RSS
RSS



 
N'oubliez pas qu'il y a le nouveau serveur du forum qui a été ouvert il y a peu, vous le trouverez alors en annonce sur l'ancien et aussi en cliquant sur le logo. Il y aussi le recensement, même si vous avez décidé de partir dite le nous quand même.

 :: Flood :: Corbeille :: Rps terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A la recherche du bonheur (PV Tsuyoshi)

avatar
Messages : 34
Date d'inscription : 30/10/2017
Cauquema timide et Tsuophile
Voir le profil de l'utilisateur




William Heartill
Cauquema timide et Tsuophile
Lun 12 Fév - 20:27

A la recherche du bonheur

Demande d'emplois

Clope au bec, j'avançais tranquillement dans la rue, Snow, mon chat blanc sur les talons. J'étais à la recherche d'un petit emplois en réalité, ne voulant pas tout le temps compter sur Carla pour me nourrir. J'entrais dans plusieurs boutique et j'avais toujours la même réponse. L'on me fichait simplement à la porte car je n'avais aucune expérience... et que je ne servirais à rien du tout. Je soupirais... complètement perdu. L'heure de midi arriva rapidement, avec mes derniers sous j'achetais un peu de poisson pour Snow, il le dévora rapidement.

Je m'assis sur un banc en soupirant... que faire? J'avais fais la moitié des boutiques. Je commençais à vraiment désespérer. Snow vint s'asseoir sur mes genoux et je le caressais tendrement. Il était mon compagnon de tous les jours, une des seules choses avec Carla qui me ramenait à la réalité. J'avais peur de la prochaine crise qui pouvait arriver à tout moment. Je fumais une dernière cigarette tout en me perdant dans mes pensées... Qu'est-ce qu'il me manquait pour être embauché? Déjà ne pas être un esclave en fuite... des études? Et de l'expérience... mais si personne ne me donne ma chance, il est claire que je n'aurais jamais d'expérience. Je soupirais encore et encore... que faire.

J'étais perdu. Je voulais m'en sortir. Je savais très bien que si je demandais de l'aide à Carla, elle m'en fournirait, mais je voulais tout faire moi même. Lui montrer que elle aussi pouvait compter sur moi. Ah que la vie est dur. Je me relevais enfin, tout en écrasant ma cigarette par terre et attrapant mon chat dans mes bras. Je continuais alors à quémander du travail. Toujours des refus et des refus. J'entrais dans une dernière boutique, car il se faisait tard. Je poussais la porte... elle me semblait assez étrange. J'élevais alors un peu la voix.

-"Bonjour excusez moi! Je cherche du travail... je sais faire le ménage et la cuisine, et j’apprends plutôt vite. Donc si vous avez besoin de quelqu'un, je suis disponible immédiatement..."

J'attendais alors une réponse, un peu effrayé. Snow se mit à miauler et je le rassurais.

-"Ne t'en fais pas, si je suis encore refuser on rentrera... et je verrais avec Carla pour te nourrir."


©️ ASHLING POUR EPICODE

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 11/12/2017
Hybride
Mar 13 Fév - 16:47



Tsuyoshi avait entamé sa journée normalement, pour ainsi dire comme tous les autres jours. Son petit quotidien était paisible mais rythmé en grande partie pour son boulot. Et oui, tenir un magasin n’était pas de tout repos mais cela lui plaisait malgré son côté de bonne feignasse.

Après s’être levé de bonne heure, ll avait pris un petit déjeuner copieux, une belle assiette de viande qu’il avait assaisonnée à son goût, c’est à dire une bonne quantité de sauce piquante. Il savourait pleinement ce premier repas de la journée, surtout qu’il mangeraient certainement léger le midi, c’était souvent le cas lorsqu’il travaillait.

Par la suite, comme il n’ouvrait le magasin qu’à 9h30, il fit la vaisselle et le ménage dans sa maison. Il préférait le faire régulièrement même s’il lui arrivait bien souvent de sauter quelques jours par-ci par-là, son corps étant contrôlé par une belle envie de procrastination. Mais aujourd’hui, il s’y attela, se réservant le plaisir de prendre un bon bain après cela.

C’est d’ailleurs ce qu’il fit après avoir rangé le balai. Pendant que l’eau coulait dans la baignoire, le piranha entama sa préparation bercé par le doux son de l’eau, se passant un coup de gants sur le visage, domptant un peu ses cheveux, il finit par se brosser les dents avant d’arrêter l’eau et se glisser dans le doux bain qui l’attendait. C’était l’un de ses moments favoris, avec celui d’engloutir un bon morceau de viande, en bon carnivore qu’il était.

Il y resta un moment mais veilla à ne pas se mettre en retard pour le boulot. Quittant avec un peu de lenteur son bain, il se sécha et s’habilla de manière décontractée mais sans laisser aller. Optant pour une chemise blanche ainsi qu’un pantalon noir et un pull rouge mis par dessus la chemise, il ne mit pas longtemps avant d’aller enfiler ses chaussures. Il prit ensuite ses affaires et sa veste. Il semblait que le temps allait être clément aujourd’hui, et il n’était pas particulièrement frileux, mais ce n’était pas l’été non plus. Il sortit de chez lui et commença à se diriger vers la rue commerçante en se passant la veste sur le dos, saluant au passage certaines connaissances à lui, des clients ou simplement des gens qu’il avait rencontré en dehors de son travail.

La journée s’annonçait bien ensoleillée. Ce n’était pas un mal, le soleil semblait inciter les gens à sortir et à se promener, les menant parfois au Fushigi. Même s’il n’était pas contre un plus grand nombre de clients, ses affaires marchaient bien. Il n’était donc pas à plaindre. Déverrouillant le magasin qu’il avait clos la veille au soir, il respira l’air présent. Il aimait bien l’odeur de la boutique, qui s’était imprégné des objets qui étaient et avaient été mis en vente.

Se tapant une fois dans les mains, il passa un coup de balai et fit la poussière. Il était important pour lui que ce lieu soit propre et ordonné. Plus que sa propre maison, c’était certain. Il se mit alors au comptoir et entama le croquis de plusieurs objets auxquels il devait donner une seconde jeunesse. Il attendait ainsi les clients sans se tourner les pouces. Inutile de perdre du temps à glandouiller. Il était étonnamment sérieux lorsqu’il était en mode travail.

Sans se bousculer, les clients faisaient pourtant preuve de présence. C’est ainsi que se déroula sa journée. Certains qui venaient n’étaient pas des clients mais passaient simplement pour lui passer le bonjour et prendre des nouvelles, principalement les propriétaires d’autres magasins de la rue commerçante avec qui il s’était lié.

Le soir arriva rapidement avec ce rythme. On lui avait apporté des vieilleries qu’on lui permettait de vendre. Il aimait bien ce genre de choses, surtout pour connaître l’histoire des objets, il pourrait certainement discuter de ce genre de choses des heures durant. Alors qu’il songeait à prendre une petite pause cigarette en attendant les derniers éventuels clients de la journée, il entendit la porte s’ouvrir. Il se leva de sa chaise derrière le comptoir. Ce mystérieux garçon semblait être venu pour quelque chose mais ce n’était clairement pas pour les objets présentés à la vente.

Il observa l’homme pendant que celui-ci prit la parole, repoussant son paquet de cigarettes sous le comptoir. Ce n’était pas pour maintenant mais ce n’était pas si grave. Du travail ? Tsu sembla réfléchir quelques instants. Le boulot n’était pas très intense ici, et il s’en sortait très bien tout seul. Seulement, quelque chose d’autre lui vint en tête. C’est vrai qu’il désirait avoir quelqu’un à la maison pour l’aider et faire ce que lui-même avait la flemme d’effectuer. Mais était-ce bien raisonnable d’accueillir quelqu’un qu’il ne connaissait pas ? Et puis il avait un chat. Il ne détestait pas les bestioles mais il semblait que sa nature cachée de poisson les attirait. Enfin, il avait un grand jardin, il pourrait toujours faire sortir le chat de temps en temps. Mais allons bon ! Il ne sentait aucune hostilité ni mauvaises intentions émanant de l’homme qui semblait un peu effrayé. Tsu se disait qu’il n’était pourtant pas si effrayant que ça.

« - Tu peux te détendre tu sais. Et… Ici je n’ai pas besoin d’aide, la boutique n’est pas immense alors il est rapide de faire le tour pour l’entretenir. Par contre, ce que je peux te proposer, c’est un travail plutôt à domicile. Je vis seul et je suis souvent pris d’une grande flemme quant au ménage et autres tâches quotidiennes. Si tu es d’accord, je peux t’engager, cependant le salaire ne sera pas très élevé mais en échange, tu seras nourri et logé. D’ailleurs quel est ton nom ? Moi c’est Tsuyoshi mais tu peux m’appeler Tsu. »

Il avait parlé d’une voix douce et rassurante, bien qu’il avait oublié ses manières dans un premier temps. Il avait été un peu surpris par sa venue et sa demande. Sans être totalement déstabilisé, il fallait quand même avoué que cela l’avait plongé dans une brève réflexion. Après ses mots, il avait fait le tour du comptoir pour venir se poster devant l’inconnu. Il avait posé la veste depuis un moment et avait même remonté ses manches. L’air de la pièce était assez tempéré. Il inspirait plus la confiance qu’autre chose, surtout qu’il adressa à son interlocuteur un sourire sincère.




▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

Tsuyoshi écrit en #ff3333 !

avatar
Messages : 34
Date d'inscription : 30/10/2017
Cauquema timide et Tsuophile
Voir le profil de l'utilisateur




William Heartill
Cauquema timide et Tsuophile
Mar 13 Fév - 17:16

A la recherche du bonheur

Demande d'emplois

Je sentais mon coeur accélérer en voyant l'homme s'avancer vers moi. Je ne sais pas pourquoi, mais je stressais énormément. Il semblait gentil, mais Carla m'avait bien dit de me méfier des gens. Je serrais doucement mon chat contre moi, mais ce dernier tentais de s'échapper. Je ne comprenais pas pourquoi, j'essayais alors de le calmer, lui promettant à manger, mais il semblait vraiment vouloir aller vers l'inconnu sans que je ne comprenne pourquoi.

-"Snow calme toi!"

J'écoutais alors l'homme avec beaucoup d'attention. Le ton de sa voix me plaisait et je rougissais, me surprenant à le détailler, ce qui n'étais pas du tout mon genre de faire ça. Mais malgré moi je le trouvais attirant. Je détournais rapidement le regard. Il avait vraiment l'air gentil. J'écoutais sa proposition réfléchissant un peu. Est-ce que je devais aller chez un inconnu comme ça? Sans réfléchir? Je fis une légère moue et le fixa droit dans les yeux.

-"Ce... ce n'est pas un piège pour me faire du mal ou me kidnapper n'est-ce pas?"

Quelle question stupide, comme si un être mauvais allait le dire, mais je me devais me poser la question. Car dans ma logique, s'il me promettait que non, je le croirais automatiquement. Je sentis soudain Snow réussir à s'échapper des bras et sauter sur le vendeur. En voulant le rattraper je trébucha et tombais à mon tour avec Tsuyoshi, l'entrainant dans ma chute. Je me trouvais sur lui, mal à l'aise, alors que mon chat venait lécher le front de l'inconnu. Je rougissais de honte et n'osais pas me relever. Je restais donc à moitié assis sur le bassin de celui qui m'avait proposé un travail, persuadé que tout était fichu. J'étais sur le point de sangloter même.

-"Pardonnez moi... vous allez me refuser l'emploie maintenant n'est-ce pas? Je voulais vraiment travailler, comprenez vous, je dois acheter à manger pour mon chat... je vous promet que je suis très bon cuisinier et très efficace dans ce qui est d'entretenir une maison, je suis une vrai petite femme au foyer... alors pitié... pardonnez moi... je vous en supplie!"

L'on sentait bien la panique dans ma voix. Et je n'osais toujours pas bouger, paralysé par la peur. Celle du contacte physique et celle d'être rejeté.


©️ ASHLING POUR EPICODE

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 11/12/2017
Hybride
Ven 16 Fév - 18:03



La question que Tsu attendait ne tarda pas à arriver. Toute personne avec un minimum de prudence, aussi infime soit-elle l’aurait posé. Évidemment pour lui, ce n’était pas un piège mais une réelle offre de travail. Il n’était pas du genre à faire de tels coups bas. Tout simplement parce qu’il n’en voyait pas l’intérêt. Si l’inconnu qui ne lui avait toujours pas révélé son nom venait chez lui, le piranha le traiterait comme un colocataire. Alors certes un colocataire qui allait se taper des tâches ingrates, mais c’était un peu le but de l’offre. Il avait été clair de toute manière, il ne cachait pas d’intentions cachées et malsaines.

« - Je pense que si quelqu’un a de mauvaises intentions, il les cacherait tu sais. Mais je n’ai pas une telle ambition. Tu seras là pour faire le ménage, parce que je t’avoue que j’ai des élans de flemmardise assez prononcés. C’est tout. Et si tu ne te sens pas à l’aise chez moi, tu seras libre de partir, je vais pas te séquestrer pour t’obliger à passer le balai. »

L’hybride avait parlé d’un ton calme et parfois un peu malicieux. Il est vrai qu’il ne l’obligerait à rester chez lui pour faire le ménage. Ce n’était pas un tyran même s’il pouvait parfois se montrer autoritaire. Mais sa nature première était douce et réconfortante. Il n’allait pas le houspiller à longueur de temps pour qu’il se dépêche de travailler, il le ferait à son rythme. Tant que les tâches étaient effectuées, il se fichait bien que cela prenne du temps. Inutile d’être pressé et de risquer de faire des impairs.

L’attention de Tsu se porta sur le chat qui semblait bien agiter. Cela ne l’étonna pas d’un iota. Surtout de la part de ce type de félin qui appréciait dans la plupart des cas grandement le poisson. Et là, c’était lui le poisson. Mais il savait que si le chat le côtoyait, au fil des jours il s’habituerait à son odeur et n’aurait pas constamment l’envie de sauter sur l’hybride aux allures d’humain. Il avait déjà été à proximité d’animaux, et l’intérêt que ceux-ci lui portaient avait évolué avec le temps, ayant bien intégré l’odeur et ayant compris qu’il n’était pas un repas.

Toujours est-il que ladite bestiole ne tarda pas à s’élancer vers Tsu, avec la grâce naturelle que les chats avaient. Dans un premier temps, l’hybride tenta simplement de l’arrêter, mais une autre bestiole se dirigeait vers lui, beaucoup plus grosse qu’un chat. Et analysant brièvement ses mouvements, le poisson comprit qu’il n’y avait pas que le chat qu’il devait rattraper. Seulement, il savait qu’il n’avait pas le temps, sans subir une chute. Il fit simplement au mieux en posant une main contre son torse, pour pas que l’humain tombe lourdement sur lui, réussissant à attraper la boule de poils de son autre main.

Une fois ici fait, il lâcha le chat qui alla poser ses pattes avant sur le front de Tsu et se mit à le lui lécher. Il enleva également la main du torse de son compagnon de chute avant de la poser par terre. Il n’avait pas vraiment eu mal mais ce n’était jamais vraiment agréable de tomber sur le cul. Il nota que l’homme était dans une position quelque peu suggestive sur lui. Dans un autre contexte, cela lui aurait certainement fait commettre un geste que l’on pourrait considérer de déplacé, mais qui finalement ne l’aurait pas été, si évidemment l’autre contexte était de mise. Mais là, ce n’était pas le cas. Et il n’alla pas commencer à tripoter un inconnu d’une telle manière.

Il écouta en silence les mots que l’inconnu enchaînait sur un ton de sanglots. Refuser de l’engager ? L’hybride le regarda avec un air compatissant. Il ne put s’empêcher de penser que la vie ne lui avait pas fait de cadeaux en vue de sa réaction. Il semblait tétanisé par la peur, mais ce n’était pas tout, il y avait autre chose. On aurait dit qu’il pensait réellement que Tsu allait le mettre à la porte de sa boutique comme un mal propre. Mais l’individu à la chevelure rouge n’en fit rien. Il ne put cependant se retenir d’esquisser un sourire à la comparaison avec la femme au foyer. Cet homme venait de s’attirer la curiosité de Tsu. Il était donc hors de question que ce dernier refuse de l’engager. Toujours sans mauvaises intentions cela dit.

« - Inutile de me supplier. Ce genre de choses peut arriver, ce n’est pas bien grave. Tu as juste l’air un peu maladroit, ce n’est pas pour ça que je vais revenir sur l’offre, elle tient toujours. »

Ces quelques phrases se voulaient rassurantes pour le jeune homme. Tsu alla même passer ses doigts sur les cheveux de l’homme en pleurs, pendant quelques secondes avant de sourire. C’était vrai après tout. Lui aussi trébuché parfois même s’il avait la chance de retrouver son équilibre avant de reproduire ce genre de situations. Il savait que ce n’était pas le cas de tout le monde, mais il ne serait jamais énervé pour une telle chose. En plus, il voyait bien que l’humain ne l’avait pas fait intentionnellement. Et même si ça avait été intentionnel, il aurait sûrement été amusé par une telle chose.

Il finit par attraper le chat et le posa par terre. Se faire baver dessus par une bestiole, ça allait quelques minutes mais à la longue, il allait se retrouver avec une flaque sur le front. Une fois qu’il avait déplacé le chat, il s’occupa de faire de même avec l’homme. Il le releva délicatement, avec douceur, tout en se redressant lui-même. Après tout, il aurait été gênant qu’un potentiel client entre et découvre cette scène. Même si Tsu n’aurait pas été embarrassé, il y avait une tenue à avoir sur un lieu de travail. Il n’avait pas peur du regard des gens, ou ce qu’on pensait de lui, mais il savait que les gens pouvaient s’imaginer des choses assez rapidement, et cela n’aurait pas été bon pour ses affaires. Il essaya de montrer à l’humain qu’il passait outre ce malheureux accident en réitérant sa question sur l’identité de l’inconnu. Généralement, il connaissait la personne avant de se retrouver dans cette situation. Voilà le trait d’humour qui venait de passer dans son esprit, prouvant bien qu’il n’était pas fâché, même si l’homme n’avait pas eu le privilège d’entendre cette blague.

« - Alors ? Quel est ton nom ? Et est-ce que tu as mal quelque part ? »

Il fallait bien lui demander si la chute lui avait causé un quelconque mal. Tsu se savait assez résistant physiquement, grâce à l’entraînement quotidien qu’il s’était imposé auparavant. Mais il voulait néanmoins s’assurer que l’homme ne souffrait pas. Peu après ses mots et en attendant sa réponse, il se détourna vers le comptoir, se penchant un peu au dessus de celui-ci pour attraper un mouchoir avant de venir le tendre à l’humain pour qu’il puisse essuyer les traces de ses pleurs sur son visage.





▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

Tsuyoshi écrit en #ff3333 !

avatar
Messages : 34
Date d'inscription : 30/10/2017
Cauquema timide et Tsuophile
Voir le profil de l'utilisateur




William Heartill
Cauquema timide et Tsuophile
Sam 17 Fév - 20:37

A la recherche du bonheur

Demande d'emplois

Ses paroles me rassurèrent évidemment. J'aurais cru n'importe qui en réalité tellement j'étais naïf. Mais j'étais persuadé que cette homme était sincère et honnête... un peu comme tout le monde. En réalité, tant que l'on ne m'a pas mordu je ne me méfie pas. Mais bref, revenons à la chute, l'homme me rattrapa et je rougis en sentant sa main posée sur mon torse. Je sais très bien qu'il n'y avait rien de sexuelle derrière tout cela, qu'il l'avait fait pour éviter que je ne me fasse mal. Mais je n'aimais pas être touché. Surtout que sans m'en rendre compte, mon genou appuyait sur son entre jambes. Je n'osais plus réellement bouger. J'étais figé, comme dans un autre monde. Des mauvais souvenirs remontaient de manière violente dans ma mémoire. Mais je ne montrais rien. J'avais simplement les yeux dans le vide... je fixais un point invisible, bien réel pour moi. Que faire? Que dire? Je stressais tellement. Et si je bougeais mon genou et que j'effleurais son entre jambe est-ce qu'il allait m'agresser? Prendre ça pour des avances? Se dire que j'étais un homme facile?

Je n'arrivais vraiment plus à réfléchir, c'était horrible. Tout était vide autour de moi. J'entendais à peine ce qu'il me disait... mais j'avais compris que son offre tenait toujours. Ceci tenait du miracle que j'ai réussis à comprendre cela. Je sentais la réalité glisser entre mes doigts. Je levais d'ailleurs une main pour essayer de la rattraper, geste des plus étranges pour toute personne qui n'étaient pas moi. Qui n'étaient pas dans ma tête et qui ne savaient pas ce que je faisais. Je serrais les doigts dans le vide et je fermais les yeux le plus fort possible, attendant un peu que cette phase de stress, de panique passe. Je ne voulais pas faire une crise d'angoisse devant celui qui allait être mon patron, mon colocataire si tout se passait bien. Mais je crois qu'il est déjà trop tard, il a du se rendre compte que j'étais quelqu'un d'étrange, quelqu'un de pas du tout normal. Je baissais mon bras, le posant délicatement au sol, restant toujours sur lui, cherchant la force de me lever en réalité.

Je respirais lentement me concentrant le plus possible. Puis j'entendis à nouveau sa voix. Heureusement cette dernière me reconnecta avec la réalité. Je le fixais, perdu, comme un chaton effrayé. Que répondre à sa question? Qu'est-ce que c'était déjà? Ah oui, mon prénom et si je m'étais fait mal. Je réagissais comme si je venais de me réveiller. Comme si je réalisais enfin notre position assez suggestive. Je me retirais de dessus lui rapidement, me reculant le plus possible. Je l'observais restant au sol, de peur qu'il me saute dessus. Mais il ne le fis pas... Je restais tout de même méfiant. Je bégayais un peu avant de respirer un grand coup et de lui répondre clairement.

-"Je m'appelle William... et vous? C'est?"

Lui ai-je déjà demandé son prénom? Me l'a-t-il donné? Je n'en savais absolument plus rien, j'étais encore un peu chamboulé et j'espérais qu'il ne le remarquait pas trop. Mais comment ne pas voir un phare éclairé en pleine nuit.

-"Et non je ne me suis pas fait mal et vous? Vous allez bien? Excusez moi encore... et pour le travail, j'accepte!"

Je parlais vite, stressé, mais j'avais tellement peur qu'il retire son offre malgré tout ce qu'il avait dit. Je voyais mon chat lui tourner autour, cherchant par tous les moyens à le lécher, comme s'il voulait le gouter. Je ne trouvais pas vraiment ça normal. Je regardais alors l'inconnu droit dans les yeux.

-"Vous avez de la nourriture sur vous? C'est peut-être cela qui l'attire, il est très gourmand..."

Je n'arrivais pas à me calmer, mon débit de parole restant rapide. J'étais inquiet et ceci se voyait. J'essayais simplement de gérer la panique qui se rependait directement dans mes veines comme un poison mortel.


©️ ASHLING POUR EPICODE

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 11/12/2017
Hybride
Dim 4 Mar - 0:36




Tsu continuait de tendre le mouchoir vers l’humain qui ne semblait pas être en mesure de le prendre, ou plutôt qu’il ne pensait pas à le prendre. Il parlait tellement vite. Cela faisait longtemps que l’hybride n’avait pas vu quelqu’un d’aussi stressé. Il semblait au bord d’un malaise qu’il n’arrivait pas à calmer. Il lui redonna son nom même s’il l’avait déjà fait, se disant qu’il était préférable d’aller au rythme de la boule de nerfs sur pattes qui se tenait devant lui.

« -  C’est Tsuyoshi mais tu peux m’appeler Tsu. Et non, je n’ai pas mal, je suis assez résistant ne t’inquiètes pas, mais tutoie moi, j’ai l’impression d’être un vieux papy quand on me dit vous. »

L’hybride faisait encore de l’humour. Mais cela n’avait rien d’étrange quand on le connaissait un peu. Il prit la main de William et y déposa le mouchoir avant de cesser le contact physique. Pour lui, ce n’était qu’un quelconque toucher, mais il avait remarqué que cela avait l’air de déranger l’autre homme. Ceci dit, il n’avait pas vraiment eu le choix, il avait eu l’air sacrément con à attendre qu’il attrape le mouchoir. Non pas que ça l’aurait dérangé d’attendre encore plus, mais cela n’aurait servi à rien qu’il aille chercher un mouchoir si personne ne l’utilisait, et Tsu n’en avait pas vraiment l’utilité.

Il concentra ensuite son attention sur le minet qui lui tournait autour. Il l’attrapa doucement dans ses bras et tenta de le maintenir en place. Si cela semblait encore plus exciter le chat, l’odeur lui deviendrait familière plus rapidement s’il était collé à celle-ci. C’était une solution quelque peu radicale mais qui pourrait s’avérer bien utile. Elle ne marchait pas sur tous les animaux qui le collaient, mais il ne saura son utilité que s’il la mettait en pratique.

« -  J’ai mangé de la viande à midi, l’odeur a dû rester sur moi. »

C’était la vérité, car il fallait bien l’avouer, son régime alimentaire était composé de viande à chaque repas. Mais ce n’était pas l’unique raison de l’intérêt que le félin lui portait. Seulement, il n’allait pas avouer de but en blanc qu’il était un hybride. Surtout que l’humain semblait déjà faire face à beaucoup de choses dans son esprit. Il le lui dirait certainement au bout d’un moment mais pour l’instant, Tsuyoshi préférait garder le secret de sa réelle nature. Ce n’était pas qu’il pensait de l’homme qu’il allait courir le répéter sur tous les toits mais un secret non dévoilé était un secret bien gardé.

Il se tourna alors vers l’humain, pour voir comment celui-ci allait. Ce n’était pas le moment d’avoir un homme inconscient dans sa boutique, surtout qu’un client venait de passer la porte. Il alla poser le chat dans les bras de Will sans vraiment pouvoir s’en occuper plus en détails pour le moment. Il comprendrait certainement qu’il devait prendre en charge le client en priorité. Après tout, si lui-même ne s’occupait pas de sa boutique et de ses clients, qui le ferait à sa place.

Il salua le client et reprit son activité de manière professionnelle. Il lui posa plusieurs questions comme par exemple s’il avait une idée de ce qu’il venait chercher. Comme le client lui répondit que non, il aborda plusieurs autres questions telles que ses goûts, une idée de thème ou à qui allait parvenir l’objet. Il fallait bien cibler ce que voulait le client pour le servir au mieux et Tsu semblait parfaitement à l’aise avec cette méthode. Il était souriant, poli mais faisait preuve d’un peu de plaisanterie ce qui mettait tous ses clients à l’aise, même les plus timides d’entre eux. Il semblait dégager une aura qui poussait les gens à se détendre à ses côtés.

Une fois que l’objet du client fut choisi, il retourna au comptoir pour l’encaisser et l’emballer dans un petit sac en carton, assez solide sans que ce dernier soit dur comme de la pierre. Il arborait une jolie teinte bleutée et on pouvait y voir dessus des motifs de vague dans un bleu plus foncé, avec un petit ruban rouge collé sur la devanture du sac. Ce thème était bien sûr relié à l’eau, mais cela ne trahissait pas la nature de l’hybride. Il changeait régulièrement les motifs des sacs quand il en commandait. Comme ce qu’il vendait ici était unique, il fallait que les sacs ne soient pas toujours les mêmes. Et cela semblait plaire aux clients qui venaient le voir plusieurs fois. En plus d’un objet unique, ils repartaient avec un sac en édition limité. Un peu comme une collection à avoir.

Il rangea un peu le comptoir, remettant tout à leur place. Il n’était pas d’une maniaquerie légendaire, mais à sa boutique, il aimait que les choses soient à leur place. Un peu comme chez lui, mais dans ce cas-là, c’était bien moins prononcé. Il se tourna ensuite à nouveau vers Will et prit la parole.

« - Du coup, tu vas venir chez moi ce soir, pour l’instant, je dois garder encore un peu la boutique ouverte mais ce ne sera pas long, c’est déjà le soir. »

Tout en parlant, il avait attrapé son paquet de cigarettes et son briquet. Il avait déjà l’intention d’en fumer une avant l’arrivée de Will mais maintenant que le calme semblait être revenu, il voulait fumer sa dernière petite cigarette de travail. Il se dirigea alors vers la porte tranquillement, s’étirant un peu et sortit de la boutique pour se mettre juste devant la vitre. Il était toujours visible de l’intérieur, ce qui rassurerait certainement l’humain.

Appuyant le haut de son dos contre ladite vitre, il embrasa le bout de sa cigarette et tira dessus, relâchant lentement la fumée qu’il avait avalé vers le ciel. Elle se dissipa calmement, bercé par le gré du petit vent qui s’engouffrait dans les rues de la ville. Il observa le ciel, dont on pouvait voir les nuages filer doucement à travers celui-ci. Les gens passaient devant lui en le saluant parfois, pour ceux à qui il avait déjà parlé par le passé. En tout cas, il semblait profiter de cet instant.




▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

Tsuyoshi écrit en #ff3333 !

avatar
Messages : 34
Date d'inscription : 30/10/2017
Cauquema timide et Tsuophile
Voir le profil de l'utilisateur




William Heartill
Cauquema timide et Tsuophile
Dim 4 Mar - 3:56

A la recherche du bonheur

Demande d'emplois

Il me redonna alors son prénom que j'essayais de retenir... Tsu, ce sera plus pratique que Tsuyoshi, moins long et plus facile à imprimer pour mon cerveau actuellement. Il me demanda également de le tutoyer, c'était impossible pour moi de le faire, du moins pour le moment, j'ignorais donc sa demande de manière presque intentionnel. Je captais enfin son mouchoir qu'il finit par déposer dans ma main, je rougis à ce geste, timide, puis j'essuyais doucement mes joues et mes yeux, le remerciant d'un petit sourire. Je le laissais prendre Snow dans ses bras en toute confiance, ravi qu'ils s'entendent déjà et il m'expliqua la raison pour laquelle le chat le collait autant. C'était effectivement une possibilité.

-"C'est surement ça! Quel gourmand ce Snow"

Je ris doucement, essayant de me détendre en réalité. J'étais sur mes deux pieds lorsqu'un client entra, je récupérais mon chat, me faisant le plus discret possible. Mais le félin miaulait en direction de Tsu, comme s'il attendait quelque chose de sa part. Je le caressais pour le calmer, laissant le vendeur faire son travail tout en l'observant, curieux. Il me semblait des plus efficaces, connaissant sur le bout des doigts chaque objet de sa boutique, je pouvais me tromper, mais c'est l'impression qu'il me donnait. Je sentais également beaucoup de passion en lui, comme s'il était dans son élément. Pendant qu'il continuait son travail, je regardais un peu autour de moi les babioles, les objets parfois rare et parfois qui m'étaient totalement inconnu. J'avais envie de les toucher, mais je me retins. Ce ne serait pas respectueux, loin de là. Je vis le client sortir, ravi de son achat et je laissais le temps au propriétaire de la boutique de ranger un peu avant de m'avancer et de lâcher mon chat qui souhaitait descendre de mes bras. Je vis quelques objets de travers, que je ne pu m'empêcher d'aligner timidement, espérant qu'il n'allait pas me juger pour ça.

Puis je relevais la tête vers lui quand il prit la parole, plus qu'attentif. Je hochais la tête pour lui transmettre mon accord, quand même légèrement effrayé par le fais d'aller chez un inconnu. Mais je ne sais pas pourquoi je voulais lui faire entièrement confiance, quelque chose chez cet homme me perturbait énormément. En voyant le paquet de cigarette, je ne pu le quitter des yeux, il devait m'en rester une ou deux, du coup je n'avais pas besoin de lui en piquer une pour le moment. Mais j'avais malheureusement perdu mon briquet. Je n'osais pas vraiment lui demander le sien, le laissant sortir... j'hésitais un petit moment puis je le rejoignis.

-"Excusez moi... je ne voudrais pas vous embêter... mais je fume aussi et je n'ai plus de briquet, puis-je vous emprunter le votre? "

Je le vis prendre son briquet et se pencher vers moi pour allumer directement ma cigarette. Je rougis, sortant rapidement cette dernière du paquet et le laissais faire n'osant pas le toucher. Il se recula alors et se remit dans sa position initiale.

-"Je vous remercie..."

Je fumais tranquillement avec lui, ayant laissé Snow à l'intérieur. Ce dernier avait prit place sur le siège de l'hybride piranha, certainement pour profiter de son odeur au maximum. Je restais moi-même silencieux, suivant l'homme une fois que nous ayons finit de fumer. Je l'observais alors travailler, ne pouvant m'empêcher de ranger les quelques petits truc qui trainaient. Il y en avait peu... mais j'étais légèrement maniaque sur les bords. Je regardais discrètement l'heure passer et sourit quand il m'annonça qu'il fallait fermer boutique. Je l'aidais bien évidemment, voulant me rendre utile. Impatient d'un côté de découvrir son chez lui. Je n'oubliais évidement pas avant de partir de prendre Snow dans mes bras... c'est alors que me vint une question.

-"Je... je ne veux pas abuser, mais avez-vous le matériel nécessaire pour un chat chez vous? Je... je n'ai pas beaucoup d'argent, mais je dois avoir de quoi lui acheter à manger pour deux ou trois jours... et comme il sort beaucoup il fait ses besoin dehors....

Je le fixais, effrayé qu'il me trouve ingrat.


©️ ASHLING POUR EPICODE

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

avatar
Messages : 21
Date d'inscription : 11/12/2017
Hybride
Ven 16 Mar - 13:18




Tandis qu’il fumait tranquillement, Tsu entendit la voix de Will lui demander timidement son briquet. Cela ne pût l’empêcher de le faire sourire. La question du dérangement causé par la fumée  ne se posait plus puisque les deux hommes fumaient. À la maison, Tsu ne fumait jamais dedans dans tous les cas mais c’était toujours mieux de savoir ce genre de petits détails.

Il sortit alors son briquet et se pencha directement vers Will. Ce n’était pas dans un but de rapprochement, loin de là. Mais s’il lui avait donné normalement, et que leurs doigts se seraient touchés, le petit homme aurait certainement perdu ses moyens et aurait laissé échappé l’objet. Pour éviter ce genre de situation qui aurait embarrassé l’homme au chat, il avait préféré allumer sa cigarette de lui-même. Ceci fait, il se redressa et se remit comme il était avant. Il avait bien remarqué qu’il avait rougi mais ne fit aucune commentaire. Ce n’était pas le moment de stresser davantage Will. Ce dernier semblait déjà bien nerveux. C’était sûrement dû à l’idée de ce nouveau travail, qui le ferait aller chez un inconnu. Tsu comprenait bien que cela puisse créer de l’appréhension pour le jeune homme mais il n’avait pas l’intention de se comporter de manière déplacée ou méchante.

Il lui offrit un nouveau sourire lorsqu’il le remercia. C’était un peu pour le mettre à l’aise mais surtout parce que l’hybride était ainsi. Il faisait toujours preuve de gentillesse envers les autres. Il finit calmement sa cigarette et après l’avoir écrasé dans un cendrier de la ville qui se trouvait à trois pas de sa boutique, il entra à nouveau dans sa boutique. Il n’y eut plus de clients pour la journée et Tsu s’occupa de quelques paperasses en observant parfois l’autre homme. Il semblait un peu maniaque sur les bords mais cela l’amusait plus qu’autre chose. Il se dit que l’intérieur de sa maison allait être bien entretenu grâce à lui. Même si l’endroit était loin d’être sale cela dit.

Il se releva finalement après avoir rangé le comptoir et lui dit qu’ils allaient rentrer. Il s’étira et remit sa veste avant de se diriger vers la porte, ses affaires en main. Tandis qu’il fermait le store de la boutique, il tourna un peu la tête vers Will en l’entendant parler avant de porter son regard sur le chat en finalisant la fermeture de l’endroit.

« - C’est vrai qu’il y a la petite bestiole aussi. Je n’ai rien chez moi, mais comme on se trouve dans la rue commerçante, on devrait pouvoir trouver tout ce qu’il nous faut. Mais ne t’en fais pas, je peux payer. Après tout, si je te prend, je prend le chat aussi, je m’occuperai des dépenses le concernant. »

Comme à son habitude, sa phrase était accompagnée d’un sourire doux. Pour lui, c’était normal de s’occuper aussi du chat. Comme il embauchait l’homme et qu’il s’engageait à le loger et le nourrir, cela était évident que le chat aurait droit au même traitement. Même si ce dernier ne lui ferait certainement pas à manger ou ne ferait pas le ménage. Mais il avait bien compris que les ressources financières de Will n’étaient pas très hautes. Il n’allait pas lui faire dépenser ses dernières pièces, surtout que Tsu pouvait bien assumer financièrement l’achat des choses utiles au chat.

Maintenant qu’il avait fermé la boutique, il fit signe à Will de le suivre et commença à marcher dans l’allée en direction d’un magasin où il savait que des produits pour animaux se trouvaient. Il s’agissait en réalité de la plus grande supérette de la rue. Ce n’était pas une énorme surface mais il y avait vraiment de tout. Il y entra et prit un panier avant de se tourner vers le jeune homme.

« - Mh… Je suis un régime assez… sur-protéiné donc je pense manquer de pas mal de choses pour tes repas. On va faire des courses pour toi aussi. Prend ce dont tu as envie et met le dans le panier. Et ne sois pas timide. »

Il était bien vrai que comme son alimentation se constituait surtout de viande et de sauce piquante, le petit homme n’y trouverait sûrement pas son compte. Il l’encouragea à se diriger dans les allées et à prendre de quoi se faire des repas. Il gardait le panier dans les mains et laissait le jeune homme y poser ce qu’il prenait. Il préférait le porter car Will avait l’air un peu frêle et il ne voulait pas l’embarrasser si ce dernier n’arrivait plus à le soulever quand il serait plus rempli. Il finit au rayon pour animaux, et encore une fois, il le laissa prendre ce qu’il voulait. Une fois ceci fait, il se dirigea vers les caisses. Tsu n’avait rien pris pour lui car il avait fait les courses il y a quelques jours et il ne manquait de rien. Il posa les articles sur le tapis quand ce fut son tour dans la file et enfourna le tout dans plusieurs sacs plastiques avant de payer. Comme Will portait déjà le chat, il porta tous les sacs, assez aisément. Il n’était pas grand, fort et musclé seulement en apparence alors porter tout ça n’était pas très difficile pour lui.

Il se retrouva alors à nouveau dans la rue commerçante et se tourna vers Will en le gratifiant d’un nouveau sourire.

« - Tu vas pouvoir découvrir ton nouveau lieu de travail et par la même occasion, ton nouveau lieu de vie. »

Ce fut sur ses mots qu’il prit le chemin de chez lui. Il ne pouvait s’empêcher d’observer du coin de l’œil l’homme et le chat tout en marchant tranquillement.



▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

Tsuyoshi écrit en #ff3333 !

avatar
Messages : 34
Date d'inscription : 30/10/2017
Cauquema timide et Tsuophile
Voir le profil de l'utilisateur




William Heartill
Cauquema timide et Tsuophile
Jeu 22 Mar - 17:07

A la recherche du bonheur

Demande d'emplois

Je le vis poser son regard sur Snow après ma question, persuadé qu'il allait tout refuser en bloque, je commençais presque à paniquer. Mais je me calmais immédiatement en entendant sa réponse, je n'en cru pas mes oreilles. Il acceptait et me proposait même de prendre en charge les dépenses le concernant. Je lui offris alors un grand et magnifique sourire qui était plus que sincère pour une fois. Il n'imaginait pas tout le poids qu'il ôtait de mes épaules, je caressais Snow alors, lui expliquant la situation. Oui, je sais que ça peut paraître idiot de parler ainsi à un animal, mais je pars du principe qu'il comprend tout ce que je dis. J'ai peut-être tord sur ce point et si c'est le cas, ce n'est pas grave! Je vivrais très bien avec ce petit détail qui ne me perturbe en aucun cas. Je me reconcentrait alors sur Tsu qui sortait de la boutique, je n'avais évidement pas loupé son sourire qui me rassurait énormément. Il me semblait être quelqu'un de bienveillant et ceci était très important à mes yeux. Je le suivis alors, gardant l'animal dans mes bras, il se laissait faire, était habitué à cela. Il était assez étrange comme chat, il faut bien l'avouer! Éprit de liberté et à la fois pot de colle! Je pouvais ne pas le voir pendant 3 jours entiers puis, dès qu'il réapparait, il ne me lâche plus d'une semelle et quémande des caresses sans arrêt.

Bref, je suivis mon nouveau compagnon jusqu'à la boutique où il souhaitait m'emmener, je marchais juste derrière lui, ayant prit cette habitude pour rester discret auprès des autorités. Je n'aime pas trop la foule, mais elle est bien utile pour passer inaperçu quand l'on est recherché par AGC. Une fois dans le magasin, il se prit un panier entre ses mains et s'adressa de nouveau à moi, je l'écoutais alors, hochant la tête tout en souriant timidement. Il m'expliqua qu'il suivait un régime à base de protéine, je trouvais cela un peu étrange en réalité, mais soit, je ferais en fonction de ses goûts et de ses envies. Il me proposa également de faire des courses pour moi et me précisa de ne pas être timide, ce qui allait être une grand épreuve pour moi. Mais j'obéis sous ses encouragements. Je pris principalement des légumes et quelques trucs sucrés, demandant parfois du regard si ça lui convenait. Je mangeais plutôt de manière équilibrés en réalité, même si mon péché mignon sont les sucreries, je n'en abuse pas non plus. En même temps c'est plutôt simple de ne pas le faire quand l'on a pas les moyens d'en acheter.

Quoi qu'il en soit, je continuais à faire les courses, prenant quelques trucs qui pourraient être utiles. J'avais plein de recette en tête, des choses que je pourrais lui faire découvrir. Nous passons ensuite par la case chat, il me laissa choisir tout ce dont Snow pourrait avoir besoin. Je pris de la nourriture pour une bonne semaine ainsi qu'une litière et tout ce qui va avec au cas où il resterait enfermé dedans la nuit. Je ne voulais pas qu'il fasse ses besoins n'importe où, même si c'est un risque au début, car étant un chat des rues, il ne connait pas trop la propreté. Une fois à la caisse, il paya le tout, ce qui me gênait un peu, je me promis alors de le rembourser d'une manière ou d'une autre. Il rangea le tout dans des sacs et alors que je m'avançais pour en prendre un, il me devança, portant le tout. Je fis alors une légère moue, mais le laissais faire, gardant encore et toujours mon chat dans mes bras. Je le suivis alors dans la rue, et me stoppait quand il se tourna vers moi pour me parler. Je lui souris alors, ses paroles et sa voix me rassurant encore.

-"Oui... j'avoue que je suis assez impatient de découvrir comment c'est chez vous et j'espère surtout ne pas déranger. Je ne prendrais pas trop de place promis!"

Lorsqu'il reprit sa route, je lui emboîtait le pas, restant sagement derrière lui, marchant à son rythme. Je n'étais pas quelqu'un de très bavard, mais ce blanc me gênait un peu, je décidais donc de reprendre la parole.

-"Du coup vous êtes plutôt carnivore non? Comment aimez vous votre viande? Saignante? À point? Ou bleue alors? Et si je prépare des légumes, vous allez les manger ou pas du tout? Quel genre d’assaisonnement aimez-vous? Le matin j'aime bien manger des omelettes... même si ce n'est pas de la viande, ça reste des protéines non?"  

Je lui posais peut-être un peu trop de question à la fois, mais j'étais ainsi lorsque j'étais gêné. Je continuais alors de le suivre, jusqu'à chez lui. J'observais son habitation tout en souriant, je sentais que j'allais me plaire. Je n'oubliais évidement pas d'écouter sa réponse tout en essayant de tout retenir.


©️ ASHLING POUR EPICODE

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼






Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AG-Corporation :: Flood :: Corbeille :: Rps terminés-
Sauter vers: