RSS
RSS



 
N'oubliez pas qu'il y a le nouveau serveur du forum qui a été ouvert il y a peu, vous le trouverez alors en annonce sur l'ancien et aussi en cliquant sur le logo. Il y aussi le recensement, même si vous avez décidé de partir dite le nous quand même.

 :: Flood :: Corbeille :: Rps abandonnés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une intrusion ratée [Feat Akemi]

Seiichi Kazato
Messages : 39
Date d'inscription : 27/07/2017
True blood
Voir le profil de l'utilisateur




Seiichi Kazato
True blood
Ven 3 Nov - 11:03
Combien de jours ? Tu avais perdu le fil… Ta nouvelle condition t’offrait de nombreux avantages, puisque tu étais MORT !
Juste à cette pensée, tu sens ton cœur te serrer. Peu importe ce qu’aurait fait Carla, tu serais définitivement mort ! Alors arrête ! Arrête de lui en vouloir ! Tu as de la chance d’être en « vie » finalement.
Comme plusieurs fois depuis tes premières minutes de transformation, tu viens poser ta main sur ton cœur, espérant désespérément de le sentir à nouveau battre… Mais ce geste… Tu l’as déjà fait combien de fois ? Vingt fois ? Cinquante fois ? Cent fois ? Même plus peut-être ? C’en était presque devenu un trouble obsessionnel compulsif… Et comme à chaque fois, tu serres ton poing, agrippant le tissu sous tes doigts et le froissant. Tu n’arrivais pas à t’y faire. Pourtant tu savais que c’était bien vrai…
Tu étais devenu un True Blood… Un mort-vivant buveur de sang… Tu regardes tes mains, et serres les poings. Et tu étais bien devenu un monstre… Avoir eu des paroles aussi cruelles envers celle qui t’avait sauvé… Et surtout, laisser les choses telles qu’elles sont actuellement… À savoir, vous être séparés sans que tu aies eu le temps de t’expliquer. En même temps, lui avoir craché au visage qu’elle a fait de toi un monstre, alors qu’elle t’a transformé comme elle… N’importe qui l’aurait mal pris… Surtout après trois ans à vivre ensemble… Elle devait se demander si tu l’as toujours considérée comme un monstre, et pourquoi tu avais enduré sa présence sans rien dire durant tout ce temps… Enfin, elle te l’avait demandé, sans te laisser l’occasion de lui répondre… Tu espérais juste que dans son esprit elle comprenne que tu ne parlais pas d’elle… Vraiment, qu’un abruti…

Tu sors de ta ruelle en grognant. Tu avais faim… La nourriture des vivants te contentait, mais vraiment peu… Ta soif de sang était présente, et te prenait encore et toujours à la gorge. Depuis ta transformation, tu n’avais pas bu de sang. Tu ne voulais pas… Si tu devais boire du sang, tu voulais le faire comme ta maîtresse… Avec le respect de l’autre, et avec la volonté de ne pas le vider de son sang… Tu te sens un peu affaibli à cause de cette sensation de soif, que rien d’autre que ce liquide vermeil chaud ne peut étancher… Tu t’arrêtes devant un kiosque en soupirant, et prends le premier journal sans même savoir ce que tu as saisis. Tu veux juste un quotidien… Tu veux juste celui d’aujourd’hui pour voir la date… On est le 29… Treize jours… Ça fait maintenant treize jours que tu t’étais enfuie. Tu ne voulais pas la revoir… Ton cœur se serre, ou du moins ton esprit qui te le fait croire. Ton cerveau était sans dessus-dessous, ta soif n’aidait pas, et tes sentiments étaient partagés…
En trois ans, tu la connais Carla… Du moins, un peu par rapport à sa longue vie… Mais tu la connais, elle n’a jamais été fausse avec toi. Enfin, elle ne t’a jamais menti sur la façon dont elle voyait votre relation. Maîtresse et esclave ? Non, vous étiez amis. Elle ne t’a jamais rien imposé, sauf d’éprouvants ébats. Mais elle t’a toujours bien traitée, et tu étais libre de tes faits et gestes. C’était surtout pour te protéger d’Alexis… Alors pourquoi ? Pourquoi avait-elle outrepassé ses droits pour te transformer ? Tu repenses à la dernière phrase qu’elle t’a hurlé à la gueule… Juste d’y penser, ta gorge se noue et tu sens les larmes monter. Elle t’avait donné une chance de revoir Nanako… Mais ce n’est pas ce qu’elle t’a dit. Ses mots faisaient encore écho dans ton esprit… « POUR QUE TU PUISSES REVOIR CETTE FILLE QUI A LA CHANCE D’AVOIR TON CŒUR ! »… Qu’est-ce que tu étais censé y comprendre ? Qu’elle jalousait le fait que tu sois amoureux de Nanako ? Alors qu’elle a toujours été celle qui a repoussé le moindre élan de romantisme que tu pouvais avoir envers elle. Peut-être parce que tu n’étais pas « sincère » ? Elle avait dû le voir à quel point tu étais amoureux de Nanako. Mais tu voulais vraiment rendre Carla heureuse… Tu ne comptais plus le nombre de fois où elle s’était plainte de ne pas avoir le droit d’aimer, mais malgré tout, tu avais essayé de lui remonter le moral comme tu pouvais… Mais sans résultat, si ce n’était l’impression de la rendre un peu plus triste. Donc pourquoi elle t’aurait sauvé ?

« Pour ne pas te perdre ? » te souffle une petite voix au fond de ton crâne. Foutaise ! Tu lui avais dit que tu ne voulais pas devenir un suceur de sang ! La raison ? Elle tient un mot : Alexis. Juste l’idée de savoir qu’il court après Carla t’énerve ! Il s’est servi de toi comme d’un bouquet de fleurs ou une boîte de chocolats à offrir à la demoiselle… Cette enflure… Il avait tué tes parents et t’avait crevé un œil et percé le flanc pour s’amuser, avant de te laisser à sa dulcinée. Comment elle voulait que t’aies envie de ressembler à ça ? Donc oui, pour toi ce connard est un monstre. Oui tu le hais, et oui tu rêves de lui faire payer. En fait, pour lui, tout ce qui n’était pas True Blood était méprisable… Tout l’inverse de la jeune vieille rousse qui t’as SAUVÉ LA PEAU !

Rha, putain de conscience ! Pour elle ne pouvait pas te laisser la détester tranquillement de t’avoir transformé ? Ou t’écraser totalement pour faire en sorte que tu ne lui en veuilles plus ? Durant tous ces jours, depuis ta transformation – et depuis votre brutale séparation – tu réfléchissais encore et encore… Mais non ! Une conscience, c’est pas pour te guider ! C’est des foutaises ça ! Une conscience c’est là pour te torturer l’esprit sans cesse… C’est tout ! C’est pas elle qui va te faire faire un choix imbécile ! Pardonne-lui ou haïs-la ! Et si tu y arrives pas, confronte-la !

Tu regardes tes vêtements en soupirant, et ton petit sac. Après la dispute, tu avais couru jusqu’à l’appartement. En fait, tu étais même surpris que Carla n’y soit pas avant toi, parce que t’avais dégusté le temps que tes blessures se remettent… Une fois arrivé au domicile de la True Blood et de le Gargouille, tu t’étais douché rapidement pour enlever le sang, avait récupéré le peu de thune que tu avais, et avais pris un petit sac et quelques vêtements… Tu n’avais nulle part où aller, tu n’allais pas prendre toutes tes affaires…
Depuis, ta vie avait été itinérante… Tu avais essayé de travailler, mais ta nouvelle condition ne t’aidait pas… Une nouvelle force que tu ne maîtrisais pas… Une soif qui te serre la gorge et qui te rends encore plus irascible… Un cerveau qui ne voulait pas te laisser en paix, alors que c’est tout ce qu’attend un mort normalement… Bref, après le massacre qu’a été le premier emploi, où tu as eu de la chance qu’il te vire sans te faire payer la casse. A partir de là, tout avait été plus compliqué… Tu n’osais plus approcher de personne par peur de leur sauter à la gorge ou de leur faire du mal… Tu faisais tout ton possible pour limiter les contacts. Tu as passé quelques jours à dormir dans la rue, tu privilégiais les ruelles malfamées où personnes n’allaient, ou escaladais des bâtiments pour te cacher sur les toits… Tes maigres finances ne permettant pas de te payer un hôtel moisi trop longtemps, tu te contentes de vivre dehors, et de te prendre une chambre tous les deux ou trois jours pour aller te doucher et profiter du service de lavage des vêtements, mais c’était dur… Pour dire la vérité, maintenant, t’avais plus un rond… Et la situation commençait à être critique, mais bon… T’avais plus trop le choix…

Tu avais pris ton courage à deux mains, et t’étais dirigé vers l’appartement en plein milieu de la journée. Marek devait bosser normalement, et tu ne sentais pas l’odeur de Carla… Donc elle ne devait pas être là. C’était ta chance !
Tu te faufiles rapidement à l’intérieur et rentres discrètement. Tu allais en profiter. Tu as besoin d’une bonne douche, clairement… Ton pantalon noir avait des traces de poussières, t’avais perdu le bandeau qui tenait tes cheveux en arrière, donc ton visage était un peu plus caché. Ton t-shirt gris est abimé à deux trois endroits… Tu as sans doute réussi à t’accrocher en grimpant pour t’isoler dormir… Bref, tu ferais pitié aux locataires de ces lieux s’ils te voyaient…
Bref, t’avais besoin d’une douche, et de prendre de nouvelles affaires à toi, t’aurais jamais le temps de faire une lessive de tes vêtements… Par contre, tu devrais avoir amplement le temps de faire ce que tu voulais avant que quelqu’un ne revienne.
Tu évolues en silence dans le couloir avant de froncer les sourcils. Tu ne maîtrises pas encore tes capacités de suceur de sang, donc tu n’es pas sûr de ce que tu ressens, mais tu as comme l’impression de ressentir quatre odeurs… Celle de Carla, tu la connais, c’est la première que tu as sentis lors de ton nouvel éveil… Une qui est très légère, ça doit être la tienne qui s’efface depuis ton départ… Une autre très présente, sans doute celle de Marek… Mais la quatrième ? Tu ne la connais pas… Peut-être un des amants de la True Blood ? Non, impossible. Elle n’a jamais amené personne par respect pour Marek… Mais dans ce cas, quelle est cette odeur ? Dans tous les cas, tu recommences à te faire silencieux, et tu te dépêches d’aller dans la chambre de Carla, espérant qu’elle n’avait pas balancé toutes tes affaires suite à votre dispute.
Te glissant telle une ombre, tu entres dans la chambre en fermant doucement la porte derrière toi, et te diriges vers le placard. Super ! Tes affaires sont toujours là. Enfin « super »… Oui, tu es content de retrouver tes affaires. Mais du coup, ton crâne se bourre d’interrogations, te faisant perdre de précieuses secondes. Pourquoi ? Pourquoi Carla avait-elle gardé tes affaires après ce que vous vous étiez dit ? Est-ce que, malgré tes paroles qui l’avaient blessée, elle espérait un retour de ta part ? Dans tous les cas, tu restes comme un con devant le placard ouvert, totalement concentré sur tes réflexions avant de te mettre à fouiller de manière lente, regardant chacun de tes vêtements plus mollement que tu ne voudrais. Tes interrogations te prennent tellement la tête que tu ne fais même pas attention à ce qu’il pouvait se passer autour de toi.

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

avatar





Invité
Invité
Ven 3 Nov - 16:30


Une intrusion ratée
★ Avec Seiichi Kazato




Cela faisait 3 jours que Carla avait sorti Akemi de l’animalerie mais dès le lendemain matin la jeune femme ne restait pas à l’appartement, laissant l'hybride seul. Elle se sentait seule durant les journées ou presque personne n’était là, l’appartement paraissait encore plus grand quand elle s’y retrouvait seule. Elle avait passé deux jours à découvrir l’appartement, elle s’était promené un peu partout sauf dans la chambre de Marek, elle n’avait pas à y mettre les pieds. La plupart du temps, elle restait assise sur le bord de la fenêtre à regarder dehors, la queue ondulant légèrement et quelquefois un soupiré franchissait ses lèvres, elle n’osait pas encore sortir seule de l’appartement de peur de se perdre. Elle ne voyait Carla que quand celle-ci rentrait le soir, elle partait directe se coucher et le fennec la suivait, ayant décidé de dormir avec elle pour lui servir de doudou et pour qu’elle se sente moins seule. Ce matin-là, Carla était déjà parti depuis un moment quand la jeune fille se réveilla en baillant, elle s’étira doucement et alla prendre une longue douche chaude dans la salle de bain. Akemi adorait la chaleur et encore plus l’eau chaude, une fois propre elle s’habilla d’un pyjama, ne sortant pas elle avait mis un débardeur et un mini short par-dessus ses sous-vêtements, elle ne voyait pas l’intérêt de s’habiller pour ne pas aller dehors.

Une fois habiller, elle marcha pieds nus dans l’appartement en se dirigeant vers la cuisine, elle avait demandé à sa maîtresse si elle pouvait faire de la pâtisserie et celle-ci n’avait pas refusé. Le fennec voyait bien que la jeune femme était assez déprimée, le jour de son adoption l’hybride l’avait ressenti et depuis cette peine n’avait pas quitté la jeune femme. Pour essayer de lui remonter le moral, l’hybride s’était dit qu’elle pouvait lui faire sa pâtisserie préférer, même si elle était presque sûre que ça n’allait pas vraiment marcher, mais bon elle ne savait pas vraiment quoi faire et se sentait inutile. Elle avait grandi avec l’éducation qu’un esclave devait rendre son maître heureux et malgré ce qu’elle faisait ce n’était pas le cas, elle savait aussi que si sa maîtresse était malheureuse ce n’était pas de sa faute mais cela restait déprimant. Rien qu’en y pensant, la jeune fille baissa ses longues oreilles tout en commençant la pâte pour faire la tarte, cela prit un certain temps mais une fois la pâte faite, elle devait reposer un moment. Akemi mit dans la pâte dans un bol et le recouvrit d’un essuie, elle fit la vaisselle de ce qu’elle avait déjà Sali et rangea ce dont elle n’avait plus besoin et alla se poser dans un coin de la pièce sans faire de bruit.

Elle piqua un peu du nez et s’assoupit sur la chaise, elle rêva doucement de sa vie en général, de quand elle était enfant, elle ne se rappelait pas d’une seule personne à qui elle avait vraiment tenu dans sa vie. Elle ne se souvenait pas non plus qu’on ait pu un jour réellement l’aimer ou tenir à elle, tout ce dont elle se souvenait c’était des cours de dressage qu’elle avait suivis pour être sûr qu’elle soit bien sage quand elle se ferait acheter. Mais elle n’avait pas non plus de quoi faire des cauchemars et de se plaindre de la vie qu’elle avait menée jusqu’à présent, elle n’avait pas vécu de chose traumatisante. Elle faillit tomber de la chaise ou elle était assise et se réveilla en sursaut, elle frissonna, Il faisait un peu froid dans l’appartement et elle ne voulait pas abuser sur le chauffage, alors elle retourna dans la chambre. Elle voulait mettre un pull et un pantalon de training, mettre un pyjama si fin n’avait pas été une bonne idée, une fois arrivée dans la chambre elle se stoppa net, voyant un homme fouiller et enlever des vêtements de l’armoire de sa maitresse. Elle pointa ses oreilles vers l’arrière mécontent et grogna assez fort pour qu’il l’entende, elle prit la première chaussure où lui tombait sous la main et la lança sur l’homme en visant la tête.

- Vous croyez que vous pouvez entrer chez ma maîtresse et essayer de la voler comme si de rien n’était ! Dégager !

Elle continuait de prendre des chaussures qui lui tombaient sous la main et les balançait à la tête du jeune homme pendant qu’elle grognait prête à mordre l’intrus. Si elle ne s’était pas assoupi, elle l’aurait entendu plutôt, elle s’en voulait un peu de l’avoir laissé entré si facilement dans l’appartement.


To be continued ...


© Never-Utopia

Seiichi Kazato
Messages : 39
Date d'inscription : 27/07/2017
True blood
Voir le profil de l'utilisateur




Seiichi Kazato
True blood
Mar 7 Nov - 17:58
Tu tries tes affaires, récupérant de nouveaux hauts et de nouveau pantalon. Tu avais acheté un nouveau sac à dos, plus grand, pour contenir plus d’affaires. En réfléchissant à pourquoi Carla avait gardé ça, tu songes un instant qu’elle aurait pu les filer à Marek, mais c’était totalement absurde. Jamais elle n’aurait l’affront de faire ça… C’est qu’elle espérait ton retour ? C’est pas prêt d’arriver… Tu fourres ton sac sans faire réellement attention à tout ce qui t’entoure… A tel point que tu ne réalises même pas l’entrée d’une personne inconnue dans la pièce, ni même le grognement, qui pourtant retentit bruyamment dans la chambre silencieuse. Ce n’est que quand tu te prends une chaussure dans la tempe que tu réalises ne pas être seul…

Merde, Carla est là… Tu te figes un instant en sentant l’odeur, très similaire à celle que tu avais sentis en arrivant, alors que l’avertissement de la voix féminine te fait te crisper. Par réflexe sous la pluie de chaussures, tu baisses la tête, et la protège de tes bras, avant de te retourner rapidement, et de dévier chaque chaussure qui fonce sur toi du dos de la main. Ces nouvelles capacités étaient tout de même incroyablement pratiques. Tu avais encore du mal à les maîtriser, mais dans tous les cas, il y a une chose qui est innée, la coordination entre la vue et le mouvement. Tu pouvais réagir plus rapidement, et ainsi arrêter de t’en prendre plein la gueule avec ces chaussures.

Tu la laisses faire jusqu’à ce qu’elle soit à court de chaussures pour bouger, et détaille mon adversaire en m’approchant d’elle, les poings serrés. Cette odeur était clairement la quatrième que j’avais identifiée, et qui sentait dans l’appartement. Et elle avait bien employé le terme « ma maîtresse ». Donc elle faisait clairement référence à Carla… Tu bouges rapidement pour fondre sur elle comme une ombre, et plaque au mur pour la détailler, une main lui tenant un poignet et l’autre posée sur son épaule, alors que ton œil bleu vire au rouge brillant. Une hybride… Tu ne reconnais pas l’espèce, mais c’est une jeune blonde aux mèches déstructurées, aux grandes oreilles pointue. Elle est vêtue légèrement, un débardeur et un minishort qui mettent en valeur ses courbes féminines, mais clairement, tu n’en avais rien à foutre. Ta soif te tiraille depuis des jours et des jours, et tu refusais de te nourrir du sang d’humains ou autre, et là tu réalises que la True Blood n’avait pas mis bien longtemps à te remplacer. Déjà que t’es pas facile à vivre, et que ton manque de sang te rendais encore plus irascible, alors te rendre compte de ça, autant dire que toute trace d’amabilité s’était fait la malle.

Tu te places de manière à ce que tout éventuel coup de genoux ne puisse arriver que dans ta cuisse en pivotant légèrement alors que tu grondes sans retenue à la jeune femme en la fixant de mon œil valide.


« Ta maîtresse ? »

Putain, juste dire ça t’arrache la gorge et te fais gronder un peu plus fort. Ton interlocutrice avait beau agir comme un animal à te menacer depuis toute à l’heure, tu étais un True Blood, et ton placement dans la chaîne alimentaire été plus élevé que celui d’une hybride, même si tu ne lui feras rien. Juste lui montrer que toi aussi tu peux te montrer menaçant et prêt à mordre, même si tu donneras plus l’impression d’un chien en laisse qui aboie mais qui ne mord pas une fois lâché. Toujours en rogne, tu détailles la blonde, et marmonne plus pour toi-même.

« Elle perd pas de temps… Sitôt perdu, sitôt remplacé… Au moins, le message est clair, il n’y aura plus besoin de moi… »

Tu sens que tu commences à serrer un peu trop les poignets de la pauvre hybride, ta colère te faisant perdre le peu de contrôle que tu as sur ta force nouvellement acquise, et la lâche en reculant rapidement de quelques pas.

« Pour te répondre, oui je rentre comme si de rien n’était. Et non, je ne la vole pas, elle n’a pas besoin de vêtements d’hommes. Surtout plus des miens. »

C’est vrai, elle en avait rien à foutre, après tout, elle t’a donné pour seul conseil de t’enfermer et de ne tuer personne. Du coup tu te démerdes comme tu peux. Et te nourrir uniquement comme un humain était la seule solution que tu avais… Sauf que ça n’apaisait rien, et que tu souffrais intérieurement de ce manque. Tu serres les dents en retournant remplir le sac, et lances à l’hybride derrière toi.

« Je te déconseille d’appeler à l’aide… Marek viendrait et râlerait… Et si Carla est en bas, elle ne viendra pas… Donc laisse-moi prendre ce qu’il me faut… s’il te plait… »

Tu dis ça, mais c’est surtout que tu espérais ne pas la voir. Tu ne voulais pas. Tu n’étais pas encore capable de la voir… Tu trembles et baisses la tête en te jugeant tellement faible. Les torts sont partagés, mais tu n’arrives pas à lui pardonner. Et en même temps, tu voudrais juste la retrouver et la consoler… Tu restes devant l’armoire, le sac en main, à réfléchir pour faire vite.

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

avatar





Invité
Invité
Mar 7 Nov - 23:31


Une intrusion ratée
★ Avec Seiichi Kazato




Balançant toutes les chaussures que la jeune fille avait à dispositions elle remarqua qu’après la première qui l’avait touché à la tempe, l’intrus se protégeait à présent la tête de ses bras, une fois à court de munitions, elle le vit se lever et s’approcher les poings serrer mais ce qui la surprise c’est la couleur de son œil qui changea de couleur. Elle n’avait vu cela que chez Carla quand elle l’avait mordu dans la ruelle à la sortie de l’animalerie, elle se demandait si lui aussi avait envie de sang mais elle ne le connaissait pas. En pleine réflexion, elle fut plaquée contre le mur, elle grimaça un peu il avait beaucoup de force, elle devait l’avouer mais n’était pas étonnée, il avait l’air d’être comme sa maîtresse. Il avait même pensé à bloquer tous les futurs coups qu’elle aurait pu lui donner, il était intelligent apparemment, elle le regardait et remarqua qu’il la détaillait mais cela ne la dérangeait pas, son regard n’était pas lubrique. Akemi lit de la douleur sur le visage du jeune homme surtout quand il répéta le mot maitresse c’est comme s’il avait compris de qui parlait la jeune fille pourtant, elle n’avait pas dit le nom de sa maîtresse.

Le fennec entendit le jeune homme gronder bien plus fort après les deux mots qu’il avait prononcés, Akemi restait calme, elle n’avait pas peur de lui, s’il avait voulu la tuée il l’aurait déjà fait puis, elle n’avait pas peur des True Blood. Oui inconsciemment, elle n’avait peur de rien ce qui n’était pas forcément une bonne chose mais de plus elle avait remarqué qu’il fouillait dans les vêtements du gars qui avait blessé Carla donc il devait être cette personne mais elle ne pouvait pas en être sur avec si peu de détails. Quand il commença à marmonner Akemi écouta ce qu’il disait même s’il ne lui parlait pas spécialement et elle eut la confirmation qu’il s’agissait bien de Seiichi, l’ancien esclave, enfin, ami de Carla. Il pensait qu’elle n’avait plus besoin de lui alors que l’hybride savait qu’il manquait beaucoup à la suceuse de sang et pendant qu’il disait cela, la jeune fille sentait les mains du jeune homme se resserrer avec force sur elle, c’est sur elle allait avoir des bleus, elle grimaça et serra les dents mais se contenta de le regarder dans les yeux d’un air doux comme à son habitude.

Le borgne prit à nouveau la parole et dit que pour répondre à sa question, oui il entrait comme si de rien n’était et qu’il ne voulait rien vu que c'était ses affaires, ce qui confirma un peu plus ce que se disait le fennec. Elle le regarda le jeune homme qui l’avait lâché un peu plus tôt et qui avait reculé de quelques pas, elle se massa le poignet endolori et le regardait encore, il s’était remis à remplir le sac. Il reprit la parole en disant qu’il lui déconseillait d’appeler à l’aide mais de toute manière elle était seule, elle s’approcha et l’aida à faire son sac, autant se rendre utile, elle le regardait et pouvait lire autant sa peine que chez Carla. Tu le voyais trembler, elle voyait qu’il n’était pas bien et qu’en plus il avait l’air de ne pas avoir bu de sang depuis un certain temps, elle était tentée de lui dire qu’il pouvait boire du sien mais de ce qu’en avait dit Carla, il refuserait à coup sûr, elle le regardait et baissait les oreilles, elle se sentait triste pour lui ses oreilles basses le montraient.

- Seiichi, je ne l’appellerais pas et elle ne rentrera pas avant très tard ce soir, c’est ce qu’elle fait depuis ton départ et depuis mon adoption. Elle ne t'a pas remplacé quoi que tu en penses, je pense qu’elle m’a adopté uniquement parce qu’elle avait besoin de compagnie et qu’elle pensait que tu ne voudrais plus la revoir.

Elle le regardait dans les yeux les oreilles toujours basses, elle l’aidait à ranger ses vêtements doucement, ce n’est pas qu’elle voulait qu’il parte au plus vite mais elle voulait lui montrer qu’elle n’avait rien contre lui et qu’elle voulait simplement l’aider. Elle le fixa et sentait qu’il se sentait perdu et très triste.

- Tu es comme elle, on dirait que vous ressentez la même douleur à l’égard l’un de l’autre et je trouve cela triste de perdre une personne à qui l’on tient pour des broutilles. Certes tu es devenu ce qui te rebute le mieux mais montres-toi intelligent et prouve qu’il peut exister des gens comme toi qui ne se comporte pas comme des monstres. Viens on va manger un peu de pâtisserie et parler de ce que tu as sur le cœur.

Akemi se leva redressa les oreilles et sourit de tout son cœur au jeune homme devant elle, elle était sincère avec lui et sa proposition était tout naturelle pour elle, elle n’avait rien contre lui, au contraire elle savait qu’il n’était pas méchant.

- S’il te faut un peu de sang, je peux t’en donner, ne le refuse pas, ça se voit que tu en as besoin tu sais. Je m'appelle Akemi au fait.


To be continued ...


© Never-Utopia

Seiichi Kazato
Messages : 39
Date d'inscription : 27/07/2017
True blood
Voir le profil de l'utilisateur




Seiichi Kazato
True blood
Ven 10 Nov - 17:35
Alors que tu recommences à remplir ton sac toujours aussi mollement, tu essayes de penser  à autre chose que Carla, alors que sa chambre et son placard te rappellent sans cesse son délicieux parfum… Première odeur que tu as eu le droit de sentir en te réveillant pour la première fois sous ta nouvelle condition. Tu te mords brutalement la joue pour te faire arrêter d’y penser, et perds le fil de ce que tu avais mis dans ton sac. Tu inspires profondément, et réalises que l’odeur de l’hybride est toujours très présente et qu’elle n’avait pas quitté la pièce quand tu l’as lâchée…

C’était qui cette gamine ? Tu es bien plus haut sur la chaîne alimentaire, et depuis ta transformation la plupart des animaux te fuient, il en va de même pour les hybrides et les furys que tu as croisés qui faisaient tout pour se dissimuler, quitte à changer de trottoir. Les animaux étaient peut-être plus sensibles à ta soif de sang, et à ta mauvaise humeur générale à cause de ton état ? Dans tous les cas, ils évitaient de me regarder et tu pouvais sentir cette désagréable odeur de peur… Mais elle, même en lui grognant dessus, même en étant réellement en colère, au point de te laisser dépasser par ton instinct de maillon fort dans la chaîne alimentaire, elle n’avait rien fait. Elle était restée totalement calme, à te regarder sans la moindre once de peur… Carla avait déjà dû lui parler d’elle et de ce qu’elle était, c’était la première chose qu’elle avait fait avec toi, même si ça avait instauré un climat de méfiance et de colère les premiers temps. C’est sans doute parce qu’elle a déjà fait face à la True Blood qu’elle était aussi calme. Ou alors, c’est juste une putain d’inconsciente ? Dans tous les cas, elle n’avait pas bronché, elle t’avait même regardé avec un air doux alors que tu avais resserré ta prise par la colère. Tu t’en voulais d’avoir passé une part de ta colère sur elle, elle n’y est pour rien si tu as blessé Carla, et si elle t’a remplacé par quelqu’un qui a l’air infiniment plus gentil que toi… Tu serres les dents en tremblant à cette pensée, et regarde ton sac, ton œil étant repassé à son bleu normal maintenant que tu t’étais calmé…

Tu es tiré de ta réflexion en sentant à nouveau cette odeur près de toi, et tourne la tête en voyant la nouvelle esclave de Carla t’aider à faire ton sac avant de te regarder.

Casse-toi vite, c’est ça ?

Tu aurais pu le croire, c’est sûr… Sauf que ses oreilles basses te font comprendre que c’est tout autre chose… Elle t’aidait parce qu’elle savait que c’était dur, et que c’était ce que toi tu voulais… Et ses paroles te font serrer les dents et trembler. Elle lui avait parlé de toi ? Visiblement vu qu’elle connait ton nom…
Carla n’était pas à la boutique, et elle rentrait tard ? Dans un sens ça te soulage, tu sais que tu ne la croiseras pas ce soir en tout cas. D’après la jeune hybride, elle ne t’a pas remplacé, et qu’elle l’avait adoptée juste pour avoir de la compagnie vu que tu n’es plus là, et surtout qu’elle pensait que tu ne voudrais plus la revoir… Et elle pensait bien ! Enfin… C’est pas que tu ne veux plus la revoir, c’est qu’après tes mots, tu ne te sens plus capable de lui faire face sans avoir honte de ce que tu as dit. Tu fuis rapidement le regard de la blonde qui continuait à t’aider. Qu’est-ce que tu devais répondre à ça ? Enfin, peu importe, de toute manière tu ne comptais pas répondre… Tu te débrouillerais seul, et la remercierais une fois ton sac prêt. Tu essayes de faire fi de son regard, elle te fixait alors que tu ne savais pas ce que tu voulais. Tu voulais tout et son contraire… Tu voulais retrouver Carla, et en même temps tu avais honte de tout… De ce que tu lui avais dit… De ce que tu étais devenu par sa faute… De lui en vouloir alors qu’elle t’a sauvé la vie… Tu récupères d’autres affaires, finissant de remplir ton sac et baisses la tête en entendant la demoiselle te dire qu’elle trouvait des similitudes dans les douleurs que Carla et toi ressentiez… On lit en toi comme dans un livre ouvert... En même temps, tu n’étais pas du genre à savoir cacher tes sentiments quand ça n’allait pas, et clairement vouloir partir comme ça te foutait un peu plus en vrac en prenant en compte tout ce que tu avais en tête déjà.
Elle te dit qu’elle trouvait triste perdre une personne à laquelle on tient pour des broutilles… Tu grondes à ces mots. Des broutilles ? Elle se fout de toi ? Qu’est-ce qu’elle en sait ? Tu fronces les sourcils quand elle continue. La suceuse de de sang n’avait pas minimisé les faits… Elle lui avait visiblement dit la haine que tu vouais aux True Blood, et plus particulièrement à un d’entre eux. Et elle, cette fille qui ne te connait qu’aux travers des mots de Carla, qui avait dû entendre les mots cruel que tu lui avais craché au visage. Et c’est quand elle te dit de prouver, par ton comportement, qu’il peut exister des personnes, des buveurs de sang, comme toi, qui n’agissent pas comme des monstres que tu sais qu’elle lui a tout raconté… Tu trembles de plus belle en baissant la tête, cherchant à fuir son regard… Oui, vu la réflexion, Carla avait dû lui dire. Ces mots chargés de haines qui n’étaient pourtant pas tournés contre elle, mais que tu lui as hurlé au visage…

Tu restes la tête baissée à son invitation. Manger de la pâtisserie et parler de ce que tu as sur le cœur… Est-ce que tu t’en sens capable ? Est-ce que tu es seulement capable de tenir une discussion sans t’énerver et sans perdre ton sang-froid… Ironique pour un être dont justement le sang est devenu glacial… Une larme coule sur ta joue alors que tu regardes à l’opposé de la jeune femme, ne voulant pas lui montrer à quel point tout ça t’affecte vraiment. La peine de ta maîtresse était-elle vraiment aussi grande que celle que tu ressentais au fond de toi ? Est-ce que ce n’est pas juste de la colère face à ta réaction ? Tu ne sais pas… Tu ne sais pas du tout quoi penser… Tu avais du mal à te dire ami avec elle, alors qu’elle t’a totalement imposé cette situation… Mais tu ne voulais pas ne plus rien être pour elle. Même juste te définir comme étant son esclave te permettait de tenir un semblant de relation avec elle… Au moins, ça permettait d’y aller progressivement. D’ami à esclave… D’esclave à plus rien… Ça minimiserait votre souffrance à tous les deux, non ?

Tu commences à te relever, fermant ton sac, avant de te crisper à sa proposition. Tu grondes fortement, et la regardes, ton œil ne brillant plus depuis un moment.


« Hors de question ! Je ne boirais pas de sang ! Je le sais, et je préfère encore agoniser ! »

Tu n’as jamais bu de sang, tu ne savais pas comment faire… Enfin, si, tu sentais tes crocs te pousser, donc instinctivement tu savais comment boire le sang… Mais ce que tu ne savais pas, c’est si tu seras capable de t’arrêter avant de laisser ta pauvre victime exsangue… Et ça, c’était une chose que tu te refusais de faire… Carla t’en voudrait si tu décimais la population à cause de ta faim… Donc tu ne mangeras pas. Tu voulais pouvoir lui dire, droit dans les yeux, que tu n’avais fait de mal à personne... Que tu avais tenu sans faire couler le sang… et ce peu importe l’état dans lequel tu finirais. Tu la regardes avec détermination, les dents serrées.

« Peu importe à quel point je souffre du manque de sang, je ne boirais pas ! »

Tu soutiens son regard bleu. Jamais. Jamais… Pas tant que tu ne sauras pas boire avec respect. Tu serres les poings en tenant ton sac, tremblant de sentir la soif te tirailler ainsi. Tu finis par baisser la tête, pas encore calmé, mais t’en voulant de t’emporter ainsi, alors qu’elle ne propose ça que pour ton bien.

« Désolé... Je vois bien que tu essayes de m’aider… Mais pas de sang… S’il te plait. Je préfère un café, et une pâtisserie... pour parler... »

T’en voulant encore, tu baisses la tête en attrapant ton sac, et passes devant elle pour quitter la chambre, et de t’arrêter dans le couloir avant de regarder en direction du salon, puis de la salle de bain.

« Dis… Vu qu’ils ne sont pas là… Tu penses que je peux utiliser la salle d’eau ? J’aurai besoin d’une bonne douche… »

C’est pas que ça faisait deux ou trois jours que tu dormais dehors, mais c’était pour ça que tu avais décidé de revenir durant au moins l’absence de Carla… A l’origine, tu voulais prendre de nouvelles affaires et une douche avant de redisparaître…

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

avatar





Invité
Invité
Sam 11 Nov - 13:45


Une intrusion ratée
★ Avec Seiichi Kazato




Akemi regardait le jeune homme et ressentait sa tristesse comme et cela la rendait triste elle-même, le jeune homme gardait la tête baissé, elle avait l’impression d’avoir dit une bêtise mais quand il se releva quand elle lui avait proposé du sens elle entendit un grondement venir du jeune homme et cela ne la fit même pas tiquer. Il s’énerva un peu en disant qu’il était hors de question qui boit du sang et qu’il préférait agoniser, elle le regardait et le regardait sans rien dit, il ajouta que peu importe à quel point il souffrait du manque de sang il ne le boirait pas. Mais le fennec se posait des questions, est-ce que c’était par peur qu’il ne voulait pas boire de sang ou qu’il ne voulait pas en boire du tout, elle hésitait mais ne lui demanda pas de suite, quand il se mettrait à parler, elle le lui demanderait à ce moment-là. Elle le regardait toujours et l’entendu s’excuser, il disait qu’il voyait bien qu’elle essayer de l’aider mais il ne voulait vraiment pas de sang, il préférait un café et une pâtisserie pour parler, c’était déjà une bonne chose. Elle le regardait et lui sourit le laissant passer devant elle, elle regardait son dos, le regardant s’éloigner dans le couloir avant qu’il ne regarde en direction du salon et de la salle de bain.

Elle le regardait en s’approchant de lui, il demanda s’il pouvait prendre une douche vu qu’il n’y avait personne, elle bougea ses oreilles et sourit tendrement, elle le comprenait et puis autant qu’il en profite si elle se faisait gronder par Carla pour l’avoir laissé faire ce ne serait pas grave. Akemi ne saurait pas laisser quelqu’un dans le besoin, ni même laisser quelqu’un que sa maîtresse aime, elle continuait de le regarder sans aucune  animosité. Elle avait tout de même une question à lui poser et c’était important pour après, elle ne savait pas quel genre de pâtisserie il aimait et elle préférait toujours le demander, ça pouvait redonner un peu le moral à manger ce qu’on aimait. Et elle trouvait qu’il avait besoin de se changer un peu les idées et surtout elle voulait lui redonner un peu le moral, elle sait qu’elle n’était rien pour lui, qu’elle était une étrangère mais ça lui brisait le cœur de le voir ainsi. Intérieurement la jeune fille espérait que la pâtisserie et parler lui ferait un peu de bien, elle lui sourit et lui répondit.

- Oui va prendre un bain, une douche, ce que tu veux. Je t’attendrais dans la cuisine, dis-moi, qu’est-ce que tu aimes comme pâtisserie ? J’aimerais faire ce que tu aimes, je trouve ça plus agréable que de faire une pâtisserie que tu n’aimerais pas.

Elle lui sourit et repartit dans la cuisine une fois qu’elle eut sa réponse et commença à préparer ce qu’il lui avait dit, elle se mit à chantonner doucement tout en faisant la pâtisserie, elle pensait qu’un peu de pâtisserie pouvait remonter le moral de n’importe qui. Enfin c’était un doux euphémisme mais elle voulait y croire tout de même sinon le monde était triste et elle voulait le voir autrement avec un moyen de toujours arranger les choses.  Remuant la queue gaiement, elle avait oublié le pourquoi elle s’était rendu dans la chambre, elle n’avait plus froid et s’occupait gaiement dans la cuisine elle prépara la tasse et attendait qu’il revienne pour lui servir du café. Pour sa part, elle avait sorti une tasse et attendait également qu’il revienne pour se servir un chocolat chaud, pendant que les pâtisseries finissaient de cuire, elle avait également mis cuire la base des tartelettes qu’elle ferait pour Carla.


To be continued ...


© Never-Utopia

Seiichi Kazato
Messages : 39
Date d'inscription : 27/07/2017
True blood
Voir le profil de l'utilisateur




Seiichi Kazato
True blood
Lun 13 Nov - 11:51
Tu ne la regardes pas quand tu lui demandes si tu peux utiliser la salle d’eau, ayant honte de vivre ainsi dans la rue. Tu n’avais nulle part où aller, tu donc c’était délicat de demander ce genre de chose. Tu baisses la tête quand elle te dit que c’est bon, et qu’elle t’attendrait dans la cuisine après t’avoir demandé ce que tu aimais comme pâtisserie. Tu te retournes vers elle, et réponds spontanément.

« Les tar… »

Ta voix se bloque aux premières syllabes alors que ton regard envers elle s’emplit d’une immense tristesse.

Les tartelettes aux framboises…

Tu aimais bien les tartelettes aux framboises… Et plus que d’aimer les déguster, ce que tu aimais vraiment, c’était de voir l’expression de plaisir enfantin qu’affichait le joli minois de ta rouquine de maîtresse qui en mangeait dès qu’elle en avait l’occasion. A ces pensées tu sens ton cœur te se serrer, alors que tes poings se ferment en tremblant, serrant à en faire blanchir tes jointures. Tu sens une larme perler de ton œil valide et rouler le long de ta joue, alors que tu t’efforces de lui adresser un sourire, voulant pas l’inquiéter plus que ça.


« Les tiramisus… Mais c’est trop long à préparer. Quelque chose de simple avec de la pomme, et qui te demande pas trop de travail. »

Tu te retournes rapidement et te diriges vers la salle d’eau, lui indiquant également que tu allais mettre un certain temps avec tes cheveux. Il faut dire que t’as pas eu l’occasion de te les brosser depuis votre dispute, tu ne prenais que des hôtels miteux vu tes moyens, et c’est déjà bien quand ils n’étaient pas avec des sanitaires communes… Tu abandonnes donc Akemi pour t’enfermer dans la salle d’eau avec ton sac, et t’adosses à la porte en tremblant.

Tu te retiens de pleurer à nouveau en pensant à Carla, et surtout à ce que t’as dit la jeune hybride. Tu t’en doutais que la True Blood s’en voudrait, elle te l’avait craché à la gueule que son choix n’avait pas été des plus facile. Mais tu pensais qu’elle passerait plus rapidement à autre chose… Juste parce qu’avec tout ce qu’elle a vécu, tu n’étais qu’un de plus qu’elle perdait… Sauf qu’il y a un point que tu n’avais pas pris en compte… Les mots qu’elle t’a hurlé au visage… Tu lui avais fait encore plus mal… Après deux semaines de solitude, tu avais eu le temps de les analyser ses mots… De comprendre qu’elle voulait penser à toi autrement qu’un esclave, et même de l’ami que tu étais pour elle à ce moment-là… La tête baissée, tu te laisses glisser le long de la porte et pleures.

Depuis quand ? Et pourquoi ça te faisait si mal ? Tu l’aimais cette belle rouquine, vraiment… Mais pas de cette façon-là… Pas en connaissant sa façon de vivre à laquelle tu t’étais calquée avec plaisir durant ces trois années. Peu d’attaches… Des relations libres… Tu la laissais vivre comme ça, et ça ne te posais aucun problème. Tout ce que tu avais fait, c’était l’écouter, la consoler, et être là pour elle… Tout l’inverse de ce que tu as fait après l’accident et ta transformation, où tu ne l’as pas écouté, tu l’as insultée au lieu de la consoler… Et surtout, tu l’as laissée partir alors que tu aurais dû lui courir après pour t’excuser. Tu te remets à pleurer, portant ta main à ta bouche pour étouffer au mieux tes pleurs.

Tu te lèves rapidement, et commence à faire couler l’eau avant de te déshabiller rapidement avant de tout jeter dans un coin avant de prendre une douche froide. Ton corps froid ne supportait plus les douches trop chaudes, et puis tu voulais, et même tu devais te changer les idées… Les yeux fermés, tu laisses l’eau fraîche couler sur ton corps, te rappelant qu’il y a quelques jours tu aurais bondis hors de la douche. Est-ce que pour elle aussi cette transformation lui avait été aussi difficile qu’à toi ? Tu n’arrêtais pas de comparer ton avant et ton après… Tu restes immobile sous l’eau avant de commencer à te laver, te récurant du mieux que tu peux, comme si tu redécouvrais cette fantastique invention qu’était la douche… Tu prends ton temps, l’eau froide et le bruit du fluide qui coule t’apaisaient, et puis vu l’état des douches que tu as côtoyé ces derniers temps, tu as appris à prendre des douches en un temps record.

Après quelques très longues minutes à te laver et à t’occuper de tes putains de cheveux – ah oui, c’est classe, mais ça n’a pas que des avantages, loin de là… – tu finis pars t’habiller. Pantalon noir, un haut blanc qui laissait apparaître par transparence les tatouages que t’avait fait Carla et ta peau basanée. Tu mets ton bandeau pour retenir tes cheveux en arrière, et récupères ton sac, ton bandeau pour l’œil dans l’autre main, et sors de la salle d’eau après avoir ouvert la fenêtre pour aérer. Tu t’approches de la cuisine, et respire la bonne odeur du sucre chaud et de la pomme qui envahit le couloir et la pièce. C’était bien, ça cachait l’odeur des deux colocataires, ça t’évitait de trop y repenser. Tu poses le sac dans un coin de la pièce, et viens t’asseoir devant la table.


« Désolé, j’ai été un peu plus long que prévu, mais bon sang que ça fait du bien une vraie douche ! »

Tu avais beau t’exprimer énergiquement, tu ressentais aussi que ça sonnait un peu faux et que tu essayais juste de penser à tout autre chose. Tu lui souris, un peu moins crispé qu’avant.

« Ça sent bon Akemi ! Je suis impatient d’y goûter. »

Ton ventre se tordait à l’odeur. Tu savais que tu ne serais pas repu, ce n’est pas ton régime alimentaire, mais tu savais que tu prendrais plaisir à en manger. Après tout, même si ça ne te cale plus, ça ne t’empêche pas d’avoir le luxe de pouvoir toujours profiter du goût de la nourriture des mortels. Tu la regardes de ton œil bleu et de ton œil de verre totalement blanc. De temps en temps, tu avais besoin de le laisser respirer.

« J’espère que ça te dérange pas ? Sinon tu me le dis, et je remets mon cache-œil. Je peux comprendre que ça gêne. »

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼

avatar





Invité
Invité
Mer 15 Nov - 19:29


Une intrusion ratée
★ Avec Seiichi Kazato




Akemi faisait des tartelettes aux pommes et à la framboise, elle prépara une boite avec plusieurs tartelettes aux pommes, elle les lui donnerait, ce n’était pas nourrissant mais cela serait toujours mieux pour lui de manger de la pâtisserie que de ne rien manger. La jeune fille pos la tartelette aux pommes sur une petite assiette avec une fourchette et la posa sur la table à côté de la tasse ou elle versa le café en voyant le jeune homme revenir de la douche, il sentait bon le savon et le shampoing et cela avait eu l’air de lui faire un bien fou. Elle le regardait pendant qu’il s’excusait d’avoir mis plus longtemps que prévue mais cela lui avait fait du bien de prendre une vrai douche, elle remarqua qu’il avait parlé de manière un peu trop énergétique, cela sonnait un peu faux mais elle ne dit rien, il était déjà assez mal comme ça. Elle le vit sourire, il était un peu moins crispé mais cela se voyait qu’il avait encore du mal a réellement sourire, Seiichi di que ça sentait bon et qu’il était impatient de goûter à ce qu’elle avait préparé et le fennec espérait que cela lui changerait un peu les idées.

La jeune fille fit bouger ses oreilles doucement en continuant de préparé les autres pâtisseries qu’elle avait déjà prévu de faire avant qu’il ne s’introduise dans l’appartement, elle posa la boite ou elle lui avait mis les autres tartelettes aux pommes qu’elle lui avait fait pour lui devant lui, elle s’était fait une tartelette aux fraises pour elle. Elle se servit son chocolat chaud et le regardait, il laissait respirer son œil blanc et cela ne dérangeait ni ne dégoutait, elle lui sourit quand il dit qu’il espérait que cela ne le dérangeait pas et sinon il remettrait son cache-œil. La jeune femme s’assit en face de lui et plongea sont regard dans le sien en souriant, sa queue remuait doucement et gaiement dans son dos, elle montrait a son invité qu’elle n’avait aucune gêne avec son œil et qu’elle était prête à parler mais aussi à l’écouter attentivement, pour elle c’était normal.

- Non, ton œil ne me dérange pas, cela ne me dégoûte pas comme ça ne me choque pas. J’espère que les tartelettes seront à ton goût, je t’en ai mis dans cette boite, tu pourras en manger quand tu partiras même si la nourriture ne te comblera pas vraiment.

Elle souriait, elle pensait bien faire en lui mettant à manger dans une boite pour plus tard mais elle avait aussi peur qu’il le prenne mal, après tout elle se comportait comme s’il était ami alors que ce n’était pas le cas. Mais elle ne pouvait pas s’empêcher d’être comme ça, elle avait toujours envie de lui poser la question fâcheuse mais elle hésitait toujours a le lui demander, elle inspira profondément et elle le regarda de nouveau dans les yeux et se lança.

- Je ne voudrais pas te mettre en colère mais j’aimerais savoir pourquoi tu ne veux pas boire de sang ? Surtout si je te disais que j’ai une solution pour que tes crocs ne touchent pas la chair de personne ?

Elle lui offrait son sang pour l’aider mais sans qu’il ait besoin de mordre qui que ce soit, il suffisait de faire sortir le sang par intraveineuse dans un verre et il n’aurait qu’à boire le sang comme s’il buvait du vin. Elle ne lui proposait cela uniquement pour l’aider et non le mettre mal à l’aise, c’est pour cela qu’elle ne attendit sagement qu’il lui réponde sans le brusqué, ni sans insisté s’il ne voulait pas répondre. Elle lui souriait doucement sa queue se balançant doucement de gauche à droite, ses oreilles bougeait doucement prête a m‘écouter mais aussi légèrement inquiète de sa réaction, c’est pour cela qu’après elle changea un peu le sujet de la conversation.

- Sinon, si cela ne te plait pas, je peux faire autres chose à manger et si un jour tu as faim n’hésite pas à venir me demander. Je serais heureuse de te faire à manger ou de t’aider.



To be continued ...


© Never-Utopia

Seiichi Kazato
Messages : 39
Date d'inscription : 27/07/2017
True blood
Voir le profil de l'utilisateur




Seiichi Kazato
True blood
Mer 22 Nov - 17:16
Tu restes un peu crispé, n’arrivant pas à te détendre complètement, et n’aimant pas imposer la vision de ton œil de verre, mais vu ta vie de clodo des derniers jours, tu avais préféré ne pas prendre de risques… Tu baisses la tête pour regarder la tartelette aux pommes et le café devant toi, et vois apparaître une boîte contenant d’autres pâtisseries similaires dans ton champ de vision. Tu lui demandes si rester ainsi ne la dérange pas, mais avec son habituel sourire, elle te répond qu’elle n’est ni choquée, ni dégoûtée, et qu’elle t’as donné des tartelettes en plus dans le tupperware… Cette fille est adorable, même avec un monstre comme toi. Elle sait que tu as fait du mal à Carla, et malgré ça, elle ne jugeait pas tes actes cruels, et elle te rassurait… Tu regrettais de ne pas être capable d’en faire autant et d’avoir été bien plus égoïste dans tout ce que tu as fait jusqu’à maintenant… Tu serres les poings en te sentant misérable sur ce coup, tremblant de colère contre toi-même. Tu regardes tes mains et soupires en te détendant doucement. Tu n’as pas besoin de t’énerver pour ça, tu as beau avoir des regrets, te prendre plus la tête ne mènera à rien, surtout que tu n’es pas avec la bonne personne pour ça… Cette gamine qui veut t’aider, tout comme elle avait l’air d’aider Carla, tu n’avais pas le droit de te défouler sur elle. Tu regardes ton café et hoches doucement la tête en te calmant.

« Je ne le mérite pas… Mais merci… »

Tu portes le café à tes lèvres, et bois doucement en appréciant les arômes. Son odeur forte me prenait le nez, mais me permettait d’oublier les autres odeurs que tu pouvais sentir, notamment celle des framboises… Tu ressens un pincement au cœur en repensant à cette pâtisserie, mais viens porter en bouche la tartelette aux pommes. Elle était délicieuse ! Tu regardes la jeune hybride en souriant légèrement.

« C’est délicieux ! Merci ! »

Tu continues de t’attaquer à cette douceur sucrée et légèrement acidulée, alors que tu fronces un petit peu les sourcils à sa question. Elle prépare le terrain en te disant qu’elle ne veut pas t’énerver, avant de te questionner sur ma volonté de ne pas vouloir boire de sang… Et elle ajoute qu’elle aurait aussi une solution pour que tu n’aies pas besoin de planter tes crocs dans la chair d’un être vivant… Tu serres les poings en l’entendant t’expliquer en quoi consistait sa solution. Bien qu’elle ne t’enchante pas le moins du monde, elle avait le mérite d’être simple et sans danger pour celui qui te donnerait son sang. Tu le vois dans son regard, il n’y pas une once de méchanceté, juste une volonté de te venir en aide et de te soulager de ta torture.

Tu ne dis rien. Tu y réfléchis, très sérieusement même, mais malgré les avantages que tu constates, il te reste tout de même des réticences… Peut-être simplement parce que tu restes un jeune True Blood, et que tu avais espéré être guidé si tu venais à te faire transformer… Sauf que la seule qui pouvait t’aider réellement te haïssait parce que tu l’avais blessée… Tu gardes la tête baissée du temps de ta réflexion, buvant ton café, et jettes de temps en temps des regards à la jeune blonde qui garde son sourire alors que ses oreilles bougeaient un peu. Au final, devant ton manque de réaction, elle prend finalement l’initiative de te dire que si l’idée ne te plaisait pas, elle pouvait me faire d’autres choses à manger, et de ne pas hésiter à revenir la voir. Elle se disait heureuse de te faire à manger ou même de t’aider… Tu baisses la tête, et soupires légèrement avant de venir te frotter la nuque.


« Je… Merci pour ton aide… Mais je dois refuser… Pour tout… Je pense que Carla ne va pas apprécier de sentir mon odeur... Donc il vaudrait mieux que je ne revienne pas… »

Tu viens plonger ton œil bleu dans ceux aussi bleus d’Akemi, et lui offres cependant un sourire doux avec une pointe de tristesse, alors que tu serres la tasse en tremblant, disant avec une pointe d’anxiété dans la voix.

« Et je te remercie aussi pour ton idée… Mais non plus… Je n’ai jamais bu de sang… Je ne sais pas ce qu’il va se passer… Je… J’ai peur qu’en goûtant du sang, je… Je finisse par en vouloir encore plus… Et qu’au final, je me mette à attaquer n’importe qui, jusqu’à être rassasié… Et de pouvoir me contenter d’une petite dose de temps en temps… Comme Carla… »

Ton cœur se serre en mentionnant son prénom, tout comme tes dents, alors que tu baisses la tête en cachant ton visage dans ta main, alors que tu sens tout ton corps trembler.

« Je préfère encore agoniser… Que de blesser… encore quelqu’un… »

Tu entends ta voix dérailler et trembler elle aussi, alors qu’une larme, puis une autre, coulent sur tes joues, alors que tu continues de te cacher les yeux derrière ta main, alors que tu essayes de retenir tes pleurs et de rendre ta voix moins saccadée.

« Je suis un monstre… Je l’ai blessée… Alors qu’elle m’a sauvée… Je ne mérite pas… ton aide… Je ne mérite  pas… ce qu’elle m’a fait… Et je ne boirai pas de sang… Pas avant d’avoir le courage de lui faire face… »

Tu repenses un instant à ce que tu viens de dire… « Ce qu’elle m’a fait »… Tu ne savais toujours pas si tu devais le prendre comme un don, vu qu’elle t’a sauvé… ou une malédiction pour t’avoir rapproché de cet homme que tu haïs… Mais si c’était pour blesser ta bienfaitrice… Ce ne pouvait être qu’une malédiction… Tu gardes la tête basse, alors que tu essayes de cacher bien lamentablement que tu pleures… Tu t’en voulais, et surtout, tu espérais que l’hybride ne se sentira pas responsable de tes sautes d’humeurs et des larmes que tu laisses couler bien malgré toi.

« Pa… Pardon…. J’ai l’air pitoyable à pleurer sur les fautes que j’ai commises, au lieu de réussir à faire un pas en avant et de réussir à lui faire face… Ne lui dis rien… Dis juste que je suis passé comme un voleur, sans un mot… S’il te plait… »

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼






Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AG-Corporation :: Flood :: Corbeille :: Rps abandonnés-
Sauter vers: