RSS
RSS



 
N'oubliez pas qu'il y a le nouveau serveur du forum qui a été ouvert il y a peu, vous le trouverez alors en annonce sur l'ancien et aussi en cliquant sur le logo. Il y aussi le recensement, même si vous avez décidé de partir dite le nous quand même.

 :: Flood :: Corbeille :: Rps terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un réveil squelettique [RP EVENT] (feat Requiem)






Invité
Invité
Ven 24 Nov - 10:43

Un réveil squelettique




"Le black-out"



Au lov'hotel

Ta tête bourdonne … Pourquoi ? raaah… pourquoi tu te sens si lourde ? Tu n’aurais pas fini bourrer quand même ? Nan… impossible… Ta condition de true blood t’en empêche… Tu as la gorge sèche et arrive à peine à ouvrir les yeux… toi qui ne dors que très peu la nuit d’habitude.

Quand tu arrives à ouvrir les yeux tu remarques qu’il est assez tard, le soleil passe à travers les rideaux qui ne t’appartiennent pas…. Tu grogne un peu en te sentant lourde d’un coup… Putain mais qu’est ce qui c’est passer ? Alors que tu essaie de te lever tu sens un poids… genre assez lourd le poids… Tu portes alors ton regard sur ce qui semble si lourd et là ton cerveaux bug… REQUIEM ?!

Alors que tu essaie de comprendre pourquoi Requiem se trouve la … la tête en tes seins et ses deux mains squelettique sur tes deux seins… tu essaie de le secouer en essayant encore de te rappeler ce qui a pu se passer la veille… Voyant que le squelette pervers ne répond pas tu grogne et le secoue plus fort :

« Ho requiem réveil toi … » j’allais le menacer de le tuer … qu’elle idiote … « Aller bouge !! »

Alors que tu fini ta phrase, tu sens les mains squelettique bouger et masser ta poitrine … il l’aura cherché. Tu te lèves d’un coup et l’envoie valser par terre alors que tu t’étire… avant de remarquer que ta tenue est … comment dire…. Peu ordinaire...

« Bordel… mais qu’est ce qui c’est passer hier ? »

Tu regardes alors le squelette se remettre en état et soupire… il se souviendra pas plus que toi apparemment… le blackout… génial… tu te regardes dans un miroir… une tenue de policière… tu ne te souvenais pas avoir porté ce genre de tenue…

« Requiem bouge ton cul… Tu te souviens de quelques choses ? »

©️ Lavandes pour Epicode

avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 06/11/2017
Localisation : Dans le bureau de sa maison close en train de siroter un petit wis... ah non o-o
Gargouille
Voir le profil de l'utilisateur




Requiem
Gargouille
Sam 25 Nov - 23:55
Ailleurs, du noir. J’étais mort ? Finalement ? C’était… reposant. Je me sentais bien… teeeeellement bien. Il faisait noir, tooootalement noir. En un sens, cela ne me déplaisait pas. Mes mains étaient posées sur de fins coussins duveteux et moelleux. C’était ça le paradis ?

« Ho requiem réveil toi … Aller bouge !! »

Quoi ? Carla était de ma panacée éternelle ? Oooohhhhhhh. Si la vie était cruelle, la mort était ma meilleure ami, assurément. Je gémissait un peu, bruit étouffé par la douceur de mes doux et doucereux coussins parfait… Ils étaient doux, cotonneux et à la fois rebondis. Amusé et à la fois un peu groggy, je commençais à tester ces parfaits cousins de mes mains. Ils étaient… SUBLIME YYYOOHHOOHOOOO ! Ooooooooooooooohhhhhh !!!! D’un coup je m’étais envolé !

« Bordel… mais qu’est ce qui c’est passer hier ? »

Les anges avaient des ailes au paradis ? En avais-je aussi ? Étourdi je titubais quelques secondes, à moitiés à quatre pattes à moitié en rampant un peu, avant de voir la lumière. Jolie…
C’était… le… le… soleil vu par une fenêtre ? La bonne vieille terre ferme. Et merde.

« Requiem bouge ton cul… Tu te souviens de quelques choses ? »


Un regard, deux. Une chambre… tout à fait à mon goût il fallait dire ! Posant mon regard à droite et à gauche, je remarquais quelques… petits jouets intéressants probablement mis à disposition dans la chambre. Je devais avoir les mêmes fournisseurs que cet endroit : j’en reconnaissais certains. Mais le jouet qui me fit tomber dans un fou rire extrêmement plaisant était tout autre : Carla en tenu aussi policière que… aguicheuse ? Une quinte de rire qui me fit tomber à genou, tordu. Je n’avais aucune idée de pourquoi j’étais là, et ce qu’était ce « là », qui l’avait habillé comme ça -même si c’était une grande fille qui savait assurément s’habiller toute seule comme rhabiller les hommes trop jolie-coeurs. Mais… c’était à mourir de rire !!!
La fureur de mes os tremblants sous les inspirations rieuses se calmait lentement lorsque quelque chose, m’intriguant, m’arrêta totalement. Quelque chose était bloqué entre deux de mes côtes. Un papier, peut être rectangulaire. Le récupérant, je l’observais pour finalement reconnaître une photo très significative : j’étais de face, devant un mur blanc zébré de noir présentant une échelle de taille, avec un carton où était inscrit une immatriculation. Outre cela, je semblais avoir sentit le besoin très important de montrer l’ossature dorsale de mon majeur. Comme j’étais un être attentionné et à l’écoute ! Quoi que, peut être parlais-je au photographe, ou à la main de Carla qui débordait sur l’objectif. Peut être était-ce Carla le photographe ! Bof. Dans tous les cas je m’en moquais un peu. J’étais déjà un être fugitif et totalement illégalement libre. Un commissariat de détruit en plus ou en moins n’y changerait pas grand-chose. Mais le fait d’avoir oublier cette escapade était aussi intéressant que décevant : j’avais du m’amuser comme un fou bordel !

« Alors là aucune idée ! »

Je commençais à rire allègrement de nouveau.

« Mais j’aurais bien aimé m’en souvenir, si tu voit ce que je veux dire… »

Un clin d’œil, et un regard vers l’un des jouets à terre. Cela suffisait : booooof, ce n’était qu’une petit plaisanterie. Jusqu’à preuve du contraire l’espèce humaine -et assimilés- ne sont pas dotés d’os pénien.. A mon plus grand damne…

« Jolie style Carla d’ailleurs : je ne te connaissais pas aussi coquette ! »

Un sourire aguicheur, comme je savais si bien le faire. Ou le caricaturer d'ailleurs !

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼






Invité
Invité
Lun 27 Nov - 14:43

Un réveil squelettique




"Le black-out"

Cette tenue n’est pas si mal… mais elle a l’air vachement vrai n’empêche … Tu regardes l’insigne de plus prêt en écoutant le squelette qui avait l’air aussi pommé que toi. Tu trouves ça étrange … comment tu pouvais ne te souvenir de rien ? Toi qui étais insensible à l’alcool et autre … tu trouvais ça vraiment étrange. Tu tiens alors ta tête douloureuse et te tourne vers ton ancien patron qui se foutais clairement de ta gueule tout en voulant te complimenter … se squelette est le pire, il a de la chance que ce soit un ami… mais bon dans le fond tu l’aime bien, il te fait rire.

Tu le regarde avec cet air « sérieux » quand il te dit qu’il aimerait se souvenir de ce qu’il c’est passer. Tu soupire et t’étire avant de sentir quelque chose d’étrange. Tu grogne un peu et déboutonne ta jupe de flic sans aucune gêne et la laisse tomber au sol devant le squelette. Tu remarques alors que tu n’as pas de petite culotte, rien ! Nada ! Enfin si… tu remarques une petite ficelle dépassant de ton intimité.

« Bon bah apparemment on c’est bien amuser cette nuit … ta trouver quelque chose ? »

Tu retires alors sans aucune gêne encore une fois le jouet, c’est un œuf vibrant télécommandé, tu soupire et le pose plus loin avant de commencer à chercher ta petite culotte en attendant la réponse du squelette. Tu te penches alors pour regarder sous le lit et trouve plusieurs jouet sale ainsi que ta petite culotte noir a dentelle. Tu te relèves et l’enfile alors que le squelette t’explique avoir trouvé une photo provenant d’un commissariat ou on voie Requiem faire un fuck et tes deux doigts sur le coter, tu ris alors en voyant ta tenue :

« Bon bah je pense être celle qui ta pris en photo mon cher … maintenant reste à savoir ce qu’on a fait en plus de s’amuser… doit y avoir au moins dix jouet utiliser sous le lit… »

Tu soupire et attrape ta jupe en soupirant et l’enfile de nouveau avant de t’affaler sur le lit… une flemme immense te prend mais tu te poses un tas de question. Pourquoi ici ? Quel est la cause de notre manque de souvenir ? Pourquoi Requiem ? Enfin bref … trop peu de souvenir pour déterminer ce qu’il c’est passer…

©️ Lavandes pour Epicode

avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 06/11/2017
Localisation : Dans le bureau de sa maison close en train de siroter un petit wis... ah non o-o
Gargouille
Voir le profil de l'utilisateur




Requiem
Gargouille
Mar 28 Nov - 12:21
Un sourire qui en fait tomber sa jupe. YYOOHHHOOO ! Voilà que le paradis s’invitait sur terre. Mes orbites vides et noirs se transformaient en siphon pour le sang qui coulait des deux trous me servant -parait il- de nez. Pour ça, je trouverais toujours un peu de fluides corporel à déverser je crois… en parlant de fluide, Carla sortit un bel œuf de Pâques recouvert du sien… Ahhhh !!! Cette démone mettait mon petit cœur à rude épreuve. Il allait finir par lâcher… une nouvelle fois ma fois !

« Bon bah apparemment on c’est bien amuser cette nuit … ta trouver quelque chose ? »

Elle.. oui. J’en étais tellement ébahit que ses mots faisaient écho en moi un peu en retard. Et encore, entendre n’était pas réagir. Aussi lui tendis-je la photo un peu lentement, ma mâchoire finissant de se décrocher. Elle était à quatre pâtes, si bien que j’hésitais un instant à l’offrir à son… astre lunaire. Elle se releva finalement avant que je n’ai le temps de la lui caler. Dommage.
Elle se saisit de… la photo, après un acte de pudeur qui me déçu un peu il fallait l’admettre. Elle s’efforça de dissimuler un… félin assez plaisant à la vue. Quoi ? J’adore les angoras ! YOOOHHOOHHOOO !!! J’en avais admiré chaque poil : son pelage soyeux et parfait était sublime. Oh ! Il avait bu quelque chose. De l’eau ou du lait ? Huuummm, la question m’intriguais tellement que je remarquais à peine que la photo avait glissé de mes doigts. Après tout, si je semblais être le dindon de cette farce, je n’étais plus une vache à lait depuis que j‘avais perdu mon pi. Auquel cas une belle vache se serait donc fait traire par Carla pendant notre black-out. Soudainement perplexe, en voici une belle dinde qui me coupa dans ma réflexion en gloussant bruyamment. Bof, fallait avouer que c’était drôle ! Réfléchir : j’en avais pas envie tout de suite.

« Bon bah je pense être celle qui ta pris en photo mon cher … maintenant reste à savoir ce qu’on a fait en plus de s’amuser… doit y avoir au moins dix jouet utiliser sous le lit… »

Ramassant ta mâchoire -qui avait finit par vraiment tomber- pour la remettre, je dessine un petit sourire en coin en la raccrochant. Bof, en 200 ans -je crois- j’en avais oublié des soirées. Ce n’était plus ça qui me perturbais. Et puis après tout, entre elle est moi, nous n’étions pas en danger. Je n’avais, certes, aucun instrument à corde. Mais je sentais mon petit harmonica dans la poche de mon veston. Aussi je bondis non-nonchalamment à coté de Carla -qui s’était allongée sur le lit- pour atterrir lourdement sur le matelas, dans un bruit semblable au jet d’osselets d’une voyante.

« Ma fois ma chère, pour l’heure, même si l’appétit ludique dont tu fais preuve m’impose le respect, je suis forcée de te dire que je n’ai aucune idée de ce qui nous à mené là. Je ne sais pas ce qui a put arriver et on ne le saura probablement jamais totalement, mais si on nous voulait du mal on aurait finit dans bien pire endroit. »

J’explose d’un rire sonore et aigu, enroulant un de mes longs bras autour du coup de la true blood, comme par camaraderie.

« En revanche je ne suis pas d’accord avec le fait que l’on se soit « amusé ». Si une dizaine d’amusement semblent t’avoir traversé, moi je ne veux qu’un seul jouet... »

Lui… parmi tout ce que j‘avais perdu, c’était lui qui me manquait le plus… D’un coup, je me mit à pleurer, comme épris d’une soudaine douleur. J’étais effondré : ça me appelais trop de privation cet endroit…

« Mais je l’ai perduuuuu !!!! **sanglot** Parmi tous les **reniflement** chose que je n’ai **sanglot** plus. Plus manger, plus boire, plus dormir, plus sentir **sanglot**. C’est elle qui me manque le pluuuussssss !!! »

J’explosais dans des pleurs aussi sincères que… ridicules auraient dit certains. Toujours étant que mon crane s’était transformé en fontaine sans vraiment que personne ne comprenne d’où je puisait tout cette eau. Je mouillais... mes vêtements comme les draps.
J’avais envie putain…

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼






Invité
Invité
Dim 14 Jan - 15:15

Un réveil squelettique




"Le black-out"

Il c’était clairement passer de quelque chose de louche la veille… Tu ne savais pas trop quoi mais au vu de l’endroit dans lequel vous êtes, ton caractère (et le sien) ainsi que tous les jouets sale sous le lit tu pouvais en conclure que monsieur le squelette t’avais fait la même crise qu’à l’ instant … pleurant son membre de partie reproductive … Pleurant qu’il ne pouvait plus le voire… tu soupiras ne sachant pas trop quoi faire avant de le patpat doucement et dire :

« Voyons mon cher Requiem, nous savons tous les deux que ce n’est pas ton genre de pleurer ce genre de chose, voyez le bon coter des choses … »

A cette instant tu cherchas alors ce que pouvait être le bon coter des choses… tu avais parlé sans réfléchir et la tu te retrouvais dans la panade, à vrai dire tu étais nulle pour réconforter les autres, déjà que te réconforter seule tu avais du mal…. Tu lui offrir un sourire crisper avant de reprendre :

« Ouai… le bon côté … tu peux mater des nana plus sexy les unes que les autres à longueur de journée ! Tu peux même les toucher et elles ne te disent rien ! »

Bon Carla … va falloir apprendre à réfléchir à comment réconforter tes amis… tu gardais ton sourire crisper avant de te lever et soupire, cherchant la salle de bain des yeux avant de laisser de nouveau ta jupe tomber au sol, faisant sans doute plaisir à ton vieil ami. Tu laissas ensuite la veste de l’uniforme que tu avais empreinte –ou voler on s’en fiche- ainsi que la chemise. Tu regardes Requiem et soupire :

« Je vais prendre une douche rapide… je reviens ! »

Tu filas a la douche essayant de te rappeler ce qu’il c’était passer la veille. Une fois sous l’eau brulante, tu réfléchissais a ce qu’il avait pu se passer et surtout… de quoi c’est partie. Tu te souviens avoir décidé de passer voir requiem pour prendre de ces nouvelles, tu te souviens avoir quitté le salon de tatouage puis… plus rien.

Une fois ta douche terminé, tu te séchas rapidement, laissant la serviette sur ton buste, sortant de la salle de bain, tu dis alors à peine sorti :

« Bon la seule chose dont je me souviens c’est d’être sortie de chez moi pour venir te voir… Ensuite le trou noir ! »


©️ Lavandes pour Epicode

avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 06/11/2017
Localisation : Dans le bureau de sa maison close en train de siroter un petit wis... ah non o-o
Gargouille
Voir le profil de l'utilisateur




Requiem
Gargouille
Mar 16 Jan - 18:35
C’est vrai quoi. Dans ce monde, un homme ça se jauge à la virilité, la « confiance en soi ». Et tout ça passe par un bon membre. Et moi, je savais pas ce que je faisait là. Mais putain, ce qui m’arrivait, c’était comme mettre un diabétique devant un buffet de pâtisseries. Il peut admirer, sentir, regarder. Mais ça remplacera jamais un bon croc dans le lard.

« Voyons mon cher Requiem, nous savons tous les deux que ce n’est pas ton genre de pleurer ce genre de chose, voyez le bon coter des choses … »

Le bon côté… oui : le bon côté. Je réfléchissais. Encore, toujours… Lequel ? Il n’y avait bien que pour ça que j’en trouvais pas…

« Ouai… le bon côté … tu peux mater des nana plus sexy les unes que les autres à longueur de journée ! Tu peux même les toucher et elles ne te disent rien ! »

Mais des délires fétichistes entre le food-porn et le voyeurisme ça vaudra jamais un bon vieux coup au but bordel ! S’étaler de la crème des petits bouts de cerises de framboises et du mueslis sur le corps pour rendre ça appétissant, ça a un coté un peu trop cannibale pour remplacer un bon crumble, et un côté un peu trop dégueulasse pour remplacer une bonne petite partie de jambes en l’air traditionnelle. Puis moi j’ai pas faim de ça… Toucher, voir, admirer, même l’excellence. Rien ne remplacera la pratique…
Attristé, presque amorphe et sanglotant, je gardais la tête basse tandis que Carla continuait son petit manège. Sur son chemin, j’ai bien vu du coin de l’œil sa jupe tomber. Mais j’avais même pas envie de regarder… Ça me suffisait pas…

« Je vais prendre une douche rapide… je reviens ! »

Elle allait revenir, laissant la pièce se remplir lentement de silence en attendant. Un silence total. Cet endroit avait au moins un mérite : être bien isolé. A moins que… attend ! D’un coup, je me mis à frapper frénétiquement mes deux mains en semble, laissant un bruit d’osselet s’entrechoquant résonner. Je ne sentais pas les coups, mais je les entendais… c’était au moins ça. Je voyais mes mains… C’était au moins ça. A ne rien sentir, parfois, je finissais par avoir peur de ne plus rien entendre, de le plus rien voir. De me couper du monde… de la réalité… Un peu plus pour changer… Merde… Je délirais.
Rester positif non ? C’était ma doctrine… ça ressemblait à une malédiction. Je me mis à sourire, plus par habitude qu'autre chose. Ça allait passer : rien d’autre qu’un coup de moue passager. Et ça allait le rester longtemps moue hein… PUTAIN ! J’y repensais.
Ainsi, je bloquais et tournais dans ma tête comme un poisson dans un bocal jusqu’au retour de Carla.

« Bon la seule chose dont je me souviens c’est d’être sortie de chez moi pour venir te voir… Ensuite le trou noir ! »

Elle cherchait… Oui : un peu de concentration. Un peu… on devait se souvenir…

« Ba, j’étais à la maison. Enfin je suppose… Enfin, qu’est ce qu’on en a foutre d’un petit trou noir d’une soirée Carla ? »

Ouè, qu’est ce que ça changeait ? En 201 ans, heureusement que je ne me souvenais pas de tout. Pas de certaines étapes de ma vie… Ces noms étaient si loin maintenant… Alors une soirée, c’était pas la mer à boire. Si on avait vraiment fait de la merde, on s’en rendrait bien vite compte non ?

« Puis, si on a fait des conneries, on le verras vite. Et là faudra les gérer. En fonction il y a moyen qu’on ait même pas à se souvenir de la dite connerie pour régler les potentiels répercutions d’ailleurs. »

Je relevais le regard vers Carla. Là, pour une fois, mon regard était très froid. Il ne brillait pas vraiment d’une étincelle de folie. Il était très terne. Terre à terre. Mort.

« T’y tient t’en que ça toi à t’en rappeler toi ? »

A la limite, je pouvais faire un effort pour elle. Mais moi j’en avais rien à foutre. Bas les cou... MAIS MERDE !

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼






Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AG-Corporation :: Flood :: Corbeille :: Rps terminés-
Sauter vers: