RSS
RSS



 
N'oubliez pas qu'il y a le nouveau serveur du forum qui a été ouvert il y a peu, vous le trouverez alors en annonce sur l'ancien et aussi en cliquant sur le logo. Il y aussi le recensement, même si vous avez décidé de partir dite le nous quand même.

 :: Flood :: Corbeille :: Rps terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une rencontre... étrange






Invité
Invité
Jeu 2 Nov - 16:30
détails
Une rencontre... étrange
Un hybride libre?
ft. Morgan Hebimort
Ʃkaemp はは ™️

Aujourd’hui était un jour particulier dans l’agenda de Tyler, il devait en effet se faire violence et aller dans le quartier qui le rebutait le plus, car trop proche du siège social d’AGC. Aujourd’hui, Tyler avait un rendez-vous routinier dans le quartier des affaires. Il prit donc sa voiture -une Chrysler Imperial Convertible Victoria de 1931, un bijou mécanique à la robe noire qu’une veuve en pleurs lui envierait- et s’en alla, se disant au moins que ce matin, le temps clément avec lui et lui offrait une lueur douce, bien qu’un léger vent un peu frais venait lui lécher le visage. Avant de partir, il s’assura de bien avoir son revolver chargé dans son holster, caché sous sa veste de costume. Ce dernier ne lui servirait peut-être jamais, mais il pouvait dissuader des personnes un peu trop nombreuses ou excitées pour être maîtrisées par la seule force d’un maître martial, même si Tyler en était un excellent.
Sa vérification de routine faite, il monta enfin dans sa voiture, fît vrombir le moteur de ce démon de ferraille, alluma la radio où passaient des musiques noires sorties depuis peu. Ces chanteurs noirs-américains avaient décidément du talent, si seulement les caucasiens de ce grand pays ne les traitaient pas comme sont traités les hybrides et les furrys au Japon… Cette pensée lui traversait toujours l’esprit un instant avant de se laisser emporter par la beauté de ces mélodies.
Après un trajet tout à fait normal, qu’il connaissait absolument par cœur, il arriva enfin au quartier des affaires, ce quartier empli d’une laideur imposante, écrasante, comme si le ciel lui-même ne voulait pas affronter de telles constructions. Ici, Tyler se sentait toujours mal, il détestait ces grands espaces encore plus clos que des hangars, nous étions enfermés mais en même temps, dehors, cette sensation était vraiment déplaisante. Il gara sa voiture dans une ruelle, puis il décida de faire les liens entre ses rendez-vous à pieds, un peu d’exercice étant ce qu’il aspirait le plus à avoir aujourd’hui. Il se rendit donc en premier lieu chez un comptable, non loin des locaux d’AGC, auquel il avait confié la tâche ardue de suivre les comptes du groupement d’entreprise. Il devait le voir pour faire le point sur les pertes et profits puis, comme à chaque fois, lui réexpliquer encore et encore qu’il se fichait bien que les profits exploseraient si il remettait des esclaves au travail pour les tâches simples, chose qu’il refusait toujours aussi fermement.  S’en suivait donc, comme à chaque fois, une heure de charabia technique qu’il détestait mais qu’il comprenait parfaitement, il était vraiment heureux de ne jouer son rôle de patron qu’une fois de temps en temps, il abhorrait tous les aspects de cette casquette. Ces rendez-vous se suivaient et se ressemblaient toujours, les profits ne changeaient pas, les pertes non plus. Les profits étaient toujours supérieurs aux dépenses, donc sa fortune grandissait toujours et malgré ça, le comptable conspuait encore sur l’idée de payer tous les travailleurs… ce type était vraiment un crétin… mais il était déjà le sixième comptable en cinq ans, Tyler en avait marre de  changer constamment.
Enfin il fut libérer de cette horreur administrative, il était temps pour lui de poursuivre son chemin afin d’aller rencontrer sa boutique de tailleurs, situés non loin, en plein hyper-centre du quartier d’affaires. Ce quartier avait beau dégoûter Tyler, ce magasin était son meilleur investissement, ici se brassaient des sommes colossales, tous les riches entrepreneurs se devaient d’avoir un costume Tyler’s Tailors sous peine de passer pour de pauvres enfants portant des fripes rapiécées. Il avait beau ne pas être aimé pour ses positions anti-esclavagistes, la réputation de ses costumes n’étaient plus à faire… et tant mieux d’ailleurs.
Après un échange avec les tailleurs de sa boutique, des maîtres en la matière, il put repartir en se disant qu’il n’avait pas perdu son temps, ces personnes étant bien plus intéressantes que ce vieux comptable sénile. De plus, il avait parlé avec le maître tailleur de l’établissement qui lui avait fait une suggestion des plus intéressantes et qui faisait réfléchir notre bon patron. Ce dernier se faisait vieux, il ne pourrait plus travailler aussi longtemps qu’il eut fait, sa carrière se terminerait surement dans moins de 10 ans. Seulement, 10 ans, c’était le temps qu’il fallait pour devenir un bon tailleur… le vieux maître venait donc de demander à Tyler un apprenti, un jeune qui apprendrait le métier pour reprendre  la boutique et pourquoi pas… en ouvrir une troisième, si Tyler en engageait deux ? L’idée lui trottait dans la tête, il envisagerait surement tout cela plus sérieusement dans quelques jours, pendant son rendez-vous à son domicile avec les maîtres tailleurs des deux magasins.

Tyler marchait donc vers sa voiture, il n’avait pas envie de visiter les usines aujourd’hui, il s’y énervait toujours des conditions de travail de ses employés… mais il n’y pouvait malheureusement rien de plus, il avait tout fait pour leur faciliter la vie mais le travail d’usine était invariablement pénible. C’est donc la tête pleine de pensée qu’il marchait, assez lentement pour une fois, vers sa voiture. Au détour d’une rue, il heurta sans y prêter vraiment attention, d’un jeune homme qui semblait un peu errer dans le coin, il ne prit pas la peine de s’excuser, il était bien trop occupé à penser à son opportunité d’élargir encore son entreprise et son réseau d’informateurs. Et puis les gens ici ne prenaient que rarement la peine d’adresser ne serait-ce qu’un regard aux autres, il n’avait pas envie de s’adresser à cet étrange jeune homme au physique particulier qu’un simple coup d’œil distrait avait suffi à identifier comme un hybride. Au moins, ce dernier avait le mérite d’avoir un style amusant avec son collier de chien et sa muselière à la ceinture… en espérant que ce ne soit pas des accessoires imposés par son maître pour lui rappeler sa soumission.

Hors-sujet.

avatar
Messages : 119
Date d'inscription : 15/10/2017
Le chien pour qui mordre est une passion
Voir le profil de l'utilisateur




Morgan Hebimort
Le chien pour qui mordre est une passion
Jeu 2 Nov - 18:02


Feat. Tyler
Une rencontre...
étrange.



« Hé connard! »
Journée de merde! Sérieusement... Alors que je venais à peine de me réveiller, j'avais une immense migraine, j'avais l'impression que quelqu'un frappait l'intérieur de mon crâne avec un marteau. Je pris l'arrête de mon nez entre mes doigts tout en grognant. C'est la dernière fois que je prends une cuite... Enfin c'est ce que je pense à chaque fois avant de recommencer. Je me levais pour aller prendre une douche, tout en essayant de me remémorer les événements de la veille. En premier lieu, j'avais perdu l'un de mes petits boulot à cause de mes nombreux retards, bon ce n'était qu'un travail de livreur, je pourrais en trouver un autre. Puis j'avais passé la journée à trainer en ville à recherche un travail, sans me faire embaucher. Mes pensées se stoppèrent là pour le moment, la douleurs augmentant d'un coup. Je me déshabillais allumant l'eau. Une fois qu'elle fut bien chaude, je me glissais dessous, profitant de ses bienfaits. Je soupirais de plaisirs en sentant que ceci me soulageait légèrement. Je fermais alors les yeux laissant couler le liquide sur ma peau, reprenant ma réflexion. Furieux de ne rien avoir trouvé j'étais entré dans un bar en début de soirée et là... j'avais dépensé tout mon argent en boisson. En y repensant la colère m'envahit et je frappais le mur de la douche. Mauvaise idée, mes phalanges vinrent d'éclater dans le mur et je pestais contre mon idiotie. Je serrais alors le poing, essayant d'oublier cette douleur supplémentaire.

Une fois propre je sortis de la douche et me séchais rapidement à l'aide d'une serviette, vieux bout de tissus usé. Je retournais alors dans ma chambre pour prendre les premiers habits encore potable que j'avais. J'enfilais mon collier, puis j'attachais à ma ceinture ma muselière avant de prendre mon couteau, seul objet qui me rassurait dans la rue. Je l'aurais bien échangé contre des flingues, mais je n'avais évidemment pas les moyens d'en acheter. C'était dommage car je savais assez bien m'en servir, ayant été entrainé au tire de manière intensive durant ma jeunesse. Je me passais une main dans les cheveux pour les "coiffer" malgré qu'ils soient encore humide et je sortis. J'avais besoin de prendre l'air, de respirer. Une fois sortit, je marchais sans but dans la rue. Réfléchissant à ce que je pourrais bien faire pour me sortir de ce pétrin dans lequel je m'étais mis tout seul. Je ne savais même pas quelle heure il était, jusqu'à quand j'avais dormis ce matin? Aucune importance. Je voulais juste me défouler, a mais il était bien trop tôt pour les combats de rues. Je râlais encore tout en accélérant le pas, il n'y avait qu'une seule solution: me rendre dans le quartier industriel, là où il y avait la plupart des entreprises afin de proposer mes services. Avec un peu de chance je trouverais un nouvel emplois.

Mais bon, je n'étais pas d'humeur, j'hésitais donc quelques instants avant de prendre ma décision. Je n'avais pas le choix, je devais prendre mes responsabilités. Je n'étais plus un enfant, ni un esclave, je devais m'assumer, ce qui n'était pas une chose facile. Je continuais d'avancer, n'ayant pas la chance d'avoir un véhicule, mais j'étais plutôt motivé. Une fois arrivé dans le quartier, je passais devant une magnifique voiture noire... je ne reconnu pas la marque, ne m'y intéressant pas vraiment, tout ce que je savais c'est que seul un riche pouvait posséder ce genre d'engin. Je soupirais sans m'attarder, pressant le pas. Puis au détour d'une ruelle, un inconnu me bouscula sans s'excuser. Ce n'était vraiment pas le jour... Je me retournais vers lui tout en lui attrapant le poignet avant de crier:

-"Hé connard! Tu ne peux pas faire attention!"

Je le dévisageais, espérant avoir attiré son attention. J'avais besoin d'action, il pourrait évidemment être ma victime. Je n'aurais pas à attendre le soir pour me battre il semblerait et ceci m'arrangeait évidemment. Je vis à ses vêtements qu'il faisait partie de ce que j'appelais les nobles. Il devait être riche et avoir énormément d'argent, donc que faisait-il ici? Est-ce qu'il s'était perdu. Quoi qu'il en soit, j'étais persuadé d'avoir l'avantage sur lui. Il avait surement été éduqué, mais certainement pas à se battre, du moins c'est ce que je croyais.

Code par xLittleRainbow pour Epicode

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼






Invité
Invité
Jeu 2 Nov - 19:44
détails
UNE RENCONTRE... ÉTRANGE
De l'exercice!
ft. Morgan Hebimort
Ʃkaemp はは ™️

Tyler venait de bousculer un homme étrange, un hybride qui semblait tirer d'un chien... non! Ce n'était pas un chien! C'était un hybride de loup! Il était vraiment étrange, non pas par son hybridation qui était tout de même une chose commune depuis que AG-Corporation faisaient leurs expériences immondes en toute impunité aux yeux de quelque loi que ce soit, vu qu'ils avaient réussi à devenir eux mêmes les dépositaires de l'autorité suprême.

L'étranger pouvait faire penser aux bandits des grands clichés que se racontent les patrons en tremblant, ceux qu'ils n'embaucheraient pour rien au monde et qu'ils craignent de croiser un jour. C'est sûr que si un de ces gros lard entraîné uniquement à manger et à réduire des êtres en esclavage se faisaient... aborder, dira-t-on, par quiconque souhaitant en découdre, ils n'auraient comme seul rôle que celui d'un sac de frappe, bien rembourré par tout le gras qu'ils ont si fierement accumulé, en même temps que leur fortune.

Pour Tyler, un corps se devait d'être affuté et vif, au moins autant que l'esprit. Mais pour le moment il ne faisait que retourner à sa voiture sans prêter gare au méchant de conte pour enfants. Sauf que ce dernier apparemment n'avait pas apprécié la bousculade involontaire provoquée par les rêveries de notre homme d'affaire. Il entendit donc les invectives au combien charmantes de son interlocuteur, en même temps que ce dernier lui attrapait le poignet pour "forcer" Tyler à lui porter de l'attention.

Le cliché était donc vrai, c'était un petit casse-cou prêt à en découdre pour détrousser un richou perdu dans un quartier industriel, grand bien lui en fasse, il allait pouvoir découvrir que les hommes ne perdent pas forcément leur sens du combat avec le grossissement du porte-feuille. Dans un seul et unique mouvement, il put donc dégager son poignet, saisissant celui de son agresseur en retour, pivotant de façon à placer son bassin en pivot sous le point d'équilibre de l'hybride, il utilisa les limites biomécaniques de son bras pour faire levier et le projeter par dessus lui afin de le faire s'écraser au sol, sans lui lâcher le bras. Une fois au sol et le bras toujours en contrôle, il put tordre ce dernier dans le dos de son aggresseur et lui remonter le poignet en contact direct avec sa nuque. Une clé de bras parfaite, en somme. Afin de s'assurer de la tranquilité du jeune malin qui était maintenant aussi vulnérable qu'une biche malade face à une meute de loups, Tyler sortit son revolver et le posa le canon contre l'occiput de l'homme. Afin de ne pas laisser ce dernier sous-estimer le danger, il arma le marteau de l'arme afin que le cliquetis de ce dernier alerte bien l'aggresseur sur la situation peu confortable dans laquelle il venait de se mettre.

Tyler ne pouvait pas voir l'expression de l'homme désormais, ce dernier ayant la face contre le sol de la rue mais il savait que l'air suffisant et confiant qui déformait le visage de l'aggresseur n'affichait surement plus le même sourire trahissant l'envie de casser du riche.

-Il faut croire que ce n'est pas ton jour de chance, mon jeune ami. Il y a bien des manières de réagir à ce qu'on pense être un affront, la tienne n'était pas la bonne. J'espère que tu as de bonnes raisons à me donner pour ne pas que j'en finisse avec ton cas.

Après avoir prononcé ces mots, Tyler releva violement l'hybride en maintenant d'autant plus fort sa clé, braquant toujours son arme sur sa nuque. Il le plaqua contre le mur de la boutique juste à côté, avant de poursuivre.

-Tu es bien la seule personne assez folle dans cette ville pour oser t'en prendre à moi... m'enfin, on ne peut pas connaître tout le monde. Es-tu un être libre ou juste encore un pantin d'un maître trop gras pour faire ses sales affaires tout seul?

Il savait que la clé était serrée mais il maîtrisait ces techniques au milimètre près, il savait aussi qu'il ne lui fallait qu'une petite impulsion de la hanche pour démettre l'épaule de son nouvel ami, qui au moins avait l'air d'être lavé du jour, une aubaine pour le nez devenu trop sensible aux odeurs, surtout pestilencielles, de notre Lycan. Ce qui au moins trahissait qu'il avait un domicile, un hybride errant n'aurait pas pu avoir accès à de telles comodités sinon. Il ne relâcherait pas sa prise avant d'avoir eu une réponse satisfaisante, lui qui voulait marcher pour faire de l'exercice, il fut au moins servi.

Hors-sujet.

avatar
Messages : 119
Date d'inscription : 15/10/2017
Le chien pour qui mordre est une passion
Voir le profil de l'utilisateur




Morgan Hebimort
Le chien pour qui mordre est une passion
Ven 3 Nov - 18:01


Feat. Tyler
Une rencontre...
étrange.



« Lâche moi! »
Attirer son attention? Fait... Mais malheureusement ce n'était pas pour me plaire. Alors que je pensais avoir le dessus il retourna aisément la situation. Il commença par dégager rapidement son poignet d'entre mes doigts et attrapa le mien, sous la surprise je n'eux pas le temps de réagir. En réalité je m'attendais à ce qu'il prenne peur comme le bon petit riche qu'il était et qu'il s'excuse. Mais non, ce ne fut pas le cas. À la place j'eux le droit à une magnifique démonstration de renversement au sol. Je heurtais brutalement l'asphalte froid, le souffle court. Je le sentis ensuite me tordre le poignet pour remonter ce dernier au niveau de ma nuque. Je serrais mon poing libre, râlant sous la douleur provoquée par ce geste, avant de rouvrir mes doigts, espérant inutilement, de part ce geste, me libérer de sa prise. Puis je sentis le canon d'une arme sur ma tête, douce sensation familière. Je fermais les yeux, une de mes oreilles de loup tressautant sous le cliquetis de l'arme. J'avalais ma salive, n'osant et ne pouvant pas bouger.

Je rouvris les yeux en entendant sa voix, bien que je ne voyais que le sol gris et misérable, mon regard exprimait une certaine rage. Je l'écoutais avec beaucoup d'attention, ne ratant pas une miette de son discours, en même temps, ma vie était en jeu, ce n'était pas le moment de plaisanter. Je le sentis me relever, me gardant toujours sous son contrôle. Mon corps rencontra cette fois-ci la dureté d'un mur. La gueule de son arme toujours pointée contre ma nuque, tout prêt de mon ancien carcan en métal encore greffé dans ma peau, que mon collier de chien était sensé cacher, quelle humiliation! Un grognement s'échappa de ma gorge quand il reprit la parole, lui témoignant mon agacement. Qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire que je sois encore le chien de quelqu'un ou non? Et pour qui se prenait-il donc? Je fixais le mur, seul paysage disponible pour le moment, restant silencieux pour le moment. J'avais besoin de concentration afin d'utiliser mon don. Par chance, il était bien assez prêt pour que je puisse le faire encore assez facilement. Je plongeais alors dans ses pensées à la recherche d'une information qui pourrait m'être utile. Comptait-il me tuer oui est-ce que ce n'était que du bluffe afin de m'effrayer?

Il ne me fallait qu'une petite pensées, une bribe d'information pour avoir la réponse... et je la trouvais. Il est difficile d'exprimer mot pour mot une pensée, mais je compris que me faire la peau n'était pas dans ses priorités, mais qu'il le ferait si je ne lui laissait pas le choix. Est-ce que ceci allait me calmer? Me rendre plus aimable? Pas le moins du monde... Un petit rire insolent sortit de mes lèvres.

-"Dis moi... à quoi cela t'avancerais de savoir si je suis un être libre ou non?

Ce n'est pas que je ne voulais pas lui répondre, mais comme il avait le dessus physiquement sur moi, je ne voulais pas le laisser dominer la conversation.

-"Et même s'il y a plusieurs manière de réagir à ce que l'on pense être un affront et que tu juges la mienne inappropriée, la tienne n'est guère mieux, tu ne crois pas?
Tout ce que j'ai fais, c'est te signaler que tu pouvais t'excuser, je n'ai pas immédiatement sortit mon arme pour te menacer. Alors je te propose de me lâcher, car en ce moment le plus civiliser de nous deux c'est moi."


Je n'avais peut-être pas tout à fait raison, mais mon bras me faisais souffrir et le petit sifflement qui sortait de mes lèvres en était la preuve. Je sentis quelques gouttes de sueurs perler sur mon front et mon estomac se serrer. Mes muscles commençaient à sérieusement tirer. Je ne peux nier que toutes ces sensations m'excitaient et réveillaient mon côté animal. En vérité, une envie germait en moi, celle de le  mordre jusqu'au sang pour qu'il comprenne qu'il ne fallait pas m'énerver. Mais je compris avec sa démonstration de force, que je n'y arriverais pas facilement.

Code par xLittleRainbow pour Epicode

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼






Invité
Invité
Ven 3 Nov - 19:16
détails
Une rencontre...
étrange.
Parles, maintenant.
ft. ...
Ʃkaemp はは ™️

Ce jeune homme était définitivement audacieux, après son échec cuisant, il restait arrogant et provocateur. Il ne sentait en rien la peur, tout au plus son rythme cardiaque et ses réactions instinctives trahissaient une nervosité normale quand un révolver chargé est pointé sur votre nuque. Voulait qu'il se prenait au jeu de la réthorique et qu'il espérait être convaincant quant à une leçon de civisme accélérée. Il est vrai qu'il est plus facile de parler de civisme et de bonnes manières quand cela nous arrange et qu'on a eu un rappel de son propre ecxès de confiance, pour ne pas dire de zèle.

-Tu ne manques pas d'audace, l'ami. Il y a trente secondes tu respirais la haine et l'envie d'en découdre, même sans ta voix, l'odeur de ta rage empuentissait l'air à 10 mètres à la ronde. Quant à savoir ton statut... je n'ai pas de scrupule à régler son compte à un homme libre, d'égal à égal... tuer un larbin ne serait que le condamner une seconde fois.

Tyler désamorça le marteau de son arme, en la pointant vers le sol, pour éviter tout accident, le petit son du marteau revenant gentillement à sa position sécurisée ne pouvait que rassurer le jeune hybride, sa vie retrouvant d'un coup un semblant de longévité. En gardant encore sa prise serrée un temps, il remis son arme dans son holster et le remis avec sa sécurité, comme quand il était parti de chez lui. Une fois tout cela fait, il desserra enfin sa prise sur le bras de l'être qui lui tournait encore le dos, accompagnant même ce dernier pour qu'il revienne le long du corps sans déchirer un muscle dans un spasme incontrôlé.

-Retournes toi, vu que tu sembles... calmé. Tyler eut un micro-rictus amusé en prenonçant ce dernier mot, devant la caucasserie de la situation . N'essaies pas de te venger, tu n'aurais pas l'avantage et de toutes façons, ton bras ne te répondra pas avant au moins deux ou trois minutes. Au fait, quand on veut parler de civisme, on n'attrappe pas le poignet d'un homme en l'insultant, dans l'espoir qu'il prenne peur et s'urine dessus devant un être indéniablement plus fort que lui. Que cette mésaventure te serve de leçon. Je n'oublie jamais un visage, la prochaine fois, si tu n'apprends pas à te tenir, tu pourrais bien y laisser la vie.

Tyler n'avait aucune trace de violence dans son langage corporel, pas plus qu'il ne semblait énervé ou nerveux face à toute cette situation pourtant très particulière. Non, rien de tout ça, il parlait comme si il s'adressait à un jeune élève dans un dojo, un élève à qui il réexpliquerait les bases des principes moraux des arts martiaux. Il parlait calmement, sans animosité, mais ses paroles étaient tranchantes, fermes et empleines d'une autorité indéniable, il avait tout d'un meneur, il avait tout du statut qui était le sien, il avait tout d'un pdg, il avait tout de son père. Pourtant, il n'avait pas une chose de son père, son acceptation de l'esclavagisme, ça, il refusait de l'acquérir.

-Maintenant que tu as pu faire connaissance avec les différents matériaux composant le sol de la rue, tu ne voudrais pas simplement te présenter et ranger ton arrogance dans tes poches un instant? Que je sache au moins qui a eu l'honneur d'une demonstration privée.

Tyler invitait son jeune comparse à parler, il avait des questions à poser, il lui répondrait, c'était désormais la moindre des choses après tout.

Hors-sujet.

avatar
Messages : 119
Date d'inscription : 15/10/2017
Le chien pour qui mordre est une passion
Voir le profil de l'utilisateur




Morgan Hebimort
Le chien pour qui mordre est une passion
Sam 4 Nov - 21:31


Feat. Tyler
Une rencontre...
étrange.



« Méfie toi du loup... »
Il me répondit rapidement, me disant que je ne manquais pas d'audace. Il parla de l'odeur de ma rage, il n'était donc pas humain. Que pouvait-t-il bien être? J'avais bien ma petite idée, ayant té élevé par un loup-garou, je connaissais bien ces créatures. Le reste de son dialogue, ne m'intéressait guère. Je l'entendis enfin désamorcer son arme et le sentit quitter ma nuque. Je pu enfin me détendre. Mais qu'est-ce qu'il attend pour me lâcher complètement? Je le sentis défaire tout doucement sa prise, accompagnant mon bras pour que je ne me blesse pas. Ce n'était pas une mauvaise idée, car sans celà, j'aurais essayé de le bouger immédiatement. Son geste me fit comprendre qu'il avait de bonne connaissance sur le corps humain. Je me massais doucement l'épaule lorsqu'il m'ordonna de me retourner. Il me demanda également de ne pas essayer de me venger... Il me fit ensuite la morale... ceci sonna ainsi dans ma tête "bla bla bla". Je soupirais alors, lui faisant face. Il semblait néanmoins parler sagement, mais ceci ne faisait que m'agacer. Il prenait le dessus de la conversation et je n'aimais pas ça. Me présenter et ranger mon arrogant dans mes poches? Quel idiot.

-"Comme je te l'ai déjà dis... mon nom n'a pas vraiment d'importance, mais tu peux m'appeler Mo. Je n'ai plus de maitre, il m'a anoblit. Et toi... t'es qui?

Je faisais mine de collaborer, m'approchant discrètement de lui tout en m'occupant de mon épaule blessée.

-"Tu n'y a pas été de mains mortes mon salaud... je n'imaginais pas un riche capable de se défendre.

Alors que je fus assez près de lui, je dégainais rapidement mon couteau de la main gauche et me jetais sur lui pour l'égorger froidement et simplement. En réalité je voulais tester ses réflexes et m'amuser un peu. Je ne voulais en aucun cas le tuer... juste l'évaluer. J'étais d'un côté persuadé qu'il allait esquiver. Mais si je pouvais au moins lui égratigner la peau, voir abimer son beau costume, j'en serais heureux. Je sais que j'aurais du rester calme, que nous aurions pu discuter simplement. Mais je voyais rouge, j'étais de mauvaise humeur je ne pouvais donc pas réagir autrement.

Code par xLittleRainbow pour Epicode

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼






Invité
Invité
Mar 7 Nov - 10:37
détails
Une rencontre...
étrange.
Bon... tant pis.
ft. Morgan Hebimort
Ʃkaemp はは ™️

Ce jeune hybride était plein de surprise, alors qu’il massait son épaule, sa rage bouillonnait encore à plein nez, malgré les avertissements qu’il avait donné auparavant, Tyler savait qu’il allait devoir faire face à une tentative plus ou moins maladroite de vengeance, les imbéciles dans son genre étaient définitivement tous les mêmes. Que voulait prouver cet homme ? Qu’il était meilleur ? Qu’il était imprévisible ? Qu’il ne fallait pas l’importuner ? Tyler se serait bien passé de devoir démontrer à nouveau ses capacités martiales. Mais il savait d’avance qu’il allait pourtant devoir le faire, il restait donc attentif aux moindres mouvements de la personne qui lui faisait face, prêt à réagir à toute menace.
Au moins, l’étranger c’était-il présenté. Il invitait Tyler à l’appeler Mo, surement un diminutif pour ne pas s’embêter à dire son prénom complet, après tout, cela prendrait au moins une seconde de plus. La fainéantise des gens sur les noms a toujours intrigué Tyler, mais il avait fini par s’y faire, bien qu’il trouvait tout à fait ridicule l’idée que quelqu’un puisse penser à réduire son prénom ainsi. Qu’il serait laid de se voir appeler « Ty », cette répulsion n’était surement qu’un souci d’éducation et de classe mais elle restait présente chez notre homme d’affaire. Tout du moins, son camarade se présentait ainsi, c’est donc sous ce nom qu’il s’adresserait à lui, après tout, c’est la moindre des choses que de s’adresser à quelqu’un par le nom qu’il vous aura donné.

Voilà qu’il s’adressait  encore avec des invectives tout à fait affectueuses à Tyler, de quoi animer encore plus l’amour naissant qu’éprouvait notre homme d’affaire. Il commençait à se demander s’il n’allait pas juste l’assommer pour le plaisir de lui donner une leçon d’humilité accélérée. Ce n’était pas dans ses habitudes mais l’arrogance sans nom de cet agresseur inopportun et peu impressionnant commençait à gonfler l’envie de simplement le terrasser, Tyler savait néanmoins se retenir et ne ferait rien sans être provoqué plus avant, il avait une éducation et une classe à tenir, tout de même. Et il fallait aussi avouer qu’il avait raison sur un point, notre maître en arts guerriers n’avait pas ménagé l’épaule de Mo, ce dernier aurait pu la lui luxer sans aucun problèmes, juste en mettant un petit peu plus de force qu’il n’y en avait déjà. Quant à sa remarque sur les riches, Tyler ne pouvait qu’approuver les dires de ce  fougueux opposant, ils ne savaient, la plupart du temps, même pas planter correctement une fourchette sans transpirer.

Le moment tant attendu arrivait enfin, Mo avançait sur Tyler, ce dernier étant plus attentif que jamais à ce qui allait maintenant se passer. Les mouvements de l’agresseur furent plutôt propres, malgré son manque flagrant de maîtrise de quoi que ce soit. Il était tout du moins ambidextre, celui-ci dégainant un couteau sans mal de sa main valide. Dommage qui le mouvement qui s’en suivait fut si brouillon qu’un poivrot imbibé jusqu’à l’os aurait pu s’en défaire sans mal. Mo venait simplement de sauter à la gorge de Tyler, couteau à la main, visant vraisemblablement la gorge. A ce moment, il n’était pas temps à la réflexion, seuls les réflexes et l’instinct allaient jouer. Le poignet de la main armée fut donc saisi, afin de bloquer la lame attaquante, cette dernière put tout de même entailler le costume de l’homme tout faisant perler très légèrement un peu de sang à son épaule, un moindre mal, mais il était tout de même touché. Une fois ce poignet en main, le tout dans un mouvement toujours fulgurant, Tyler vint frapper fortement sur le nerf axillaire, sous le bras tenu de l’agresseur, ce mouvement avait pour but de choquer ce nerf, provoquant un afflux nerveux dans tous le corps et le forçant à lâcher toute force inconsciemment pour plusieurs secondes. Dans la suite logique du mouvement, Tyler fit pivoter le bras de l’agresseur avec une vivacité et une force totale, cette fois il n’était pas question de laisser le bras utilisable, cette fois, il allait lui déboiter l’épaule dans le mouvement, l’entrainant au sol, avant de le saisir par l’arrière de la tête, par les cheveux, afin de l’assommer en lui frappant la tête contre le bitume du trottoir, ne manquant pas de lui casser le nez au passage.

La réaction de Tyler avait laissé, comme prévu, Mo inconscient sur le trottoir. Notre maître martial n’était pas satisfait de ce qu’il avait entendu et encore moins des réactions qu’il avait reçu. Il savait pertinemment qu’il ne pouvait pas le laisser là, personne n’irait aider un hybride  blessé. Il ne pouvait pas non plus le conduire à l’hôpital, ils le renverraient surement au magasin d’esclaves pour « rembourser » les dettes qu’il avait créé à la société pour avoir soigné un hybride. N’importe qui aurait pris une des deux  décisions précédentes, pour Tyler, il était impensable de laisser quelqu’un retourner à l’esclavage juste pour une éducation mal donnée. Il prit donc le choix de le charger dans sa voiture, les mains attachées au cas où ce dernier se réveillerait avant, ce qui relevait de l’improbable. Il rentra donc au manoir et ordonna à son médecin personnel de venir vite et de soigner au mieux son invité, ce dernier ayant été installé, exceptionnellement, dans la cellule de Tyler. Ici, il ne pourra pas s’enfuir, cette pièce ayant été conçue pour retenir la furie d’un Lycan en pleine possession de ses pouvoirs. Cela dit, elle ne ressemblait à une cellule que par ses murs et sa porte renforcés, la pièce relevant tout de même d’un confort assez faste. Sachant le réveil de Mo proche, il invita a son médecin à se retirer avant son réveil, Tyler laissait donc au judas de la porte un employé, chargé de le prévenir dès que Mo reviendrait à lui. Il n’était pas guéri, certes, mais au moins son épaule avait été remise en place, bien qu’elle restera douloureuse quelques jours,  et son nez soigné.




[La suite se fera au Manoir Komiyada ! Je te laisse le soin d’y commencer Very Happy]






Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AG-Corporation :: Flood :: Corbeille :: Rps terminés-
Sauter vers: