RSS
RSS



 

 :: Flood :: Corbeille :: Rps terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'osselet mâchouille le louveteau. Je répète l'osselet mâchouille le louveteau... Attendez : QUOI ??? [FLASH-BACK : Feat Tyler Komiyada]

avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 06/11/2017
Localisation : Dans le bureau de sa maison close en train de siroter un petit wis... ah non o-o
Gargouille
Voir le profil de l'utilisateur




Requiem
Gargouille
Jeu 9 Nov - 2:08
Komiyada, Komiyada, Komidayaaaa… Assis à mon bureau -au fond du rez de chaussé de mon établissement- j’étais pensif. Je jouais à faire danser un bout de journal arraché avec mes longs doigts tout fins. La rubrique nécrologique. Ce bon vieux Kawada Komidaya était mort. Le journal datait un peu, de quelques moins tout au plus. Il m’avait fallut un petit moment avant de retrouver son fils… Qui avait reprit l’entreprise familiale. Tyler ! Il était temps de se présenter ! Et en grande pompes bien sûr !

« Desméraaaaa !!! Tu pourrait aller me trouver Ludwig ma chère ? »

Une petite fury poule. Et non je vous voit venir : elle n’était pas derrière la porte de mon bureau à attendre gentiment l’ordre de son maître : je l’avais juste vu passer par le couloir. Oui je travail toujours avec la porte ouverte. Cette dernière, faisant volte face pour passer la tête par l’entrée de la pièce, posa sur moi un regard vif.

« Heu chui pressé pour le moment : je dois passer en cuisine aider à préparer le repas. Mais si je le croise en chemin je te l’envoi. Sinon j’enverrais quelqu’un d’autre te le chercher, boss.
-Merci bien ! »


Un sourire, toujours un sourire. Elle me rendait un service non ? J’aimais pas qu’elle m’appelle « boss ». Mais bon je m’y étais fait : elle y tenait. Je n’avais de boss que le nom ici donc au pire. Le titre honorifique à la limite. Et ça cela faisait presque plaisir. Mais cela ne restait qu’un nom n’est-ce pas ?

**********

Un dizaine de minutes plus tard, le jeune homme passait le pas de ma porte. Sa petite coupe en crête de cheveux bouclés rebondissait sur sa tête à chaque pas qu’il faisait. Portable à la main, regard rivé dessus : je me demandais toujours comment il faisait pour ne pas se prendre un mur l’idiot !
Finalement, il leva un peu la tête.

« Req’, tu m’a demandé ?
-Oui mon garçon : j’aurais besoin que tu porte un message pour moi. Tu sait comme d’habitude. »


A ces mots, il afficha une mise blasée. C’est comme ça à chaque fois, mais au final il accepte. Ça doit être ça façon d’afficher sa joie, sinon il serait partit depuis bien longtemps… Enfin je crois. Quoi qu’il en soit, il soupirait souvent. Si on y prêtait attention plus personne ne lui parlerais ! Ah !

« Rep’, s’il vous plaît. Vous voulez toujours pas apprendre à vous servir d’un téléphone ?
-Huuummm je ne suis pas convaincu : c’est trucs ne sont pas faits pour fonctionner entre mes mains.
-Vous voulez pas essayer de nouveau ?…
-Si tu veut… »


Je n’étais pas convaincu, mais alors pas du tout. Généralement, quand je me servais de cette chose, soit je n’entendais rien, soit on n’entendait rien de ce que je disais. Et cette fois ne dérogea pas à la règle. Cette tentative se résuma à une demi heure de « Allo ? », « Vous m’entendez ? », « Y a quelqu’un ? ». Pourtant j’y ai mit tout mon cœur.

**********

Au cours de cette tentative, je me tournais vers Ludwig, résigné. Lui semblait presque en fou rire. S’il avait le sourire c’était l’essentiel ! On avait toujours pas réussit à faire fonctionner ce machin par contre !

« Tu voit ?! Cela ne marque pas avec les vieilles carcasses comme moi ! Au moi je ne ferrais pas comme toi : je ne passerais pas mes vieux os derrière le mien !
-Mais, Req’ ! Ça se met pas dans l’œil le combiné tu sais… !
-Ou ça alors ?
-Sur… tu veux pas que je porte ton message plutôt ? »


J’extirpais ce démon de mon crane pour acquiescer de la tête. Et finalement, je donnais l’adresse à laquelle Ludwig devait aller. Je le briffais sur son futur interlocuteur : c’était un homme important ! Tyler Komiyada. Peut être bien mon futur collaborateur…
Je ne lui donnai aucun message : Ludwig était un jeune homme très spécial. On avait nos petits secrets !

**********

Finalement, ce fut un jeune homme qui semblait parler avec lui même qui sonna au manoir Komiyada. Il n’avait pas l’allure d’un grand actionnaire : il était en jean et en veste de cuir. Portable à la main, crête qui rebondit sur la tête à chaque pas. Mais il semblait se donner des airs d’un homme bien plus grand que lui. Finalement, il abandonna cette pose une fois sur le paillasson. La porte semblait s’ouvrir : c’était déjà ça. Le jeune homme commença alors à parler dans un discours très maîtrisé. On aurait presque dit qu’il l’avait apprit par cœur.

« Mes salutations noble interlocuteur. Je me présente : Ludwig Mors… Mais je m’appelle pas comme ça putain ! Non non non je ne mentirais pas Req’… »

Il semblait d’un coup parler dans le vide, comme à une personne absente.

« Oubliez ça… heu… j’en étais ou déjà. Oui : je m’appelle Ludwig… »

Son regard se fronça dans le vide…

« ...et juste Ludwig. »

...avant de se reposer sur son interlocuteur de manière plus polie.

« Et je viens porter une missive… un message quoi… d’un certain ami du défunt  Kawada Komidaya. Sachez tout d’abord que cette tragique mort l’a déchiré au plus au point, et qu’il en pleure encore… »

Il releva le regard.

« ...mais dit lui juste de venir boire un coup à la maison pour parler affaire c’est plus rapide !!! »

Un léger silence s’en suivit, et le garçon baissa finalement la tête, presque honteux… Il était un peu bête aussi il fallait le dire… Ah !

« Oui enfin… voilà c’est dit… un pote du daron voudrait boire un coup avec le fils pour discuter… Et mes condoléances à Tyler quoi… C’est pas cool de perdre un père. »

Ludwig semblait sincère. Baaa au fond ce n’était pas un mauvais garçon. Il était juste trop impatient et téméraire. Il avait du mal à se projeter, et peinait à imaginer l’état d’esprit d’autrui. Il fallait simplement lui expliquer calmement. Comme moi avec les téléphones, certainement. Ah !
Quoi qu’il en soit, il observait maintenant cette personne qui lui avait ouvert la porte d’un œil doux, presque timide. Cela se voyait qu’il savait pas faire : être compréhensif. Mais il essayait. Surtout : ses condoléances étaient sincères. Et cela c’était le plus important.


Ludwig:
 
HRP:
 

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 26/10/2017
Localisation : Dans ton cul ! (si ce n'est dans le sien)
Voir le profil de l'utilisateur




Tyler Komiyada
Attention je grogne ! Et je griffe... parfois... si je vous jure u_u
Jeu 9 Nov - 23:02
détails
Ton titre est trop long.
Beaucoup trop long.
ft. Requiem
Ʃkaemp はは ™️

Voilà déjà deux mois que Kawada avait rendu l'âme et avait, pas la même occasion donné les clés de l'empire famillial à son fils, Tyler. Reprendre l'entreprise n'était pas évident, le jeune homme avait beau avoir été préparé par son père et ses professeurs, entre la théorie et la pratique, il y avait une immense différence. Néanmoins, Tyler avait pu appliquer ce qu'il s'était jurer de faire dès sa prise de pouvoir, il avait mis fin à l'esclavage autour de lui. Tous les esclaves de son père avaient pu signer un contrat, bien qu'uniquement honorifique, avec Tyler, leur donnant droit à un salaire plus que confortable et soit à leur chambre au manoir, soit à un appartement indépendant, qu'ils pourraient se financer avec la paie offerte par leur ancien "maître".

Cependant, un jour qu'il peaufinait ses actions contre l'esclavage en parallèle d'un dossier pour ouvrir un second tailleur en plus du premier qu'il avait fait ouvrir immédiatement à la mort de son père, engageant un des meilleur tailleur du pays; il fut intérompu par un domestique, venu lui signaler qu'un jeune homme bizarre était venu frapper à la porte et c'était présenté sous le nom de Ludwig. Ce dernier semblait parler du père de notre jeune patron et surtout, d'une vieille connaissance, ça, ça ne manquait pas...mais laquelle?

***** ***** ***** ***** ***** ***** ***** ***** *****


A la porte du manoir Komiyada, Yoshîro, le majordome de la famille depuis maintenant plus de 30 ans, avait ouvert la porte à un jeune homme bizarre à la coupe insolite. Ce dernier parla immédiatement avec assez peu d'aise à notre hôte classieux, bien qu'accusant doucement son âge. Il venait à se demander si, dans son monologue effreiné, le jeunot ne l'avait pas confondu avec le jeune maître des lieux, Tyler, le rejeton bâtard d'un union impropre à la haute classe mais qui était avant tout le fils Kawada... et Yoshiiro l'aimait beaucoup, ce jeune maître, il l'avait vu grandir, l'avait en partie élevé et avait grandement participé à lui apprendre les secrets du savoir vivre en société.

Après avoir été étonné un temps par le comportement plus qu'impromptu du gamin, il indiqua à un domestique qui passait par là de prévenir Tyler de la présence de ce jeune homme, pendant qu'il invitait ce dernier à entrer. Après l'avoir mené au salon de reception, il lui proposa à boire en attendant l'arrivée du maître des lieux.

***** ***** ***** ***** ***** ***** ***** ***** *****

Un inconnu était donc présent dans le salon de Tyler, portant un message à propos d'un ancien collaborateur de son père. Aucun nom ne lui avait été apporté par son messager de fortune, aucune indication particulière d'ailleurs, hormis que c'était un gamin bizarre qui parlait à moitié tout seul sans dire le nom de son employeur. C'était une situation frustrante pour Tyler, très frustrante, il n'aimait pas s'engager sur un rendez vous sans en connaître les tenants et les aboutissants. Néanmoins, si c'était un vieux collaborateur, il pouvait avoir un intérêt à aller parler avec le jeune envoyé. Au mieux, il pouvait en tirer une alliance fortuite empreinte de probité, au pire il aurait un nouveau nom d'esclavagiste à transmettre à Merissa, ainsi qu'un nouveau raid à organiser. Mais l'heure n'était plus à la discution internet et stérile, il fallait aller voir pour en avoir le coeur net. Tyler prit donc le temps de bien empiler les dossiers sur lesquels il travaillait, les rangeant proprement à leur place, puis il descendit l'escalier massif qui reliait le première étage et le hall d'entrée du rez de chaussée. Une fois qu'il fut en bas, il n'eut qu'à se rendre au salon de reception, réservé aux réunions pour les hôtes de marque. Il rejoignit donc le gamin qui en effet, confirmait les dires de son domestique, était bizarre et semblait perdu ici, il avait vraiment l'air de n'avoir aucune idée d'où il se trouvait et encore moins de savoir pourquoi il était venu. Tyler prit donc, en entrant dans la pièce, où il était dans le dos de son invité, la parole et ce, afin de se présenter simplement.

-Bienvenue au manoir Komiyada, Ludwig. Je suis Tyler, fils héritier de ces lieux. Mon employé et ami m'a transmis tes paroles et je me permet donc de te demander un peu plus de précisions à ce propos. Je ne connais pas toutes les anciennes... connaissances de mon père, je t'invite donc à me parler un peu plus de ce pourquoi et surtout tu es venu... et surtout, pour qui? Tyler marqua une légère pause, trop courte pour laisser quelqu'un parler mais assez marquée pour être remarquée. Aussi, je te remercie de ta solicitude quant à ma récente perte.

Tyler avait ainsi pu se présenter, marquer la politesse de son intervention et rappeler qu'ici, il reignait désormais en maître, avec toutes les belles formes aristocratiques que sous entendaient ces facéties ridicules qu'imposaient l'étiquette des nobles. Tyler aborait encore toutes ces courbettes inutiles mais il avait grandi dans cet enseignement et il savait que ce savoir lui servirait à combattre l'esclavagisme dans une dimension plus grande que si il n'était qu'un simple soldat. Il était capable d'aller parler avec les plus grands de ce monde, ils lui étaient accessible et il avait leurs noms, leurs adresses et leurs motivations. Cependant, malgré toutes ces informations qu'il détenait, il n'avait aucune idée de qui avait bien pu demander un audit sans prendre la peine de se déplacer en personne ou de... tout simplement téléphoner, ce qui aurait été bien plus simple. Cela dit le refus de communiquer par téléphone pour une demande "officielle" n'étonnait pas Tyler, les riches et pseudos nobles aimant à donner une crédibilité toute particulière à une attention telle que celle-ci, ces derniers jugeant souvent le téléphone trop vulgaire pour une demande importante.

Beaucoup, beaucoup trop long.


▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 06/11/2017
Localisation : Dans le bureau de sa maison close en train de siroter un petit wis... ah non o-o
Gargouille
Voir le profil de l'utilisateur




Requiem
Gargouille
Ven 10 Nov - 22:39
« C’est bon ils me font entrer ! »

Ludwig avait lâché cela tout haut, un peu sur la volé et à mon encontre tandis qu’il passait le pas de la porte du manoir. On le menait dans un salon très élégant, quoi que cet idiot n’en appréciait même pas la beauté : il avait les yeux rivés sur son téléphone. Ah ! Il en sursauta même lorsque le majordome vint lui proposer à boire.

« Ah ! Heu, ouè j’veux bien. Pas trop d’alcool : le vieux aime pas quand je bois. Mais bon, du jus de fruit, ou du soda ? »

Il fut finalement servit et sirota tranquillement sa boisson d’une main, continuant à pianoter sur son téléphone de l’autre. Le temps passait, passait, et lui ne le voyait pas filer. Si bien qu’il crut être surpris après à peine quelques secondes… où son verre se vida tout de même au compte goutte.

-Bienvenue au manoir Komiyada, Ludwig. Je suis Tyler, fils héritier de ces lieux. Mon employé et ami m'a transmis tes paroles et je me permet donc de te demander un peu plus de précisions à ce propos. Je ne connais pas toutes les anciennes... connaissances de mon père, je t'invite donc à me parler un peu plus de ce pourquoi et surtout tu es venu... et surtout, pour qui?

Sursautant d’un coup, le gamin manqua de faire tomber son téléphone dans son verre -encore moitié plein, puis de faire tomber son verre sur le fauteuil où il était assis. Et ce fut finalement dans un tour d’acrobatie peu commun -et surtout inespéré- qu’il rattrapa le premier en équilibre sur son pied, le second de ses deux mains tout en restant assis sur le troisième. Le tout avait été ponctué d’un petit cri de surprise gauche et un brin ridicule. Pourquoi ce gosse voulait se donner des airs cool ? Cela m’échappera toujours il faut croire…

-Aussi, je te remercie de ta solicitude quant à ma récente perte.
« Ah, heu… oui ça ! C’est baa c’est normal z’en faites pas. Les gens appellent ça « politesse » mais à mon sens cela devrait être naturel. »


Se grattant légèrement l’arrière du crâne d’un air aussi sincère que gêné, il avait reprit son verre dans une main, et finit par récupérer son portable une fois cela finit. Et il le fourra dans sa poche : il n’en était pas pour autant impoli. Finalement, il prit une mine brutalement plus sérieuse: il avait du travail le bougre ! Et il fit un signe de main vers ce Tyler pour le saluer.

« Merci de l’accueil ! C’est cool. Et heu oui : pourquoiii… pour quiiii…. »

Il leva les yeux au ciel, comme accompagné par un fantôme.

« Req’, tu veut lui parler pourquoi déjà ? Et… il veut savoir qui t’es mais bon moi je suis pas doué pour présenter les gens. »

Et finalement il attendit quelques secondes pour prendre une posture plus digne, voir même un brin aristocrate.

« Déjà je vous remercie de m’avoir accueil… MAIS JE LUI AIT DEJA DIT CA !!! »

Il perdit d’un coup sa posture pendant cette réplique.

« Oui oui… je sais que tu peut pas savoir. Non, mais… pleure pas s’il te plaît… je voulait pas te blesser tu sait… aaah… »

Il se détourna vers Tyler un instant, le sommant d’un mouvement de main à attendre un instant, non content de m’avoir brisé le cœur… Puis il se remit à parler dans le vide.

« Req’… chui conscient que tu aimes beaucoup les longs discours et les belles périphrases. Mais tu sait aussi que ma présence ici ne peut pas te remplacer parfaitement : tu n’entend ni ce que ce type dit ni ce que je lui dit. Alors s’il te plaît : donne ton message, sans tourner autour du peau pendant des heures et chui sûr que ça passera. On fait comme ça ? »

Un léger silence s’en suivit.

« Niquel ! Bon ! »

Il se retourna vers Tyler, s’excusant d’un signe de tête gauche.

« Comme j’ai dis précédemment à… vous ou un autre. (C’était à son majordome Req !) J’aimerais m’entretenir avec vous d’une affaire importante. (Ohhh je te jure c’est pas facile de te comprendre quand tu sanglote…) Cette affaire traite d’histoire d’esclaves, et en cela je suis sûr que vous me comprendrez. (Attend, je dois placer un sous-entendu là ? Ton clin d’œil est bizarre tu sais…… Ah ok !) »

Il cligna de l’œil, bien trop en retard sur le timing mais bon : cela fera l’affaire !

« Quant à ma personne (tu pourrais essayer de te calmer un peu j’ai du mal à te comprendre Req’…), je me nomme Requiem Insomnium (t’a un nom de famille ? Je savais même pas.) et j’ai par le passé collaboré activement, avec votre père et votre grand-père, dans des affaires commerciales pour certaines marchandises ! (ouè… marchandises…) Ainsi, j’aimerais pouvoir parler avec vous de ces affaires afin de pouvoir, si le cœur vous en dit, perpétuer cette collaboration ! »

Reprenant une voix comme un air plus naturel pour un jeune de son age, Ludwig soupira un peu, et se tourna vers son interlocuteur d’un air satisfait.

« C’est bon il a finit, hheeuu je lui dis quoi du coup ? »

Cela avait beau être laborieux à chaque fois, Ludwig cherchait toujours à transcrire précisément. Il prenait une vois clair, imitait même ma pose parfois ! Il avait beau chercher à faire son idiot, il y mettait du siens. Et parfois même il imposait ses points de vu avec une violence un peu brute… J’en était encore tout chose… petit gamin apprend à parler sans hurler s’il te plaît… J’ai beau être sourd d’oreille mon cœur va finir par lâcher un jour… Et tu aurait accomplit un bien bel exploit ! Ah !
Oh pire, je pleure aussi vite que je ne me remet à rire !

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 26/10/2017
Localisation : Dans ton cul ! (si ce n'est dans le sien)
Voir le profil de l'utilisateur




Tyler Komiyada
Attention je grogne ! Et je griffe... parfois... si je vous jure u_u
Mer 15 Nov - 20:53
détails
Le titre est toujours trop long.
Mais c'est pas grave, on a fini Very Happy
ft. Requiem... enfin, Ludwig... mais Req' quand même.
Ʃkaemp はは ™️

Le jeune homme qui s'était présenté au manoir Komiyada était plein de surprises, vraiment. Ce dernier avait commencé à baragouiner un monologue étrange, comme s'il était possédé et qu'ils étaient plusieurs à parler à travers lui. Ce qui sembla se confirmer en peu de temps, celà dit, il ne emblait pas être possédé dans le sens où l'interlocuteur exterieur n'avait pas la capacité de parler directement à travers lui mais il semblait bien obligé de lui transmettre son message et c'était au jeune homme de me le retransmettre. La Situation était rocambolesque au possible, Tyler fût perturbé un moment mais il restait attentif aux dires du gamin, enfin, de son interlocuteur, enfin... bref.

Ce dernier se présentait sous le nom de Requiem Insomnium, ce nom disait vaguement, très vaguement quelque chose à Tyler, cela dit, rien de concret. Il avait peut être du voir ce nom en manipulant un vieux dossier dans les archives pendant qu'il reprenait l'entreprise familliale. Ce dernier avait donc traité avec Kawada autour du sujet de l'esclavage, tout y était pour intriguer Tyler, ça, c'était une certitude. Ce Requiem avait-il bénéficié de services quant à la traîte d'esclave par le père de Tyler? Après tout, ce dernier, bien que bon avec ses esclaves, en avait et n'avait rien contre le principe même de l'esclavage. Quant à Tyler, l'esclavage lui faisait horreur mais il était intrigué par une entrée en matière aussi... spectaculaire. Il savait donc qu'il n'avait qu'une option réelle, aller voir ce Requiem rapidement et comprendre en quoi consistaient les accords passés Kawada, afin d'y mettre un terme si ces derniers consernaient un commerce d'esclaves ou qui sait... peut être s'associer si il était un des rare à croire en la cause que défend bec et ongles Tyler.

Tyler prit donc le temps de s'entretenir légèrement avec Ludwig, afin de lui demander où il pourrait rencontrer son employeur et de lui demander comment il s'était rendu jusqu'à son manoir. Ce dernier lui expliqua dans ses pérégrinations, que Tyler déchiffrait avec peine tant ce dernier semblait se battre avec ses messages internes, qu'il pourrait retrouver Requiem au "Boner", dans le quartier est. C'était donc dans un bordel qu'il allait rencontrer son interlocuteur, quel rendez-vous charmant, vraiment. En plus d'un esclave, il risquait donc de rencontrer un maquereau, cette journée s'annonçait au combien intéressante. Il baragouina aussi à propos de sa venue, expliquant qu'il avait pris le bus, qui semblait toujours aussi peinible car toujours bondé et mal fâmé, puis qu'il avait dû marcher un long moment pour arriver jusqu'au manoir qui était très en retrait du quartier, il avait donc marché au moins une demie heure, si il avait un bon rythme de marche, le bus s'arrêtant environs au milieu du quartier résidentiel.

Notre homme d'affaire, humaniste, maître martial et lycanthrope de service invita Ludwig à transmettre son bon sentiment à son employeur, en ces termes, ainsi qu'à lui dire qu'ils arriveraient directement dans la foulée. Aussi, Tyler proposa au jeune homme de le ramener dans ce même voyage, directement en voiture. Ce dernier accepta après une brève hésitation, il semblait un peu gêné et ne maîtrisait vraissemblablement pas l'étiquette aristocratique, très codifiée et pleine de manières aussi exaspérantes qu'ennuyeuses. Tyler aimait avoir des contacts hors de la "haute sphère" de la société, les gens étaient tellement plus simples dans le "peuple", tellement plus francs. Néanmoins, il se réjouissait de son statut social, autant parce qu'il jouissait d'une vie facilité par sa richesse mais encore plus parce que son pouvoir lui permettait d'agir en force pour sa cause. Personne n'est plus discret qu'un homme qui se montre ouvertement. Il affirmait ouvertement sa position anti-esclavagisme, prenait des décisions phares dans son empire commercial, sanctionnait grandement les chefs qui osaient remettre en cause ses décisions, il était connu pour ses positions sur le sujet. Qui pouvait penser qu'il rejoindrait en plus une organisation rebelle? Un homme aussi connu et affirmé? Ce serait improbable, il serait immédiatement grillé. Un homme sous les projecteurs était définitivement le plus discret du monde.

Enfin, ils prirent ensemble la route vers le quartier est de la ville. Ludwig était un jeune homme sans le moindre doutes adorable, bien qu'il fût complètement perdu quand le moment venait à faire la conversation. Ce dernier posait quelques questions de façon gauche, maladroite, presque ridicule, tout cela avait au moins le mérite d'amuser et de faire sourire Tyler. Quoi qu'il découvrirait au Boner, au moins le trajet était agréable à vivre et ce jeune homme était au combien sympatiquement étrange. Il lui posait des questions sur son entreprise, enfin, il lui demandait plutôt de quel genre de "truc" il était "chef", ainsi qu'un bref passage sur la richesse de Tyler. Tyler prit donc le temps de lui expliquer sur quoi reposait son entreprise.

Cette dernière étant un empire famillial en parti hérité, fondé par son grand père, agrandi par son père puis maintenant, sur le point de prendre plus d'ampleur sous le contrôle de Tyler. En effet, Kawada avait fait évoluer le petit atelier de tisserand de son propre père en usine de production de tissus de luxe, puis avait ouvert une usine de cordonnerie où était produites des chaussures de qualité ainsi que d'autres pièces de maroquinerie fine. Ce fût Tyler qui prit la première décision de créer un tailleur qui profiterait des tissus les plus luxueux de l'entreprise, créant ainsi une source de revenue énorme et entrainant un entraint particulier de la haute caste, ses costumes s'arrachant et se faisant réserver longtemps en avance. Bientôt, un second magasin ouvrirait ses portes afin de pouvoir mieux satisfaire les demandes grandissantes de ses clients. Il confirma donc aussi la richesse que questionnait Ludwig, tout en précisant néanmoins qu'il avait comme point d'honneur de n'avoir aucun esclave ni à son manoir, ni dans aucun de ses ateliers. Toutes les personnes travaillant à son service étaient employés sous contrat et percevaient une rémunération en fonction de leur rôle, Tyler tenant à ce que toutes les personnes sous sa coupe puissent subvenir aux besoins posés par la vie. Aussi, tous les salaires dépassaient le montant minimum conseillé par les institutions, ce minima étant conseillé pour simplement donner un niveau suffisant de ressources pour survivre, en se nourrissant à peine à convenance et en se logeant dans des appartements assez pitoyables en tout points.

Enfin, ils arrivèrent au Boner, Tyler gara sa voiture quasiment devant l'endroit et descendit de cette dernière, prenant le temps de juger du regard la devanture de l'endroit. Après une grande inspiration, comme pour se donner du courage, il entra dans l'endroit et s'annonçat à l'accueil, en demandant à rencontrer ou à être conduit à Requiem Insomnium.

Hors-sujet.


▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

avatar
Messages : 47
Date d'inscription : 06/11/2017
Localisation : Dans le bureau de sa maison close en train de siroter un petit wis... ah non o-o
Gargouille
Voir le profil de l'utilisateur




Requiem
Gargouille
Mer 22 Nov - 5:58
[Suite du rp ici !]

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼






Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AG-Corporation :: Flood :: Corbeille :: Rps terminés-
Sauter vers: