RSS
RSS



 
N'oubliez pas qu'il y a le nouveau serveur du forum qui a été ouvert il y a peu, vous le trouverez alors en annonce sur l'ancien et aussi en cliquant sur le logo. Il y aussi le recensement, même si vous avez décidé de partir dite le nous quand même.

 :: Premier pas~ :: Présentation :: Présentations terminées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Avry Jefferson {100% terminé}

avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 26/02/2018
Loup-Garou
Voir le profil de l'utilisateur




Avry Jefferson
Loup-Garou
Lun 26 Fév - 17:18



1
Avry Jefferson

Nom :
Jefferson

Prénom :
Avry

Age :
22 ans

Nationalité :
Américaine de naissance émigré au Japon

Race :
Loup-garou

orientation sexuel :
Hétérosexuelle

groupe :
Civil

Avatar :
Rosetta de Granblue Fantasy

Don:

•Transmission par rituel de meute (détails encore inconnus)
•Sens et capacités physiques surhumaines (sens X3 non transformés, sens et capacités physiques X6 transformés)

Limitation :

•Transformation périodique (au moins une fois par mois) en monstre
•niveau de maîtrise de transformation: 4  maîtrise une fois transformé : 6

2
Qui est-tu ?

CARACTÈRE - Il me semble difficile d’être tout à fait objective concernant mon propre caractère. Je pense donc qu’il serait plus judicieux de vous décrire ce que Sam me rabâche à tue tête. Il passe son temps à me rabâcher les mêmes choses et j’avoue que c’est usant à force.
Bon, ok, c’est vrai que je ne suis pas la plus gentille et la plus obéissante des colocataires, amies ou ce que vous voulez, mais franchement, il y a bien pire. En plus Sam n’est pas plus objectif que moi puisque c’est un râleur fini, si si je vous jure.
Je pense que la chose qui ressors le plus souvent, c’est “ tu es têtue comme une mule ! Ouais, ok, je suis têtue, c’est vrai que quand j’ai quelque chose dans la tête je ne l’ai pas ailleurs et ça peux poser problème à certaines personnes. La ou c’est compliqué, c’est que je file tête baissée dans les ennuis, c’est comme qui dirait un don même si j’ai tendance à ne pas écouter les recommandations qu’on me donne, je l’avoue. Je suis téméraire, peu de chose me font peur, et même en cas de danger, je ne recule pas facilement, sans doute un trait lier à ma tête de mule, et je déteste le dire, mais encore une fois, Sam à raison. Dieu qu’il est agaçant…

Là ou ça me pose problème, c’est qu’on lit facilement en moi. Certaines personnes peuvent cacher très facilement ce qu’ils ressentent, ce qui n’est visiblement pas mon cas. Lorsque je suis énervée, amusée, ou même lorsque j’éprouve quelque chose pour quelqu’un, tout se voit sur mon visage. Sourcil froncé, joues roses ou sourires que je n’arrive pas à décoller de mes lèvres, tout ça m’agace au plus haut point, quel visage idiot…

Il paraît que je suis charismatique, mais ce n’est pas moi qui le dis, ce n’est pas du tout mon genre de me venter ainsi. C’est vrai que je n’ai jamais eu de mal à me faire des amis, et les gens sont quasiment tous agréables avec moi ou en tout cas, je n’ai jamais eu de problèmes sérieux avec personne, mais je préfère attribuer cela à ma jovialité et au fait que je préfère régler les problèmes en discutant plutôt qu’en hurlant ou en me battant.
La plupart dirons que je suis crédule, et c’est peut être bien le cas. Un jour, j’aurais certainement besoin de me défendre avec mes poings où je perdrais sûrement mon calme et je hurlerais comme une hystérique dans la mauvaise période du mois et en manque de chocolat, mais ça ne m’est encore jamais arrivé, c’est pourquoi je reste sur ma position. Têtue, vous vous souvenez ?

Il me semble que vous avez eu une bonne partie de mes défauts, il y en a encore bien d’autres, mais en faire la liste nous prendraient toute une vie et ni vous ni moi ne tenons à entendre tout le reste, c’est tellement plus amusant à découvrir sur le moment n’est ce pas ?
Je suis gentille de nature, si je peux aider, j’aiderais et si je ne peux pas, je ferais en sorte de soutenir la personne qui m’a demander de l’aide au plus possible. J’ai d’ailleurs tendance à m’impliquer un peu trop dans la tâche que l’on me donne. Je suis hypersensible et me mettre à la place des gens est une qualité bien que je la classerais plutôt dans les défauts en ce qui me concerne, c’est parfois épuisant parce que l’on n'est pas objectif dans les choix à faire. Je tiens à dire à quel point la partie qualité est difficile à décrire pour moi, j’ai beaucoup de mal à exprimer mes bons côtés, et même si je peux les identifier, je n’aime pas me venter ce n’est pas le but ici, c’est pourquoi j’espère que je saurais être claire dans mes propos. Je suis une personne douce, de ma voix en passant par mes actes. Sam emploi le terme “ délicate “ et à chaque fois, mon visage prend une teinte rosée et je fuis dans une autre occupation pour essayer de dissimuler ma gêne.

Ca va peut-être vous paraître agaçant, mais je suis aussi le genre de personne toujours positive. C’est ma philosophie de vie, le positif attire le positif et de toute façon penser négativement ne fera que plomber un peu plus le moral déjà assez bas, c’est pourquoi je m’efforce à toujours voir le bon côté de la situation même si je peux concevoir que parfois ça semble difficile. Gai, j’aime rire et passer du temps avec d’autres personnes, bien que je ne cherche pas la compagnie de tout le monde, je n’affectionne pas la solitude, je trouve ça tellement triste d’être seul alors que tant de gens peuvent apporter le bonheur par leur simple présence.

Parlons sentiments maintenant, sortez les violons et les boites de kleenex, nous passons en mode sentimental. J’ose espérer que ma référence aux kleenex ne sera pas détourné, bande coquinou bien que ça fasse partie de la chose. Mes proches sont très importants pour moi-même s'ils ne sont pas nombreux, je tiens à moi-même plus qu’à tout autre chose au monde, moi-même inclus. Je suis entière, j’aime pleinement ou pas du tout et quand j’aime, c’est avec passion. Je m’investis dans la relation au maximum de mes capacités, aussi bien en amour qu’en amitié, ne prenez donc pas peur si je prends soin de vous, veille à votre bonne nutrition et à votre cycle de sommeil, c’est dans ma nature. Je fait confiance très facilement, c’est pourquoi j’irais facilement vers tout le monde, même les gens qui pourraient ne pas sembler très recommandable au premier abord, l’habit de fait pas le moine, je pense qu’apprendre à connaître la personne est profitable de la condamner. En revanche, si je m’aperçois d’une supercherie, d’une tromperie ou d’un abus de confiance, je me referme complètement vous pourriez être surpris de découvrir mon côté beaucoup moins sympathique.

Non parce que jusque-là vous avez vu un bisounours tout jolie tout gentil qui envoie des cœurs partout et veux faire le bien pour tout le monde tout ça tout ça mais il m’arrive aussi de passer du côté obscur de la force. Ne voyez aucun plagiat, le dedans, la phrase se portait juste bien à la situation.

Vous avez sans doute déjà entendu du Dr Jekyll et Mr Hyde ? C’est moi. Non, je plaisante, mais ça démontre parfaitement mon caractère. La partie que vous avez pu voir jusqu’à présent, c’est le Dr Jekyll, et Mr Hyde, je le garde pour les grandes occasions. Si vous avez le malheur de me mettre en colère, faire quelque chose qui pourrait de prêt ou de loin me faire sortir de mes gonds, je peux devenir affreusement sans pitié, mauvaise voir violente si ça va trop loin. Vous n’y croyez pas hein ? Ouais, c’est pas étonnant, vous n’avez qu’à essayer pour voir, je vous montrerez avec plaisir le côté mauvais de ma personnalité pour vous faire d’autant plus apprécier le meilleur.
PHYSIQUE - Une description de mon physique vous dit ?

Dakota Jonhson vous connaissez ?

Bon, ok, c’est faux, j’en suis loin, mais comme on dit, l’espoir fait vivre. Je suis une femme, je pense que l’on a pas vraiment de doute la dessus. Non. Il n’y a pas de doute, j’ai dit. Je pourrais me décrire comme dans un roman de Jane Austen, avec de longues phrases à vous embrouiller le cerveau et vous feriez semblant de comprendre exactement ce que je veux dire alors qu’en réalité tout ce que vous auriez retenus, c’est mon tour de poitrine bande de petits coquins. Je n’en ferais rien, mais je vais essayer de me décrire comme une personne extérieure parce que si c’était moi, je vous enverrez juste une photo et vous vous serviriez des yeux que votre maman vous à fait, bande de fainéants.

C’est très clairement étrange d’écrire ça, si si je vous jure. Bon allons-y.

C’est une jeune femme, qui a à peu près la vingtaine, à première vue. J’ai de très bons yeux et je pense pouvoir vous affirmer sans trop de difficulté qu’elle mesure un bon mètre soixante-dix, en tous les cas elle n’est clairement pas petite. De longs cheveux encadrent son visage, ils sont mi-raides, mi ondulés et descendent jusqu’au creux de ses reins en une cascade blond foncé. Une mèche redescend sur son front, un peu rebelle qui souligne un regard bleu azur aux nuances plus foncées par endroits. Ses yeux son en amandes, ils reflètent de la douceur et de la gentillesse, au premier abord, elle semble parfaitement inoffensive, “ semble “ j’ai dit. Elle arbore un nez aquilin et fin, et juste un peu plus bas des lèvres fines d’une couleur rosée.

Sa silhouette et élancée, légèrement musclée, elle aime tout particulièrement le sport. Bon, je le sais parce que c’est moi, mais aussi parce que sans être trop musclé, on peut facilement se rendre compte qu’elle à un corps ferme et finement sculpté, parce que courir est une des meilleures façons de libérer la pression, une seule seulement, mais nous ne sommes pas là pour parler remise en forme donc passons. Comme nous l’avons vu plutôt, c’est bien une femme, donc elle a une poitrine. Pas dans l’excès, mais bien là, d’une taille tout à fait raisonnable. Plus de détail ? Bon, parce que j’aime bien vous parler, je peux vous dire qu’ils sont en forme de… Vous y avez cru hein ? Ben voyons, et puis quoi encore ? Allez ouste on descend encore un peu. Sa taille est marquée, et ses hanches pleines, sa silhouette en sablier est une des choses que mère nature lui as donner et pour lesquelles elle la remercie, elle n’a pas tout cafouiller en faisant le job.

Les jambes de la jeune femme sont longues, ça va un peu avec les remerciements plus haut cités. Pardon ? Comment ça, on a oublié une partie ? Non non je vous assure on a rien oublier du tout. Elles sont donc longues et fines, interminables et irrésistibles ? Si j’étais imbu de moi même c’est sans aucun doute ce que je vous aurez dit mais restons modeste, elles sont longues et me permettent de courir c’est déjà pas mal. Dans l’ensemble, je dirais que c’est une belle femme, elle n’a pas la peau claire, sa peau est plutôt halée la plupart du temps, en été elle deviens dorée à grâce au soleil et aux heures à s’exposer et à lézarder sur une chaise longue ou une serviette sur le sable fin d’une plage… Oui bon, on y est pas encore.

Nous avons passé la partie humaine, mais n’oublions pas la partie louve puisqu’elle y passe un certain temps. Même si elle ne l’a pas choisie, elle c’est bien adaptée. La louve d’Avry mesure un bon deux mètres, ses poils oscillent entre le beige, le châtain et de Camel un peu plus clair que le châtain. Tout le dessous de son corps est beige clair c’est-à-dire son ventre, jusqu’en dessous de sa gueule et le dessous de sa queue, elle porte des chaussette brunes sur toutes les pattes, celles de derrière restant basses et celles de devant remontant jusqu’en haut de ses pattes, ainsi qu’une tache allant de la fin du dos et prenant toute sa queue également châtain. Tout le reste de son corps est Camel et ses yeux sont aussi azur, aux notes de bleus plus foncés que ses yeux humains.

Bien maintenant je vous prierez de cesser de me harceler ou je me verrais contrainte d’appeler Dr Jekyll, si vous voulez en savoir plus il faudra venir vous renseigner en personne.
HISTOIRE - “ Mon âme a son secret, ma vie a son mystère “

Je m’appelle Megan Jefferson, J’ai caché ma véritable nature à mon enfant toute sa vie, je l’ai tenue à l’écart de mes problèmes pour l’épargner et essayer de lui offrir une vie normale. Ca peut paraître noble mais en réalité c’était égoïste, ce n’était que pour me protéger moi-même de la dur réalité, j’avais peur qu’elle me rejette, qu’elle ai peur de moi et par-dessus tout qu’elle devienne comme moi. Ca aurait pu fonctionner, ça aurait dû fonctionner, mais ça ne fut pas le cas, et lui mentir fut l’erreur de ma vie.

Je vis en Amérique, dans une petite ville perdu au Texas. Je suis humaine, en tout cas, je l’étais au moment où j’ai mis Avry au monde. Avry est le fruit d’une union d’un soir, un peu d’alcool aidant, j’avais céder à l’appel de la chair et j’avais suivi un bel homme dans sa chambre d’hôtel pour libérer la tension que le célibat amène inexorablement. Une nuit fiévreuse, ou l’on oublie tout le reste, seul compte lui, moi et les draps chaud et froissés qui ne nous recouvrent à présent plus, puisqu’ils gisent sur le sol avec le reste de nos vêtements, chaussures et bouteilles d’alcool. Je n’étais pas amoureuse, mais il était typiquement le genre d’homme qui aurait pu faire chavirer mon coeur. Beau, il avait la faculté d’écouter les gens en y faisant attention, ou tout du moins en donnant l’illusion qu’il s’intéressait réellement à ce que vous lui dites. Avouez que c’est une qualité devenue plutôt rare n’est ce pas ? Il avait ce petit côté détaché, un peu bad boy qui a le don d’attirer les femmes sans que nous ne puissions nous-même l’expliquer, après tout c’est parfaitement illogique.

Nous avions décidé de ne plus nous revoir, je n’avais pas envie d’attache, pas aussi peu de temps après une rupture et il ne voulait pas d’une relation compliquée avec une femme qui avait peur de s’attacher, ce cocktail ne menait qu’a une chose, et ce n’était pas une bonne chose.

Je me suis rendu compte de ma grossesse un mois et demi après, les symptômes étaient plus que reconnaissables et la prise de sang que je fit me donna raison, j’étais enceinte et sans que je ne sache vraiment pourquoi, j’avais décidé de le garder. J’aurais dû le prévenir, l’appelle et lui dire que j’attendais son enfant, j’étais quasiment certaine qu’il serait revenu, que nous l’aurions élevés ensemble et que l’avenir aurait été différent. Enfin, j’aurais pu si, pour être sûr de ne pas craquer, je n’avais pas supprimé son numéro de téléphone après m’être assurée qu’il partait bien à l’étranger pour son travail, impossible de le revoir, impossible de reprendre contact, nous n’étions plus que deux, elle et moi.

Mon entourage m’a épaulée. La personne que je considérais le plus comme mon frère venait me voir tout les jours, courant m’acheter des framboises en pleine nuit je ne sais ou, ou bien des yaourt à la grecque ou encore des paris-brest et ceux de jour comme de nuit, je le soupçonnais d’ailleurs d’avoir fait une réserve chez lui, au cas où. Il était loup-garou et faisait partie de la meute locale. Je traînais souvent avec eux, ils étaient vraiment cools. J’aurais dû craindre leur compagnie, mais je n’y arrivais pas, j’étais un peu la mascotte et m’embêter semblait être devenu un sport national auquel ils s’adonnaient avec ferveur et ils y excellaient, à mon grand désespoir.

Mon ventre grossissait à mesure que les mois s’écoulaient, et que ma mauvaise humeur s’accroissait. Vers le septième mois, j’avais réussi à me faire craindre. J’aurais dû craindre leur compagnie, mais je n’y arrivais pas, j’étais un peu la mascotte et m’embêter semblait être devenu un sport national auquel ils s’adonnaient avec ferveur et ils y excellaient, à mon grand désespoir. J’étais une humaine fragile, traîné avec eux revenait à m’exposer au danger et la question de ma transformation fut rapidement mise sur le tapis. J’ai longuement hésité, jusqu’à ce qu’une vague de disparition apparaisse dans notre petite ville, les vampires faisaient des dégâts et s'il y avait une chance pour qu’ils puissent s’en prendre à une personne importante pour les loups sans qu’elle ne risque de les détruire, ils le feraient sans hésiter.

Après de longues et pénibles heures de disputes, de négociations et une demi-tonne de framboises, plus tard, il fut décidé que ma transformation s’effectuerait après la mise au monde d’Avry. En parlant du loup, elle ne tarda pas à pointer le bout de son nez. Comme elle le ferait sans doute plus tard avec d’autres, elle apparut dans ma vie sans que je ne m’y attende, subitement et sans me laisser d’autre choix que de l’accueillir dans mon cœur. Autant vous dire qu’en me tenant la main lors de sa mise au monde, mon ami à regretter de l’être. Bien que loup-garou, j’ai dû lui broyer un ou deux os. Il eu tout de même la bonne idée de ne pas s’en plaindre, je venais d’accoucher dans un repère de loup-garou sans péridurale, le premier à se plaindre de quoi que ce soit regretterait d’être venu au monde.

Elle était sublime. Une petite bouille en forme de cœur et quelques cheveux sur le crâne. J’étais déjà profondément et irrémédiablement amoureuse d’elle. Ma transformation fut douloureuse, aussi, je vous en épargnerais les détails. J’ai eu beaucoup de mal à concilier ma vie de mère “ humaine “ et ma vie de louve parmi la meute. J’ai tout de même réussi à l’élever comme une mère célibataire normal, l’emmenant voir nos amis de temps en temps. Elle était devenue l’étincelle de joie de la meute, dès qu’elle arrivait elle apaisait tout le monde, autant de par son charme naturel que sa maladresse et son côté adorable.

Elle a grandit parmi nous, sans manquer de présence paternelle, vous vous en doutez bien. Les vampires c’étaient calmés, le tableau semblait plutôt idyllique et, naïvement, je pensais pouvoir passer le reste de ma vie ainsi.

C’était un samedi soir, le soir ou notre vie à tout les deux bascula inexorablement et sans retour possible. Elle avait 21 ans, elle était devenue si belle. Sa douceur et ça gentillesse la rendait agréable aux yeux de presque tout le monde, elle avait beaucoup de charisme. Elle rentrait de ses cours du soir, elle travaillait très dur pour pouvoir faire de grandes études, elle ne s’y attendait pas, elle n’était pas prudente, elle ne s’inquiétait jamais de rentrer seule, malgré nos multiples disputes à ce sujet, j’aurais tant aimé qu’elle m’écoute, juste cette fois-ci…

Ce fut rapide, les vampires qui la kidnappèrent furent rapides, silencieux et discret. On ne se posait pas la question, on savait tous pourquoi ils l’avaient choisi elle et c’était de ma faute. Elle ne m’a jamais dit ce qu’ils lui ont fait, elle ne, c’est jamais confiée à moi, ni à personne après cette nuit. Nous avons réussi à la retrouver avant qu’il ne soit trop tard et avant qu’ils ne la transforment, mais ils l’avaient presque vidé de son sang et elle était en mauvais état.

Après ce jour, j’ai réussi à la convaincre de prendre une année sabbatique, elle refusait de sortir de sa chambre, ne mangeait quasiment plus. C’était comme si la fille que j’avais toujours connue avec laisser place à une enveloppe vide, sans vie, sans âme. Je n’ai pas su percevoir les signes, je n’ai pas su écouter sa souffrance autant que je l’aurais dû et je ne m’aperçus pas qu’elle ne voulait plus rien savoir de la vie.

Je venais de rentrer d’une réunion avec la meute, la fatigue engourdissait mes membres et je n’avais qu’une envie, c’était me détendre. La maison était calme, trop calme. Je n’ai mis que quelques secondes à perçevoir l’odeur que j’aurais pu reconnaître entre milles, le sang. L’adrénaline, la peur me fit gravir les marches à une vitesse dont je ne me serais pas cru capable. Ca venait de la salle de bain et je ne voulais pas croire ce que mon esprit me hurlais, ce n’était pas possible. Je suis entré dans la pièce, sans faire attention au fracas de la porte que j’explose sans réfléchir. Mon sang ne fit qu’un tour, la terre sembla se dérober sous mes pieds et un cris déchirant sorti de mes lèvres, un cri de douleur pur. Elle baignait dans la baignoire, un liquide rosé par le sang dégoulinant le long de son corps frêle.

Elle aurait pu mourir ce jour-là, je n’étais pas monté tout de suite, elle serait morte, mais je fus soulagé de me rendre compte que ça n’était pas le cas, pas encore. Les urgences la prirent en charge immédiatement, et mon monde s’écroula.
Des jours, des semaines, des mois, je ne comptais plus. Elle était dans le coma depuis, il me semblait une éternité, elle était stable mais endormie.
Avec un peu de chance, elle se réveillerait, et elle réessayerait encore. La ville, la rue, la maison, tout lui rappellerait cette période de sa vie qu’elle s’efforçait de cacher et elle réussirait à m’échapper, définitivement.

On dit qu’une mère est capable des pires choses pour sauver son enfant, j’ai trahi ma fille pour lui sauver la vie. J’ai contacté ma famille, la meute et je les mis au pied du mur, s'ils étaient ma famille, ils devaient m’aider. Je devais transformer ma fille, ce qui la sortirait du coma et l’emmener loin, l’amnésie dont elle souffrirait inévitablement lui permettrait de recommencer une nouvelle vie, loin de nous et en sécurité, je m’en assurerais personnellement.

“ J’ai eu mal longtemps, si longtemps qu’au bout d’un certain temps, la douleur, c’est transformer en une douce torpeur. J’avais l’impression d’être dans l’endroit le plus doux du monde en sécurité. “


C’est tout ce dont je me souviens, avant mon réveil. Dans une chambre inconnue, une ville inconnue. Mon réveil fut difficile, j’avais .. Faim ? J’étais en colère et perdue, je ne comprenais pas ce qu’il m’arrivait et ce n’est que lorsque Sam est entré dans la pièce que j’ai compris, que je ne savais plus rien.

“ Je t’ai trouvé, transformée dans un coin de rue et j’ai pris soin de toi parce que je suis un loup-garou moi aussi. D’après tes papiers, tu t’appelles Avry Jefferson et tu as 22 ans. Je vais t’apprendre, tout ce que tu as besoin de savoir “

C’est la seule chose qu’il m'a dite. Je n’ai pas réagi, ni même refusé, je n’avais rien d’autre à faire après tout j’avais tout oublier et je ne devais pas avoir de famille, ma famille m’aurait cherché n’est-ce pas ? Il m’a donc éduquer, comme un père aurait éduquer sa fille. Il m’a nourri, logé et réappris à vivre avec mes nouvelles conditions. Plus tard, lorsque j’ai commencé à être stable, il m’a aidé à trouver ma voie. J’ai intégré une fac d’art tout en travaillant le soir dans un restaurant pour aider à payer mes études. Vous trouvez que c’est trop rapide ? Venez donc fouiller dans mon histoire, vous en savez déjà bien assez sur moi.
3
Derrière l'ecran
-->
Prénom/Surnom : Aller je me découvre: Ophélie alias swiffer ou Dori pour les intimes ♥️
Age : 21 ans [minimum 18 ans]
Comment as-tu connu le forum ? : Déjà là avant
Que pense tu du forum ?: amoureuse /o/
DC ?:Elisabeth Tremblay
Autre ?: j'vous bzzz ♥️
Code du règlement :
(c) Reira de Libre Graph'

avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Bar The Winchester
Loup-Garou
Voir le profil de l'utilisateur




Kyle Harper
Loup-Garou
Lun 26 Fév - 18:34
Vu que Maman Carla à validé ta True Blood il est logique que Papoune Kyle te valide ta louve Garou ^^


Une validation vite !
Hey viens jouer avec moiiii~


Tu es validé ! Félicitation :3
Tu as quelques petite chose à faire avant de rp :

Tout d’abord je te laisse aller recenser ton avatar, ton métier (si tu en as un) et ta race.

Tu peux ensuite faire ta demande de RP.

Nous t’encourageons à te faire une jolie fiche de lien.

Tu peux t’amuser avec nous dans le flood aussi :3

Et voilà tu peux rp :3
.
code by Kanra sur epicode
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AG-Corporation :: Premier pas~ :: Présentation :: Présentations terminées-
Sauter vers: