais au sol il était difficile de voir comme il faut. Nous nous arrêtions pour observer autour de nous. Il nous fallait un toit sur lequel nous pourrions grimper et Alyssia aussi... Je ne me faisais pas de soucis pour nous, mais pour Alyssia... Mon regarde s'arrêta sur un bâtiment de trois étages. Ça fera l'affaire.

J'avertis Alyssia que ce bâtiment serait idéal. Nous serions en retrait et en hauteur, nous pourrons observer de façon plus efficace ce qui nous entourait. Nous entrions dans le bâtiment en premier et montions au dernier étage afin d'accéder au toit. Bon je sais que forcer une serrure n'est pas bien, mais là c'était un cas de force majeur... Ces dagues me serviront toujours... Une fois sur le toit, je fis du repérage avec la paire de jumelle. J'avais Tsubaki en visuel, bien. En observant autour de nous je tentais de retrouver sur quel toit le coup de feu était parti. Je vis alors un homme descendre en sautant d'un toit... Lui n'était pas humain. Il ne tenait pas d'arme à feu alors j'en déduis qu'il devait y avoir quelqu'un d'autre. Ça fait deux. Il y avait deux hommes aussi qui semblait se battre, eux non plus n'étaient pas humain. Ça fait quatre. Il y avait aussi deux femmes non loin. Elle était plutôt proche. Il y avait une hybride aux cheveux blancs et une femme aux cheveux rouges. Ça fait six... Je m'occupais alors de mettre en place le sniper informant Alyssia en même temps. Je pris une inspiration et m'arrêtait un petit instant. J'ai déjà senti se genre d'odeur. Je regardais Shizuka qui hochait la tête pour confirmer. Je me retournais pour informer Alyssia.

-Ça fait sept personnes en plus de nous trois, quatre pas humaines, une hybride et deux non identifié. Sur les sept il y a cinq en visuel, une à la déduction surement un tireur et la dernière à l'odeur, elle est semblable à celle de Marten. Ce n'est pas loin du bâtiment.

Je me plaçais ensuite en position de sniper tout en attachant mes cheveux, restant concentrée et prête à tirer s'il le fallait.
avatar
Messages : 36
Date d'inscription : 14/02/2018
Hybride
Voir le profil de l'utilisateur




Edaen
Hybride
Ven 6 Avr - 15:43



Confrontation
(event)

Je suis éveillé depuis probablement plusieurs heures avec le sentiment d'avoir passé une mauvaise nuit. Le ciel était inhabituel et je n'avais jamais vu une chose pareille de toute ma vie. Où était donc le soleil ? Ce bel astre, trop beau pour qu'on ne puisse le regarder sans se brûler les yeux ? Il m'avait fallu rester éveiller ces nombreuses heures pour comprendre que ce n'était pas un phénomène naturel que je voyais pour la première fois, mais quelque chose d'anormal et d'inconnu, donc, de potentiellement dangereux. Je ne pouvais alors pas me permettre de rester seul dans mon coin.
Ma vie se résumais, en gros, à me cacher, à ne pas me faire capturer et remettre en cage ou tuer... Mais là, la solitude dans laquelle je m'étais enfermé dès lors que j'avais quitté ce pourquoi j'avais été créer devenait menaçante. Je devais voir des gens, même de loin, même sans me mêler à eux, juste.. Ne pas me dresser seul face à cette étrangeté qui déformais notre précieux ciel !
Je marchais, puis courrais, jusqu'à trouver un attroupement de gens, fixant le ciel et discutant entre eux. A cet instant, un soupire de soulagement quitta mes lèvres et je m'approchais prudemment... Sans me mêler à eux. Il fallait que je m'approche assez pour entendre ce qui se dit, mais que je reste assez loin pour ne pas être repérer... Je n'étais pas du genre à regretter ma tenue mais, dans l'immédiat, je souhaitais pouvoir en porter une plus discrète. Ma merveilleuse cape, reste de ce qui me permettait de voler, étant certes absolument fantastique, mais très voyante...
En observant les gens, je compris cependant assez vite que je n'avais pas à me cacher. Ils avaient bien d'autres priorités, assez pour ne pas perdre leur temps avec un rebelle qui ne fait que vivre sa vie... Je me considérais sauf pour le moment, mais toujours prêt à partir. Je les surpassais en rapidité et en agilité, assez pour m'éloigner suffisamment en cas de problèmes. C'était décidé, je prenais le risque.

J'étais nerveux, perdu, mais je n'étais sûrement pas le seul... Ce n'était pas que ce ciel qui cachait la beauté que je lui trouvais chaque jour, même en temps nuageux. Ce n'était pas tant le risque de me faire prendre... C'était juste la première fois depuis quelques années que j'étais autant entouré. Je ne me souvenais même pas l'avoir été un jour. En vérité, cet amas de petites choses angoissantes créait une certaine peur chez moi. Je n'arrivais pas à sourire. Oui, là, c'était signe que c'était grave, très grave ! Mais les gens ne prêtaient pas assez attention à moi pour que ce soit si problématique. Cependant, je détestais ce sentiment... La peur, l'incertitude.. Il se passait quoi au juste ? Je venais d'arriver et je devais savoir. Mais à qui demander ? Je regardais autour de moi... Tant de personnes... Il y en avait bien une qui allait me répondre. Risque pour risque, je n'étais plus à cela prêt ! J'éclaircissait ma gorge en toussant, prenait une grande inspiration, puis élevait ma voix.

" Eh ! Quelqu'un peut me dire ce qu'il se passe au juste ?! " criais-je pour être sûr que quelqu'un me réponde.

Trop tard pour faire marche arrière, je venais d'attirer l'attention sur moi. En temps normal, cela ne me dérangerais pas, mais là... Tout était différent. Je me sentais nerveux, stressé, comme quelqu'un de timide, ce que je ne suis pourtant pas. Mais je gardais l'air confiant et déterminé. Il fallait bien que je sache... Puis tout le monde murmurais entre eux, mais personne n'avait l'air d'avoir réellement poser la question. Et comme il fallait bien que quelqu'un le fasse, je me dévouais, moi, courageux rebelle qui ne doute de rien, ou presque... Mais comme dit, c'est cette journée qui est différente, moi, je n'y peux rien !








©️ Mellusa ~



▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼


❝ Ce qui n'est pas interdit est autorisé.
Je n'obéis qu'à mes règles.
Donc, ce que je ne m'interdis pas m'est autorisé ! ❝
(Parle en #ff6600)





Invité
Invité
Mar 10 Avr - 20:36
Cela faisait plus d'un mois et demi que Nanako avait été aperçu... Et cela faisait bien plus que je m'étais mis à la recherche de ce que j'avais abandonné comme un lâche. Je devais me racheter, je sais bien que je ne serai surement pas bien accueilli par ce que j'ai abandonné même si c'était dans son intérêt... Mais je me devais de savoir ce qu'il était advenu de la personne qui compte le plus pour moi. Je ne l'ai peut-être pas vu depuis longtemps, et elle ne se souvient surement pas de moi, mais je dois retrouver ma fille Nanako !

Comme chaque jour, je feuilletais toute chose pouvant m'aider dans ma recherche mais comme d'habitude, rien... Seul quelques membres de la rébellion étaient au courant de la recherche de ma fille, je ne pouvait le dire à tous, cela compromettrai mon image bien que des rumeurs tournent. Je ne veut pas leur mentir, mais je pense que c'est mieux pour nous tous que seul les personnes qui peuvent m'aider dans la recherche le sache. Hiromichi l'avait aperçu à un temple il y a de cela un mois et demi, mais l'enquête n'a conclu à rien. Je lui demande toujours de passer de temps en temps près du temps au cas où mais il ne l'a pas recroisé depuis. Ce qui me fait peur c'est que du peu d'informations qu'on a pu recueillir apparemment elle était assez souvent au temple d'après les habitués du temples, mais on ne l'a pas revu... En plus de cela, d'après ce que Hiromichi m'avait dis elle était avec un homme qui semblait ne pas être très net... J'ai peur qu'elle ai été kidnappé ou rendue esclave... Mais après avoir feuilleté encore une fois les mêmes feuilles pour essayer de trouver d'autres informations que j'aurai loupé, on toqua à ma porte. Cela arrive rarement qu'on me dérange quand je suis dans ma chambre et c'était souvent pour des choses importantes, bonnes ou mauvaises nouvelles... Bien que souvent mauvaises.

"Tu peux entrer"

Ken et End, un beau duo d'assassins et d'informateurs de haut niveaux sont rentrés dans ma pièce personnelle.

"Bonjour Ken et End, vous avez quelque chose à me faire transmettre ? Une plainte à propos de quelque chose ? Je suis à votre écoute, dites moi tout."

 End était un psycho, il n'aimait pas beaucoup parler et laissa donc son coéquipier prendre la parole.

"Quelque chose de très étrange se passe dans la ville. Une lune de couleur... pourpre est dans le ciel en plein jour. Le ciel a changé également de couleur et une atmosphère pesante s'est transmis dans toute la ville. Des cris se font entendre, les gens courent et les animaux beuglent. Cela semble assez sérieux."

Ken, bien que petit avait une assurance remarquable et parlait sans hésiter. On va dire qu'il compensait le peu de parole de son compagnon. Ils formaient un duo de choc et s'ils venaient ici m'avertir de quelque chose alors c'était important, et d'après ce qu'il venait de dire, cela semblait assez étrange voir surnaturel. Je me devais d'aller voir sur place.

"Bien, je vais aller organiser la rébellion, vous deux retournez sur le terrain et cherchez plus d'informations sur la cause de tout cela. Prenez les précautions nécessaires, je tiens à vous comme aux autres et cela semble une mission assez risqué car cela s'applique à toutes la ville. J'enverrai les plus expérimentés sur le terrain et appellerai tous les autres à rester au QG. Si vous croisez des membres ou des esclaves égarés ou dans une mauvaise positions, envoyez les ici. Des questions ou des remarques ?"


Je marqua une pause et attendis une réponse, Ken, déterminé me répondis que non et End, les bras croises, hocha la tête sur le coté pour me signifier que non.

"Vous pouvez partir alors, bonne chance et faites attention aux autres et surtout à vous."

Les deux hochèrent la tête et partirent en fermant la porte.

J'enfila rapidement mon katana et sortis de ma chambre en prenant tout de même soin de la verrouiller. Je devais me dépêcher d'aller sur le terrain, alors je me mis à la recherche de Hiromichi, pour qu'il avertisse tout le monde de rester dans le QG sauf aux informateurs et membres très expérimentes. Je ne le trouvais pas et personne ne savais où il était. Il devait surement être sortis. Puis je le vis rentrer dans le QG, il se précipita... Enfin à son allure rapide il s'approcha de moi puis me fit comme à son habitude une révérence. Je le salue également en retour.

"Hiromichi, Ken et End m'ont parlé d'une agitation et d'une lune rouge dans la ville, est-ce vrai ?"
Dis-je presque paniqué par les événements, mais peu importe, je me fichais de cela, je faisait confiance à Hiromichi.

"Oui, c'est vrai. Mais j'ai vu quelque chose qui je pense va t’intéresser. Sur mon chemin du retour, j'ai vu une kitsune albinos, la même que j'avais vu au temple Koyichi..."


Je n'arrivai pas à en croire mes oreilles, on avait enfin revu Nanako... Mais ce n'étais vraiment pas le moment... Je devais aller la retrouver et la sauver de ce danger avant tout.

"Où est-ce que tu l'a vu ?"

Je n'arrivai pas à garder mon calme je devais me dépêcher. Il semblait comprendre comme je m'y attendais.

"Elle se dirigeais vers la gare, c'est tout ce que je peux te dire. Elle semblait très préssé... Je pense qu'elle peut être lié à ce qui se passe dans la ville, j'en ai l'impression... Et tu connais bien mes impression Koyichi."

"Vers la gare ? Très bien... Dis à tous le monde sauf les plus expérimentés de rester au QG d'accord ?"

"Oui, je vais leur dire. Bonne chance..."

"Merci Hiromichi, je te suis éternellement reconnaissant !"

J'étais stressé, je me sentais joyeux mais en même temps terrifié. Je m'imaginais tous les scénarios possibles et toutes les raisons de pourquoi cela arrive. J'avais trop de question sans réponse mais je savais une chose : ma priorité était de retrouver ma fille Nanako... Je devais la sauver du danger planant sur Nishiko... Et j'y arriverai coûte que coûte !

Comme me l'avait dis mes membres, le ciel et la lune étaient pourpre, une ambiance pesante était installée et on entendais de temps en temps des cris briser le silence sombre de cette journée.

Je me dirigeai seul en courant en direction de la gare, tout le monde semblait aller dans le chemin opposé et les gens ne semblait pas prêter attention à mon apparence... Tant mieux, cela me facilitera la tâche de rejoindre Nanako le plus rapidement. Mais cela signifie également que Nanako est au centre du problème, si tout le monde fuit l'endroit où elle est allé c'est certain. La route est longue, et j'entend un tir lointain venant de la gare. Un tir fort et puissant. Je me dépêcha plus encore terrifié à l'idée de penser que ce tir était peut pour ma fille... Même essoufflé et à bout de force je devais continuer mon avancé vers ma fille. Je ne pouvais m'arrêter !

J'apperçu deux personnes qui ne bougeaient pas. Une ombre de femme rousse avançait au fond et sur le coté, isolée et esseulée, une jeune kitsune albinos était apeuré et semblait stressée. Cela devait être Nanako, il n'y avait aucun doute la dessus. Même si cela faisait plus de 16 ans que je ne l'avait pas vu et que elle était encore un bébé je la reconnaissait... J'étais son père après tout. Et bien que les couleurs étaient bien différentes, elle ressemblait, même de dos, à sa mère... Je ne pus me retenir, même dans une scène de danger comme celle-ci je cria de toute mes forces.

"NANAKO !"

Je criai de toutes mes forces restantes, avec réconfort et épuisement, dans l'espoir de la voir se retourner, je voulais voir son visage, je voulais également la protéger mais je n'avais pu résister à l'envie de l'appeler. Même si je me savais traître, je me devait de la revoir, et de la sauver, quoi qu'il m'en coûte.






Invité
Invité
Mer 11 Avr - 16:07
Lune meurtière
Connor Chase


"La lune ? Cette lune si belle, éclairant la nuit grâce au soleil l’a aujourd’hui tué et pris sa place. Marqué du sang elle illumine cette fois la journée, propageant le fluide pourpre à travers le ciel autrefois bleu. "

Les frissons m’envahissaient… Je n’avais aucun attrait pour le ciel bleu et le soleil de la journée, mais la nuit et sa lune brillante étaient l’une des plus belles œuvres en ce monde… Après moi évidemment. Cela m’avait toujours fasciné comment la lune se servait de la lumière émise par le soleil pour pouvoir se faire voir. Utiliser les autres pour arriver à ses fins, c’est ce que j’aimais particulièrement dans le caractère de cet astre si profond et vide à la fois. Et aujourd’hui, elle a décidé de passer à la prochaine étape et de voler la vedette à celui qui l’aidait. C’était la plus belle pièce que je n’avais jamais vu, transformant le jour en nuit pourpre.

La terreur et la pression se faisait ressentir, mais moi je me sentais à l’aise dans mon élément. Le sang au-dessus de ma tête m’excitait, je ressentais un plaisir en moi que je n’avais jamais ressenti auparavant. Ce que j’aurai aimé répandre le sang de mes victimes au-dessus de tous… Cette lune est vraiment chanceuse et je l’envie. Mais un jour je l’imiterai et je serai celui qui fera jaillir le sang au-dessus des gens. Alors aujourd’hui, j’avais décidé de sortir me balader dans les rues de Nishiko, observant la peur des gens, j’avais le sourire au visage. Et cette lune, si distincte dans le ciel me donnait des envies… J’avais des pulsions… Je tuai une poignée d’humain pour le plaisir. Qu’est-ce que c’était bon de faire part au massacre des astres et de se nourrir. Jamais je n’avais pris autant de plaisir à tuer de la vermine. Je n’arrivai à me contrôler et je salis avec mes mets. Mais peu importait, je me fondais dans la masse, car la lumière rouge transformait ma tenue noir en fantôme rouge, laissant le sang des sous-êtres se confondre dans l’éclat de la meurtrière.

J’avais une sorte de pressentiment m’indiquant de suivre le chemin vers la gare. Les gens semblaient fuir l’endroit… Il y avait surement eu des réactions surnaturelles et inconnues là-bas, cela me donnait encore plus envie de m’y rendre. Alors je marchais vite en direction de la gare et je fus très rapidement arrivé. Enfin, pas tout à fait. J’entends un tir de fusil, rien de plus normal mais je suis maintenant sur mes gardes. Il ne faudrait pas que je me fasse éliminé bêtement par une balle de la part d’un moins que rien lors de cette belle journée qui m’étais offerte à moi. J’arrivai à moins d’une centaine de mètre de la gare quand j’aperçu un hybride… Je dirai un kitsune. Il était semblait épuisé et très blanc… Albinos peut-être ? Peu importait s’il avait une autre maladie en plus de son hybridation, il était déjà inférieur aux humains, alors il pourra très bien me servir d’entrée avant que je n’arrive à la gare pour le plat de résistance. Il venait de s’arrêter de courir et cria sèchement


"NANAKO !"


Il appelait quelqu’un ? Sa femme ? Son maître ? Cela se montrait un minimum intéressant, il ne fuyait pas la gare et la pression émise par celle-ci et préférait appeler un être cher… Je me dis que finalement je le laisserai en vie encore un moment, à voir comment la scène continuera son avancée. Je vais simplement passer devant lui tout en faisant attention qu’il ne soit pas fou et ne me tue pas par derrière. J’ai les batteries complètement chargés, je peux arrêter le temps un maximum de 15 secondes. J’aperçois avant d’arriver au niveau de l’animal qu’un autre être blanc, plus petit et fragile se trouve plus loin. Surement sa fille vu la taille et la jeunesse, mais je vis également quelque chose d’autre de bien plus intéressant. Une jeune femme rousse, élégante et séduisante se trouvait dos à moi au loin dans la rue. Et elle semblait être tout près d’où la pression se dégageait… Cela ne pouvait être quelqu’un d’autre que Carla, je le sentais et le voyait, c’était elle. Il fallait que je comprenne tout ce qui se passe… Peut-être avait-elle des liens avec les deux esclaves ? Peut-être les siens ?

Il fallait que je sache, je pourrai demander au père mais la fille, faible qu’elle est, serait simplement horrifiée. Mieux vaut faire peur au père sur un quiproquo et m’avancer vers sa fille, avec confiance et malice. Il aura surement plus de répondant que la donzelle. Je marche alors d’un pas décidé et avec envie, sourire au lèvres, vers la jeune esclave qui, maintenant que je la vois d'un peu plus près fait revenir  mes pulsions… Il me la faut… Son sang… Sa peau blanche et pure mélangé à sa race si sale et répugnante m’attire vers elle… Aussi bizarre que cela puisse paraître j’ai envie de la voir de plus près…
avatar
Messages : 119
Date d'inscription : 15/10/2017
Le chien pour qui mordre est une passion
Voir le profil de l'utilisateur




Morgan Hebimort
Le chien pour qui mordre est une passion
Jeu 12 Avr - 17:41


Event!

Confrontation



«Un vrai bordel!»
En sortant de la demeure de Tyler après un entrainement acharné... je remarqua immédiatement le ciel aux couleurs étranges. Je sentais que quelque chose se produisait en ville... mais quoi? Tel était la question. Je n'avais pas forcément envie de m'en mêler en réalité, je ne souhaitais qu'une chose, rentrer chez moi, prendre une bonne douche et me coucher confortablement dans mon vieux lit complètement défoncé. Mais mon instinct animal me disait le contraire, il me poussait à chercher la provenance de ce maléfice. J'étais je pense d'une certaine manière lié à la lune étant un hybride loup, bon je l'étais certainement bien moins qu'un loup garou. Je soupirais alors sortant mon paquet de cigarette de ma poche et en piochant une que j'allumais rapidement avant de ranger le tout à sa place. J'aspirait alors une grand bouffée de tabac que je recrachais. Que faire? J'étais perdu... Je soupirais tout en fumant avant de me décider; mes pas me guideront. Je commençais alors à marcher dans une direction au hasard, avant de bifurquer à gauche, puis à trois. Passant par des petites ruelles, je mis du temps à marcher Kyle n'habitant pas vraiment près du lieu où se passait un certain événement que je ne connaissais pas encore. Après une bonne demi heure de marche, je décidais d'abandonner les recherches. Pourquoi me rendre dans un lieu que je connais pas... et y aller au hasard ne fonctionnait visiblement pas et puis je n'étais pas assez puissant pour trouver la source du problème. Je décidais alors de rentrer chez moi. J'étais plus que fatigué en réalité après tout cet entrainement et ces quelques kilomètres de marche improvisé.

J'arrivais près de la gare et à ma grande surprise je captais tout un méli-mélo de pensées qui ne m'appartenaient absolument pas. Qu'est-ce que c'était? Pourquoi? Il y avait trop de gens! De l'inquiétude à en revendre, de la colère, de la soif de vengeance! De la curiosité! Je n'en pouvais plus. Je me bouchais les oreilles comme pour faire taire les voix, chose bien sur inutiles. L'ai était palpable, étouffant même, je me demandais alors où est-ce que j'étais arrivé et pourquoi cela? Je n'aurais pas du venir. Mais à présent il était trop tard et ma curiosité me poussait à avancer. Une fois mon don un peu calmé, tout comme moi, je me remis à marcher. Il y avait déjà quelques témoins de la scène que je compris disons assez rapidement. Deux hommes semblaient se battre et pas de la manière la plus douce. Je parierais que ce sont tous les deux des monstres que je ne souhaiterais pas affronter moi même. Je restais un peu en retrait en réalité, observant le tout de loin quand j'aperçu une silhouette familière... Connor!

D'un coup plus rien n'existait autour de moi. je n'entendais plus aucun son, plus aucun bruit. Connor... Juste Connor... Je me fichais du combat et de tout le reste les pensée se mêlaient dans ma tête; mais de manière bien trop puissante pour que je puisse comprendre quoi que ce soit. Puis j'hésitais à nouveau, lui sauter dessus pour le massacrer? L'aborder et lui présenter mes respects et lui faire part de mon évolution ou encore l'ignorer? Je choisis la dernière option, faisant comme si je ne l'avais pas remarqué. C'était mieux ainsi pour le moment... je ne voulais pas de problème ce soir, il y en avait bien assez devant moi. D'ailleurs, je fixais le combat, ne pouvant pas le quitter des yeux. Ces deux hommes m’impressionnaient littéralement. J'étais envieux de leurs forces respective, qu'est-ce que je donnerais pour avoir la même puissance!


Code par xLittleRainbow pour Epicode

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 17/11/2017
Localisation : Dans mon bar
Admin
Jeu 12 Avr - 18:53
Event
Comment toujours je suis dans mon manoir , dans ma chambre à me réveiller doucement alors que mon esclave Lyanae, avait préparé le petit déjeuner et elle était venu me chercher comme à chaque fois. Je me suis donc levé pour pouvoir aller prendre une douche dans la salle de bain qui était juste en face de ma chambre. Je lui avais dit de m’attendre dans la salle de séjour le temps que je me lave.

Quelques minutes après, je suis sortie de la douche puis j’ai entendit Lya m'appeler, j’ai mit qu’une simple serviette autour de ma taille et je suis sortie dans le couloirs, et je le vie comme paniquer. Je ne comprenais pas ce qu’elle avait pour être paniquer comme ça, alors je pose mes deux mains sur ses épaules et je pris ma voix la plus calme.

“Qu’est ce qu’il y a Lya, pourquoi étais-tu si paniquer ?”

Elle se calma doucement avant de me dire que le soleil avait viré au rouge en quelque minutes quand qu’on s’en aperçoit, je trouvais ça bizarre au début mais elle me tira dans le salon où l’on pouvait voir le dehors et c’est là que je vis le soleil...Enfin ce n’était plus le soleil mais une genre de Lune rousse...La dernière fois que j’en avais vu une s’était en angleterre. Alors je me tourne vers Lya.

“Lyanae, tu reste ici d’accord, je vais m’habiller et aller voir ce qu’il se passe dehors”

Sur ces mots, elle hocha la tête et je suis ensuite partie en courant dans ma chambre pour m’habiller d’une tenu les plus simple puis je suis retourner dans la salle à manger pour prendre quelque à manger et j’ai fini par sortir du manoir alors que j’entendis mon esclave me dire “Faites attention à vous maître” Cela me faisait toujours bizarre quant-elle disait maître mais bon c’est sa nature.

Étant alors dehors regardant le ciel qui était sombre à cause de cette Lune rouge, je me dépêche donc de partir en courant vers la ville étant dans un endroit reculé je devais passer par la forêt pour y arriver au plus vite. Quand je fus à la ville, un mauvais présentiment me prit directement tout en regardant le ciel, certaine personne se cachaient et j’en vit d’autre qui aller vers la gare alors c’est ce que je fis.

Arrivant à la gare, je regardais autour de moi pour voir plusieurs personne, hybride comme true blood, je pouvais les reconnaître rien qu’à l’odeur puis je vis un hybride demander ce qu’il se passer alors délicatement je viens vers lui en soupirant, en vu de sa réaction, il était vraisemblement stressé par tout ça.

“J’aurais voulu te répondre jeune hybride mais...J’en connais moi-même pas la réponse mais je peux te dire que cela ne présage rien de bon”

Après le lui avoir dit ça j'entendis quelqu’un crier un prénom, je me tourne vers cette personne qui semblait appeler quelqu’un qui était présente ici mais qui cela pouvait bien être. Je regarde autour de moi mais, je ne voyait pas. Mes yeux se posèrent sur deux personne qui était pas loin de se battre.

“Qu’est ce tout ce foutoir bordel…”

Toujours regardant autour de moi, je me préparais au pire de ce qu’il allait pouvoir bien se passer, mais je restais un peu dans l’ombre tout en étant près de l’hybride qui avait surement peur. Je croise mes bras sur mon torse essayant de comprendre ce qu’il se passe réellement, je sentis qu’une des personnes présente était dans l’ombre comme moi.

“Une confrontation...Hein...Et bien il auraient pu choisir un autre endroit…”

Je me suis mit à bouillonner de l’intérieur en fixant les deux prêt à se battre.
©️ ASHLING POUR EPICODE



▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼


Merci à Carla pour la signa ♥️
Merci à Senichi pour le vava ♥️





Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AG-Corporation :: Flood :: Corbeille :: Event terminer-
Sauter vers: